Final Fantasy VII, bienvenue à Midgar !

Final Fantasy VII, bienvenue à Midgar !

Confinés, depuis deux mois. Voici en fin de quoi nous évader une fois le soir venu : Final Fantasy VII : Remake !

Voilà de quoi occuper les soirées déprimantes de (dé)confinement
Voilà de quoi occuper les soirées déprimantes de (dé)confinement

Un petit peu d’histoire tout d’abord. Madame et moi avons découvert la série des Final Fantasy en septembre 2000 avec l’épisode VIII, second volet de la saga à sortir sur la console PlayStation un an plus tôt. A l’origine donc, Final Fantasy VII est le premier épisode de ce grand classique des jeux RPGs japonais de Squaresoft, sorti en exclusivité sur la console de Sony en 1997. Après une série d’épisodes conçus sur les consoles de Nintendo, cette nouvelle aventure troquait pour la toute première fois sa vue du dessus de la génération 16bits pour proposer des personnages animés en 3D vectorielle intégrés dans des décors fixes et des arènes de combat en 3D.

Pour une grande partie des amateurs de la série Final Fantasy, ce 7° opus était considéré comme le meilleur avec son univers Cyberpunk à la Blade Runner, ses mélodies envoutantes et près de 60 minutes de cinématiques le tout sur 3CDs !

Néanmoins, la découverte de cet épisode ne s’est jamais présentée. Finissant tout juste l’épisode VIII, arrivait l’épisode IX dans un univers Fantasy bien différent, puis l’arrivée de la PlayStation II avec Final Fantasy X, X-2 et plus tard XII. Le décevant épisode XIII sur la PlayStation 3 et un retour plutôt réussi avec Final Fantasy XV sur la PlayStation 4 il y a deux ans,… C’est donc avec un interêt marqué que j’attendais l’arrivée de ce Final Fantasy VII : Remake !

 

D’autant qu’il ne s’agit pas ici d’un simple portage en HD comme Square Enix nous l’a proposé ces dernières années pour les épisodes sortis initialement sur la PlayStation 2.

Non, une version entièrement remaniée avec les performances du moment, on en parle depuis 2005, alors qu’un film d’animation autour de l’univers de Final Fantasy VII :  Advent Children venait de sortir, un projet qui reposerait sur les performances de la nouvelle PlayStation 3. Le projet resta silencieux jusqu’en 2015, alors que l’on nous présentait le prochain Final Fantasy XV sur la PlayStation 4, l’info d’un portage sous un format épisodique de Final Fantasy VII était à nouveau évoqué.

La démo téléchargée fin février, un démo particulièrement bien fournie, ne laissait aucun doute quant à la qualité de ce Remake. Il allait donc falloir attendre jusqu’au début avril, pour la sortie du jeu, livré par Amazon quelques heures avant de passer eux aussi en lockdown… Et pourtant, ce n’est que depuis quelques jours que nous nous avons mis les pieds à Midgar !

 

Il ne faut guère y jouer longtemps pour être happé par cette nouvelle aventure. Tout d’abord, l’univers que je qualifierais de Néo-Tokyo plus que de Cyberpunk, peut-être un peu sombre au début, est vraiment réussi. Egalement parce qu’en quelques minutes, on se sent pris dans l’histoire de Cloud, un ancien soldat de la Shinra venu prêter main forte à une bande d’éco-terroristes dont la mission est de faire exploser l’un des réacteurs Mako de la mégalopole de Midgar.

Pourquoi êtes-vous là, quelles sont les motivations de tout ce petit monde, pourquoi tant d’animosité autour de la Shinra et son contrôle de la Mako. Ce sont évidemment les questions que l’on se pose, mais de manière parfaitement maitrisée tous ces éléments vont trouver des réponses au fil de l’aventure sans que cela ne perdre le joueur. C’est un aspect important, car il faut bien admettre que par moment les équipes en charge des scénarios de la série Final Fantasy avaient cette mauvaise manie de concevoir des univers politiques tellement tordus que l’on avait bien du mal à comprendre l’histoire !

Pour le coup, Cloud et son sale caractère énigmatique se retrouve entouré de différents autres personnages particulièrement charismatiques. De Barrett qui fera évidemment à penser à Mister T à Biggs et son air d’Obélix et bien évidemment les trois jeunes demoiselles, Tifa, Aerith et Jessie qui gravitent autour de notre héros. On prend plaisir à découvrir les liens entre tous. Bref, sans pouvoir comparer avec l’épisode originale, je ne peux que confirmer que Square Enix se reposer avec ce Remake sur un univers et une histoire qui vous scotcher dans votre canapé, manette à la main !

 

Mais ce Remake ne s’arrête pas qu’à un travail de remaniement graphique profond. Bon nombre d’éléments de Gameplay moderne sont apportés à ce Final Fantasy VII, des éléments éprouvés avec succès sur l’épisode XV sortis deux années plus tôt. C’est assez flagrant, de la gestion des collisions dans les villes à la dynamique des combats en passant par les scènes de train ou l’achat de musique en quête annexe ou encore tous les dialogues en français. Celui qui a joué il y a peu aux aventures de Noctis au Royaume de Lucis ne pourra que confirmer qu’à défaut d’utiliser le même moteur, Final Fantasy VII Remake se repose sur une conception particulièrement proche.

Jusqu’ici les endroits visités ont tous été marquants. Le haut de ville en sortant du premier réacteur, le bidon ville du secteur 7 et celui du secteur 5, le quartier résidentiel chez les parents de Jessie, le train, la course folle en moto, l’église et la balade sur les toits et enfin la maison d’Aerith. C’est un aspect que je trouve important dans les jeux modernes, cette particularité à pouvoir me faire voyager dans un monde imaginaire.

D’ailleurs j’ai eu particulièrement envie de me rendre compte à quoi ressemblait la plupart de ces endroits dans la version originale !

 

Reste un élément encore à mesurer, la longévité de l’aventure. Sans être arrivé au bout de Final Fantasy XV, je l’avais trouvé plutôt bien pondéré. Ici, il est à noter que ce Remake est annoncé comme découpé en épisode. Je n’ai pas trop envie à l’heure actuelle de savoir si je loin ou proche dans l’aventure. On ne sait pas encore non plus en combien d’épisode l’aventure sera découpée. On parle de trois… Allé, Cloud on se rejoint ce soir !

Vous aimerez aussi...

  • A Default d’un nouveau Final Fantasy8 avril 2014 A Default d’un nouveau Final Fantasy (1)
    Je dois bien vous admettre que je n'ai pas trop la tête en mode jeux-vidéo depuis de nombreuses semaines, elle serait même un peu en mode surchauffe. Quoi qu'il en soit, quand j'ai besoin […]
  • 23 mars 2010 Fantasy & Cie (0)
    3 années d'attente... 3 longues années que la magie Final Fantasy ne demande qu'à vivre dans ma télévision.... 3 années à préparer l'arrivée de ce Final Next Gen, à m'assurer d'avoir une […]
  • L’épopée Final Fantasy en musique3 mars 2009 L’épopée Final Fantasy en musique (0)
    J'ai personnellement découvert l'univers de Final Fantasy, dans la version gameboy (Final Fantasy Legend) au début des années 90. Un jeu en anglais plutôt moche et compliqué en comparaison […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.