Parlons de culture vidéoludique et des histoires du jeu vidéo.

Parlons de culture vidéoludique et des histoires du jeu vidéo.

Faire se rejoindre ma passion de la culture du monde du jeu vidéo et mon travail de production de vidéos pédagogiques à l’Université de Liège, voilà plus que probablement un cas de figure auquel je ne m’attendais pas il y a encore quelques années. Et pourtant, ce 1er mars démarrait le nouveau MOOC réalisé par l’Université de Liège et le Liège Game Lab, un projet entamé il y a près de 2 ans avec Bjorn Olav Dozo avec qui nous venions de finaliser le MOOC “Il était une fois la littérature jeunesse” et l’équipe du Liège Game Lab.

Quelle histoire du jeu vidéo ?
Quelle histoire du jeu vidéo ?

Mais pour aujourd’hui, je change de chapeau en vous parlant de MOOC et je profite de l’occasion pour approfondir ma culture vidéoludique et partage avec vous mes réflexions liées au premier module de ce cours en ligne ouvert à tous, premier module centré autour de l’histoire du jeu-vidéo… ou plutôt des différentes histoires du jeu vidéo. Dans cette première capsule vidéo introductive du sujet, Bjorn Olav Dozo, enseignant-chercheur à l’Université de Liège, en charge des humanités numériques et des cultures populaires développe en effet qu’il y a bien des manières de raconter l’histoire du jeu-vidéo. Celle de jeux clés, de machines, de licences ou d’auteurs. Et pourquoi au fond pourquoi certaine et plutôt que d’autres.

Quelle histoire du jeu vidéo ?

Amateur de Playhistoire depuis déjà 10 ans, j’ai déjà engloutis de nombreux ouvrages racontant l’histoire du jeu vidéo. Si beaucoup d’éléments clés sont récurrents, chacun d’eux s’arrêtent sur des jeux, des machines, des licences ou des auteurs qui n’évoquent pas toujours avec autant d’intérêt l’histoire du jeu vidéo telle que je l’ai vécue.

Avec le recul des années, je me rends compte que j’ai la chance d’avoir grandi aux cotés d’un univers du jeu vidéo qui a muri en parallèle. J’ai en effet découvert les jeux vidéo à l’âge de 6 en 1983 sur le Commodore 64.

Digital Lab - Photo Pierre Martin - Série Commodore
Digital Lab – Photo Pierre Martin – Série Commodore

J’ai donc vécu avec différents regards, celui d’enfant, d’ado, de jeune adulte et de père l’évolution de cet univers qui tout un temps n’était qu’un stand de micro-ordinateurs dans les grandes surfaces pour devenir de larges rayons animés de consoles mettant en avant Mario et Sonic. L’arrivée de la 3D sur consoles nouvelle génération aux cotés des premiers émulateurs à dénicher sur Internet… J’ai toujours apprécié m’intéresser aux nouveautés, aux nouveaux jeux autant qu’à raconter ces aventures vécues par le passé lorsque j’ai découvert Giana Sisters sur mon Commodore ou la claque prise lorsque j’ai vu l’intro de Dune sur le premier PC 256 couleur avec Carte son qui arrivait dans mon entourage.

Je me suis passionné sur les ouvrages dédiés à ce que Florent Gorges nome à juste titre la Playhistoire en découvrant le magasine Pix’n Love il y a 10 ans. Cela m’a conforté dans l’idée que le jeu vidéo avait pris suffisamment d’âge que pour être raconté à l’instar de mes cours d’histoire du Cinéma par exemple… et surtout que je voulais moi aussi participer à l’écriture d’une des histoires du Jeu-Vidéo.

Ma vie de joueurs en mars 1988
Ma vie de joueurs en mars 1988

Je travaille donc depuis lors à mes temps libres à concevoir une ligne du temps de “mon” histoire du jeu-vidéo qui me servira à terme à rassembler tout ce que je trouve intéressant à développer par la suite. La lecture d’ouvrages de ce genre m’a permis évidemment de constater que “chez nous”, en Belgique Super Mario et la NES arrivent bien tard face à la sortie de ces derniers au Japon et que des jeux tels que les premiers Metroid et Legend of Zelda étaient quasi absents des grandes surfaces… Et par ailleurs que le “Crash” de 83 n’a au fond eu que peu d’impact de notre coté de l’Atlantique pusiqu’il correspond à l’explosion des Micro-Ordinateurs dans les foyers…

Ce témoignage livrée dans le MOOC me donne dès lors l’envie de vous partager ce projet sur lequel je travaille depuis déjà de nombreuses années celui de raconter “Mon Histoire du Jeu Vidéo“. Elle n’aura évidemment pas autant d’impact que l’histoire de la Game Boy de Nintendo racontée par Florent Gorges ou celle du Jeu Vidéo français par Alexis Blanchet, je n’en ai pas la prétention, mais elle sera un témoignage parmi d’autres, celui d’un enfant né à l’aube nouvelle du jeu vidéo avec un regard différent au fils des âges…

Le projet s’appellera à terme “Load Game” et je le construis sous diverses formes. J’avais un temps envisagé l’eBook interactif et j’y reviendrais peut-être plus tard. Mais je concentre essentiellement sur une ligne du temps interactive utilisant l’outil en ligne Tiki Toki


La conservation du jeu vidéo

Famicom - Nintendo TV Game Color - Les trésors de l'Université de Ritsumeikan
Famicom – Nintendo TV Game Color – Les trésors de l’Université de Ritsumeikan

Dans la 2° capsule du MOOC, Colin Sidre se penche sur la conservation du Jeu Vidéo. Il existe effectivement depuis déjà de nombreuses années des collectifs tels que MO5 ou encore le Ritsumeikan Game Center que j’ai eu l’occasion de visiter lors du tournage du MOOC qui rassemblent consoles, jeux et documents précieux qui permettent de raconter l’histoire du jeu vidéo et l’on retrouve également de plus en plus régulièrement des expositions et des musées dédiés à la culture du Jeu Vidéo. Mais là encore les histoires peuvent varier. Pour ma part, cela m’a donné envie de réagir quant ce qui sera peut-être considéré plus tard comme le 2° crashs du jeu vidéo, la surproduction de jeux dématérialisés.

Fouillons dans l'Apple Store...
Fouillons dans l’Apple Store…

Il est vrai que j’apprécie moi aussi avoir ma petite collection et retrouver quelques vieilleries qui me rappellent des souvenirs ou que je n’ai pu posséder par le passé. Enfants de la transition 80-90, j’ai évidemment vécu dans un univers matérialistes, néanmoins j’ai longtemps seulement disposé de jeux qui s’échangeaient sur disquettes, de consoles que l’on se prêtaient, de musiques que l’on enregistraient sur K7… Ce n’est donc que bien plus tard que j’ai pu retrouver physiquement ces éléments qui ont jalonnés l’histoire du jeu vidéo que j’ai vécue.

Depuis plusieurs années, la “nouvelle génération” a muté vers le loisir immatériel. On n’achète plus de CD, on commence à lire sur tablette et bien entendu, on achète des jeux dans un store en ligne. Pour l’instant les titres les plus marquants existent encore souvent de manière physique, mais déjà de nombreuses perles n’existent que sur Steam ou ce genre de store.

A coté de cela, il y a cette multitudes d’oeuvres qui se noient dans l’Apple Store. Il y a 10 ans, l’iPhone et l’iPad créaient un nouvel outil permettant de “jouer” qui a révolutionné le monde du jeu-vidéo à l’image de la Game Boy il y a 30 ans. Or, que restera-t-il d’ici 30 ans de cette époque, de ces nombreux jeux. Déjà aujourd’hui, un bon nombre d’entre eux ont disparu de l’Apple Store,… Parce que plus compatibles avec les nouveaux standards du store. Seront-ils oubliés à jamais dans la fosse commune… Ils auront pourtant été pour beaucoup de la nouvelle génération de joueurs leur première expérience de jeu vidéo !

Playhistorien et roman d’investigation

JOURNALISME VIDÉOLUDIQUE ET RAPPORT À L'HISTOIRE - Interview de Maria Kalash et Pipomantis - MOOC Introduction à la culture vidéoludique - Université de Liège
Interview de Maria Kalash et Pipomantis

Dans un long entretien avec Alexis Blanchet auteur de l’ouvrage Des Pixels à Hollywood ainsi qu’avec Maria Kalash et Pipomantis anciens rédacteurs de Canard PC, ces derniers ciblent que nous sommes proches de pouvoir ré-écrire certains morceaux de l’histoire du Jeu Vidéo. En effet, jusqu’ici un grand nombre de témoins ne pouvaient encore raconter les choses sereinement. Encore liés contractuellement ou reconvertis dans un métier où leur passage parfois éphémère dans l’univers du jeu vidéo n’a plus trop de sens, ces derniers ne transmettaient qu’une histoire réservée. Ces entretiens avaient été réalisés il y déjà de nombreux mois, et effectivement entre temps, le monde de la Playhistoire a été secoué par la sortie du 4° ouvrage de Florent Gorges autour de l’histoire de Nintendo et de la console portable Game Boy… et le moins que l’on puisse dire c’est que dans cet ouvrage, digne d’un roman d’investigation, les langues se délient !

Bientôt 7 ans que j'attendais le tome 4
Bientôt 7 ans que j’attendais le tome 4

Depuis 10 ans, j’ai pris presque plus de plaisir à lire des ouvrages dédiés à l’histoire du Jeu Vidéo que d’y jouer régulièrement. J’ai notamment grandement accroché à la série “L’histoire de Nintendo” écrite par Florent Gorges qui retrace l’épopée de ce grand nom du Jeu Vidéo. Les trois premiers tomes sont sortis assez rapidement traitant de l’époque où Nintendo touchait un peu à tout, un ouvrage sur les Game & Watch et un troisième sur la Famicom/NES. Mais il aura fallu attendre près de 7 longues années avant que le 4° tome dédié à la Game Boy ne soit finalisé !

Je rebondi alors sur ce que j’ai entendu dans ce premier module. Les témoins de l’époque seront moins liés aux secrets et n’auront plus de craintes pour transmettre leurs souvenirs.

C’est tout à fait le cas dans ce 4° ouvrage ! Les différents personnes impliquées dans la conception du Game Boy autour de Gunpei Yokoi qui était connu jusque là pour être le concepteur de cette console viennent ici révéler un nombre incroyables d’informations qui offrent un regard totalement nouveau sur le monde du Jeu Vidéo de l’époque !

Rendez-vous la semaine prochaine pour faire le point sur le module 2 de Julie Delbouille dédiée à l’avatar et l’immersion dans les jeux vidéo. Et si j’ai réussi à piquer votre curiosité, aller vite vous inscrire au MOOC “Introduction à la Culture Vidéoludique“.

Vous aimerez aussi...

  • Plus qu’un simple jeu !30 juillet 2018 Plus qu’un simple jeu ! (0)
    Voilà bien des années que les jeux-vidéo sont devenus moi plus qu'un simple "jeu". Moment de divertissement, objet de culture et d'histoire ou encore de manière très personnelle jalon […]
  • Sur le chemin de Kazuo Inamori… ou les MOOCs ULiège, saison 226 mai 2018 Sur le chemin de Kazuo Inamori… ou les MOOCs ULiège, saison 2 (1)
    9 mois de préparation, d'écriture, de tournages studio, de séquences filmées au Japon, en France, en Allemagne. De nombreuses heures d'échange par Skype, des discussions sur Slack, des […]
  • En attendant “Extraleben” en français28 mars 2019 En attendant “Extraleben” en français (0)
    Voilà encore une belle découverte issue du MOOC "Introduction à la culture vidéoludique". En fouinant dans les références du prochain sujet traitant des liens entre le jeu vidéo et la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.