Archives de
Étiquette : SmartPhone

Le plein d’idées pour la rentrée – J1

Le plein d’idées pour la rentrée – J1

La semaine dernière, notre équipe de production des MOOCs uLiège était à Ax-Les-Thermes afin de participer à la 18° édition du colloque Ludovia, d’une part pour présenter les résultats de son étude sur l’utilisation de nos MOOCs pendant la période COVID, mais également pour faire le plein d’idées numériques pour la rentrée.

Avant la publication d’un document plus officiel qui rassemblera les notes de chacun, je me conserve ici les miennes.

Je me suis régulièrement intéressé à des ateliers présentant des retours d’expériences, idées et outils permettant de ludifier des phases d’apprentissage. Parmi celle-ci l’approche Escape Game me semble relativement abordable à mettre en place.

L’Académie de Toulouse avait par exemple choisi de présenter une série d’outils numériques à utiliser dans ses Edulab au sein d’un Escape Game, soit une série d’énigmes à résoudre en manipulant les différents outils numériques qu’ils peuvent mettre à disposition des enseignants.

Point important, un moment est pris pour expliquer le concept de l’Escape Game et la finalité de l’expérience.

Un Merge Cube, cela ressemble à ceci !
Un Merge Cube, cela ressemble à ceci !

On retrouvera par exemple un Merge Cube à manipuler avec un casque VR (ou depuis un Smartphone). Ce genre de cube à imprimer et coller comporte des QR codes sur ses faces qui permettent d’afficher et manipuler des « objets virtuelles » en 3D.

Au sein d’un Escape Game, ce concept peut-être intéressant à mettre en place avec une personne qui manipule et un groupe qui doit trouver d’autres éléments connexes via d’autres sources. Un peu dans la lignée du jeu « Keep Talking and Nobody Explodes » que présentera plus tard l’équipe de Canope.

En soit, l’utilisation d’un Merge Cube peut également offrir une expérience à faire chez soi au sein d’un MOOC… à investiguer.

Ce fut l’occasion également de repérer deux autres outils intéressants. D’une part Thinglink, un outil permettant de créer des images et vidéo en 360° avec une couche d’interactivité, de quoi exploiter notre caméra Vuze. L’outil se montre simple et efficace, mais il faudra rester attentif à son coût calculé par étudiant, ce qui peut-être limitant dans un projet massif tel qu’un MOOC.

Créez facilement des expériences attrayantes pour les salles de classe et l’apprentissage à distance
Créez facilement des expériences attrayantes pour les salles de classe et l’apprentissage à distance

L’autre outil, plus simple se nomme Lockeece petit outil en ligne permet de créer des accès restrictifs basés sur un code à remplir ou un QR-Code à scanner. De quoi concevoir un dispositif d’Escape Game simplifié.

Lockee.fr permet de créer des cadenas virtuels (numériques, à directions, à schéma, etc.) déverrouillant l'accès à un contenu (texte, image, son, lien ou vidéo externe).
Lockee.fr permet de créer des cadenas virtuels (numériques, à directions, à schéma, etc.) déverrouillant l’accès à un contenu (texte, image, son, lien ou vidéo externe).

 


Ludovia18 - Cécile Cathelin et Gaëlle Hallez
Ludovia18 – Cécile Cathelin et Gaëlle Hallez

Je me suis ensuite intéressé à un retour d’expérience sur l’utilisation de Podcast audio dans la pratique pédagogique d’enseignants dans un lycée d’Orléans-Tours dans un cours de français. Le projet permet de réactiver les acquis, adapter le discours et les compétences orales. Il propose également de travailler l’écriture du scénario et du storyboard et bien évidemment différentes compétences numériques.

Aux cotés du traditionnel Audacity, les enseignants ont surtout utilisé Soundtrap, un outil de montage audio multi-pistes en ligne et gratuit qui permet par ailleurs, dans ses services facturés d’ajouter une couche collaborative.

Soundtrap, Le studio qui vous suit partout
Soundtrap, Le studio qui vous suit partout

Anchor.fm a également été utilisé, soit comme outil de conception ou de promotion. Les podcasts étant ensuite partagés au sein des établissements ou sur la plateforme Podcastics.

Afin d’enrichir le podcast, les enseignants ont pensé à réaliser une infographie regroupant l’ensemble de l’information. Le projet aura également permis de sensibiliser les étudiants à la problématique du RGPD et des droits d’auteur.


L’équipe #MOOC de l’Université de Liège était présente au colloque de #Ludovia18 dans les #Pyrénées 🇫🇷 🌲pour parler de l’utilisation des #MOOCs pendant le #confinement 😷. L’occasion de faire le plein d’idées 💡 numériques et pédagogues pour les Moocs et partager notre expérience aux collègues français 🗣#miseauvert🌲#escapegame #badgenumerique #manuelnumerique

Lire la suite Lire la suite

Quelques notes autour des métiers du jeu vidéo en Belgique

Quelques notes autour des métiers du jeu vidéo en Belgique

Dans la continuité de l’analyse sur le jeu vidéo Indépendant, la journée de formation de ce vendredi s’attardait également sur les métiers et le monde du jeu vidéo en Belgique. Avec un peu de recul toutes ces rencontrent permettent d’avoir un regard plus réaliste sur la situation chez nous. Pouvoir mesurer les ressources nécessaires pour un projet est une compétence importante si dans le futur de nouveaux projets étaient mis en place afin d’apporter une couche vidéoludique à un projet d’innovation pédagogique.

Quelques notes un peu moins « romancées » sur l’intervention de Vinciane ZABBAN lors de scéance en live de vendredi dernier permet de mettre quelques chiffres en lumière pour approfondir la réflexion entamée autour du jeu indé mais également face à notre petite Belgique.

Le plus gros studio français (avec des filiales hors de la France) représente 10.000 emplois dans le métier du jeu vidéo. En France un studio en moyenne emploie 50 à 60 personnes et l’on considére un “petit studio” entre 5 et 10 personnes. 

La conception d’un jeu implique de plus en plus une spécialisation de tâches, avec un métier “morcelé”.  Les studios font également appel à des travailleurs freelance.

Aujourd’hui, on peut considérer encore les métiers du jeu vidéo comme un travail d’artisan dans la conception et industriel dans sa production.

Temporalité d’un projet de jeu vidéo 2 à 3 ans

Prise de note du 21 janvier 2021

Epistory – interview de l’équipe montoise
Epistory – interview de l’équipe montoise

Dans la seconde partie de l’après-midi, nous nous sommes penchés sur la spécificité du Jeu Vidéo en Belgique autour de 4 acteurs actuels. Sophie responsable des aspects publicitaires de la société montoise Fishing Cactus que je connais tout spécialement pour son projet Epistory. Un jeu que je fais rentrer tant pour son approche artistique que pour son gameplay en marge des habitudes dans le courant Indie Games. 

Fishing Cactus. Tous ceux qui s’intéressent au business et à l’industrie du jeu vidéo en Belgique connaissent la boîte montoise fondée en 2008. Spécialisée jusqu’à aujourd’hui dans les jeux sur smartphone et les serious games, la société s’est lancée dans un nouveau défi avec un titre qui a tout du jeu indé, de la petite équipe jusqu’à l’esthétique tranchée et le gameplay de niche, mais porté par une structure plus large puisque Fishing Cactus est le deuxième plus grand studio belge après les Gantois de Larian Studios. Leur nouveau jeu s’appelle Epistory et il sort sur Steam… aujourd’hui ! Rencontre pour ce début d’une nouvelle aventure. — A lire l’interview de l’équipe d’Epistory sur Press-Start.

Jean Gréban, représentant de Walga et son équivalent flamand David Verbrugge. Tous les deux ont du bagage dans le monde de l’édition du jeu vidéo chez Infograme Benelux entre autres. J’avais déjà eu l’occasion il y a 2 ou 3 ans de participer à un events autour des actions de Walga afin de créer un pôle wallon mettant en avant les projets de jeux vidéo, le soutien aux développeurs et studio et surtout la sensibilisation à nos politiques de l’intérêt à apporter au secteur du jeu vidéo. On y parlait déjà à ce moment de mettre en place un Taxe Shelter.

 

Actuellement en Belgique on peut cibler 3 studios wallons principaux : Fishing Cactus (Epistory, Nanotales), Appeal* (Outcast) et Abrakham (J’en ai bien deux autres en tête, Crazy Monkey Studios* qui a réalisé Guns, Gore & Cannolli) ainsi que Exiin qui prépare le jeu Ary and the secret Season, jeu qui semble finalement il y a quelques mois conjointement avec Fishing Cactus.

Du belge à la Gamescom #3
Du belge à la Gamescom #3D’ailleurs je me souviens de 3 articles rédigés par Press-Start en 2015 qui présentaient plusieurs petits studios belges à la GameCom, le sallon du JV allemand.

Du 5 au 9 août, la Gamescom à Cologne hissera le drapeau belge ! Douze studios de toutes les Régions du pays occuperont un stand où vous découvrirez leurs futurs jeux vidéo en voie de finalisation. En attendant de les rencontrer sur place, Press-Start vous présente ces studios wallons, bruxellois et flamands dans une série de trois articles.Du Belge à la Gamecom à lire sur Press-Start

Je note également 3 studios flamands à découvrir : Larian (Divinity), Pajamalama Soft (Floatsam) et Happy Volcanos (The almost gone)… Je crois qu’il y a des fans de Jeff Minter (Llamasoft) en Flandre !

Enfin le panel était également composé de Pablo Coma, developpeur indépendant du Healer Quest, oeuvrant pour le studio “Schtroumpfs” avec également quelques projets vidéoludiques et maintenant game designer chez Appeal. Sympathique retrouvaille, puisque voilà 8 ans que je suis l’aventure de Pablo, avant même qu’il ne présente le projet de healer quest ; )

 

Lost Spirits of Kael, le premier album de Pablo Coma

Je retiens de cette table ronde qu’en Belgique nous avons du talent et de l’enthousiasme. Que les petits studios se questionnent sur le choix d’un “publisher”. Pas tant que pour une aide finançière mais également pour améliorer la distributions et surtout la publicité qui est un particulièrement long et chronophage à gérer pour un indépendants. (Salon, déplacement). 

Je termine mes notes avec des chiffres à garder en mémoire.
Epistory = 300.000€
Nanotale = 1M €
En 2 ans le studio Appeal est passé de 15 à 50 emplois.

Lire la suite Lire la suite

Un iPhone après près de 10 ans d’Androïd ?

Un iPhone après près de 10 ans d’Androïd ?

Depuis quelques années, les smartphones de Google, la série Google Pixel avaient un petit (voire grand) cran d’avance côté photo face aux fleurons de chez Apple. Ici, nous avons donc enchainé des Google Nexus 5 et Nexus 5x au Google Pixel XL, Google Pixel 2 et Google Pixel 3a. L’année dernière, le Google Pixel 4 s’est montré plutôt discret, alors qu’Apple rattrapait son retard. Aujourd’hui, il semble interessant de pencher sur la question Google Pixel ou iPhone ?

iPhone 12 vs Pixel 5 : quel est le meilleur, le plus abordable et lequel choisir ?
iPhone 12 vs Pixel 5 : quel est le meilleur, le plus abordable et lequel choisir ?

Les deux photophones compacts sont de belles propositions. À moins d’être un fervent défenseur d’Android, l’iPhone 12 est dans la globalité un meilleur produit que le Pixel 5, mais cela s’explique facilement par la différence de prix entre les deux appareils : le Pixel 5, avec plus de stockage, est presque 300 euros moins cher, le tarif d’un bon milieu de gamme. Nous apprécions tout de même les efforts consentis par Google au niveau de l’autonomie. L’iPhone 12 lui, impressionne avec sa puce surpuissante A14 Bionic gravée en 5nm et ses capacités en vidéo. Si vous cherchez avant tout un photophone ou un appareil pour consommer du multimédia, le Pixel 5 fait très bien l’affaire pour son tarif grâce à son logiciel performant et à son écran OLED 90 Hz sans encoche. L’iPhone 12 conviendra à ceux qui cherchent la rapidité avant tout ou qui refusent de se séparer d’iOS. (Un comparatif à lire sur Phonadroid)

Tant que les performances photos des Googles Pixels étaient au dessus de la concurrence, la question ne se posaient pas. Pourquoi passer à iOS. Cependant, Google semble vouloir rester un peu en retrait et ne se montre pas aussi audacieux que les nouveaux iPhones avec son Google Pixel 5. (Un autre comparatif à lire sur Phonadroid)

La bataille sur le terrain de la photo est vraiment intéressante. En effet, le Pixel 5 fait honneur à sa lignée et s’est déjà imposé comme l’une des références en la matière, mais il ne peut pas vraiment prétendre au titre de roi de la photo cette année tant la concurrence a su affiner ses armes. Et autant dire que l’iPhone 12 mini a de quoi lui opposer une belle compétition.

Sans entrer trop dans les détails, l’iPhone 12 se présente sous 4 déclinaisons. Le Mini, le « normal », le Pro et le Pro Max. Chacun étant déjà un produit de haute qualité, les modèles pro offrant 3 objectifs photos.

Chez Google, le Pixel 5 se décline également en un Google Pixel 4a aux performances photo similaires dans une coque plus basique et ne proposant qu’un seul module photo contre 2 sur le Pixel 5.

Force est de constater que cette année, l’iPhone a pris un jeu d’avance sur Google… La question se posant alors,…

 

Peut-on facilement migrer d’un système Androïd vers Apple ?

Migrer les contenus
Migrer les contenus

Apple propose la possibilité d’importer des données depuis un téléphone Android, il faudra alors télécharger une application sur le Google Store afin de mettre ne liaison les deux smartphones.

Le résultat se montre assez peu convaincant. Le nouvel iPhone a récupérer une grande partie des photos du précédent téléphone pour les importer dans l’App Photo d’Apple. Elles semblent cependant un peu mélangée… Quid de la possibilité maintenant de pouvoir synchroniser Google Photos avec l’iPhone, les photos vont-elles resynchronisées en double dans le sens inverses ?

Les agendas Google ou Contacts ne se sont pas importé par défaut, il aura fallu finalement que je m’attarde sur l’option manuelle.

Sur le terrain.

C’est madame qui a fait le grand saut, et elle s’est finalement très rapidement adaptée à l’usage de cet iPhone. Son utilisation étant moins complexe que la mienne. Sur le terrain, c’est essentiellement côté photo que l’attente était la plus importante et de fait la qualité des photos de l’iPhone 12 pro n’ont pas déçu comparativement à nos précédents Photophones connus pour être particulièrement efficaces : les Google Pixel 2 et 3a.

L’effet de profondeur, offrant un bokeh artistique s’active de manière automatique, il est parfois plus prononcé que sur Android, mais il peut être adouci au besoin en post-pro. En extérieur, le piqué est assez réussi, et lorsque l’on réalise une photo de type Marco, l’objectif offre naturellement une belle nuance sur le sujet.

J’ajouterais petit à petit quelques photos intéressantes.

 

 

CTRL+SHIFT+M, le mode « Mobile » de Firefox

CTRL+SHIFT+M, le mode « Mobile » de Firefox

Petit astuce à retenir lorsque l’on développe un site web ou que l’on cherche tout du moins à ce faire un aperçu de son résultat en mode « Mobile », que ce soit sur une tablette ou un Smartphone. Si j’ai l’habitude de prendre mon device pour faire le test, il existe, au moins dans Firefox, un raccourci clavier tout simple >> CTRL+SHIFT+M

Adieu le gratuit chez Google

Adieu le gratuit chez Google

Depuis de longues années, Google s’est positionné en proposant la majorité de ses outils de manière gratuite et illimitée là où très vite, son concurrent Apple se montrait payant et couteux. Bien évidemment, tout le monde le sait, le gratuit de Google se monnaie en réalité au travers nos « données personnelles ». Ce rapide constat est peut-être réducteur de la complexité de la situation, mais il n’empêche que Google est entrain de changer d’approche. Le tout gratuit et illimité, c’est bientôt fini !

Discrètement, depuis quelques temps par exemple, la possibilité de stocker de manière illimité toutes ses photos en qualité maximale sur Google Photos, ex-Picassa, s’était limité à 15go ou le passage en « Haute Définition » recompressé par Google. Une condition qui pouvait encore sauter, pour peu que vous possédiez un téléphone de la série Google Pixel, mais encore une fois, c’est fini. Chez Apple, le stockage iCloud propose 5go dans son tarif gratuit, que vous soyez propriétaire d’un iPhone, un iMac, un iPad ou non. Au de là, il faudra payer.

 Google Photos : le stockage gratuit et illimité, c'est bientôt terminé

Google Photos : le stockage gratuit et illimité, c’est bientôt terminé

Google semble donc prendre cette direction aussi, une limitation de stockage qui englobera Photos, Gmail et Google Drive semble-t-il. Afin de pousser l’utilisateur à passer à la caisse, certaines options de retouche photo devraient elles aussi être réservées aux abonnés de Google One, comme tout cela est pressenti depuis quelques semaines déjà. Certaines options de synchronisation vers des solutions externes semblant même disparaitre…

Après cinq ans de stockage gratuit et illimité en « haute qualité », Google siffle la fin de la récré. Le très populaire Google Photos changera de formule le 1er juin 2021. Ses utilisateurs bénéficieront désormais d’un espace de stockage gratuit de 15 Go. Au-delà de cette limite, il faudra payer, tout simplement. En réalité, c’est d’un changement plus profond qu’il s’agit puisque cet espace restreint concerna également Gmail, et l’ensemble des documents stockés sur Drive. Dès le 1er juin, il faudra donc mettre la main au porte-monnaie pour acheter du stockage supplémentaire via Google One. (A lire 01.net)

Lire la suite Lire la suite

Posting....