Résoudre le bug d’éclairage dans Cities Skylines sous MAC

Résoudre le bug d’éclairage dans Cities Skylines sous MAC

Bon, hasard des publicités ciblés, n’est-ce pas. J’ai reçu une invitation à acheter Cities Skylines à -75%. Le titre s’annonçait autonome mais il implique malgré tout d’être ensuite inclus dans Steam, donc de refaire la procédure de reconnaissance de mon compte 1x, 2x… puis d’installer Steam, puis le jeux… et puis là, j’avais un gros bug d’affichage sur les éclairages dans le jeu. (Bug Light MAC). Plus que probablement dû au fait que le jeu ne switch pas sur la carte Nvidia du MAC, pourtant activée avec les webdriver Nvidia… Bref, j’ai trouvé cette astuce pas si facile à intégrer dans l’interface de Steam qui force l’utilisation de l’OpenGL.

Should work if you launch it with Set Launch Options in steam: Right click Cities : Skylines -> Properties -> SET LAUNCH OPTIONS...
-force-opengl
Pacman Syndrome : En mode construction

Pacman Syndrome : En mode construction

Bon, je ne vous apprends rien si vous êtes fidèles au poste : Le fiston est fan de jeux-vidéo de Construction. Les Sims 4 sont évidemment favoris, mais bien souvent il me demande à découvrir d’autres choses. Et sur le vieux PC, incapable de faire tourner un jeu si moderne, c’est Banished qui s’en sort le mieux. C’est évidemment de madame qu’il tient cela. Ma Snorkys a, elle, bien moins le temps jouer, comme moi. Mais je sais qu’elle sera intéressée par ce petit tour d’horizon de ce que j’avais repéré ces derniers temps… (temps parfois ancien, je l’admets !)

0 A.D.
0 A.D.

Alors, j’ai par exemple découvert il y a peu le jeu 0 A.D. Le titre n’est pas vraiment le plus sexy qui soit, mais en gros, c’est un Age of Empire gratuit. Il reprend un moteur similaire a AOE 3, un moteur open source et se décline donc, pour l’instant en version alpha sur PC, MAC et Linux. Le jeu est téléchargeable à cette adresse. J’ignore s’il n’est disponible qu’en anglais, mais dans la mesure où Charly joue à Banished en anglais. Ce n’est tout de même pas un frein !

Cities Skylines
Cities Skylines

Autres titres que nous apprécions tous dans la famille : SimCity. J’ai d’ailleurs tenté sans succès d’installer notre ancien SimCity 4 (2003) pour Charly, pendant les vacances. Rien à faire, il aura fallu trouver une solution avec le SAV d’Electronic Arts pour transférer le titre sur Origin, la plateforme en ligne de l’éditeur. Depuis lors, Simcity était ressorti, dans une 5° opus mais qui tout en apportant une série d’amélioration offrait également de nombreuse limitation. Depuis longtemps, je lorgne sur Cities Skylines, bien plus ambitieux, plus beaux, plus souple, longtemps resté exclusif à Windows et qui depuis peu, à coté de ses addons est également compatible sous MAC. Mon seul frein restant qu’il ne tourne qu’à l’intérieur de Steam… Cette machine à vapeur qui vient grapiller les ressources de votre machine. (Mwouaip, je n’aime pas Steam.)

 

Hier, avec Charly, nous regardions une petite vidéo qui présentait les 20 prochaines sorties dans ce style de jeux de “Construction”. J’ai été notamment attiré par le style très “Wall-E” de The Colonists que l’on découvre en tout début de reportage. Le titre est toujours en développement et orienté PC/Steam, mais je le tiendrais à l’oeil. Le prochain Anno 1800 cible l’époque victorienne, ce qui est plus séduisant que le future, je trouve…. Plus loin dans la vidéo j’ai été très attiré par Ancient Cities qui propose de suivre un groupe de chasseur/cueilleur et de le faire survivre et évoluer en village digne de l’époque des prophètes.

Je vous avoue, j’ai quelques autres trucs plus anciens que j’avais mis de coté. Je re-sortirais cela des cartons d’ici peu. J’ai également vu que le jeu Constructor auquel madame jouait des heures durant à l’époque de la première Playstation est ressorti sur la PS4. Est-ce que cela la tenterait ?

Constructor - PS4
Constructor – PS4

 

Nos vacances dans les Landes et Pays Basque

Nos vacances dans les Landes et Pays Basque

Aah, ce que j’aime les vacances en France ! D’autant que cette année nous partions “à l’aventure” dans une contrée encore non-explorée entre Arcachon et Bayonne, de quoi découvrir les Landes et même le Pays Basque. Comme je vous en parlais début du mois en goupillant le Road Book, nous avions choisi de découvrir le Camping Sandaya du Col Vert. L’année dernière nous avions testé la chaine Feerix à Marseillan. J’y avais très apprécié les animations pour les enfants, mais j’étais assez déçu du confort de notre “Mobilhome”. Ici, avec un standing 4 coquillages et malgré un modèle en 40m2 pour nous 6, j’ai été agréablement surpris de l’optimisation des lieux. Fini de me cogner partout ou ne savoir où m’assoir. De manière générale, le camping était moins aride qu’à Marseillan et la piscine, tant pour les grands que les petits était très chouette et je n’ai pas eu l’impression qu’il y ai eu trop de monde. Nous avons pu profiter de la location de vélo pour aller faire des balades. Impossible de mettre tous les vélos dans la voiture, mais j’étais tout de même content d’avoir pu glisser le vélo d’Alice et Juliette au dessus des bagages, dans le coffre, histoire que les filles poursuivent leur maitrise du deux roues !

Megaplouf dans la piscine du camping du Col Vert - Sandaya
Megaplouf dans la piscine du camping du Col Vert – Sandaya

Nous n’avons pas eu l’occasion de beaucoup profiter de la plage au bord du lac car bien sur nos vacances sont toujours remplies de visites et cette fois encore nous aurons parcouru pas loin de 4000km en 10 jours. Enfin, reste que les activités dans le camping m’ont du coup semblé un peu en retrait face à Carabouille et Gauffrette qui “mettaient l’ambiance” au camping Féerix ; )

Bref, je nous avais concocté un sacré Roadbook dont nous n’avons pu faire que quelques embranchements, de quoi envisager donc revenir dans cette région qui m’a vraiment agréablement plue… Un petit mélange entre les Polders de notre Mer du Nord et les Hautes Fagnes, bref en route pour nos vacances d’Arcachon à Bilbao en passant par San Sebastian, Biscarosse ou encore Espelette

J1. Hossegor : Surf, Rollers et glaces

Vacances au camping Col Vert - Sandaya - Premier plouf dans la piscine
Vacances au camping Col Vert – Sandaya – Premier plouf dans la piscine

Partis un peu plus tôt que d’habitude pendant la nuit, le contournement de Paris s’est passé sans encombre et nous arrivions, pauses comprises en fin de matinée à notre Camping du Col Vert. Le temps de découvrir celui-ci, la petite plage au bord du Lac Léon, le petit restaurant, notre “cottage” et nous nous empressions d’aller découvrir la piscine sous un soleil radieux ! J’étais un peu inquiet, qu’en pleine saison, celle-ci ne soit noire de monde, rendant la gestion des 4 petits monstres, mais il n’en fut rien. L’espace “enfants” (jusqu’à 10 ans) était d’ailleurs plus qu’agréable et notre petite sirène Rose s’y est donné à coeur joie.

Hossegor, capitale du Surf et des rollers
Hossegor, capitale du Surf et des rollers

En fin de journée, malgré le gros 1000km parcouru, nous prenions à nouveau la route pour passer un moment à Hossegor, “capitale” du Surf et des rollers. Comme beaucoup de stations balnéaires de la région, Hossegor se coupe en un coté plage et un coté centre. Ce dernier se situant au bord d’un lac aux eaux plus paisibles. Avec ces magnifiques villas et son coté un peu chic, le centre d’Hossegor m’a bien plu et j’y ai mangé, toutes régions de France confondues, les meilleures glaces qui soient ! Régulièrement l’idée de refaire étape à Hossegor en cours de journée s’est d’ailleurs envisagée… pour les glaces, les magasins ou encore le parc de jeux pour enfants… mais notre soif de découvertes nous a emmené toujours un peu plus loin.

J2. Dans le bassin d’Arcachon

C'est l'heure du petit déjeuner avant de partir en visite
C’est l’heure du petit déjeuner avant de partir en visite

Alors qu’en Belgique, il fait chaud avec un soleil qui ne semble jamais vouloir s’éteindre, au bord de l’Océan, non loin des Pyrénées, la météo est un plus capricieuse. Avec un tel roadbook, il s’agit de bien faire ses choix. J’avais donc prévu pour cette 2° journée de nous rendre à Gujan Mestras, la ville aux 7 ports au bord de bassin d’Arcachon, d’y louer des vélos et se faire une grande balade avant de terminer la journée à Arcachon, voire se rendre jusqu’à la Dune du Pilat. Mais changement de programme, arrivés à Gujan Mestras… nous sommes restés assez perplexes quant à cette étape. Je dois bien admettre que les différents lieux à visiter autour du bassin, et de manière générale dans la région ne permettent pas vraiment de se faire une bonne idée de l’intérêt ou non d’y faire étape au départ de leur site internet. Dans les faits, Gujan Mestras étale ces 7 ports dans un genre de bassin ostréicole plutôt industriel et le long d’une voie de chemin de fer. Après deux tentatives d’arrêt sans y trouver d’âme… nous avons donc repris la route jusqu’à Arcachon.

En bateau dans le bassin d'Arcachon
En bateau dans le bassin d’Arcachon

Ville plus importante, très appréciée de Napoléon pour ses bienfaits thérapeutiques, Arcachon offre un très bon compromis entre ambiance commerciale, plage, architecture et histoire. J’aurais aimé y rester un peu plus longtemps pour y découvrir la ville d’hiver et ces villas d’époque. Après une pause restaurant sur la place du marché, nous avons été faire un petit tour en bateau voir de loin, certes, mais voir tout de même l’île aux oiseaux et la Dune du Pilat, deux attractions typiques de la région. C’était une première pour notre grande famille que de monter dans un bateau, et les enfants ont grandement apprécié cette excursion d’une heure en mer.

Le GPS TomTom est mort !
Le GPS TomTom est mort !

Le retour fut ponctué d’un peu d’aventure supplémentaire, la mort de notre GPS, alors que nous étions à plus d’une heure du camping. Il aura fallut se reposer sur un Google Map pas vraiment adapté à la conduite accroché avec les chouchous de Rose à notre feu TomTom…

Cette “virée” vers le nord, du coté d’Arcachon aura pour finir été la seule de nos 10 jours de vacances. il restait pourtant encore tant à y découvrir, comme tout le coté du Cap Lège-Ferret ou le petit port de Biganos… une autre fois peut-être…

Lire la suite Lire la suite

Maintenant, c’est le bazar dans la synchro Facebook

Maintenant, c’est le bazar dans la synchro Facebook

Depuis le 1° Aout, FB a drastiquement modifié la manière dont le contenu peut-être publié de manière automatisée sur un profil suite aux nombreuses tourmentes qu’il a vécu ces derniers mois. La vis a été serrée à tel point qu’il est même compliqué de simplement ajouter un “partager” sur Facebook dans son propre blog. Même l’outil “Publicize” de WordPress n’est plus supporté, alors ne parlons pas de SNAP AutoPoster que j’utilisais pour programmer des publications et par la même occasion récupérer les interactions sur FB vers le Blog… histoire de le faire vivre un peu… Mais là je vous avoue, qu’entre les fortes chaleurs, les enfants, le temps qui me manque… j’en ai un peu mare de me casser la tête pour donner un semblant d’interaction sur mon Blog. Facebook a tué les interactions vers ce dernier depuis trop longtemps et les habitudes sont telles que plus aucun amis n’y vient… ou presque

Il n’existe que pour moi et pour ceux qui y cherche des infos… A moins que je ne me concentre sur Twitter dorénavant.

Lire la suite Lire la suite

100% e-Media : Le point coté matériel photo, quid du D850 ?

100% e-Media : Le point coté matériel photo, quid du D850 ?

Actuellement, je travaille avec un Nikon D4 et un D750. Le premier se montre plus que performant, malgré sa définition en dessous de standards actuels, évidemment assez lourd et surtout déclenche depuis un certain temps déjà. Le second, léger est pratique pour certains reportages, mais son ergonomie n’est pas optimale lorsque je dois notamment passer régulièrement d’un endroit sombre à très lumineux. J’ai donc commencé à garder un oeil plus avisé sur l’actu photo cette année, notamment depuis la sortie du Nikon D850 qui semble se positionner comme un vrai successeur du feu D700, mais également sur les récentes annonces de Nikon d’un nouveau boitier hybrides Full Frame pro.

C’est évidemment d’abord Nikon Rumors qui a lâché les premières informations quant à ce nouveau boitier hybride qui se positionne pour contrer le performant Sony A7. Il devrait être décliné en deux versions. L’une en 24mp comme le D750 et l’une montant à 48mp comme le D800. Le boitier s’annonce être très performant pour filmer également, avec une mise au point améliorée encore, même si l’inconnue est encore la longévité des batteries.

Nikon confirme l’arrivée d’un appareil photo plein format hybride
Nikon confirme l’arrivée d’un appareil photo plein format hybride

Clubic confirme également l’arrivée de Nikon dans ce secteur tout en précisant que Nikon devra également proposé des objectifs FX dédiés à ce nouveau système, ce qui est déjà moins aguichant !

Peu de détails sont pour l’heure connus. On sait que Nikon travaille sur sa future génération FX (le terme qui désigne le plein format), et que les appareils hybrides plein format auront une nouvelle monture d’objectif. Il faudra donc développer des objectifs dédiés. Pas de panique, une bague d’adaptation pour les objectifs actuels sera proposée, mais c’est bien un nouveau système qui va être lancé en parallèle. (A lire sur Clubic)

Néanmoins je reste donc à garder le D850 à l’oeil. Sorti fin de l’année dernière, il se situe tout de même dans un budget au de là de 3500€. C’est moins que le D4, certes, mais bien au dessus du D700, D750 et D800. Ce dernier, utilisé essentiellement en studio avait comme défaut à mes yeux de ne pas être très performant en basse en lumière, dépassant difficilement les 3200 ISO dû à son énorme capteur. Le D750, lui monte jusqu’à 4000 ISO, là où je grimpe quand même jusqu’à 6400 avec le D4.

Test du D850
Test du D850

Cependant, l’ergonomie du D750 avec son unique roulette, implique des combinaisons de touches peu adaptées à mon approche de photographe, ça limite à une vitesse de 1/4000 me dérange souvent lorsque je travaille en plein soleil et que je passe régulièrement de l’intérieur à l’extérieur. (Puisque la gestion de l’ISO est loin d’être ergonomique).

(…) Le D850 vient donc se positionner entre les deux premiers protagonistes en proposant également un capteur 24 x 36 rétroéclairé avec 3 “petits” millions de pixels en plus que le modèle Sony. Rappelons qu’un capteur rétroéclairé permet une meilleure capture de la lumière et un traitement plus rapide du transfert. (…) En faible lumière, le D850 devrait également savoir les “gérer” avec une plage ISO qui s’étend nativement de 64 à 25 600 ISO et qui pourra être étendu de 32 à 102 400 ISO. Nous avons pu essayer un boîtier de présérie et nous vous proposons quelques images avant de pouvoir tester le nouveau boîtier en studio selon notre protocole habituel. (Un test complet à lire sur Focus Numérique)

Il y a une an, je me disais “Enfin une vraie bombe ? Entre un D750 trop en retrait pour être le boitier parfait, un D810 qui manque de performance en basse lumière et un D5 lourd et très très cher… voici peut-être enfin l’appareil photo “parfait” attendu depuis si longtemps chez Nikon ? ” Si je suis plutôt confiant quant aux performances en basse lumière du D850 et sa technique de capteur rétroéclairé, reste la logistique qu’il implique. Avec 45mp, la taille d’un reportage sur le disque-dur en NEF, face au 16MP du D4 risque d’impliquer également un équipement de retouche et archivage de photo plus conséquent… à suivre !