On a joué à Akropolis

On a joué à Akropolis

Un Weekend, un petit peu moins chargé. Juste un tout petit peu moins. Deux malades, un match de Basket à Oupeye, les entrainements de Cheerleading et 3 ou 4 bilans à préparer pour la semaine. C’est bien moins chargé que la semaine passée ! J’allais donc pour tenter de proposer à mes grands une première partie d’Akropolis, un nouveau jeu de société reçu il y a quelques semaines pour mon anniversaire !

En effet, voilà déjà un bon moment que je le garde à l’oeil, mais même si nous apprécions ces moments en famille, l’armoire est bien remplie de bons jeux et le temps manque et qui pousse finalement à ressortir les mêmes jeux. Depuis lors, Arkropolis  a été nommé le jeu de l’année 2023 et même SiteGeek s’est attardé sur lui !

Sur papier, le principe est simple : construire une cité avec des tuiles qui représentent des habitations, des marchés, des casernes, des temples et des jardins.

Chaque joueurs construit sa propre ville en récupérant à son tour les tuiles les plus intéressantes à son objectif personnel. Celles-ci se pose les une à coté des autres mais également en hauteur où, au décompte finale, elles auront plus de valeur.

Les règles sont plutôt simples, mais il faudra y penser à tout moment. Seul le plus grand quartier d’habitation rapportera des points, les marchés ne doivent pas se toucher, les casernes de milices se positionner aux limites de votre cités et les temples à l’intérieur. Enfin, vous pourrez construire des « places » qui apporteront des coefficients multiplicateurs aux différents quartiers de votre cités.

A votre tour, vous devez sélectionner sur le chantier la tuile qui vous intéresse et au besoin payer votre droit de priorité. En construisant des étages à votre ville, vous pourrez récupérer de la pierre, monnaie d’échange à la carrière.

Les grands (15 ans et 12 ans) ont rapidement pris plaisir au jeu. Il faut rester attentif à l’espace que prend la cité en se développant. Pas si facile d’anticiper le nombre de point dont va disposer votre adversaire, on reste donc assez « personnel » dans sa manière de jouer, ce qui crée une certaine rythmique rapide aux parties.


akropolis
Le principe est simple : nous construisons une cité avec des tuiles en forme de.. ce n’est pas important… donc nous construisons une cité avec des habitations, des marchés, des casernes, des temples et des jardins.
Chasse aux trésors

Chasse aux trésors

Souvent je rêve de ces histoires de pirates. De carte aux trésors qui me mèneront moi aussi à un coffre, rempli de précieuses Micro Machines !

Hier, peut-être pour la première fois, j’ai vécu l’excitation d’une telle aventure, en ramenant mon butin à la maison !

Voilà bien longtemps que je n’espérais plus trouver de carte aux trésor pourtant, encore moins dans le marketplace de Facebook à moins de 10km de chez moi. Pourtant ce soir-là, je vois apparaitre une photo avec, semble-t-il beaucoup de Micro Machines, et d’un rapide coup d’œil, plutôt bien conservées et de première génération. Sans trop y croire, je laisse un petit message « Encore disponible« , et nous convenons, avec risque, un rendez-vous dans 3 jours.

Rêvant des grosso-modo 45 bijoux à ramener : Deluxe, Classique, Moto, Insider,… je vois apparaitre un nouveau message qui me dit « J’ai encore retrouvé tout ceci » !!! Wouw, voilà qui est intenable, certes il y a bien quelques Funrise et autres clones, mais bien peu !

Le jour J, prêt à prendre la route en glissant un détour dans mon agenda bien chargé, je découvre avec horreur qu’un convoie de tracteurs et d’agriculteurs en colère s’est installé exactement devant la sortie d’autoroute qui même à la croix sur ma carte. Je vais devoir annuler, tenter de reporter ma chasse aux trésors… Elle va me passer sous le nez…

Je prends donc mon courage et mon volant entre les mains pour trouver quelques raccourcis dans la ville. Une rencontre aimable, « les anciennes » de son mari qui en avait donc retrouvé un tupperware de plus ! Et me voilà avec mon coffre aux trésors ramenant 130 précieuses Micro Machines, quelques cailloux et 2 mini Transformers.

Je me sens comme l’Oncle Picsou avec des pièces d’or entre les mains, et je vois déjà le sourire jusqu’aux lèvres des enfants lorsqu’elles glisseront sur la table pour une journée de jeu incroyable !

Lire la suite Lire la suite

OpenAI présente Sora

OpenAI présente Sora

La création de contenus vidéo en ligne de commande se concrétise avec la présentation de Sora développé par OpenAI (ChatGPT), soit la création de contenus vidéo produits par intelligence artificielle au départ de texte.
Tout cela est encore en anglais, mais cela donnerait grosso-modo : « Un chat essaie de réveiller son propriétaire qui dort pour recevoir son repas. Le propriétaire essaie d’ignorer le chat but le chat essaie de nouvelles tactiques. »

extrait vidéo créé par l'intelligence artificielle SORA
extrait vidéo créé par l’intelligence artificielle SORA

Si cela parait assez drôle et impressionnant, d’autres « prompt » permettent de créer des contenus où ils devient difficile de distinguer le vrai du faux : « Une vidéo historique qui présente la Californie durant la ruée vers l’or« .

extrait vidéo créé par l'intelligence artificielle SORA
extrait vidéo créé par l’intelligence artificielle SORA

A cela évidemment on peut ajouter une question de plus en plus sensible, quel avenir pour les métiers créatifs, artistiques et même techniques autour des média et du numérique, lorsque l’on regarde ce que donne : « Un monde en papier magnifiquement rendu représentant un récif de corail, regorgeant de poissons colorés et de créatures marines« …

extrait vidéo créé par l'intelligence artificielle SORA
extrait vidéo créé par l’intelligence artificielle SORA

Bien sur, ce que nous présente OpenAI est bluffant, mais au regard des performances parfois encore peu convaincantes de la création d’image par Intelligence artificielle, je me demande quel est le gap entre la création pure de contenu vidéo et la construction de vidéo au départ d’une base de donnée de clips…

Plus d’informations sur Sora : https://openai.com/sora

Découvrons la Gamate, le copain pour jouer !

Découvrons la Gamate, le copain pour jouer !

Après avoir sorti des archives la Super Vision et la Game Master ces deux dernières années, je poursuis donc ma découverte des consoles tentant de concurrencer la Game Boy de Nintendo au début des années 90, toujours à la recherche de celle que possédait mon ami Xavier

Puisqu’il ne s’agissait d’aucune de ces deux consoles, me restait à mettre la main sur une Gamate et/ou une Mega Duck.

Je me suis donc concentré sur la première, qui avec sa forme de SEGA Game Gear, se rapproche le plus de mon souvenir : console noire, allongée, monochrome et proposant des jeux plus basiques que la Game Boy.

Effectivement, une fois en main, la Gamate se montre clairement moins « noble » que les consoles de SEGA et Nintendo, même si elle repose sur une technologie d’écran DOT MATRIX LCD comme annoncée sur la Game Boy de Nintendo. Bien que proposant un écran d’une résolution de 160×152 pixels, un peu plus grand que celui de la Game Boy, la console se montre moins imposante.

La Gamate de BIT Corp, un air de Game Gear, des composants copiant la Game Boy.
La Gamate de BIT Corp, un air de Game Gear, des composants copiant la Game Boy.

J’ai cru un moment que cette console était poussée par l’un des studio anglais B.I.T.S. ayant développé des jeux pour la Game Boy et la Super Vision. Ce qui me faisait dès lors imaginer une console, certes moins folichonne que la Game Boy, mais qui serait de qualité honorable. Malheureusement, j’ai confondu le studio B.I.T.S. avec la société Taiwanaise BIT Corp. qui va donc concevoir la Gamate. Il ne s’agit pourtant pas pour celle-ci d’une première apparition sur le marché des jeux-vidé ! Après avoir réalisé quelques jeux pour l’Atari 2600 et la Coleco Vision, BIT Corp. avait par exemple conçu pour le marché asiatique une console pouvant lire les cartouches Coleco Vision ainsi que les Cards de la console SEGA SG-1000.

Dans l’ouvrage A la découverte de Consoles Insolites d’Anthony Boudin chez Third Edition, on évoque d’ailleurs l’idée que la Gamate aie été développée par rétro-engineering, soit en analysant le mode de fonctionnement de la Game Boy de Nintendo, les composants des deux machines étant particulièrement proche.

A l’image de la Game Master et de la Super Vision, ce sont plusieurs sociétés qui vont s’occuper de la distribution de la console sur le marché Européen au tout début des années 90, dont GIG en Italie et en Belgique, une entreprise bien établie dans l’importation de jouets, comme par exemple les Micro Machines ! Lancée en 1990, la Gamate sera accompagnée de pas moins de 50 jeux là première années, et en proposera un peu plus de 100 avant de petit à petit disparaitre.

Avec un prix moindre que la Game Boy, sa poussée sur le marché italien a probablement permis à la Gamate de se démarquer parmi les autres clones de Game Boy dans cette partie de la Belgique !

Le packaging italien proposé par GIG du jeu Marauder pour la Gamate.
Le packaging italien proposé par GIG du jeu Marauder pour la Gamate.

Lire la suite Lire la suite

Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants…

Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants…

… ou pas !

Ah pour sur, avec la série Final Fantasy, quand tu termines le jeu, il n’y a jamais d’heureux dénouement, et ce n’est pas ce dernier volet Final Fantasy XVI qui dérogera à la règle.

Les flashback sont nombreux dans Final Fantasy XVI et construisent petit à petit la narration.
Les flashback sont nombreux dans Final Fantasy XVI et construisent petit à petit la narration.

Si le jeu nous a ponctué tout au long de l’aventure de nombreux retour en arrière dans le passé des personnages Clive, Jill ou même notre compagnon canidé Talgor, je dois bien admettre que je m’attendais à minima à quelques choses de plus ambitieux, qui nous fassent voyager de contrées en contrées… voir peut-être d’un retour du héros, Clive, malgré la mort de son jeune frère… mais que nenni, ce Final Fantasy restera dans le même courant que les précédents… avec des sentiments qui semblent difficile à faire sortir entre nos protagonistes principaux, là où l’honneur, la foie et le devoir semblent tellement prendre le dessus. Des valeurs évidemment plus fortes chez nos amis japonais qu’ici en Europe…

La séquence de fin en soit n’est pas entièrement loupée, elle cache même un clin d’oeil plutôt réussi sur le monde en devenir de Valisthéa. En réalité, les éléments que j’aurais aimé voir rassemblé pour clôturer mon aventure sont distillés aux travers des quêtes annexes.

Lire la suite Lire la suite