Archives de
Étiquette : Michel Ancel

Une PS4, what else ?

Une PS4, what else ?

 

Du sucre, j’en ai fait tomber sur la dernière console de Sony. Je suis loin de la porter dans mon cœur et pourtant, je sais que le jour viendra où ma brave PS3 finira par m’abandonner, elle qui a déjà fêté ses 7 ans, une éternité pour une console non ?

Ce jour viendra, je me vois mal acheter une Xbox One pour la remplacer… D’ailleurs, cette dernière est-elle capable de lire des films BluRay ? Car cela reste tout même facilement 50% de ce que fait avec ma PS3 depuis un bon moment ; )

Non, pour l’heure, je n’ai pas encore cédé. Il faut dire que les divers titres sortis jusqu’ici n’ont pas encore vraiment de quoi me faire succomber. L’orientation “Jeux en ligne” mise en avant ce n’est absolument pas mon truc, mais  il y a tout de même une série de titres dans un futur parfois maintenant tout proche susceptibles de me faire franchir le cap, j’ai nommé Uncharted 4, Rise of Tomb RaiderUnravel et bien sûr Final Fantasy V

Uncharted 4 : A thief’s end (avril 2016 mai 2016) – clairement les aventures de Nathan Drake ont été l’une des licences qui nous ont, madame et moi le plus emballés durant la génération PS3. Ce fut le tout premier jeu époustouflant que nous avons lors de l’achat de la console et les deux épisodes suivants furent des jalons importants dans cette sensation de “Waouw”… Son gameplay abordable a fait que nous pouvions souvent nous échanger la manette et vivre l’aventure ensemble. Dès les premières images du dernier épisode d’Uncharted intitulé “A Thief’s end”, la claque visuelle des vidéos était à nouveau présente, inséminant l’envie d’acheter une PS4 à l’approche de la sortie du jeu pour le mois d’avril de mai.

Rise of Tomb Raider

Rise of Tomb Raider (autonme 2016) – récemment “rebootée” sur PS3, la licence Tomb Raider a tout gagné justement des choix de jeux pris dans Uncharted, lui-même inspiré des aventures de Lara Croft… Là aussi, ce fut un pur bonheur de visiter l’île perdue et vivre ces nouvelles aventures… et clairement, le nouvel opus “Next Gen” se montre encore plus incroyable de ce que la version actuellement exclusive à Microsoft a pu nous dévoiler avec des graphismes d’un réalisme surprenant.

Unravel

Unravel (février 2016) parmi les nombreuses annonces de la E³ 2015, Unravel avait clairement été mon coup de cœur. Avec son concept “Indie Game” ce titre de jeux de plateforme dans un environnement hyperréaliste est en réalité supporté par le géant Electronic Arts. Son concept est aussi original qu’à l’arrivée de Little Big Planet fin 2008 sur la PS3… Bref un jeu qui bien que tout simple m’a tout de suite embobiné !

Final Fantasy XV

Final Fantasy XV (2017?) – En principe annoncé pour cette année, il semble plus raisonnable de voir déboulé le nouvel opus de la série de Square Enix en 2017. Pour l’heure nous avons eu droit de nouvelles vidéos de gameplay offrant des environnements impressionnants qui tranche clairement avec le sentiment de longs couloirs à traverser du décevant FFXIII. Bien entendu, Final Fantasy me fait rêver, mais peut-il encore se rapprocher de ce qui me plait, le gameplay sera-t-il abordable, l’histoire sera-t-elle moins confuse…

Lire la suite Lire la suite

Le jeu-vidéo en bouquin

Le jeu-vidéo en bouquin

Pix n Love 16Voilà donc déjà 7 ans que j’ai découvert les ouvrages de Pix n Love éditions. Il s’agissait d’ailleurs à l’époque de mon premier achat “en ligne”, une série de 3 mooks dédiés au rétrogaming. Pendant plusieurs années, j’ai lu et acheté de nombreux ouvrage sur le sujet jusqu’en 2011 où j’ai fait le pas de commencer à avoir ma propre collection de jeux et consoles rétro.

Compagnons de mes vacances, je lisais le Pix n Love #5 lors de mon voyage de noces au Canada ou encore le volume 3 de l’histoire de Nintendo durant l’été 2011 à Majorque. Pourtant j’avais depuis un moment un peu levé le pied, lisant quelques romans (Hunger Games, Le livre perdu des sortilèges). Ce ne sont pourtant pas les beaux ouvrages qui manquaient ! Je me suis lancé à découvrir les jeux Atari sur une vraie console et j’ai même adopté une Vectrex !

Depuis fin 2014, je me suis remis la tête dans mes bouquins de Playhistoire avec Zelda : Chronique d’une saga légendaire, L’histoire de Rayman, Pix n Love #16
et La Bible Game Boy.

4 livres dans une même vague, tous issus des éditions Pix n Love, même si celui lié à Zelda est maintenant édité par Third, éditeur concurrent, mais quatre livres bien différents que j’ai adorés pour certains et terminé péniblement pour d’autres, mais qui au final m’ont tous apporté le même sentiment d’évasion que j’avais presque oublié. Car oui, quelle belle manière de se replonger dans ces vieilleries que de revivre cette époque entre anecdotes et témoignages (illustrés ou non) pris avec le recul de notre génération ! Je me suis encore fait surprendre à déguster avec tant d’intérêt l’histoire de Macadam Bumper ou Spellsinger ou iRobot, titres dont je n’avais jamais entendu parler !

Je vous laisse découvrir mon avis sur les 3 ouvrages au contenu plus ciblé !

Lire la suite Lire la suite

Rayman se la joue sur iPad

Rayman se la joue sur iPad

Certes moins connu que Super Mario et Sonic, Rayman a su se faire une jolie place dans le monde du jeu vidéo au milieu des années 90, même si j’imagine que pour certains, celui-ci n’est qu’un héros parmi d’autres. Les premières aventures de Rayman sont arrivées sur la toute fraiche PlayStation en 1995, après un chemin rempli d’embuches puisqu’il était initialement destiné à devenir le jeu phare de la console Jaguar, puis un jeu de plate forme de plus sur Super Nintendo. Quoi qu’il en soit, Rayman est arrivé à une époque où les jeux de plate forme en deux dimensions avaient déjà saturé le marché et où le public s’émerveillait alors sur les courbes anguleuses des jeux en 3D, prêts à envahir les foyers. Rayman a aussi pu puiser dans des mécaniques de jeux bien rodées depuis des années par Mario, Sonic, Donkey Kong, Bubsy et tous les autres. De même, il s’est aussi offert les plus beaux graphismes pour ce genre de jeux vus jusque-là. Pour moi, Rayman est un personnage qui aura marqué ma vie de joueur pour de nombreuses raisons, non pas que j’y aie beaucoup joué, ses premières aventures étant un peu trop techniques pour moi. Surtout, Rayman utilisait une mécanique d’animation de sprites similaire au jeu de plate-forme Bilou’s Adventure que notre trio de jeunes ados réalisions alors depuis 1993…

C’est donc avec un intérêt certain que mon frère et moi avions fait l’acquisition de la version PC-CD Rom. Deux autres aventures de Rayman ont suivi avec une certaine réussite dans un environnement 3D jusqu’à ce que les Lapins Crétins ne relèguent le petit héros de Michel Ancel au second rôle dans des jeux nettement moins relevés.

Les années passant, il m’arrivait encore de rêver à son retour. Lorsqu’UbiArt, la filiale d’Ubisoft, nous sortit l’année dernière un sacré retour aux origines pour notre petit Rayman ! J’écrirais même alors quelque chose comme : “Graphiquement, Rayman Origins est splendide. L’un des plus beaux jeux du moment comme on a peu vus depuis longtemps. La finesse et les détails des décors sont fantastiques, beaucoup d’éléments sont interactifs et cachent des secrets et mécaniques de jeux à apprendre. Les animations sont époustouflantes et pas uniquement celles des personnages.” Oui, vous l’aurez compris, Rayman Origins est pour moi le meilleur jeu de plateforme NewSkool ! C’est donc avec pas mal de curiosité que je me suis penché sur l’arrivée de Rayman sur iPad ! Rayman pouvait-il trouver sa place sur un marché de jeux tellement éphémères et se faire une réelle place aux côtés de la bande de piafs d’Angry Birds. Je devais bien admettre que jusque-là, je n’avais guère été convaincu par la maniabilité des jeux de plateforme sur une tablette tactile.

Lire la suite Lire la suite

Rayman revient à ses origines !

Rayman revient à ses origines !

Graphiquement, Rayman Origins est splendide. L’un des plus beaux jeux du moment et vu depuis longtemps. La finesse et les détails des décors est fantastiques, beaucoup d’éléments sont interactifs et cachent des secrets et mécaniques de jeux à apprendre. Les animations sont époustouflante et pas uniquement celles des personnages.

Certes moins connu que Super Mario et Sonic, Rayman a su se faire une jolie place dans le monde du jeu vidéo au milieu des années 90, même si j’imagine que pour certains, celui-ci n’est qu’un héros parmi d’autres, d’ailleurs non, Rayman n’est pas un lapin Vinch ;). Sorti de la tête du jeune français Michel Ancel, il existe de chouettes ouvrages sur la vie de Rayman aux éditions Pix n Love, dont sa biographie qui est déjà dans ma bibliothèque. Les premières aventures de Rayman sont arrivées sur la toute fraiche Playstation en 1995 après un chemin remplis d’embuches qui aurait dû faire de lui le jeu phare de la console Jaguar ou un jeu de plate-forme de plus sur Super Nintendo,… quoi qu’il en soit Rayman est arrivé à une époque où les jeux de Plate-forme en deux dimensions avaient déjà saturé le marché et où le public s’émerveille alors sur les courbes anguleuses des jeux en 3D près à envahir les foyers… Rayman pourra donc puiser dans des mécaniques de jeux bien rôdées depuis des années par Mario, Sonic, Donkey Kong, Bubsy et tous les autres et surtout se permettre les plus beaux graphismes pour ce genre de jeux vu jusque là. Les animations de Rayman sont également incroyables, et ce grâçe aux choix faits sur le personnage de Rayman, sans bras ni jambe, pouvant ainsi être animé très simplement en utilisant des sprites pour les mains et pour les pieds. Un concept d’ailleurs qui ne manquera pas mon frère et moi de nous secouer, puisque notre petit projet de jeux vidéo d’ado : Bilou’s Adventure était également basé depuis de nombreuses années sur un personnage aux même spécificités morphologiques.

Lire la suite Lire la suite