Archives de
Étiquette : Minecraft

Le Metavers : Entre mirage, utopie et opportunité ?

Le Metavers : Entre mirage, utopie et opportunité ?

Depuis quelques mois, certains termes numériques semblent prendre de l’importance : Metavers, Cryptomonnaies, Blockchain, NFT,… Et bien que mon intérêt pour le monde du web et du multimédia soit très prégnant. Je me suis senti parfois dépassé par certains concepts que l’on annonce parfois comme « L’Internet de demain » ou encore le « Web 3.0 ».

Il y a quelque temps, j’étais intrigué par un article dans Le Vif présentant The Sandbox, un Metavers français où des terrains virtuels se vendent plusieurs millions ! À l’heure où mon fiston construit des villes entières dans Minecraft, façonne des objets, certes encore grossiers, dans Roblox et rêve de devenir Architecte. Je ne peux que faire des liens entre ce monde du futur et les métiers de demain.

Mais The Sandbox, c’est quoi ? Comment ça marche ? C’est ça LE métavers ?

Je ne vais pas répondre à toutes ses questions ici, mais c’est un peu ce qui passe alors par la tête. D’autant, que pour arriver à me créer un compte sur la plateforme, j’ai dû m’y reprendre de nombreuses fois avant de pouvoir être proche à comprendre de quoi il en retourne. Visuellement, ce que l’on en montre ressemble à un croisement entre Minecraft et 3D Dot Heroes en un peu plus « jolis » mais jouant toujours sur une approche très voxel. (Des pixels en 3D, bref, des cubes…)

Après de nombreuses tentatives ces derniers mois, j'ai réussi à passer la première porte de The SandBox
Après de nombreuses tentatives ces derniers mois, j’ai réussi à passer la première porte de The SandBox

Le concept lui, semble jongler sur la rareté et la nécessité d’acheter tout ce dont vous aurez besoin. Terrain, Avatar, Résidence, Objets… Bref, on touche ici à ce que l’on appelle les NFT dont on commence également à parler de plus en plus… Des œuvres (ou objets) numériques uniques

Pour rappel, un NFT (« Non Fungible Token » ou jeton non fongible) est un titre de propriété numérique, émis par une blockchain (principalement Ethereum), et associé à un actif numérique (photo, vidéo, etc.). Chaque NFT est unique et ne peut être reproduit.

Si j’ai très vite compris l’idée : Créer des objets numériques RARES et uniques pour les vendre bien cher sur lesquels l’acheteur pourra ensuite spéculer sur une plus value. Très vite se dresse devant moi l’ombre de concept de Blockchain que mon cerveau s’est refusé jusqu’ici de tenter de comprendre… puisqu’associé à la Cryptomonnaie. Là aussi un concept que j’ai bien du mal à conceptualiser de manière positive.


Objectif Metavers
Objectif Metavers

Un petit coup pouce pour mon mieux comprendre Metavers et NFT !

Les éléments se sont bien placés ces derniers jours afin de me permettre de mieux comprendre ces nouveaux concepts. Tout d’abord, un excellent dossier Objectif Metavers proposé par L’écho – En Clair auquel s’est ajoutée l’opportunité de suivre l’un des derniers cours universitaires de Bjorn-Olav Dozo autour de l’Art Numérique, dédié au NFT.

Lire la suite Lire la suite

Transférer les mondes de Minecraft WiiU sur Switch : La déception.

Transférer les mondes de Minecraft WiiU sur Switch : La déception.

Installée dans la maison depuis 2014, la WiiU aura clairement été « La Console Familiale » durant 8 années et ce malgré l’achat d’une Nintendo Switch pour papa en 2019.

Chaque semaine depuis plusieurs années déjà, les enfants ont construit une incroyable ville en commun sur l’édition Nintendo WiiU de Minecraft mais voici près d’un an que le fiston demandait la version Switch, et je dois bien admettre que j’ai longuement ralenti la demande.

Tout d’abord, nous étions « full équipés » en manettes pour qu’ils puissent jouer tous les 4 sur la WiiU. Passer à la Switch imposait l’achat de plusieurs manettes compatibles ! De plus, restait le problème de ne pas pouvoir récupérer leurs créations,… comme s’était déjà le cas avec la version sous Windows, rapidement abandonnée après achat.

Néanmoins, une petite recherche sur le net m’avait permis de trouver de nombreux articles et tutoriels sur Youtube présentant la possibilité de pouvoir importer très simplement ses créations de la version WiiU à la version Switch… Chouette !!!

MINECRAFT : C'EST PARTI POUR TRANSFÉRER SES MONDES ENTRE LA WII U ET LA SWITCH
MINECRAFT : C’EST PARTI POUR TRANSFÉRER SES MONDES ENTRE LA WII U ET LA SWITCH
Voici la procédure (Mojang a dédié une page exprès illustrée): 

- Allumez votre Wii U et votre Switch, en mettant la Wii U sur la télé et la Switch en nomade, lancez le jeu sur chacune d'elles et soyez connecté(e) sur le même réseau local.

- Sur Wii U, allez sur la sauvegarde désirée et appuyez sur X pour révéler les options de sauvegarde. Sélectionnez "Transférer vers la Nintendo Switch", un écran de transfert se lance.

- Il se poursuivra si vous acceptez le transfert sur Switch, passez donc sur cette console. Dans l'écran de chargement des sauvegardes, appuyez sur Y : "Transférer depuis une Wii U". Confirmez et le transfert se lance alors sur les deux machines. Une fois terminé, appuyez sur OK : votre monde est à présent sur la Nintendo Switch.

Source : Nintendo Everything

Oui, mais ça c’était avant !

Charly a recCharly a reconstruit la Media Cité de Liège dans Minecraft - Janvier 2020onstruit la Media Cité de Liège - Janvier 2020
Charly a reconstruit la Media Cité de Liège dans Minecraft – Janvier 2020

Mais la déception sera vite là ! Cette solution n’est possible qu’entre la version WiiU et Minecraft : Switch Edition 2017. Une version téléchargeable temporairement jusqu’à la sortie officielle le 21 juin 2018 d’un tout nouveau Minecraft pour la Switch.

As of June 21, 2018, Minecraft: Nintendo Switch Edition (2017) is no longer available for purchase from the Nintendo eShop. Existing owners can continue to play. Existing owners will be able to download this version again if needed (Help center Minecraft)

Il est pourtant possible depuis cette nouvelle édition, celle que l’on trouve maintenant sur l’eStore ou dans le commerce de pouvoir convertir les créations de l’ancienne version Switch à la nouvelle… mais plus directement depuis la WiiU !

J’ai eu beau toquer un peu partout, aucune réponse de Nintendo ou de qui que ce soit. La seule option serait de pouvoir télécharger l’ancienne version Switch 2017, ce qui ne peut être fait que depuis le compte qui avait au préalable télécharger cette version !

Je vais encore tenter de lancer une bouteille à la mer…

Lire la suite Lire la suite

C’est l’anniversaire de Monsieur l’Ado

C’est l’anniversaire de Monsieur l’Ado

13 ans, entré en secondaire, il faut bien s’y faire, c’est l’anniversaire de « Monsieur l’Ado » ! Comme tu as changé en quelques mois mon fiston, et il nous faut parfois un peu trouver tous de nouveaux point de repères !

Je suis fier de toi, tu fais beaucoup d’effort pour bien grandir, même si parfois, je vois que tu surchauffe un peu !

Mon coeur de papa a un petit pincement au coeur, de voir que tes jouets restent de côté. Je n’ai plus un petit garçon, je dois m’y faire. Mais je suis fier aussi de te voir créer tes vidéos de Youtuber Tongo Charly, de la musique, apprendre Photoshop, créer des sites-web, des mondes extraordinaires dans Minecraft, des univers dans Roblox… Je suis heureux de voir que tu parviens à dompter tout ce monde numérique pour y laisser exploser ton côté artistique ! Mais n’oublie pas de temps, de revenir sur Terre avec nous : ))

Et si ce n’est sur Terre, peut-être es-tu encore en voyage en Arabéom ? Vous ne connaissez pas, c’est juste à côté de la Crète ! Tout ce que tu découvres du monde, petit à petit, en grandissant, se matérialise sur cette île ! Agriculture, histoire, immigration, développement des moteurs à hydrogène, économie,…

 

Mais évidemment aux cotés de ces moments en famille à fêter tes 13 ans, petit à petit s’ajoutent tous ceux que tu vis en mode « Ado ». A l’école, avec toute ta bande copines et de copains mais aussi dans cette nouvelle aventure musicale et artistique que tu as rejoint cette année, la troupe de HonyPop.

Laisse moi encore être ton Papa, mon fiston… prend le temps devenir un homme, un bien ! J’ai confiance en toi… Allé, m’autoriseras-tu encore à faire ma petite vidéo annuelle ; )

Lire la suite Lire la suite

Playing 2021, une année de bons jeux ?

Playing 2021, une année de bons jeux ?

Sans Tralalala, il faudra rapidement faire le constat que cette année 2021 n’aura pas eu de quoi rivaliser à mes yeux avec la précédente en terme de jeux-vidéo.

En effet, l’année 2020 et la sortie conjointe de Final Fantasy VII et The Last of Us 2 avait été chez nous l’une des plus chargée. Or, les jeux attendus cette année ont pour la majeure partie été reportés à l’année 2022 et cette fameuse nouvelle PlayStation 5 s’est montrée tellement discrète qu’on ne l’a guère trouvée dans les magasins !

Les « nouveautés » jouées cette année auront donc été peu nombreuses et pour la plupart sur ma récente Nintendo Switch. En revanche, poussé par le certificat en culture vidéoludique suivi cette année, je me suis essayé à sortir un peu plus de veilles cartouches à (re)découvrir que d’habitude et surtout expérimenter quelques perles du courant Indé.

Les Tops

Dans les méandres de Dead Cells
Dans les méandres de Dead Cells

Dead Cells (Switch)

Tout en analysant plus en profondeur la thématique des jeux Indépendants dans le cadre du certificat en culture vidéoludique, je me suis rendu-compte que Dead Cells était une production française du studio Motion Twin, un studio que j’avais découvert il y a quelques années avec son petit jeu originale Uppercut Football. Et s’il fallait vraiment me convaincre que je me devais de découvrir ce jeu, voilà que celui-ci se retrouvait jouable gratuitement pendant 5 jours pour les abonnés du Nintendo Online !

Je partais en réalité en terrain inconnu. Si visuellement, l’ambiance fait penser à Castlevania ou même Prince of Persia, très vite, la prise en main se montre plus nerveuse… L’ambiance me rappellent également un peu Black Thorne… Je me retrouve donc à errer dans les couloirs de cette sombre prison, je me défends comme un beau diable, puis baf… mort ! Et là, surprise, tout a changé, mais j’ai également perdu tout ce que j’avais ramassé… Ah ! Voilà qui me change totalement de ce que je connais… Un donjon « aléatoire », voilà qui me rappelle un peu les longues soirées à regarder mon koloc’ Didier sur Diablo ! S’enfoncer dans un donjon, combattre, combattre, ramasser de l’or, chercher la sortie… C’est ce donc que l’on appelle un Rogue-like en lien avec le jeu d’aventure et d’exploration Rogue sorti en 1980, et plus exactement, avec son approche Plateformer et de recherche d’objet et artefacts, un Roguevania… mélange entre un Rogue-like et Metroïdvania.

Ne perdez pas espoir : il faut mourir, mourir, mourir… pour y arriver ! Et justement, c’est un élément que je trouve bien dans ce titre… Mourir n’est pas frustrant, la mort ouvre alors de nouvelles voies… C’est également bien moins frustrant que les jeux Dead’n Retry qui finalement implique de « comprendre une astuce ou un énigme » et d’apprendre à la résoudre… Dead Cells intègre donc la mort de notre avatar comme un élément de narration et prétexte à proposer un niveaux recomposé… étonnamment j’y trouve donc le même plaisir qu’en jouant à Knytt et les moments passés Switch en main à jouer à Dead Cells cette année resteront une expérience fortes qui pousse le titre de français en haut de ce top 2021.


Overcooked : Special Edition - Switch (Team 17 - Ghost Town Games, 2017)
Overcooked : Special Edition – Switch (Team 17 – Ghost Town Games, 2017)

Overcooked ! : Special Edition (Switch)

En 2° position dans ce TOP 2021, un autre titre découvert lors de ma formation : Overcooked. Voilà déjà un moment que j’ai entendu parlé de ce titre du studio Team 17, studio héritage des grandes années Amiga. En effet, ce jeu multi-joueurs est sorti en 2016 et c’est donc avec plusieurs années de retard que je finis par le découvrir maintenant que nous disposons de 4 JoyCons pour en profiter en famille !

Le concept est suivant, réaliser les commandes des clients dans un restaurant. Chaque joueur contrôle son petit cuisinier et il faudra donc s’organiser efficacement pour suivre le rythme des commandes. Chaque cuisine à ses spécificités, mais il faudra à chaque fois, prendre les bons ingrédients, les hachés, les mélanger, les cuire et les servir.

Overcooked, est un jeu très efficace dans la coordination d’une équipe et la mise en place de stratégie commune !


mini metro early
Mini Metro

Mini Metro (iPad)

Pour compléter ce TOP 3, j’ai choisi Mini Métro, un titre au design particulièrement épuré sorti en 2014. J’ai découvert ce dernier cet été sur mon iPad et ce dernier est devenu très vite addictif. Dans Mini Métro, vous devez relier des stations les unes aux autres  et optimiser l’offre et la demande vers des voyageurs. Petit à petit de nouvelles demandes apparaissent et vous devrez adapter vos lignes, augmenter le nombre wagons tout en tenant compte des restrictions, en autre, de passage sous un fleuve.

Mini Métro demandent peu de réflexe, c’est presqu’un jeu zen contemplatif, et pourtant, à chaque partie terminée, je me suis dit, allé, on recommence !


Les Flops

Nintendo Online (Switch)

Nintendo 64 sur Nintendo Switch : lag, bugs, textures manquantes, jouabilité problématique – les premiers abonnés bouillonnent
Nintendo 64 sur Nintendo Switch : lag, bugs, textures manquantes, jouabilité problématique – les premiers abonnés bouillonnent

J’en parlais il y a quelques semaine, l’une des attentes de cette fin d’année était… l’arrivée des jeux Nintendo 64, Megadrive et Game Boy dans le catalogue en ligne de Nintendo Switch Online. S’il faudra encore attendre pour retrouver les jeux de la portable monochrome, une première fournée de titres issus des deux premières consoles ont fait leur apparition, non sans faire grincer les dents ! Tout d’abord, ceux-ci ne sont accessible que moyennant le paiement d’un « extention pack« . On passe tout de même de 19€/an qui était particulièrement attractif jusqu’ici à 39€ / an. Voilà qui modère un peu mon envie de découvrir les titres d’une génération Nintendo que j’ai eu peu l’occasion de prendre en main. A cela, s’ajoute actuellement de très gros soucis d’émulation. Nombre de joueurs se plaignant d’énorme ralentissement, de latence dans les boutons d’action et même de textures supprimées des versions originales…

Mais à côté de cela, on peut également reproché à Nintendo d’avoir été plus que pingre quant à l’ajout de nouveautés dans le catalogue Super Nintendo et NES de l’abonnement de cette année. Les nouveautés se comptent sur les doigts de la main et étaient particulièrement inintéressantes !

Death Stranding (PS4)

Death Stranding - PS4 (Kojima Production - Sony, 2019)
Death Stranding – PS4 (Kojima Production – Sony, 2019)

Présenté lors de sa sortie fin 2019 comme « Le jeu de l’année », Death Stranding se sera montré assez décevant. Grand projet d’Hideo Kojima, la papa de la série Silent Hill, mais également mettant en scène Norman Reedus dans un avatar numérique, Death Stranding avait beaucoup d’atout. Avec une histoire qui se présente très intrigante et sombre, il faut bien admettre que nous nous serons un peu forcés à passer un premier sentiment rebutant. Maniabilité lourde, décors déprimants, combats imprécis et ce sentiment de jouer le transporteur de colis n’ont pas réussi à nous convaincre d’en apprendre plus.

Alex Kidd in miracle world DX (PS4)

Alex Kidd in miracle World DX - PS4 (Merge Games - Jakenteam, 2021)
Alex Kidd in miracle World DX – PS4 (Merge Games – Jakenteam, 2021)

Je ne suis peut-être pas très tendre avec la jolie ré-édition DX d’Alex Kidd in Miracle World en le glissant dans mon Flop 2021 ? C’est qu’il faut bien admettre que les graphismes du portage de l’ancienne mascotte de SEGA qui avait fait les beaux jours de la console Master System avant l’arrivée de Sonic le hérisson sont très réussis ! C’est donc très naturellement que nous avions acheté le jeu à sa sortie au début de l’été ! Rien ne manque, on a clairement en main l’ancien Alex Kidd manette en main, c’est très joli, c’est réussi et l’on nous propose même la possibilité d’avoir des vies infinies, ce qui permet d’aller découvrir des niveaux jusque là impossible pour moi… Mais finalement, rien n’a changé, et on s’ennuie assez vite ! Les niveaux sont loins d’être originaux et l’on sent tellement que ceux-ci date d’un autre âge. Le titre se retrouve donc particulièrement vite remisé dans la bibliothèque de la console.

Lire la suite Lire la suite

Qu’est-ce que jouer ?

Qu’est-ce que jouer ?

 Suis-je en train de jouer ?

There is no game - Web (KamiZoto, 2015)
There is no game – Web (KamiZoto, 2015)

Voilà une question particulièrement intéressante à se poser tout en découvrant Cookie Clicker (Orteil, 2013) ou There is no game (Kamizoto, 2015). Si le premier a la volonté de nous mettre dans un contexte de jeu, les objectifs à atteindre sont flous et très vite, un sentiment d’inutilité s’installe autant que de curiosité  puis d’addiction. Dans le second, le « non-jeu » se joue clairement de nous, se présentant d’emblé comme ne pas être un jeu alors qu’en tant que joueur je me sens appelé à chercher une faille m’amenant à jouer !

Qu’est-ce que jouer ?

“Pour moi, jouer est pratiquer une activité par plaisir, divertissante. Cette activité est cadrée par de règles imposées, implicites ou imaginées par celui ou ceux qui jouent, mais qui sont acceptées par chacun. Enfin j’ajouterais que pour avoir un sentiment de jouer et de plaisir, certains éléments sont importants à intégrer. Un but, même si celui-ci est floue et peut être au moins un temps, la tentative de comprendre les règles qui régissent le jeu.”

La séance va donc s’orienter à trouver une définition de jouer. Nos échanges montrent que différents éléments sont récurrents pour cibler cette définition : des règles, un objectif, du plaisir, de la surprise…

Tout en suivant la formation, j’ai laissé tourner le jeu Cookie Clicker qui ne m’avait pas fait grande impression lors de mon essai. Celui-ci entre dans l’une des branches originales du jeu vidéo appelées “Idle Game”. Et de fait, il y a moyen de s’y prendre au jeu :)

D’autres genres se démarquent des habitudes comme les Walking Simulator qui invitent à se promener et suivre une histoire (Dear Ester ou What remain of Edith Finch, deux titres que j’aimerais pouvoir prendre le temps de découvrir à l’occasion et idéalement en français.)


Jouer et le cas de Prince of Persia.

Qu’est-ce qui rend un jeu amusant ? Tension/relâche, tension/relâche. Prince of Persia n’a pas cela (12/11/1988 à quelques mois de la sortie finale du jeu, page 76-77).
Qu’est-ce qui rend un jeu amusant ? Tension/relâche, tension/relâche. Prince of Persia n’a pas cela (12/11/1988 à quelques mois de la sortie finale du jeu, page 76-77).

Je m’arrête autour de cette réflexion de ”jouer” que je développais il y a quelques jours. Dans le concept de jouer et plus spécifiquement de jouer à un jeu vidéo. Autour du concept de règles imposés, implicites ou imaginées par le joueur et un certains plaisir, l’élément du but continue à me marquer dans la définition du jeu vidéo. Même si certains titres, ne semblent pas avoir de but prédéfini, c’est à mon sens le joueur qui s’en donnera un afin de poursuivre l’expérience de jeu, sans cela il passera son chemin à défait de lui trouver un autre but.

J’ai trouvé une réflexion intéressante de Jordan Mechner, créateur du jeu Prince of Persia dans l’ouvrage paru en français chez Third Edition.

Alors que le développement de son jeu s’éternise un peu, bien que techniquement toutes les personnes autour de lui trouvent le projet extraordinaire, comme un pas en avant dans le monde du jeu vidéo que lui-même admet que techniquement son projet repousse les limites du réalisme. Il se pose la question de …

Pourquoi courir, courir pour atteindre la sortie (terminer un niveau), si tout ce que l’on gagne c’est de recommencer la même chose (dans le niveau suivant).

La princesse qui attend la fin du jeu n’est qu’un trophée dans l’histoire. Il faut des récompenses dans le jeu – comme battre un garde dans Karateka (sa première création vidéoludique).

Qu’est-ce qui rend un jeu amusant ? Tension/relâche, tension/relâche. Prince of Persia n’a pas cela (12/11/1988 à quelques mois de la sortie finale du jeu, page 76-77).

Courir, sauter, escalader, peu importe si c’est magnifiquement animé, ça ne retient l’attention que pendant les trois premiers écrans. Puis, on commence à se demander : quand est-ce que quelque chose va se passer ? Comme un garde à combattre, un avion à descendre, quelque chose.  (…)  Il faut des sous-objectifs. Des endroits où on peut se dire : “Ouf, j’ai réussi ! C’était dur… qu’est-ce qui se passe ensuite ?” (…)  Des sous-objectifs comme : Finir un écran de Pac Man, Battre un garde dans Karateka ou finir un niveau de Lode Runner. (références clés de Jordan Mechner en 1988) (…)  Pour le moment, finir un niveau de Prince of Persia n’offre aucun sentiment de satisfaction, comme on en retrouve dans ces titres.

Le monde du jeu vidéo a évidemment évolué depuis 1988 et de nombreux jeux ont depuis pris le plis prendre une certaine distance face à un but et des sous-objectifs en intégrant par exemple de nombreuses micro récompenses tout au long de l’aventure, mais si le jeu peut se permettre de ne pas les proposer aux joueurs, celui-ci se doit de se les construire dans son esprit.

Lire la suite Lire la suite