Archives de
Étiquette : PlayStation 3

The Last of Us, la petite intro qui change tout.

The Last of Us, la petite intro qui change tout.

Attendu depuis de longs mois, le premier épisode de la nouvelle série “The Last of Us” reprenant l’univers du jeu vidéo de Naughty Dog était diffusé ce lundi ! Bon, pas de panique, je ne vais pas spoiler !

Lors que le jeu vidéo débarquait sur PlayStation 3 en juin 2013, il se positionnait comme une grande réussite visuelle callée sur un gameplay qui avait fait ses preuves, celui des aventures de Nathan Drake dans Uncharted, dont les 3 épisodes s’étaient enchainées depuis le lancement de la 3° génération de console de Sony.

L’une des forces des jeux de Naughty Dog a été de créer de grandes aventures vidéoludiques, avec des personnages charismatique, une narration au centre de l’aventure (peut-être trop diront certains) et des environnements à couper le souffle.

Avec “The Last of Us”, leur équipe abandonnait l’univers des chasseurs de trésors pour s’orienter vers un sujet très en vogue à cette époque, un univers post-apocalyptiques sous la menace de « zombies »… Avec la série « The Walking Dead » démarrée en 2010, les films à succès que furent « Je suis une légende », « Le dernier des hommes », ou encore « 28 jours après » et bien évidemment tout l’univers « Resident Evil »,… The Last of Us n’apporte pas de grande révolution dans un genre très en vogue à cette époque, et pourtant, il parviendra à faire partie des titres qui marqueront une génération de joueurs !

Transposer cet univers au format série TV n’était à mon sens pas si simple à envisager alors que les 11 saisons de « The Walking Dead » et ces nombreux spin-offs, la thématique pourrait avoir été traitée ad noseum.

Sans vous spoiler le plaisir de découvrir la série, en quelques minutes, la première scène qui ne se retrouve pas dans le jeu vient donner une autre approche à l’univers dystopique dans lequel nous allons basculer, intégrant des éléments plus proches de nos craintes et angoisses aujourd’hui en 2023, comparativement à celles que nous avions en 2013 lors de la sortie du jeu ! Rien que ce nouveau regard donne à la série un point d’accroche totalement différent de ce qui a déjà été fait avec brio… ou de manière catastrophique, à l’image du récent projet « Resident Evil » produit par Netflix !

A suivre…

Lire la suite Lire la suite

Playing 2022, une PlayStation 5 et beaucoup de rétro gaming

Playing 2022, une PlayStation 5 et beaucoup de rétro gaming

Après de longues recherches, je démarrais l’année 2022 prêt à me lancer dans la nouvelle génération vidéoludique, heureux propriétaires de la nouvelle PlayStation 5 de Sony. C’est donc sans surprise que mon petit TOP/FLOP de cette année mette en avant 2 titres liés à cette dernière. En effet, depuis la sortie de Horizon Zero : Forbidden West en février dernier, peu d’autres jeux n’auront réussi à occuper notre intérêt. En prenant donc un peu de recul, il me faut donc bien reconnaitre que mon année 2022 n’aura qu’assez peu explorer cette nouvelle génération, pas même dans le vivier des jeux Indépendant.

L’abonnement Playstation vendu avec la PS5 m’aura laissé prendre en main quelques jeux loin de mon scope d’intérêt, et j’ai finalement plutôt utilisé mes petits moments de détente à (re)découvrir quelques anciens jeux sur mes anciennes consoles ou via l’abonnement Nintendo. Bref, j’en suis bien conscient, je m’éloigne de plus en plus du « panel » !

Les TOPs

horizon forbidden west

Horizon : Forbidden West (PS5)

Loin du panel « des joueurs », et pourtant, nous étions là, fin prêt, précommande validée pour l’arrivée de Horizon : Forbidden West en février dernier, à mes yeux le premier must-have pour découvrir la nouvelle génération de jeu sur notre nouvelle PlayStation 5. Voilà déjà cinq année que la nouvelle série vidéoludique Horizon Zéro est arrivée en exclusivité sur la console de Sony, et les première aventures d’Aloy allaient se montrer comme une sacrée claque. Après de nombreuses années à suivre grosso modo toujours les mêmes séries de jeu vidéo, Horizon Zéro me proposait ma première expérience prenante dans un vaste monde ouvert. Certes, nous avions déjà essayé Skyrim, mais l’univers, trop Tolkien, n’était pas à notre goût.

Si je dis « nous », c’est qu’Horizon Zéro fait partie de ces aventures vidéoludiques que je partage avec madame, qui le plus souvent à la manette en main. Traverser les territoires, s’émerveiller des lieux, se lancer dans d’équipes combats dynamiques contre d’étranges machines et petit à petit en découvrir de l’univers dans lequel nous évoluons. En effet, Horizon Zéro, premier du nom, proposait une trame narrative particulièrement bien travaillée qui permet de comprendre petit à petit la décadence de notre monde jusqu’à son auto-extinction… ou presque.

Le mode "photographe" dans Forbidden West ;)
Le mode « photographe » dans Forbidden West ;)

Ce second volet implique donc idéalement d’avoir terminé la première aventure, car certains personnages emblématiques et surtout l’explication de la transition de notre monde suite à l’opération Aube Zéro et ses ratés sont évidemment la base de la poursuite des aventures d’Aloy qui s’aventurera cette fois dans les terres de l’Ouest prohibé.

Les mécaniques de jeu ne changent pas. Des missions à remplir, des combats à remporter, des énigmes à résoudre, des creusets à explorer permettant d’améliorer ses compétences, ses armes, ses tenues. On ne change pas une recette qui gagne ! On y ajoute une nouvelle intrique tout aussi intéressante et des environnements encore plus somptueux, relevés par la vitesse d’affichage et surtout d’accès disque de la PlayStation 5. Horizon : Forbidden West se montre incontestablement mon coup de cœur pour cette année, même si l’on pourrait lui reprocher de ne pas tant se démarquer du premier opus, ce qui m’aura parfois un peu décroché de l’aventure.


Mario Kart 8 Deluxe - Season pass circuit

Mario Kart 8 Deluxe : Circuit Pass (Switch)

Je pestais l’année dernière sur les nouveaux tarifs de l’abonnement Nintendo, mais s’était sans compter la réussite de ce projet de « Circuit Pass » proposée pour Mario Kart 8 Deluxe. Cela fera bientôt 10 années que le jeu est sorti sur la WiiU et qu’il trône depuis lors comme le meilleur épisode de la série Mario Kart, offrant des courses folles en famille jusqu’à 4 sur la même télévision. J’étais pourtant un peu déçu lorsque Nintendo « ressortait » celui-ci du placard pour sa version Switch et pendant de longues années, nous avons donc continué à jouer à la version WiiU. Mais cette année, Nintendo a décidé d’offrir une énorme mise à jour à la franchise Mario Kart en proposant 6 vagues de 8 nouveaux circuits ! Et oui, d’ici Noël 2023, ce sont donc 48 circuits, le plus souvent issus d’anciens jeux de la série qui se retrouvent ajouté et embellis dans l’excellent écosystème Mario Kart 8, voilà qui méritait donc de demander aux Cloches une édition Switch, qui agrémente régulièrement les Weekends et ce, même si j’ai une sainte horreur de ce genre de modèle mercantile !


Kena : bridge of spirits

Kena : the bridge of spirit (PS5)

En attendant l’arrivée d’Horizon II sur ma nouvelle PlayStation 5, j’avais choisi Kena : Bridge of Spirits comme premier titre à découvrir pour cette nouvelle génération de jeux vidéo et je dois bien admettre que je n’ai pas été déçu. En effet, le premier « grand jeu » d’Ember Lab aura parfaitement réussi sa mission, me donner cette effet « Waouw » tant attendu.

Les environnements oniriques sont impressionnants et l’on a totalement l’impression d’être aux commandes d’un héros de film d’animation à la Disney, c’est vraiment bluffant ! Les musiques composées par Theophany qui accompagnent le jeu sont parfaitement dans le ton et le character design de notre héroïne, des minions petits Rots ou des ennemis est lui aussi très réussi !

Je m’étais déjà étalé sur ce jeu en début d’année, n’hésitez pas à vous replonger dans l’article écrit à son sujet : Un premier effet Waouw avec Kena : Bridge of Spirits

Lire la suite Lire la suite

Récupérer les jeux PSOne achetés depuis la PlayStation 3, sur sa PlayStation 5

Récupérer les jeux PSOne achetés depuis la PlayStation 3, sur sa PlayStation 5

N’y allons pas par 4 chemins. En juillet dernier, Sony a modifié ses abonnements PlayStation en 3 déclinaisons. La plus couteuse, la Premium + permettant entre autre de joueur à une série de jeux rétro issus du catalogue PsOne, PS2 ou PS Vita. Sur le moment, j’étais plus en colère face à Sony qui propose un service Retro à prix très, très fort ! D’autant que j’étais déjà passé à la caisse pour acheter quelques versions « numériques » de certains classiques il y a 10 ans, sur ma PS3 !

Et Sony, m’a laissé faire mon râleur… Alors qu’en fait !?

Me promenant par hasard dans le catalogue de Sony afin de découvrir, le finalement bien maigre catalogue de jeux Rétro proposés, je remarque que peux télécharger le titre « L’odyssée d’Abe«  acheté il y a une dizaine d’année sur ma PS3 ! L’ensemble de mes jeux rétro volatiles acheté par ce biais n’étaient plus disponibles lors du changement de génération, migrant sur la PS4, c’est donc avec le sourire que j’ai pu télécharger à nouveau mon achat !

Certes, c’est le seul titre que je peux récupérer à l’instant, puisqu’à l’heure actuelle seule 13 titres ont été ajoutés au catalogue. Ils peuvent d’ailleurs être acheté à l’unité et non uniquement disponibles depuis l’abonnement. Ce que Sony, n’a jamais mis en avant… Nous verrons si Rayman, Pandemonium 2, Theme Hospital et Crash Team Racing viendront s’ajouter à la liste dans le futur !

Pour mieux comprendre le jeu vidéo indépendant

Pour mieux comprendre le jeu vidéo indépendant

Je prends le temps de me poser dans un premier temps sur la première partie du sujet vendredi dernier se focalisantt sur les métiers du jeu vidéo et tout particulièrement le jeu vidéo indépendant dit “Indie”. Après la lecture de l’article de recherche “Le bonheur est dans l’Indé” coécrit par Vinciane ZABBAN qui animait la thématique.

Je vous livre dans un premier temps ce que j’ai appris de cette lecture.

Le bonheur est dans l’indé ? Trajectoires professionnelles des créatrices et créateurs de jeux vidéo Vinciane Zabban, Hovig Ter Minassian, Camille Noûs

L’article croise une série de destin, anonymisé, d’acteurs français qui entrent dans ce courant de développeur indépendant. Un courant qui tranche aujourd’hui avec l’image du geek programmant tout seul des jeux vidéo dans son garage, comme on le présentait au début des années 80.

Le bonheur est dans l’indé ? Trajectoires professionnelles des créatrices et créateurs de jeux vidéo Vinciane Zabban, Hovig Ter Minassian, Camille Noûs
Le bonheur est dans l’indé ?
Trajectoires professionnelles des créatrices et créateurs de jeux vidéo
Vinciane Zabban, Hovig Ter Minassian, Camille Noûs

Le créateur de jeux vidéo indépendants n’est donc pas un hobbyste ou un amateur, il s’agit bien d’un acteur professionnel. Néanmoins, comme nous le présente l’article, le terme jeu vidéo indépendant cible tant la production du jeu que sa distribution, hors du circuit des gros éditeurs. Mais c’est aussi un genre vidéoludique et dès lors un segment de marché. Enfin, on peut également aujourd’hui cible qu’il y a un manière de se revendiquer “Indie Game” avec une approche visuelle spécifique, une volonté d’être expérimental ou artistique.

Les acteurs français rencontrés dans le cadre du projet “TETRIS” dont découle l’article revendiquent cette appellation comme un positionnement alternatif de modalité de production. Ils vont créer leur “studio” à domicile, l’envie de faire leur propre projet, voir d’en concevoir l’ensemble des éléments plutôt que de manière morcelée comme c’est le cas de nos jours dans les gros studio de développement de jeux vidéo.

Ce nouveau statut est facilité d’une part par les nouveaux canaux de distribution propres aux jeux dématérialisés mais également grâce à l’accessibilité d’outils tels que Unity et des communautés d’utilisateurs.

Cette thématique sera remise sur la table dans la seconde partie de la journée, mais l’intérêt ensuite d’un bon éditeur sera d’apporter de la visibilité au produit finale car si la production est “locale” dans un petit studio, le produit lui est très souvent à destination mondiale, le plus souvent en anglais privilégiant parfois le chinois comme seconde langue plutôt que le français !

L’analyse de cette “nouvelle manière de faire des jeux” en s’émancipant des gros studios dans un nouveau courant, m’interpelle. 

Lire la suite Lire la suite

The Last of Us 2, le jeu de l’été

The Last of Us 2, le jeu de l’été

Confinés, déconfinés, masqués… et au fond dans ma bulle. L’été 2020 n’a eu que bien peu de chose pour nous laisser nous évader de nos semaines de travail et de nos journées de parents ! Resto, ciné ou même shopping semble être des activités d’un autre temps, dès lors, je suis plutôt content d’avoir finalement craqué assez vite sur l’achat du dernier « gros titre » sorti sur la PlayStation 4 en juin dernier : The Last of Us – Part 2.

Ce n’était pourtant pas partie gagnée. Si je ne m’inquiète pas que le dernier jeu de Naughty Dog n’explose les ventes, pour ma part, bon nombre d’éléments n’en faisaient pas un achat vital. L’année 2020 avait vu pointer quelques grosses pointures en même temps. Resident Evil 3, The Last of Us – Part 2, Xenoblade Chronicle ou encore Final Fantasy VII Remake. C’est sur ce dernier que notre choix s’était porté en fin mars et c’est en général le genre de titre qui nous occupe pendant de très longs mois, années parfois même. Mais le confinement aidant, nous avons bouclé madame et moi la première partie de l’aventure avant même l’arrivée du déconfinement. J’imaginais alors embrayer sur le remaster HD de Xenoblade Chronicle sur la Nintendo Switch, un titre que je suis depuis sa sortie sur la Wii mais Amazon avait annulé ma commande.

Bref, un soir de juin, entre deux épisodes de Fear the Walking Dead, j’ai fini donc par commandé le second épisode de Last of Us… et aujourd’hui que les vacances se terminent, je suis particulièrement content de l’avoir fait !

Une balade à cheval dans un Seattle dévasté - The Last of US 2
Une balade à cheval dans un Seattle dévasté – The Last of us 2

Alors que ces dernières sont maintenant dernières nous, je garde en mémoire de très bons moments des soirées passées à jouer à ce nouvel épisode de The Last of Us sur ma PlayStation 4. Les débuts de notre relation étaient pourtant délicats. Sans avoir pu voir la fin du première épisode sorti il y a 7 ans sur la PlayStation 3, je craignais grandement d’être un peu perdu dans la trame de l’histoire principale et tout spécialement sur la conclusion de ce premier épisode. Ellie et Joël, les personnages principaux avaient-ils réussi à rejoindre les Lucioles pour tenter de sauver « le monde » du terrible virus ?

Cette suite se poursuivant sept années plus tard, dans un monde toujours post-apocalyptique, plus que probablement pas, mais pour entrer un peu plus dans tous ces détails, il me faudra faire quelques « spoilers » dans l’histoire. Cet article a pour but de vous parler de comment ce jeu s’est intégré dans la liste des jeux qui m’auront marqué. Si vous souhaitez vous laisser quelques surprises, revenez me lire d’ici quelques semaines ;)

The Last of Us PART II, loin de la ville
The Last of Us PART II, loin de la ville
4 millions de copies vendues en 3 jours seulement ! Un record décroché par The Last of Us : Part 2 - BeGames
4 millions de copies vendues en 3 jours seulement ! Un record décroché par The Last of Us : Part 2 – BeGames

Une sortie du tonnerre et des chiffres incroyables nous annonce Be-Games. Mwouaip… je l’avais commencé depuis seulement deux jours que je me disais… C’est très beau, mais je ne suis pas vraiment emballé par ma première heure de jeux. Trop de personnages … 3 différents en peu de temps dont un qui sort d’on ne sait où… On se croirait dans le casting d’une série teenage mature de Netflix en s’assurant qu’ils soient bien « représentatifs », peu d’émotion dans le jeu tant de l’animation des acteurs que de leurs dialogues… Alors oui, techniquement, wouaw,… Ma PS4 pasPro a d’ailleurs soufflé pendant tout ce premier début d’aventure… ce qu’elle n’avait jamais fait jusqu’ici…. mais pour moi, ça manque cruellement d’un truc pour l’instant…

Lire la suite Lire la suite