Archives de
Étiquette : télévision

Micmac à la Star Ac’

Micmac à la Star Ac’

La Star Ac’, on aime, on aime pas.

Pour ma part, j’étais plutôt content de voir revenir cette émission musicale Prime Time qui me rappelle mes premières soirées de jeune adulte devant ma toute petite télévision avec Jma Snorkys, découvrant le tout nouveau phénomène de la télé-réalité et une nouvelle génération d’artiste, dont bien évidemment Jenifer dont je suis un grand fan.

La première saison de la Star Academy - 2001
La première saison de la Star Academy – 2001

Je n’ai pas suivi toutes les saisons de la Star Academy depuis son lancement en 2001 sur TF1, mais les deux premières m’ont suffisamment marquées à l’époque. Je pense avoir décroché avant la victoire de Grégory Lemarchal. Néanmoins, je regrette d’avoir loupé les émissions « souvenirs » diffusées l’année dernière, car ici, nous ne sommes pas des accrocs aux chaines de télévision classiques.

Alors, oui, content de retrouver la Star Academy, mais je dois bien admettre que je suis particulièrement déçu du grand n’importe quoi technique des 3 premières émissions sur TF1.

Comment est-il possible de foirer la quasi totalité des réglages micros. Dans la Star Ac, ils sont plusieurs à chanter, mais la plupart du temps, 2 micro sur 3 ne fonctionnent pas, ou s’allument uniquement au bout de quelques phrases de chant…

Ne parlons pas des bandes sons qui semblent perdues tout autant, le live d’hier avec un orchestre de 40 musiciens n’avaient que peu d’intérêt tant le mixage était inaudible.
Et là, ce n’est que pour la sortie « Live TV ».

En plateau, les oreillettes de retour ne semblent pas tellement mieux gérées. Les artistes se retrouvant en permanence à tenter de régler, voir enlever celle-ci…
Désolé Nikos , je n’ai pas compris…

Il y aurait probablement d’autres reproches à faire, publicités interminables, choix parfois douteux de chansons… chacun aura son avis mais… pour une émission de ce niveau sur TF1, de tels imperfections techniques sont impardonnables !

La seconde saison de la Star Academy - 2002
La seconde saison de la Star Academy – 2002

 

La nouvelle Star Academy 2022 toujours présentée par Nikos
La nouvelle Star Academy 2022 toujours présentée par Nikos
Ne misons pas tout sur la VOD

Ne misons pas tout sur la VOD

Au diable le demat’ et la VOD ? Ah oui, bien évidemment, au quotidien il est bien pratique de simplement pousser sur un bouton pour accéder à Netflix, Amazon Prime, Disney+ et Cie pour regarder le dernier épisode de sa série préférée !

Très vite ces solutions se sont montrées particulièrement fluides et efficaces, en autre devant les appareils et décodeurs de nos fournisseur Internet, souvent très lents. De plus l’une des forces de ces services est de nous proposer toujours plus de contenus à notre goût, mettant en avant des bandes-annonces accrocheuses !

Si tout cela fonctionne pour les nouveautés, je dois bien admettre que la frustration est de mise quand il s’agit de regarder un film plus ancien, tout particulièrement un film français depuis la Belgique !

Les Bronzés, Les Tuches, Camping, Les Ch’tits, Taxi, Rien n’a déclarer ou même du De Funes. Si vous ne vous êtes pas synchronisé avec le moment où le film passe « à la télévision » pour pouvoir revoir ce dernier, aucune des grandes solutions de VOD ne vous proposent ces films dans leur catalogue !

Je me suis récemment installé Rakuten TV pensant trouver une solution légale efficace, mais là aussi je déchante, car certains films français n’y sont pas !

Camping : Rakuten TV 2,99€ location en SD
Les Bronzés : Apple TV 9,99€ film numérique
Rien à déclarer : Apple TV 3,99 location en HD
Taxi : non dispo

On pourra d’ailleurs rajouter à cette liste frustrante, les films Harry Potter disponibles uniquement sur Amazon Prime en néerlandais sous-titrés anglais… passés depuis sur Netflix, toujours uniquement en néerlandais !

A coté de cela, les abonnements ne cessent d’augmenter. Netflix est passé de 7,99€/mois à 12 en quelques années et annonce encore de nouvelles hausse de prix. Disney+ précédemment à 39€/an est passé à 69€ cette année et augmentera encore à 89€ l’année prochaine. Amazon Prime glissant lui aussi de 49€/an à 69 dès septembre !

Finalement la solution légale la plus intéressante, restera peut-être encore « faire les brocantes » !

Voilà des années que je cherche à regarder Camping et Les Bronzés ! Alors, franchement payer 10€ pour regarder le film en ligne ou 8 pour l’intégral DVD, pour moi c’est tout vu !

Tiens, le saviez vous ? Le premier film est sorti en 1978 !

Lire la suite Lire la suite

Disney Classic Games : On aurait pu nous en donner plus pour le même prix !

Disney Classic Games : On aurait pu nous en donner plus pour le même prix !

Actuellement en promo pour moins de 10€. J’ai fini par me laisser tenter par le bundle Aladdin/Roi Lion sorti de manière très stratégique l’année dernière en même temps que le remake des deux films de Disney.

Vendu à l’origine pour plus de 35€, et encore possible à trouver entre 20 et 30€ en version physique comme en dématérialisée, la raison me forçait à attendre. Après une petite soirée passé sur le jeu, force m’est de constaté que j’ai bien fait d’attendre. 10€ est presqu’encore trop cher !

J’aime les vieux pixels ! Je ne suis donc pas frustré ou déçu par le visuel et le gameplay de ce bundle bien évidemment, mais il faut bien admettre que même pour 10€, le contenu est bien trop léger. Lorsque les concurrents proposes 4 à 7 jeux rétro dans une compilation vendue à 20€, comme Disney ose-t-il ne proposer que 2 jeux pour plus de 35€ !?

La version Megadrive d'Aladdin
La version Megadrive d’Aladdin

Oh, bien évidemment, on annonce plus que cela. Mais les faits sont là ! Le bundle propose tout simplement la version Megadrive d’Aladdin et le jeu Le Roi Lion tant dans sa version Super Nintendo que Megadrive. Pour chacun d’eux, vous pourrez comparer la version européenne et japonaise (toujours un peu plus nerveuse), voir la version démo ou une version aux bugs corrigés. Wouw, merci !

Quand on sait qu’Aladdin à l’époque se déclinait en une version Megadrive et Super Nintendo totalement différentes, l’absence de l’une des deux est bien dommage. Pourquoi ne pas avoir envisagé également la version Game Gear qui était particulièrement réussie ou même la version Game Boy ? Le Roi Lion se décline propose les version Nintendo et SEGA, mais qui hormis la bande son sont particulièrement similaire. Là aussi, les versions 8bits ou GameBoy auraient été intéressantes à ajouter… Mais non !

On pourrait comprendre que les raisons à cela se glisse dans les gestions des droits d’auteurs. En effet les versions présentes dans la compilation sont toutes propriétés de Virgin Games, alors que par exemple la version Super Nintendo d’Aladdin était réalisée par Capcom… Quoi qu’il en soit, on peu resté déçu.

L’un des avantages de ces ré-éditions réside dans la possibilité de sauvegarder sa partie quand on veut ou de pouvoir retourner en arrière. Récemment, le store Nintendo s’est étoffé d’un catalogue rétro gaming qui permet de profiter de bons nombres de jeux de la NES ou SNES profitant de ces options. Ici, à nouveau, on nous offre le service minimum. L’interface est à peine intuitive. On ne peut réaliser qu’une sauvegarde par jeu, le retour en arrière est simpliste, et même les options permettant d’apporter un rendu vieille télévision aux pixels sur votre écran HD manque d’originalité.

C’est dommage, vraiment dommage. Un coup marketing loupé qui donne ce sentiment de vouloir plumer le passionné. Pourquoi diable dans ce cas ne pas se suffire d’une ROM téléchargée, on se le demanderait presque. D’autant que l’on trouve même les cartouches de ces jeux pour moins de 10€ en cherchant un peu…

Si l’on laisse tout cela de coté,… On pourra (re)découvrir deux grands classiques qui auront marqués une génération de jeune joueur. Aux cotés des Mario et Sonic, les héros de Disney ont eu droit durant les années 90 de magnifiques hommages vidéoludique. C’est au fond bien dommage de ne pas avoir imaginer une super compilation qui aurait pu rassembler Aladdin, Picsou, Mickey, Le Roi Lion, La Belle et la Bête, Donald et tous les autres…

Back on track

Back on track

Et voilà, le monde me semble avoir un peu recommencé à tourner. Depuis le second weekend de juillet, mes petites Formule 1 tournent en rond. Le calendrier n’est pas encore définitif, ce qui est un peu cocasse d’imaginer pilotes et équipes anticiper une saison au nombre de courses changeant. Mais de fait, les courses en Asie et Amérique semblent fortement compromises au vu de la situation encore très compliquées là-bas. Pour commencer cette étrange saison, les pilotes se sont donc retrouvé deux weekend de suite sur le même tracé, celui de Spielberg en Autriche. Il aurait été amusant de proposer le second weekend de Grand Prix en sens inverse, nous n’étions pas loin que celui-ci se déroule sous la pluie, mais finalement à la télévision, ces deux premières courses se sont montrées suffisament originales.

L’échiquier 2021 semble presque déjà formé depuis l’annonce la semaine dernière d’un retour de Fernando Alonso chez Renault pour palier au départ de Daniel Ricciardo chez Mc Laren. Dans tout ce petit manège, Sebastian Vettel, pourtant quadruple champion du monde se retrouve devant de nombreuses portes closes, comme je l’avais déjà imaginé lors de son annonce de retrait de la Scuderia il y a quelques semaines. Cette situation rend l’ambiance chez les rouges particulièrement fumantes, d’autant que leur SF1000 est bien loin d’offrir la puissance attendue. Je me suis même dit que Sebastian pourrait bien leur claquer la porte au nez.

Dimanche, nous aurons donc droit au Grand Prix de Hongrie avant deux courses à Silverstone. Entre temps, la saison de Formule E se clôturera avec 6 ePrix sur le tracé de Berlin…. Quelle place pour notre Stoffel dans tout cela. Ce dernier patiente dans sa chambre d’hôtel pour palier à toute indisponibilité de l’un des représentant de la marque Mercedes… Après le Royaume-Unis, les équipes s’envoleront pour l’Espagne dont le GP a pu être déplacé, puis la Belgique et l’Italie à Monza. Cette semaine, la FIA a officialisé que la saison se poursuivra avec une seconde course en Italie, course qui se déroulera pour la première fois sur le tracé du Mugello avant de se rendre en Russie où malgré une situation encore délicate, le GP de Sotchi semble confirmé. Cela nous emmènera jusqu’à la fin Septembre avec les 10 premiers GP de la Saison. Singapour, Chine, Japon ont préféré ne pas organiser de Grand Prix. Le Canada, un temps candidat est également écarté. Les Etats-Unis, le Mexique et le Brésil devraient être annulé et pour l’heure s’est un Grand Prix en Allemagne et un retour au Portugal qui serait parmi les candidats.

Reste que la fin de courses, les masques, pas de public et cet étrange podium donne un gout un peu différent aux courses.

F1 2020 Grand Prix d'Autriche
F1 2020 Grand Prix d’Autriche
Continuons à jouer à la Master System

Continuons à jouer à la Master System

Depuis un mois, la Master System, 8bits de SEGA est branchée sur la télévision. Voilà qui aura été l’occasion de tester plus en détail, seul, avec les enfants ou mes amis les quelques cartouches glanées aux fils des années. J’ai notamment été surpris par Rastan dans un gameplay un peu similaire à Castlevania. Cela aura aussi été l’occasion de mettre mon expérimenté ami Santo à me faire découvrir Wonder Boy in Monsterland et Shinobi, afin d’en voir un peu plus que ce que je n’arrive à progresser par moi même…

Bref, je vous partage ce petit aperçu…

Rastan (SEGA – Taïto, 1989) 8/10

Rastan - Master System (SEGA, Taïto, 1988)
Rastan – Master System (SEGA, Taïto, 1988)

Reprenant le concept Plateforme/Action de la borne d’arcade sortie à la même époque que je ne connais pas, je découvre cette version Master System en 2020. Si les décors sont un peu pauvre et le premier niveau assez linéaire, très vite Rastan montre un certain intérêt à se plonger dans l’aventure. Des nouvelles armes à ramasser, un changement de luminosité (jour, pénombre et nuit), quelques tunnels à explorer et une musique assez réussie.

Le jeu n’est pas trop punitif, ce qui m’aura permis d’affronter le premier boss et découvrir 3 environnements, la montage, le château et la forêt… Les ennemis, sont peut-être un peu redondant, limitation de cette version 8 bits ? Quoi qu’il en soit, il a au moins de quoi rivaliser avec Castlevania sur la NES non ?

Alex Kidd in miracle worlds (SEGA, 1986) 7/10

Alex Kidd in miracle world (Master System)
Alex Kidd in miracle world (Master System)

Plus qu’à jouer à Alex Kidd… Enfin, après avoir optimisé l’imagé en 4:3 et avec un petit filtre « sport » histoire d’avoir une image un peu baveuse et vintage plutôt que flashie et rugueuse.

Dit, on jouait encore comment à Alex Kidd, avec la bague là ?

C’est que madame était experte en son temps à Alex Kidd, la Master System avait été sa première console de jeux alors que de mon coté, je devais me contenter d’y jouer « à défaut » chez GB Maxitec pendant plutôt que de faire la file pour la version Megadrive de Sonic le hérisson ! Dès lors, nous n’avions pas accès au bouton « Pause », situé sur la console, permettant d’activer les différents pouvoir ramassés par notre petit héros. Quoi qu’il en soit, rien à faire… la reprise en main n’est pas si facile ! Est-ce Alex ou la manette qui manque un peu de réactivité ?

J’ai donc essayé de m’y remettre moi aussi à cet Alex Kidd. Bien évidemment, avec la possibilité d’utiliser la bague, le premier niveau est un peu plus facile, mais reste que ce diable d’Alex Kidd patine plutôt qu’il ne coure et qu’il fait des sons particulièrement difficile à contrôler… Délicat ! Sous l’eau, le petit coup de point pour tuer les poissons, gros ou petit, ce n’est pas le plus facile… J’arrive évidemment plus facilement qu’étant gamin au stage suivant, ou sur ma petite moto, je finis toujours par retomber sur un scorpion pour petit Game Over… Rooh, Alex Kidd, tu m’énerves !

Wonderboy in Monsterland (SEGA – Escape, 1988) 7/10

Wonder Boy in Monsterland - Master System (SEGA, 1988)
Wonder Boy in Monsterland – Master System (SEGA, 1988)

Diable, je suis surpris de découvrir que l’épisode Master System de Wonder Boy in Monster Land est issu d’une adaptation d’un jeu initialement sorti sur borne d’arcade tant le concept plateformer / aventure ne se prette pas à jouer en mode « insert coin » ! Je constate également qu’avec surprise, cette aventure de SEGA avait même eu droit à un portage sur Commodore 64. Si je connaissais bien le tout premier Wonderboy, avec Skateboard et dinosaure, c’est en réalité le 3° épisode sur la Game Gear qui m’avait impressionné à l’époque. Avec ce second opus « Wonder Boy in Monster Land », on sent encore les mécanique un peu vétustes des jeux de plateforme de SEGA qui tout comme dans Alex Kidd proposent des niveaux souvent qui n’ont pas la magie de Nintendo avec son Super Mario.
Il n’empêche que ce mélange d’aventure et plateforme est assez chouette, même si sans l’aide d’un expert à mes cotés, je n’en aurais pas vu tant !

Lire la suite Lire la suite