Saint Nicolas en rupture de stock.

Saint Nicolas en rupture de stock.

Déjà les deux pieds plongés dans le mois de novembre, l’anniversaire des filles passés, notre plongeon à Center Park également, il était plus que temps que chacun se lance à écrire sa petite lettre au Grand Saint Nicolas… Même si, j’en suis certain, il ne manquera pas de leur rappeler d’être un peu plus sage et d’être plus appliqué à l’école ! Ouaip !

Et temps, il l’est… De fait, il semble de plus en claire que le grand Saint Nicolas autant que son acolyte le Père Noël ont tous deux de gros soucis dans leurs usines. Difficile de savoir si les causes sont liées à des foyers de COVID chez les lutins, si quelques Pères Fouétards dissidents font du scalping des jouets les plus demandés par les enfants pour les revendre aux marchés noires. Si les grèves des douanes des nuages ont plus d’impact que l’Âne qui ne retrouve plus son pass-COVID….

Allé, cessons le sarcasme, et plongeon nous dans la bonne humeur de ce moment plein de magie… car bien qu’en retard, nos 4 morlocs ont tout de même eu la chance de voir Saint Nicolas et sa parades d’elfes le Week-end dernier !

La Parade de Saint Nicolas - Center Park, 2021
La Parade de Saint Nicolas – Center Park, 2021

Cette année encore, Papa a bien fait savoir à tous les amis de Saint Nicolas de ne pas oublier d’envoyer à la maison les catalogues d’idées ! JouéClub, Broze, Carrefour, Spirale et Dreamland était donc au rendez-vous pour notre après-midi « Lettre à Saint Nicolas ».

Tout d’abord, chacun découvre et cherche ce qui l’intéresse dans les catalogues avant de faire ses découpages. Il faudra ensuite faire des choix, réfléchir à ce que Saint Nicolas n’a pas déjà apporté, ce qu’il est plus que probable qu’il n’apporterait pas et ce que l’on aimerait tant… afin de ne coller sur la lettre que les bons choix… Le dilemme est parfois intenable ! … Et l’on oubliera évidemment pas d’écrire un petit mot à Saint Nicolas et lui faire un petit dessin, n’est-ce pas ?

Lire la suite Lire la suite

Le nouveau Multivan de VW n’est pas le nouveau T7

Le nouveau Multivan de VW n’est pas le nouveau T7

Depuis le début de l’année, je suis avec intérêt la nouvelle VW que je ciblais jusqu’ici de nouveau T7. Comme vous le savez, avec nos 4 enfants, je garde un oeil régulier sur le marché automobile destiné aux grandes familles et je vous avais d’ailleurs ramené il y a quelques mois un petit sujet sur la découverte de la nouvelle VW Caddy. En ce début novembre, la plupart des sites spécialisés partagent leur essais du nouveau VW Multivan en autre dans sa motorisation hybride, et même le site Les Numériques s’y est essayé !

Ces dernières années, le secteur des voitures familiales s’est grandement réduit avec par exemple l’arrêt de la VW Sharan, de la Seat Alhambra ou encore plus récemment celui de la Renault Espace. Si l’on se focalise non pas simplement sur un véhicule offrant 7 places, mais la possibilité de transporter de manière permanente 4 enfants tout en pouvant mettre dans le coffre les courses, voire simplement les mallettes, le choix se montre particulièrement étroit et VW se positionne donc sans trop de concurrents avec ce nouveau Multivan. Un véhicule qui ne repose pas sur la future plateforme du prochain T7, ni sur celle du future ID Buzz Cargo, mais bien sur le Tiguan et Tiguan All-Space ! De quoi proposer un format particulièrement moderne !

Lire la suite Lire la suite

Lire, oui… mais quand ?

Lire, oui… mais quand ?

En route pour novembre et son autoroute qui nous emmènera à toute vitesse jusqu’à Noël. Comme chaque années, chez nous, tout s’enchaine dès les congés de Toussaint avec l’anniversaire des Miss, les séances de Noël au studio Petite Snorkys, le passage du Grand Saint Nicolas pour les enfants sages, l’anniversaire de notre petite dernière… et Noël !

Et crois-moi Père Noël, le plus sages ici, je crois bien que c’était moi cette année : ))) Alors je suis certain que si je te prépare cette année un peu plus tôt que d’habitude ce petit billet des trucs que je trouve chouette, comme je le fais chaque année, tu trouveras plein d’idées pour les Papas Geeks qui se sont donnés à fond en cette année tourmentée ! Alors, commençons comme l’année dernière par parler bouquins !

Coup de coeur de cette année 2021 : Le Faiseur de Rêves (Laniny Taylor)
Coup de coeur de cette année 2021 : Le Faiseur de Rêves (Laniny Taylor)

J’aime lire, m’assoir dans mon fauteuil avec une petite BD, m’installer dans mon lit pour ouvrir un roman. J’aime cela, mais ces moments sont rares. Avec les 4 qui s’excitent en jouant, cela manque un peu de calme à la maison… et le soir, je m’endors au bout de quelques pages… C’est parfois frustrant. J’ai même plusieurs livres entamés voire même pas encore ouverts et pour lesquels je me réjouis pourtant de trouver le bon moment pour m’y plonger…. J’arrive au bout de mon roman démarré l’année dernière (Si, si)… Une bien belle découverte que ce Faiseur de Rêves de Laini Taylor… Je me demande d’ailleurs si le frangin l’aura autant appréciée.

C’est le rêve qui choisit le rêveur, et non l’inverse… Il est une ville, au centre du désert, où nul n’a le droit de se rendre sous peine de mort. De ses entrailles sortaient autrefois d’interminables caravanes chargées de trésors mais, depuis deux cents ans, la cité est coupée du reste du monde.

Alors que côté BD, j’ai essuyé quelques déceptions hors de séries que j’appréciais jusqu’ici : La Boite à Musique, Le Voyage Extraordinaire et même le dernier album d’Ernest et Rebecca

Mais qu’importe, j’aime me promener dans les rayons de découvrir de nouveaux romans qui me donnent envie autant que les nouvelles Bandes Dessinées qui débarquent traditionnellement à cette époque !

Lire la suite Lire la suite

On chamboule tout, non d’une citrouille

On chamboule tout, non d’une citrouille

Waouw, je ne sais si c’est l’âge, si c’est cette crise COVID, si ce sont les bouchons, ou si chaque année c’était déjà pareil… Mais dieu que je suis content de voir arriver les congés de Toussaint ! Octobre se termine, et petit à petit je commençais à trouver, accepter le rythme. Se lever à 6h40, écouter de la musique pendant les bouchons, chercher des raccourcis, surveiller les devoirs, tenter de ne pas s’endormir en regardant ma série le soir… Mais pas de chance, ce Week-end, on passe à l’heure d’hiver… Bardaf, il va falloir encore prendre de longues semaines pour se remettre dans le bain, un bain plus froid et plus sombre….

Octobre ne nous a que peu laisser le temps de souffler. Un Weekend de montée Baladins / Loups / Eclaireurs qui s’est terminé avec des sauts pour tous. La reprise chargée Quenalove avec deux mariages coup sur coup avec le salon du Bébé pour notre studio Petite Snorkys en parallèle…. Rose en classe de Mer. Charly en mode ado qui fait sa première sortie sur la Foire, et un agenda tous les jours qui se compressent, qui se compressent entre tournage et production de MOOCs, non Octobre n’aura pas été de tout repos… et je le sais, d’ici janvier, tout va encore s’accélérer.

Alors, entre deux photos, on se dit « Tiens, et si on faisait une petite séance photo d’automne »… C’est que notre répertoire photo famille d’octobre, lui est bien vide ! Madame nous trouve un dimanche un stock de potirons chez un maraîcher de la région, on se trouve un spot qui n’a pas été réquisitionner par une troupe d’Hollandais qui depuis le 1° confinement sont friand de notre boucle de l’Ourthe. Clic, clac… madame a encore réussi à nous offrir de magnifiques souvenirs !

Lire la suite Lire la suite

One Must Fall 2097 où comment se distribuaient les Sharewares en Europe

One Must Fall 2097 où comment se distribuaient les Sharewares en Europe

Milieu des années 90, alors que la folie des jeux de combats envahi les écrans tant sur borne d’arcade que sur les consoles de salon, tous les ados de l’époque ne jurent que par Street Fighter II ! (ou presque, ne nous fâchons pas).

Sur PC, il faut bien admettre que la version mise en vente s’avère une honte au genre, mais ne nous égarons pas. Très vite de jeunes prodiges de la programmation parviennent à un prototype proposant un jeu de baston particulièrement réussi sur PC, prototype qui passera de deux karateka a des combats de robots, une fois passé dans les mains d’Epic Mega Games (oui, oui, celui que vous connaissez pour Fortnite).

Techniquement, le jeu est amusant avec de nombreux coup spéciaux et robots variés. L’ambiance a un petit goût de Manga et un mode story qui apporte beaucoup à cette époque et… surprise, le jeu dispose même de « Fatalités » l’élément fort de l’autre grand jeu de combat de l’époque, Mortal Kombat. Côté sons, les musiques de Kenny Chou au format .S3M et les bruitages digitalisés en font un titre vraiment inoubliable sur les PCs de l’époque.

One Must Fall : 2097 sort donc aux US en 1994, et comme d’autres jeux de l’époque misera sur la distribution Shareware ! Des jeux complets mais n’offrant qu’une partie de l’aventure à télécharger gratuitement sur Internet, sur serveur BBC que l’on pourra ensuite acheter en version offrant encore plus de contenus, par courrier !

Chez nous en Europe, les Sharewares vont se propager de manière totalement anarchique. On les retrouve dans des revues en librairie ou comme pour cette édition dans d’innombrables version cheap sur disquette emballées dans un plastique par un petit éditeur qui les dispersera dans les petits et grands magasins… avant que le CD-Rom ne prennent le relais, rassemblant des compilations à tout va pour quelques euro.

Si ces jeux en version Shareware sont gratuits, chez nous, il faudra donc dépenser entre 100 et 200 Fb la disquette afin de pouvoir profiter de One Must Fall, Halloween Harry, Jazz Jack Rabbit, Doom, Keen Commander 4, Highwhay Hunter, Hocus Pocus ou encore Ninja Rabbit,…

Et vous des souvenirs de One Must Fall ou d’autres jeux Shareware ?

Lire la suite Lire la suite