Archives de
Étiquette : Namco

Playing 2020, une année sous le signe du Jeu Vidéo !

Playing 2020, une année sous le signe du Jeu Vidéo !

2020, pour bien des raisons sera une année à oublier. Et pourtant, hors de toutes les frustrations et la morosité de cette année Coronavirus, il y a tout de même un peu de bonne chose à sortir de tout cela.

Link's Awakening sur la Switch, terminé !
Link’s Awakening sur la Switch, terminé !

En 2020, j’ai pu prendre du temps pour jouer à des jeux vidéo ! J’en ai même terminé plusieurs, ce qui sur les 10 dernières années devaient probablement se compter sur les doigts de la main. Link’s Awakening sur la Switch, fini ! Horizon Zéro Dawn, après 2 ans et demi, enfin fini, le tout enchainé par Final Fantasy VII Remake, The Last of Us Part II et pour terminer la version HD du premier ! Alors que la nouvelle PlayStation 5 et sa concurrente Microsoft viennent de sortir, nous nous sommes confortablement reposée sur la génération précédente mais cela fut également l’occasion lors de nombreuses occasions de sortir ma collection Retrogaming sur la NES de Nintendo ou la PSP de Sony en autre chose !

Cette année donc, je prends les devants avec mon petit tour d’horizon des « Games I Play in 2020 » en y ajoutant, en seconde partie de billet, ces jeux auxquels je n’ai pas joué et qui pourtant pourraient me plaire.

On teste Minecraft en réseau !

Avec les enfants

Les enfants ne se lassent pas encore très vite de leur jeu. Sans surprise Les Sims 4 et Minecraft restent largement au dessus du lot, mais il faut bien admettre que Mario et les Lapins Crétins, en promo au printemps sur la Nintendo Switch a très rapidement eu son petit succès, peut-être même plus que Mario Kart 8.

Mario + Les Lapins Crétins, une direction artistique très réussie !
Mario + Les Lapins Crétins, une direction artistique très réussie !

Nous avons donc appris les bases du gameplay tactique sur le tas avec nos mini JoyCon en main. De fait, c’était la première fois que l’on jouait à un jeu à deux sur la Switch, pas si facile à appréhender ces machins ! Mais assez vite, le fun est bien présent et le concept de déplacement, aide d’un partenaire, saut, tacle, armes et protection se met en place. D’ailleurs, avoir regarder Papa et Maman jouer à Final Fantasy VII les semaines passées aide les enfants à comprendre le concept des PV et des objets à utiliser ;) Les parties sont amusantes, même si pour l’heure nous n’avons accès qu’à 4 aires de combats et 8 personnages, ils en redemandent. Ceci dit la direction artistique est tellement bien réussie que cela a vraiment fini par me donner envie de découvrir l’aventure en solo ! (A lire : Quand les lapins mettent le bazar chez Mario)

Doraemon: Story of Seasons - Switch (Namco Bandai - Brownies - Marvelous, 2019)
Confiné à la maison, prendre l’air en s’occupant de sa ferme dans Doraemon: Story of Seasons a eu un certain succès !

Charly vient tout juste de commencer à découvrir Animal Crossing : New Horizon, le simulateur de vie tout mignon sorti il y a déjà quelques mois, chez nous, c’était jusqu’ici l’épisode « Doraemon » de la série Harvest Moon/Story of Seasons qui avait été eu son petit succès. Nous aurons avec le fiston tenté de trouver un jeu de voitures fun pour jouer ensemble, Gear.Club Unlimited, malgré un niveau graphique un peu faible, n’aura pas démérité sans pour autant nous pousser à nous y remettre. De même Ni No Kuni 2 ou Dragon Quest Builder n’ont pas non plus réussi à se présenter comme des jeux fédérateurs !

– Les Sims 4 (Mac)
Minecraft (WiiU)
Mario et les Lapins Crétins (Switch)
Mario Kart 8 (WiiU)
Doraemon : Story of Seasons (Switch)
Legend of Zelda : Link’s Awakening (Switch)
Animal Crossing : New Horizon (Switch)
Duck Hunt (NES)
Zoo Tycoon (PC)
Ni No Kuni 2 (PS4)
Gear.Club Unlimited (Switch)
Super Mario Maker (WiiU)
Dragon Quest Builder  (Switch)
Need For Speed : Rivals (PS4)
WRC6 (PS4)
WRC6 - PS4 (Big Ben interactive - Kylotonn, 2016)
WRC6, décevant même pour une poignée d’Euros

(…) Des environnements variées, un plaisir de conduite, un sentiment de vitesse, le contrôle… J’ai adoré les jeux de Rallye des séries WRC et Colin Mc Rae sur mes premières consoles Sony, sur la PS3 cependant, rien n’est jamais venu m’émoustiller et l’approche large des premiers GRIDs ne m’ont pas non plus convaincu. Aujourd’hui en promo pour 3 sous, je me suis tenté à acheter ce WRC 6, l’épisode de BigBen reposant sur la saison 2016. Pas de problème à mes yeux, je n’ai aucune idée de qui roule dans quelle voiture : ) Mais très vite, j’ai été déçu de la qualité du jeu. Tout cela se montre très rigide,sans souplesse, les graphismes sont tranchés, alors que de la poussière, du grain, et tant de chose auraient pu casser cette rugosité visuelle sur des tracés fixes. La prise en main est là aussi rigide, et le plus pénible. ça lague, en permanence, j’ai l’impression que ma console n’est pas de taille à faire tourner le jeu. Un comble pour un jeu de cette génération. Décevant !

Lire la suite Lire la suite

J’ai testé la NES Classic Mini

J’ai testé la NES Classic Mini

Débarquée pour les fêtes de fin d’année, la NES Classic Mini de Nintendo a fait partie des cadeaux de Noël les plus courtisés se retrouvant dès lors très rapidement en rupture de stock ! En effet, cette dernière aura trouvé refuge dans 1,5 million de foyers lors de son premier mois de vente, soit 3x plus que la Nintendo WiiU ! Un peu plus de 30 ans plus tard, cette mini-console surfe sur l’actuel vent de rétro-gaming et il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que quelques opportunistes ne profite de la rapide rupture de stock pour faire s’envoler les prix ! Ces derniers n’hésitant pas à re-commander 10 consoles, ce qui rend encore à l’heure actuelle difficile de se procurer une NES Classic Mini à son prix de vente recommandé, soit tout de même 69€ avec une seule manette et 30 jeux inclus… (soit 2,5€ le jeu).

Si depuis lors, il existe des solutions pour « hacker » la Mini NES, Nintendo a pris le choix de figer les titres dans la console. Un choix assez proche de la sélection faites pour le projet « NES Remix » sorti il y a quelques années sur la WiiU et la 3DS, à savoir :

Balloon Fight (Nintendo, 1985) , Bubble Bobble (Taïto, 1986), Castlevania (Konami, 1986), Castlevania II: Simon’s Quest (Konami, 1987), Donkey Kong (Nintendo, 1986), Donkey Kong Jr (Nintendo, 1983), Double Dragon II (ARC, 1989), Dr. Mario (Nintendo, 1990), Excitebike (Nintendo, 1984), Final Fantasy (Square, 1987), Galaga (Namco, 1988) , Ghost’n Goblins (Capcom, 1986), Gradius (Konami, 1986), Ice Climber (Nintendo, 1985), Kid Icarus (Nintendo, 1986), Kirby’s Adventure (HAL, 1993), Mario Bros (Nintendo, 1983), Mega Man 2 (Capcom, 1989), Metroid (Nintendo, 1986), Ninja Gaiden (Tecmo, 1986), Pac-Man (Namco, 1984), Punch-Out!! (Nintendo, 1987), StarTropics (Nintendo, 1990), Super C (Konami, 1990), Super Mario Bros (Nintendo, 1986), Super Mario Bros. 2 (Nintendo, 1988), Super Mario Bros. 3 (Nintendo, 1988), Telmo Bowl (Tecmo, 1989), The Legend of Zelda (Nintendo, 1986) et Zelda II: The Adventure of Link (Nintendo, 1987).

La liste des jeux de la NES Classic Mini

Ce weekend, j’ai eu donc l’occasion de tester la Mini NES de nos amis Natou & JR. Vraiment toute petite, la finition est réussie. Comme déjà lu sur le web, la longueur du cable de la manette est ridicule, impliquant donc l’achat d’une allonge et pour l’heure, trouver une deuxième manette reste difficile, mais la connectique est la même que celle d’un contrôleur Wii Pro ou WiiU Pro ! Le temps de faire une petite démonstration des aventures de Kirby qu’ils ne connaissaient pas, je me suis fait la réflexion que si Nintendo avaient choisi de proposer ses meilleurs titres conçus pour la NES, les autres jeux dispos n’étaient pas tant représentatifs des années Nintendo vécues ici en Europe ! Et pour cause, Nintendo a choisi une conception unique pour l’Europe et l’Amérique du nord, avec notamment un jeux de football américain, seul titres de sport, peu attractif dans nos contrés ou un Star Tropics dont je n’avais jamais entendu parler.

Ducktales - Capcom NES
Ducktales – Capcom NES

A cette liste de 30 jeux, manque à mes yeux au moins deux jeux de Capcom particulièrement bien accueilli dans nos contrées : Tic & Tac Rangers du Risque et Ducktales, des titres présents dans tous les foyers équipés d’une NES à l’époque, mais dont le lien fort avec Disney aura probablement posé problème, puisqu’aucun de ses titres n’a pour l’heure fait son retour dans les catalogues de la « Console Virtuelle » sur Wii, 3DS ou WiiU !

A choisir, j’aurais même préféré l’excellent jeu de Football de Tecmo, Tetris, Kung Fu Master ou Yie are Kung-fu… Même s’ils n’étaient pas terrible, je pense que les titres Dragon Ball, Les Chevaliers du Zodiac et Tortue Ninja auraient été de bons choix également !

Alors cela vaut le coup !?

Lire la suite Lire la suite

C’est l’histoire d’une jolie fille….

C’est l’histoire d’une jolie fille….

Tales of Grace F – article écrit pour Be-Games et publié le 10 décembre 2012

Tales of Grace FDébarqué sur micro-ordinateur au milieu des années 80, j’ai eu peu de contact avec les jeux d’Aventure/RPG comme nous les dénommons aujourd’hui, j’ai été bercé par une première expérience sur Game Boy avec Zelda : Link’s Awakening et Mystic Quest. Ensuite, au début de ce siècle, avec Final Fantasy sur PlayStation, j’ai reçu l’instruction minimale sur le sujet : des scénarii forts, des personnages attachants, de vastes mondes à explorer, des casse-tête, des objets magiques et des armes à upgrader.

Les deux premières consoles de Sony m’ont permis de découvrir d’autres jeux similaires. Au moment de passer à la génération suivante, j’ai du me rendre à l’évidence : les jeux d’aventure/RPG colorés comme je les aime ne se bousculaient plus au portillon. Le nouveau Final Fantasy XIII s’annonçait bien différent de l’épisode précédent et c’est le titre Eternal Sonata de Namco qui m’a aidé à passer le cap vers la Next Gen.

Tales of Phantasia - Battle
Tales of Phantasia – Battle

Si je m’étends sur mon itinéraire de gamer hors-norme, c’est pour vous aider à comprendre comment j’ai appréhendé l’expérience Tales of.

Peu mise à l’honneur en Europe, cette série est apparue sur Super Nintendo en 1995 avec Tales of Phantasia. Aujourd’hui, elle propose plus de 20 titres dérivés. Son style coloré et Manga m’a souvent interpellé, au vu des screenshots disponibles sur la toile. Malheureusement, seuls 6 titres ont traversé  les océans jusqu’à nos contrées, dont à peine 4 en français. De surcroît,  ils ont été portés sur des consoles dont je ne disposais plus. C’est pourquoi je n’ai jamais eu la possibilité de tester une de ses nombreuses déclinaisons.

Tales of Graces - F
Tales of Graces – F

Dans une introduction très J-Pop et Animation Nipponne, l’aventure commence, à l’instar d’un générique de dessin animé. Le clip est de qualité, et l’on retrouvera  une série d’animations de ce genre pour ponctuer l’aventure. Ceci dit, à titre personnel, ce n’est pas du tout le type d’éléments qui me font vibrer ou me donnent envie de jouer. Ce sentiment s’envole rapidement une fois arrivé dans l’environnement 3D. La mise en bouche est plaisante. L’aventure démarre entre forêt, colline fleurie et paisible village où l’éphèbe Asbel et son frère rencontrent une jeune fille qu’ils appelleront Sophie. Tout en douceur vous pourrez vous familiariser avec le gameplay du jeu.

Tales of Grace - F - Sur la route
Tales of Grace – F – Sur la route

La partie exploration se veut assez proche d’un Final Fantasy IX ou plus récemment d’un Eternal Sonata, tout en parcourant un univers basé sur des scènes en 3D aux déplacements imposés. Vous y rencontrez quelques ennemis en balade, des personnages avec qui discuter et des objets à ramasser. Fouillez bien, de nombreux coffres se cachent dans les décors, ce qui rappellera encore un peu plus les deux titres RPG cités plus haut.  J’apprécie tout particulièrement ce genre d’épopée où je ne dois pas me battre avec la gestion de camera et très rapidement, l’envie de pousser plus loin l’aventure se fait sentir.

La bande son se montre vraiment à la hauteur de ce que pouvait nous offrir Nobuo Uematsu dans la série Final Fantasy.

Pourtant, j’entends dire dans le fond de la classe : « Ouais, mais c’est juste une version HD d’un jeu Wii, les graphismes sont bien en dessous de ce que peut faire la PS3 !«

Et oui, c’est vrai, Tales of Graces est sorti sur Wii il y 3 ans déjà au Japon. Mais cela ne lui enlève en rien son charme et surtout sa présence sur un marché peu représenté sur la console de Sony. Vous l’aurez peut-être déjà compris, les ressemblances avec Eternal Sonata, édité par Namco, sont très présentes. Que ce soit au niveau des graphismes, mais également dans la narration et les combats.

Tales of Graces - F
Tales of Graces – F

Coté scénario donc, l’aventure commence en suivant la jeunesse d’Asbel et de son frère Hubert, l’histoire semble alors inoffensive, à l’image des premiers pas que les plus anciens d’entre nous auraient pu faire dans la forêt de Secret of Mana sur Super Nintendo. Au bout de ce prologue, vous reprendrez l’histoire sept années plus tard. Les caractères de chacun aillant bien évolué, avec Asbel devenu apprenti chevalier et le monde paisible Efinea divisé entre les trois grandes nations. Le scénario pourra alors prendre son envol.

Cependant, les phases de dialogue cassent le rythme du jeu. Comme dans Eternal Sonata, dont Tales of Graces tire beaucoup, les animations des personnages dans les cinématiques 3D sont vraiment molles et certains dialogues se font à l’ancienne dans un genre BD/Manga. Le joueur, moi le premier, aura donc tendance à vouloir retourner un peu trop rapidement sur le terrain, au risque de ne pas profiter entièrement de l’intrigue.

Enfin, parlons combats et évolutions. Sans pouvoir comparer cet épisode aux précédents,tales-of-graces-f-playstation-3-ps3-1346853586-572 le gameplay repose sur des affrontements en temps réel à l’image de la série Legend of Zelda. Le joueur contrôle un des combattants qui pourra réaliser des actions d’attaque ou de défense. Il est aidé par son équipe, contrôlée par intelligence artificielle, ou comme je l’apprécie dans Eternal Sonata, par un autre joueur venant passer un peu de temps avec vous sur votre PS3. Au bout de chaque combat, vous remportez des points victoire et objet, qui vous permettent de faire évoluer vos personnages. Ceux-ci peuvent également recevoir des titres qui influencent les compétences et méthodes de combats, de façon comparable avec d’autres titres RPG.

Tales of Graces - F
Tales of Graces – F

Si au départ les combats sont très, voir trop simples, ceux-ci se montrent petit à petit plus subtils et tactiques. Il faut surveiller sa jauge d’actions disponibles autant en attaque qu’en parade. Il est bien sur possible de réaliser des attaques spéciales et des combos. Néanmoins, le début de l’aventure donne l’impression de simplement bourriner sur des petits monstres, sans trop réfléchir.

La PlayStation 3 a peu de titres frais et colorés comme Tales of Grace et celui-ci donne clairement envie de se plonger dans l’aventure. Si vous avez apprécié des titres comme Final Fantasy IX et Eternal Sonata, vous devez vous jeter sur ce jeu sans attendre, … Noël approche, faites-vous plaisir !

Le vieux charpentier qui saute.

Le vieux charpentier qui saute.

Avec deux puces d’à peine deux mois, mes jeux-vidéo restent un peu au placard. Ma pile de bouquins à lire par contre diminue à bonne vitesse. Compagnon de mes « mises au lit », la biographie de mon plombier favoris « L’histoire de Mario » (édition Pix n Love) vient de trouver sa place dans l’armoire des livres terminés ! Nouvel ouvrage plus littéraire que visuel, à l’instar de La Saga des Jeux Vidéo que j’avais lue l’année dernière, on s’y sent vite porté dans la soif d’en savoir plus !

Là où cet été j’avais été plus que frustré que le troisième tome de l’Histoire de Nintendo, dédié à la console NES, ne s’intéresse que si peu à la Super Mario, je retrouve ici toutes les petites histoires que j’avais envie de connaitre. Certes, je savais déjà que Mario faisait ses débuts en 1981 à l’attaque du méchant singe dans Donkey Kong et même qu’à l’origine le projet devait mettre en scène Popeye tentant de délivrer Olive du vilain Brutus. Loin de moi d’imaginer qu’en réalité, à l’époque… il ne s’agissait que « Du Vieux Types qui saute », charpentier de son état, parfois appelé Jumpman par ses pères… Ce n’est qu’une fois débarqué chez Nintendo US que l’équipe, alors face à de gros soucis financier, donnera au petit personnage le nom de Mario, la ressemblance avec le responsable du hangar de Nintendo US, Mr Mario étant assez flagrante.

Donkey Kong
Donkey Kong

La casquette, la salopette, le rouge, le bleu… tout cela n’était en réalité que des subterfuges techniques afin de rendre un personnage aux traits suffisamment lisibles sur le fond noir du premier grand climbing game de l’histoire ! Ceci dit durant toute cette époque ce seront Donkey et Pacman qui resteront les idoles d’un époque que je n’ai pas connue !

Lire la suite Lire la suite

Playstation Network

Playstation Network

Le monde du jeu vidéo a bien changé ces derniers temps, et toutes les consoles modernes proposent maintenant de se connecter à Internet, essentiellement pour proposer des jeux en réseau… mais pas uniquement ! J’en ai déjà parlé l’année passée, à l’époque ou je bavais devant le remake de Prince of Persia sur Xbox Live, ou lors de mes premiers achats « WiiWare » et « Console Virtuele » sur ma Nintendo Wii, en plus de possibilités de jeux en réseau, une série de services sont disponibles depuis les consoles de jeux Next Gen. Ma PS3 ne déroge pas à cette règle, et j’ai donc envie de vous parler de ces petits moments volés sur le Playstation Network.

Lire la suite Lire la suite