Archives de
Étiquette : caméra

Utiliser son Smartphone comme Webcam.

Utiliser son Smartphone comme Webcam.

Confiner ou ne pas confiner, la question sera bientôt tranchée. En attendant, les écoles supérieures et universités, ici en Belgique, sont déjà en code rouge. Quant aux écoles secondaires, elles sont aussi passées « à distance ». C’est dans ces temps difficile que les solutions sorties du chapeau des équipes techno-péda ont bien besoin d’être partagées !

Voilà quelques semaines que je discutais d’une solution qui permettrait de pouvoir utiliser son Smartphone comme Webcam. Inutile de faire des fouilles, Fabian et Perrine ont déjà mis en lumière une solution qui fonctionne tant sous MAC que sous Windows, et probablement même sous Linux également. Coté Smartphone, l’application existe sous Android tout comme sous iOS.

Fabian Demily : Pour les enseignants et les étudiants qui ne possèdent pas de webcam sur leur ordinateur et qui sont amenés à suivre des vidéconférences, il est possible de transformer facilement votre smartphone en webcam. Pas besoin d'acheter un nouveau portable !
Fabian Demily : Pour les enseignants et les étudiants qui ne possèdent pas de webcam sur leur ordinateur et qui sont amenés à suivre des vidéconférences, il est possible de transformer facilement votre smartphone en webcam. Pas besoin d’acheter un nouveau portable !

Je me suis donc attaqué à tester Iriun Webcam sur mes environnements à la maison. Mon premier essai fut de transformer mon Smartphone Android en Webcam sur mon Mac. Les plus experts d’entre-vous me diront que cette solution n’a qu’un intérêt très faible, puisqu’en effet, les Macs modernes disposent d’une Webcam particulièrement efficace et l’intégration du micro y est par ailleurs excellente. (Je n’ai jamais eu à déplorer par exemple d’effet d’écho)

En revanche, il est bien plus fréquent de ne pas avoir de Webcam sur une tour PC plus « classique ». C’est d’ailleurs mon cas tant à la maison qu’à mon bureau. Pouvoir utiliser la caméra de mon Smartphone ou de ma tablette serait alors bien pratique pour faire une Visio-conférence mais également pour intégrer une vignette « orateur » lorsque je veux enregistrer une screencast avec Camtasia.

Lire la suite Lire la suite

Surprise, Nikon présente son D780

Surprise, Nikon présente son D780

C’est une petite surprise pour la rentrée, je découvre que Nikon vient d’annoncer la sortie d’un Nikon D780 lors du CES 2020, un nouveau boitier qui sera disponible dès la fin janvier.

Le nouveau Nikon D780
Le nouveau Nikon D780

De fait, jusqu’ici, j’étais toujours au courant des nouveautés à venir du constructeur d’appareils photo japonnais grâce à mes divers outils de veille, mais je souffre depuis l’année dernière d’une part d’un manque de temps, mais surtout de la disparition d’outils efficaces. Bref, je n’ai donc pas été avertis des informations qui auraient pu émaner du site Nikon Rumours ou Site Geek.

Or, la sortie de ce nouveau boitier full-frame profesionnel m’intéresse tout particulièrement ! En effet, j’attends depuis près de 7 ans un boitier digne du Nikon D700. Si aujourd’hui, le D700 ne peut plus rivaliser avec ces successeurs que furent les D600, D610, D750, D800, D810 ou le plus récent D850, aucun d’eux n’ont pu se positionner comme l’arme parfaite ! D6xx et D750 m’ont toujours donné l’impression d’être bridés, devant faire trop de concessions. En contre partie les D800 et D810 étaient moins performant en basse lumière et équipé d’un capteur imposant rendant la taille des fichiers énormes. En 2014, j’avais analysé le marché qui accueillait alors le D800, le D4 et le DF. Seul le D4 faisait mieux sur les critères qui m’importaient, mais à un tarif de près du double du prix du Nikon D700.

Comparaison des mes boitiers sur DXOMark
Comparaison des mes boitiers sur DXOMark

Au printemps dernier, je m’étais arrêté sur le Nikon D850. Ce dernier était annoncé avoir amélioré sa gestion des basses lumières (comparativement au D810), mais avec un capteur de 45MP et un tarif à plus de 3500€, on ne peut pas parler de véritable remplaçant du D700.

Lire la suite Lire la suite

Le Pixel 2 est mort, vive le Pixel 3a

Le Pixel 2 est mort, vive le Pixel 3a

Le Google Pixel 3a
Le Google Pixel 3a

Diable, ce Weekend, mon fidèle, mon précieux Google Pixel 2 m’a abandonné en traitre. Coup de froid ? Obsolescence programmée ? Difficile à dire, mais ce dernier s’est retrouvé bloqué sur un écran noir avec la torche allumée. Google Black Screen of the Death.

Rien n’y a fait, j’ai bien tenté quelques tuto et simplement essayer de lui imposé un redémarrage, car le système s’active, je peux par exemple constater qu’il est reconnu via le Bluetooth, mais l’écran reste définitivement éteint.

Enfin reconnecté. Le Google Pixel 3a n’a pas la noblesse de ses grands frères Pixel, Pixel 2, 3 ou 4 avec sa finition plastique, mais côté photophone, il reste à mettre la concurrence au défi de faire aussi bien. Sans retouche, ces deux premières photos sont excellentes.

Impossible pour moi de rester sans téléphone plusieurs jours, voire semaines, le temps que ce dernier retourne en Grande Bretagne et ici en Belgique, aucune autre option que la série Google Pixel ne peut me proposer un téléphone parfait coté photo, ce qui est l’une des principales caractéristiques que j’attends d’un smartphone.

Dans la famille Pixel, le Google Pixel 3 est venu prendre le relais depuis l’automne dernier, rapidement complété par un Google Pixel 3a aux performance photo similaire, le tout dans une coque tout plastique mais vendu sous la barre des 400€, soit prêt de deux fois moins cher, et je le tenais à l’œil depuis le printemps.

Entre temps, le Google Pixel 3 a également vu son prix descendre, se rapprochant des 500€ puisque ce dernier a été remplacé en octobre par le Google Pixel 4. Quoi qu’il en soit, ici en Belgique, aucun des Pixels n’est vendu en magasin. Mon importateur habituel se montrant même en difficulté pour m’en dénicher un, je me suis donc reporté sur le site de e-commerce flamand Alternate.be chez qui j’avais déjà profité de quelques promotions intéressantes dans son catalogue de jouets.

Lire la suite Lire la suite

Souriez, vous êtes filmés !

Souriez, vous êtes filmés !

Voilà de nombreuses années que je réalise des capsules vidéos pédagogiques. L’approche se démarque de la production télévisée ou même du reportage sur bien des points et je n’ai cessé de chercher seul ou en équipe à améliorer le résultat. Il y a deux ans, nous avons par exemple intégré au workflow l’utilisation systématique d’un prompteur afin de cadrer un maximum le contenu tout en facilitant le moment en studio et au montage. J’avais dans un premier temps un peu peur de perdre la spontanéité des intervenants mais ce ne fut pas le cas. Néanmoins, parfois, le sourire de certains a tendance à s’effacer.

Si certains projets doivent se concentrer sur un délais de production rapide, l’approche MOOC peut laisser plus de place à ce que les enseignants intervenants dans la capsule vidéo se sentent à l’aise devant la caméra. Jusqu’à présent nous avons travailler au cas par cas, notamment dû à des changements réguliers de configuration technique. Je me suis néanmoins penché ces dernières semaines à rassembler les éléments qui me semblent primordiaux à mettre en place pour obtenir de meilleures prestations !

Souriez, vous êtes filmés !
Souriez, vous êtes filmés !

Tout d’abord, je suis reparti de mon souhait finale de pouvoir transmettre le concept de « curseur » appris lors d’une formation suivie il y a une dizaine d’année. L’idée est de pouvoir se construire une échelle personnelle qui permettra de se positionner plus aisément dans sa prestation devant la caméra. Bien évidemment, c’est le point final à obtenir et il faut pour cela réaliser une série d’exercices préliminaires et y intégrer quelques bons conseils ! J’ai donc collationner une série de ressources que je continuerais à alimenter petit à petit dans mon espace « Monde Numérique »

Lire la suite Lire la suite

Désentrelacez cette vidéo que je ne saurais voir

Désentrelacez cette vidéo que je ne saurais voir

Bon, il y eu une époque où lorsque l’on travaillait des fichiers vidéo, on se retrouvait régulièrement avec des problèmes d’effet de peigne, d’entrelacement de l’image. La vidéo se présentait par ailleurs correctement sur une télévision, mais le problème apparaissait notamment sur un écran d’ordinateur. C’est qu’un grand nombre des premières caméra Haute Définition ne filmaient pas en FULL HD 1920×1080 mais en HDV, du 1440×1080, un format à base de pixels rectangulaires et codant l’image une ligne sur deux. C’était encore le cas de mes caméras personnelles il y a peu.

Or, j’aimerais réaliser un montage vidéo sur base d’archives tournées ces 15 dernières années. Les fichiers sources sont divers : du DVD-RIP (de la Simple Définition), de gros fichiers AVI bruts, des fichiers HDV en MPG de l’époque de Pinnacle Studio sur PC ainsi que des fichiers MOV en 25i issus de mes montages Finl Cut Pro X

Problème d'entrelacement sur un fichier MPG HDV issus de Pinnacle Studio 14.
Problème d’entrelacement sur un fichier MPG HDV issus de Pinnacle Studio 14.

Après quelques recherches, il semble que FCPX soit capable en interne de modifier le type de méthode utilisée, mais cela m’a pris un bon moment pour comprendre comment modifier ce qu’il considère être comme une trame « progressive ».

Il faut en réalité cliquer sur le média placé sur la ligne du temps et se rendre dans le panneau « info » de ce dernier. Ensuite en bas à gauche de ce dernier modifier l’option réglage pour avoir accès aux options permettant de changer la trame et imposer un désentrelacement…

Yes, cela fonctionne !

Valider le désentrelacement dans FCPX
Valider le désentrelacement dans FCPX

 

Posting....