Archives de
Étiquette : Hunger Games

Le 4° tome de la trilogie Hunger Games

Le 4° tome de la trilogie Hunger Games

J’ai déjà eu l’occasion de le raconter, je ne suis pas un dévoreur de roman. Néanmoins, depuis la découverte d’Harry Potter, j’ai pris un plaisir certain à m’évader avec un bouquin entre les mains, même si je reste encore fort difficile quant au style d’écriture. Alors que nous allions tomber dans la “seconde vague” en novembre dernier, ma p’tite sœur nous avait prêté le 4° tome de la trilogie Hunger Games, fraichement débarqué en librairie.

Découvert début 2012, le premier roman de la série de Suzanne Collins avait su me donner l’élan nécessaire à apprécier autre chose que Harry Potter, en mettant en avant par ailleurs, mon intérêt pour la thématique de la dystopie. De l’ouverture des 74° Hunger Games, les jeux de la faim impliquant Peeta et Katniss tiré au sort comme candidat du district 12. La mise en avant de la pauvreté des habitants des districts et la débauche de richesse des habitants de Panem. La ludification, digne d’un grand jeu de télé-réalité où des 24 tributs, il ne restera qu’un seul survivant, et la romance entre les deux personnages principaux. Le second tome offrira son lot de rebondissements, d’alliances, avec le lancement des 75° Hunger Games aux règles inhabituelles. Et enfin, un affrontement finale, une rébellion contre le pouvoir de Panem représentée par le président Snow, dans un dernier tome que j’avais trouvé un peu moins agréables à lire, un peu trop “militaire” et stratégique.

Avec une trilogie clôturée, l’annonce d’un 4° tome était étonnante. La presse avait très vite fait savoir que celui-ci se poserait sur le personnage du Président Snow, et l’on pouvait craindre une approche “la même histoire vue d’un autre personnage”, comme Stephanie Meyer l’avait amorcé afin de rentabiliser un peu plus l’univers de son roman Twilight.

Mais il n’en est rien, ce nouveau roman “La Ballade du Serpent et de l’Oiseau chanteur” se concentre sur la jeunesse de Coriolanus Snow. Sans trop spoiler, mais un peu quand même, je vous partage mon appréciation du roman.

###SPOILER###

Lire la suite Lire la suite

Idées lectures pour 2021.

Idées lectures pour 2021.

Oyé Oyé, Sony a sorti sa PlayStation 5, Microsoft sa Xbox X One X, Apple des iPhones 12 de toutes les tailles et Google son nouveau Pixel 5. Oyé Oyé, Geeks de toutes les contrées, passez votre chemin si vous n’avez d’yeux que pour ces objets de tentation. Je ne vous jugerais pas, le temps viendra où certains me tenteront probablement, mais je n’en parlerais pas aujourd’hui !

D’ailleurs peut-on encore me classer dans la catégorie des Geek ? Voilà quelques temps que je me pose la question. Oh, j’ai bien des passions qui sortent de l’ordinaire, qui donne l’impression que je n’ai pas trop grandi et qui touchent aux ordinateurs, multimédia ou au moins jeux-vidéo. Est-ce suffisant ? D’autant que je prends tout autant plaisir à découvrir des jeux de société à partager en famille, lire des BDs et même des romans ! si, si ! Alors au fond, ces idées que je vous partages pourraient en inspirer plus d’un !

Cette année encore, j’ai pris plaisir à m’évader dans quelques bouquins. Je reste assez difficile à me laisser convaincre et je n’apprécie pas tous les styles d’écritures. J’ai la tête actuellement dans l’excellent 4° tome de la série Hunger Games, qui se pose comme une belle surprise. Lecture en cours, j’en suis au 2/3, ce 4eme tome raconte d’un bon dans le passé l’histoire de la jeunesse du président Snow. Il faut avouer que là comme cela, ce n’est pas folichon pour faire vendre un tome supplémentaires à une trilogie. Et pourtant, pourtant. Ce nouveau tome qui nous renvoie dans Panem, à l’heure des 10eme Hunger Games est plus puissant que les 3 autres et offre un regard , une approche, bien différents… J’y reviendrais à l’occasion lorsque je l’aurais terminé.

Plus tôt dans l’année, j’avais entamé longuement le roman Mortal Engines qui m’avait fait de l’oeil tout au long de l’année précédente et ce soir, par contre, je terminais la très belle histoire de Pax et le petit soldat que je lis régulièrement le soir avec mon Charly.

Pax et le Petit Soldat

Pax et le Petit Soldat
Pax et le Petit Soldat

L’année dernière, Charly s’est mis à lire un peu plus. La Cabane aux 18 étages, Frigel et Fluffy,… Et voyant cette petite étincelle, Ma dame avait trouvé sur l’une de nos nombreuses balade-brocantes un roman jeunesse à la couverture plutôt attirante. Avec son petit Renard, qui regarde la vallée, Pax me parlait tout particulièrement, alors que nous venions de terminer tous les deux la lecture du Petit Prince. Se glisser dans le lit de mon fiston, le soir, pour lui lire un roman est un moment particulièrement agréable et qu’il ne m’est pas si facile à organiser avec les 4 enfants ! Là où lui partager le Petit Prince, que je connaissais déjà, étaient de très bons moments, la lecture de Pax et le Petit Soldat l’était encore plus, puisque nous découvrions tous les deux une nouvelle histoire ensemble.

Tout commence alors que le père de Peter s’arrête au milieu de la route, au bord d’une grande forêt. Pax, le renard apprivoisé de son fils, il doit l’abandonner, c’est ainsi. Son père s’en va. La guerre approche, lui, le jeune Peter ira chez son grand père… Mais le lien qui uni Peter et son renard Pax ne peut être compris par son père, alors que Pax découvre pour la première fois les lois de dehors, Peter se lance dans une longue traversée, la nuit tombée pour partir à la recherche de son renard. L’écriture de Pax a quelques chose de tout particulier. Un chapitre pour l’histoire de Peter, avec les mots de Peter. Un chapitre pour Pax, dans son langage de Renard. Cette approche offre de s’immerger d’un personnage à l’autre de manière encore plus forte que dans un film… Oui, en lisant ce livre, je me suis senti par moment Renard, à comprendre ses sentiments, son lien avec Peter… Tout au long de ces mois de lecture, à la maison, l’idée qu’un petit chien n’entre dans la famille était à nouveau présente. Si j’ai toujours été contre, lire Pax a indéniablement fait partie de son long processus d’acceptation, sans pour autant me fermer à l’idée… Puisque ici, Pax est un renard… Hier, nous arrivions au bout du voyage de Peter et Pax. Pas juste des kilomètres à parcourir, mais également un voyage de maturité. Peter fera des rencontres qui le feront grandir, accepter son passé et réfléchir à ses choix. Pax, lui aussi va découvrir de nouveaux sentiments de renard, pas juste de l’instincts… des sentiments de Renard.

Que dire si ce n’est merci à Madame et tout ce qui a mis ce livre sur notre route, je sais que ce moment, cette histoire partagée avec Charly restera un souvenir inoubliable pour chacun de nous deux.

 

 

Lorsque je me promène dans les rayons des librairies, il m’arrive quelques fois d’être intrigué par l’un ou l’autre roman que je vous partage ici. La couverture, son touché, son titre, son format, et puis le résumé…

Lire la suite Lire la suite

49 Jours

49 Jours

Je ne bouquinne pas très souvent de romans : Harry Potter, Le livre perdu des sortilège, Hunger Games, La 5° Vague, Ready Player One sur ces 10 dernières années. Je me suis pourtant arrêté sur celui-ci que madame m’a offert, et qui en réalité fut mon premier “objet” ajouté sur un tableau Pinterest il y a bien des années !

Une écriture moderne, rapide qui s’enchaîne en courts chapitres de 4 ou 5 pages. La mort, la vie après la mort. Un sujet que je déteste et que je fuis… Je n’ai personnellement jamais pu me résoudre à la science et son néant… et je reste parfois perplexe quant aux saintes écritures…

49 jours nous glisse dans la peau de Floryan qui vient tout juste de perdre la vie dans le métro parisien. Il se retrouve dans l’autre monde où deux choix lui sont proposés. Est-ce cela la vie après la mort, et si d’autres options s’offraient a lui ? Peut être bien… Une fois mort, a quoi pense-t-on. À l’après ? À ce que vivent nos proches restés là ? Puis vient la page 189… où Fabrice Colin, l’écrivain français next gen, nous emporte vers un regard plus large que notre petite personne…

Et en réalité, dès lors, l’auteur ne cesse de nous surprendre dans les rebondissements et l’ampleur que prend l’aventure. L’ésotérisme se mêle au fantastique, la dystopie, la science fiction et le roman d’amour tout cela offrant à dévorer l’ouvrage.

// Spoiler //

Lire la suite Lire la suite

Les films du mois : Beauté cachée

Les films du mois : Beauté cachée

Beauté cachée (2016) 10/10

Thématique difficile qu’aborde “Beauté cahée”, un père qui perd son enfant, qui s’isole, se coupe du monde… A nouveau Will Smith s’illustre avec brio dans ce film. L’approche n’est pas dramatique et garde une petite pointe d’humour et d’optimisme. Enfin, sans vous dévoilé trop du film, les surprises vont bon train et le finale est très réussi. Un excellent film qui entre dans mon difficile TOP 100 !

Palmeras en la nieve – Palmiers dans la neige (2016) 8/10

1° film découvert dans le catalogue Netflix. Cette saga romantico-historique espagnole s’est montrée une belle découverte. Le début du film est un peu complexe. Difficile de comprendre qui sont les différentes personnages, les relations entre eux ou même tout simplement où l’on est. Puis de fil en aiguille l’histoire d’amour et les tensions politiques deviennent passionnante. Un petit passage par Wikipedia aide alors à comprendre où l’on se situe… Guinée Equatoriale, l’une des colonies espagnols en Afrique…

Le livre de la jungle (2016) 7/10

Cette revisite par Disney de son grand classique dessins-animés est plutôt réussie et très rythmée. Les effets spéciaux et animations des animaux sont efficaces et l’histoire est bien reconstruite pour une aventure dont on connait déjà beaucoup… Il y a pourtant une série de points qui fonctionnent moins. Baloo n’est pas attachant pour un sous, encore moins avec son coté profiteur marqué. Musicalement j’étais plutôt enthousiaste de retrouver les thèmes originaux ré-orchestré, surpris de voir que le “Il en faut peu pour être heureux” viennent se glisser dans l’aventure, puis j’ai trouvé la chanson de Louis inutile et s’intégrant mal dans l’ensemble du film… Enfin, je n’ai pas toujours trouvé les doublages très engageants.

The passengers (2016) 7/10

L’idée était très sympa, un mélange entre “Lost in Space”, “Seul au monde”, “Titanic” et “The Last man on earth”… Réveillé 90 ans avant l’arrivée de son arche sur un oxo-planète, Jim se retrouve seul sur ce Titanic de l’espace… avant “d’être rejoint” par Jennifer Lawrence qui a bien changé depuis la série Hunger Games…

Si le coté action et science fiction est plutôt réussi, le film manque cruellement d’une âme qui nous prendrait par les sentiment et surtout d’un finale correcte… On se sent clairement laissé sur sa faim…

Les saisons (2016) 7/10

De très belles images, paisibles,… mais difficile de garder les enfants devant la télévision.

You’re not you – Le second souffle (2014) 4/10

Des acteurs insipides pas franchement aidés par une version française probablement d’outre-Atlantique et un sujet de film que je n’affectionne absolument pas…

Divergente 3 : Une bande son captivante

Divergente 3 : Une bande son captivante

Divergente 3 - Allegiant

Quelle bonne surprise que ce 3° film et demi de Divergente ! Je ne partais pourtant pas vraiment sur l’idée d’aller voir “un bon film”. Autant le tout premier film m’avait bien plu, posant le décors d’une univers post-apocalyptiques, les factions et des les personnages de Trice et Four plutôt convaincant dans un style un peu Teenage movie, autant j’avais été assez déçu de la suite, prévisible, molle et partant dans des effets spéciaux peut convaincant.

Je n’étais donc pas vraiment optimiste quand ce qui allait se passer. Les 3° tome s’étant montrés plutot décevant jusqu’ici (Twilight, Hunger Games,…) et trop régulièrement coupé en deux pour rallonger la sauce comme cela fut initié avec le dernier Harry Potter.

Le début de “Allegiant” (Au de là du mur de notre coté du globe) se présentait assez mal. Le chaos, des ados fou furieux et ce sentiment en permanence d’être dans un studio sur fond vert… Seul la rythmique de l’aventure était là pour me tenir en halène… Puis j’ai découvert ce qu’il y avait de l’autre coté du mur !

Non pas une grande surprise. Le Post Apocalyptique, ça me connait ! Hunger Games, The Maze Runner, Walking Dead, Monsters, La Route, Revolution, La 5° Vague… Je pense avoir tout testé. Mais il faut bien admettre que cela découvert, tous les effets spéciaux que je trouvais “trop kitch” se sont montrés efficaces. Les choix fait sur les technologies utilisées par Le Bureau et surtout comment elles apparaissent à l’écran sont vraiment réussis et … si le scénario n’est pas des plus originaux, il se montre tout à fait convaincant !

Et puis… Surtout… il y a cette bande son qui de se distille tout au long du film. Toum toum toum toum, toum toum toum toum…. avec des instruments synthétiques digne de Tron, quelques notes répétitives qui viennent construire et décliner tout le film. Un savant mélange d’orchestration, de distortion et ambiance électro. Un travail de maitre signé Joseph Trapanese qui m’a captivé tout au long du film !

Il est probable que sans cette bande son, j’aurais juste trouvé le film chouette et meilleure que le 2. Mais ce point bonus accompagné du plaisir de retrouver des personnages connus et appréciés et des technologies SciFi originales font qu’au final ce 3° Divergente est une véritable bonne surprise !

On en oublierait presqu’il s’agit d’une moitié de film… On a pour son argent et l’histoire semble se terminer de manière naturelle. Je me questionne même… Que pourrait-on raconter d’intéressant de plus ? Une contre attaque, de l’infiltration… Mmm, cela va être difficile de faire quelque chose d’originale pour la suite… mais laissons-leur une chance !

https://www.youtube.com/watch?v=F0NsY1EVepA

Twitter Joe Composer