Pacman Syndrome : Narita Boy, There is NO Game et inspirations futures.

Pacman Syndrome : Narita Boy, There is NO Game et inspirations futures.

Entre découverte de nouvelles pépites du courant Indie à venir et d’autres rencontrées durant les formations du Certificat en Culture Vidéoludique, j’ai envie de vous laisser ici quelques titres qui m’ont marqué.

Il y a tout d’abord Narita Boy et Cyber Shadow qui tout deux mettent en avant la culture rétro du jeu-vidéo comme point d’accroche.

Narita Boy

“Ce truc, enfin ce jeu a l’air complètement eighties dingos !!! Et rien que la musique donne envie… “Save the World”… Bien vu Team17 !!!” , pouvais-je m’écrier en découvrant la première bande annonce de Narita Boy, la dernière production du studio Team 17 (si, si c’est bien eux qui faisaient chanter des vers de terre il y a un peu plus de 25 ans).

Narita Boy, prévu sur console et ordinateur fin Mars
Narita Boy, prévu sur console et ordinateur fin Mars

Si la preview se montre nerveuse, on peut tout de même rapidement sentir qu’il y a plus qu’un jeu d’action derrière Narita Boy. Son scénario semble d’ailleurs faire écho à un idée que j’avais eu il y a quelques mois. Raconter l’histoire de jeu dont on a perdu la trace des développeurs et où le héro partirait à la recherche de son histoire vidéoludique… Narita Boy n’en est pas si loin : Le jeu c’est vendu par palettes de cartouches, mais le code du jeu est attaqué. La carte mère active donc le protocole Narita Boy pour préserver le jeu… Voilà même qui me fait un peu penser à Biokid, un jeu que j’avais inventé il y a près de 30 ans, où l’on incarnait un petit héro similaire à Megaman étant en réalité un Antivirus traquant la vermine sur votre ordinateur verolé ! Bref, entre scénario originale et visuel rétro splendide, Team 17 tient encore une fois un bijou du courant Indie !


Cyber Shadow (Yatch Club Games - Mechanical Head Studio, 2021)
Cyber Shadow (Yatch Club Games – Mechanical Head Studio, 2021)

Cyber Shadow

De son côté Cyber Shadow sorti sur ordinateurs et consoles offre de l’action pure ! Le nouveau né du studio Yatch Club Games repose sur la recette de son premier succès Shovel Knight : Permettre aux joueurs de retrouver les sensations et l’ambiance de ses jeux un peu hardcore de l’époque 8 bits. Si Shovel Knight rappelait les mécanismes de Mega Man tout en offrant un univers qui lui est propre, Cyber Shadow nous débarque entre Shinobi, Ninja Gaïden et peut-être même Contra/Probotector. Cette fois, l’ambiance 8 bits a ce petit quelques choses de beaucoup plus raffiné, rappelant presque l’univers 16 bits de la Mega Drive… Je vous avoue que je ne pense pas être suffisamment affûté que pour jouer à ce titre, mais… la bande son signée Enrique Martin sous la supervision de Jake ‘Virt’ Kaufman est encore une fois à tomber par terre !


There is no game

There is no game - Web (KamiZoto, 2015)
There is no game – Web (KamiZoto, 2015)

Lors de notre dernière formation autour de la culture vidéoludique, nous étions amenés à nous questionner sur ce qu’est “jouer” en investiguant une série de jeux. Parmi ceci, j’ai particulièrement été séduit par le concept de There is no game réalisé initialement par KamiZoto en 2015 dans le logiciel Construct.

Suis-je en train de jouer ? Evidemment, ce “non-jeu” se joue de moi, puisqu’il se présente d’emblée  comme n’étant pas un jeu. En tant que “joueur”, je me sens donc pourtant dès lors appeler à chercher une faille dans ce “non-jeu”…. Très vite d’ailleurs, une voix m’interpelle à ne PAS jouer, ce qui évidemment me pousse dans une action inverse.

Dans un premier temps, seul le “curseur” proposer un cadre propre au jeu, il invite donc à interagir. Est-ce suffisamment pour avoir l’impression de joueur ? Il est certain que sans lui, l’expérience aurait été moins intéressante. Mais assez vite, on fini par décortiquer le cadre pour découvrir des interactions possibles à la croisée entre les codes connus des jeux de “Pointer & Cliquer” et le renversement de ceux-ci.

Et finalement, c’est peut-être un peu paradoxale, mais There is no game bien que cassant les codes en se présentant comme un non-jeu entre totalement dans le moule de ce qu’est jouer.

Intrigué, j’ai finalement découvert qu’une version plus aboutie dites “Wrong Dimension” est maintenant disponibles sur la plupart des supports et a été nominée dans sa version iPad, aux Pégases 2021. Je n’ai pu résister à la tester et là… nous nous retrouvons clairement dans un jeu vidéo qui se joue des codes mais qui ne peut plus se présenter en simple “expérience” !

Les Pégases 2021
Les Pégases 2021 : Le meilleur premier jeu vidéo

Haven

Haven (The Game Bakers, 2020)
Haven (The Game Bakers, 2020)

Une thématique, l’amour naissant entre deux être intéressante à explorer, des visuels originaux et il faut bien l’admettre une B.O. à couper le souffle. Pour ma part il faudra attendre une PS5 pour s’essayer à Haven puisque semble-t-il, pas de version PS4 ?

Quand on n’a que l’amour à offrir en partage, on peut vite délaisser le reste. C’est ainsi que Haven manque de passion pour des aspects de jeu qui peuvent paraître triviaux, mais n’en demeurent pas moins importants. En revanche, Haven réussit parfaitement à retranscrire l’amour naissant qui isole littéralement les deux jeunes héros. Notre rôle en tant que spectateur de l’intimité du couple est finalement plus enrichissant que notre pouvoir d’interaction. Enfin, quand on a une superbe BO de Danger dans les oreilles, tout nous semble pardonnable. (Le test de Haven à lire sur Press-Start)


Untitled Goose Game

Untitled Goose Game (House House, 2019)
Untitled Goose Game (House House, 2019)

Sapristi ! Cette satanée oie est encore rentrée dans mon jardin ! Les petits gars de chez House House Game vont entendre parler de moi ! Et les voisins qui en rajoutent une couche, avec leurs memes et autres bêtises, pendant que nous autres sommes mis en échec par une volaille qui nous vole tous nos biens… je ne vous en parle même pas ! Je m’en vais en faire du foie gras, moi, nondidju… Mais où ai-je bien pu mettre mon balai ? (Une petite balade cacardesque à lire sur Press-Start)

Visuellement et conceptuellement hors du lot, ce “simulateur d’oie” vient mettre la pagaille dans le village. A garder à l’œil lors de promo à venir sur PS4 ou Switch.


Cotton Reboot

Le frangin sera content de savoir que le shoot’m up Cotton annonce un reboot pour 2021… La vidéo est trop flashi que pour se faire un idée claire sur ce reboot…

Vous aimerez aussi...

  • Shantae, enfin !3 juin 2016 Shantae, enfin ! (1)
    Voilà cinq ans que j’ai découvert la série dont mon frangin me vantait la qualité des graphismes et animations 2D. Cette version du jeu était alors exclusivement réservée au magasin en […]
  • Pacman Syndrome : J’ai dû louper l’E3 cette année.15 juillet 2018 Pacman Syndrome : J’ai dû louper l’E3 cette année. (1)
    Les vacances approchent à grand pas et il serait grand temps que je me plonge à préparer notre roadbook de vacances, mais pour ce weekend, je vais en profiter pour faire un peu d'ordre […]
  • Réflexions autour des Histoires du Jeu Vidéo12 janvier 2021 Réflexions autour des Histoires du Jeu Vidéo (0)
    Défi pour cette nouvelle année 2021, je me suis inscrit au certificat universitaire dédié à la Culture Vidéoludique. Entre les capsules vidéo préparatoires aux sessions en ligne, je vous […]
  • Pacman Syndrome : Octobre 201528 octobre 2015 Pacman Syndrome : Octobre 2015 (0)
    Petit tour d'horizon de l'actu JV qui m'a parlé durant ce mois d'octobre. Coté Blockbuster Nous sommes le 28 octobre 2015. Inspiré de l'univers de iRobot et Intelligence Artificiel, […]
  • Amateur, fan ou rêveur, nostalgique, passionné ?20 janvier 2021 Amateur, fan ou rêveur, nostalgique, passionné ? (0)
    La deuxième semaine du certificat en culture vidéoludique m'aura confronté à un problème personnel,  je ne me sens pas en accord avec le concept de "Fan de..." en lien avec le monde du […]
  • Wolfling, Relentless et Gridpix, mes 3 albums OST sur Commodore 6416 juillet 2019 Wolfling, Relentless et Gridpix, mes 3 albums OST sur Commodore 64 (0)
    Wouw, c'est avec beaucoup de fierté que je vous propose aujourd'hui de découvrir et d'écouter non pas 1, mais 3 nouveaux albums signés Cyborg Jeff ! J'ai en effet choisi de concentrer le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.