Pas convaincu par la réalité virtuelle de Sony.

Pas convaincu par la réalité virtuelle de Sony.

J’ai eu l’occasion de tester une soirée le PSVR de Sony, son équipement de réalité virtuelle PS4 sorti fin 2016. Première surprise en étonnant le package de Papy, il y a une sacrée farfouille de câbles ! En gros, le casque se branche sur une box qui doit être alimentée et connectée en USB sur la console. Sur cette box doit également transiter le signal sortant de la PS4 vers la Télévision. Enfin, il faut également connecter une caméra à la Playstation… Wouf, ça m’avait l’air bien moins compliqué avec les équipements VR HTC utilisés dans le MOOC “Agir pour Sa Santé“.

Test du PSVR
Le Cyborg Jeff montre enfin son vrai visage !

Coté confort de vue, moi qui porte des lunettes, je ne suis pas vraiment convaincu de ce PSVR qui doit se porter par dessus ma monture. Le HTC Vive tout comme l’équipement Samsung testé dans le DreamCatcher de Bobbejaanland se porte sans lunette et offre la possibilité de corriger ma vue. Bref, avec le PSVR, j’ai l’impression d’avoir un lourd appendice pas très confortable et une vision perfectible…. Et quoi qu’il en soit, au fond, la qualité d’image est assez médiocre.

The Playroom VR : SOS Robot
The Playroom VR : SOS Robot

Si le résultat n’est pas trop marquant dans une petit jeu amusant et coloré tel que Playroom VR : SOS Robot, c’est assez grossier sur Résident Evil 7 VR. Le premier est donc un petit jeu dans lequel vous êtes immergés dans un univers très coloré à la sauce Nintendo où vous devrez aider un petit robot à sauver ses amis. Si le jeu est sympathique, être immergé derrière le petit robot tout en pouvant le diriger est assez perturbant… C’est un peu comme si vous jouiez avec un petit robot téléguidé. S’il ne s’agit ici qu’un genre de mini-jeu, ce dernier devrait évoluer en un jeu complet d’ici le mois d’octobre sous le nom de Astro Bot Rescue Mission.

Après une petite analyse sur le PS Sotre, je me rends compte qu’il n’y pas tant de jeux que cela compatibles VR dans mes armoires ou tout simplement dans les jeux de la Playstation 4. Néanmoins, j’ai mon Resident Evil 7 qui était l’un des premiers gros jeux compatibles VR à sa sortie. Il implique néanmoins une mise à jour importante à faire avant de pouvoir y jouer. Et là, le résultat est hautement moins bons. Je me souviens qu’à l’époque j’avais plutôt été étonné de la qualité graphique et des détails de l’environnement de ce nouvel épisode de la série horrifique de Capcom. Le choix de gameplay plus FPS ne m’avait pas trop rebuté, et au fond, je trouvais juste que les déplacements étaient un peu lents et mous. De quoi s’adapter à la VR ? Visiblement non. Une fois le casque sur la tête, toutes les séquences “non jouables” du début du jeu ne sont pas en VR, on se retrouve donc “hors immersion”. Une fois arrivé aux abords de la maison à visiter, qu’elle ne fut pas ma surprise de constater que la qualité d’image est vraiment très loin de la HD de mon écran Sony. Les graphismes sont baveux, surtout sur les bords du casque, on se croirait sur un bon jeu Playstation 2 avec certes beaucoup de détails dans une qualité vraiment ridicules. Je peux en effet me focaliser sur des tas des petites mouchettes, des asticots et des toiles d’araignées qui passaient presqu’inaperçu dans la version classique du jeu. Coté gameplay, c’est une catastrophe. En gros j’avance droit devant moi, je peux tourner la tête pour voir ce qu’il y a autour de moi, mais si je veux changer de direction, je dois utiliser mon stick analogique de manière très hachée.

sur PC, le HTC Vive peut suivre les mouvements dans une zone, c’est évidemment fort, mais le risque de se casser la figure dans sa maison serait plus important. Là où cela casse totalement l’ambiance avec le PS VR, c’est que le changement de direction est brutale et saccadé ! Inacceptable. Je me pose même la question de “est-ce un bug” ? Alors évidemment les menu vous saute à la figure, tout comme les portes et les échelles qui se collent à votre visage… Bref, je n’ai déjà pas très envie de tomber sur du zombie et autres fous furieux avec mon casque virtuelle.. Il est temps d’aller prendre l’air.

Une bonne idée de ce que cela donne, tout en étant que sur mon écran, l’image se retrouve ridiculement plus petite… Peut-être parce que je n’ai pas de PS4 PRO ?

Farpoint VR
Farpoint VR

Il faut bien admettre que la plupart des projets VR dont j’ai vu passer les publicités tournaient autour de jeux horrifiques et autant j’ai aimé ce genre par le passé, autant aujourd’hui je n’ai pas trop envie de me faire peur dans un monde virtuel ! Evidemment, il pour l’instant difficile techniquement de nous transporter dans un monde virtuel aussi réaliste que l’on s’y croirait vraiment et plus que probablement le sentiment de peur est celui qu’il doit être le plus facile à reproduire. En concentrant notre cerveau sur cet aspect, les jeux parviennent alors à gommer une partie de ce sentiment de “non réalité”.

Bref, avant de clôturer l’expérience, j’ai enfin testé un FPS futuriste : Farpoint. Perdu dans l’espace, vous atterrissez sur une planète étrangère à la recherche d’autres rescapés et la faune locale y est un peu agressives… Des araignées de l’espace qu’il faudra dégommer. C’est de l’hyper classique, graphiquement cela ressemble à un Unreal d’il y a au moins 10 ans. C’est assez vide, vaste mais très canalisé… Mais au moins, cela ne fait pas peur et c’est plus ou moins amusant.

Ceci dit, la VR peut servir à bien d’autres choses que le jeu ! J’ai eu l’occasion de la tester dans un environnement permettant de travailler sur les phobies. On ne cherche alors par à vous mettre dans un environnement hyper réaliste, et l’idée est alors qu’un spécialiste vous accompagne afin de pouvoir analyser votre comportement et vous aider à faire un petit pas. J’y avais gagné quelques “trucs” comme par exemple simuler la marche avec vos jambes lorsque vous déplacez votre “moi virtuelle”. C’est assez précieux dans les jeux pour ne pas avoir la nausée… je me demande comment font les gens pour jouer assis.

Moss - PS4 VR
Moss – PS4 VR

A l’heure où j’écrivais ce petit billet, mes amis de chez Press-Start venaient de partager la découverte de Moss, un compte fantastique en réalité virtuelle qui semble s’affranchir des gameplay classique pour donner plus de sens à la réalité virtuelle…

La réalité virtuelle vaut-elle le coup ? Quand on pose cette question à un joueur lambda, il y a de fortes chances qu’il réponde que cette technologie n’en vaut pas la peine à cause de son prix trop élevé et du manque de jeux qui profitent réellement de celle-ci. Avec Moss, le studio américain Polyarc a souhaité pallier ce manque en sortant un jeu à l’univers enchanteur et au gameplay inventif qu’on a peu l’occasion de voir sur un écran normal. (Un article à lire sur Press-Start)

Et pour clôturer le sujet, histoire de m’en souvenir lorsque je testerais à l’occasion le HTC Vive sur un PC, je me souviens que mon talentueux ami Sylvain (Tohad) a travaillé à la création des environnement du jeu de Parallel Studio : Dark Days.

Environnement de Dark Days par sylvain sarrailh
Environnement de Dark Days par sylvain sarrailh

Vous aimerez aussi...

  • Une fois les enfants au lit…4 février 2017 Une fois les enfants au lit… (36)
    Bref, vendredi soir, nous avons mis les enfants tôt au lit ! Ah ben, elle est pas bien grande la nouvelle PS4 en fait, et où ont-ils cachés le bouton Power ? Bon allé, laissons […]
  • Une alimentation saine et équilibrée c’est…24 février 2018 Une alimentation saine et équilibrée c’est… (3)
    "Un alimentation saine et équilibrée, c'est une alimentation qui permet de rester en bonne santé et qui nous apporte tous les nutriments dont le corps à besoin". Voilà ce que Charly […]
  • Plus qu’un simple jeu !30 juillet 2018 Plus qu’un simple jeu ! (0)
    Voilà bien des années que les jeux-vidéo sont devenus moi plus qu'un simple "jeu". Moment de divertissement, objet de culture et d'histoire ou encore de manière très personnelle jalon […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.