Archives de
Étiquette : Bruno Devalkeneer

SEGA, c’est plus fort que qui ?

SEGA, c’est plus fort que qui ?

C’était mon projet durant les grandes vacances, organiser un petit shooting autour des consoles SEGA et tout particulièrement la console Megadrive ! En primeur chez Press-Start depuis le mois d’aout, je reviens ici sur la genèse de ce projet.

Bien que je sois plutôt un grand fan de Nintendo aujourd’hui, si je me pose un moment sur la grande époque du début des années 90 où le combat SEGA VS Nintendo battait son plein, il me faut bien admettre que j’avais plus d’intérêt pour la Mega Drive que pour la Super Nintendo. Et il y a plusieurs raisons à cela.

LoadGame - l'arrivée de Sonic
Automne 1991, Sonic et Mario 3 débarque chez Maxitec !

Tout d’abord, les courses folles de Sonic le hérisson avaient de quoi donner le tournis, bien plus que les sauts calculés d’un Super Mario qui avaient déjà peut-être perdu de son effet « nouveauté ». Si je jette un oeil à ma ligne du temps de joueur, c’est en 1988 que je découvre Super Mario Bros sur la NES. Le plombier moustachu restera pour moi la référence en la matière pendant quelques années mais la confrontation sera rude lorsque débarquera, à la rentrée 1991 au rayon Maxitec, le nouveau titre de SEGA : Sonic the Hedgehog sur Master System et Mega Drive aux cotés de Super Mario Bros 3.

Autre élément important, l’attaque des foyers : SEGA, c’est plus fort que toi !

SEGA, c'est plus que QUI ? - Sonic the Hedgehog 2
SEGA, c’est plus que QUI ? – Sonic the Hedgehog 2

Et comment, la Mega Drive allait rapidement trouver sa place chez nombre de mes camarades dès 1992 ! Alors que, longtemps, seul mon ami Julien S. possédera une Super Nintendo et il faudra attendre le début 1995 avant que la console de Nintendo ne renverse la vapeur. Or ma passion des jeux vidéo a toujours été un mélange de moments forts passés avec mes amis et c’est cela qui aura fait devenir cultes à mes yeux les voyages au cœur du labyrinthe englouti des aventures de Sonic avec Benoit M., les combats endiablés de Streets of Rage II chez Greg et Joe ou la poursuite de la découverte des mondes secrets de Kid Chameleon chez Bruno D… Alors que chez moi, jeune ado de 14 ans, les consoles n’étaient pas autorisées à la maison.

Lire la suite Lire la suite

Powerglove, la bande son Amiga

Powerglove, la bande son Amiga

Powerglove - C64
Powerglove – C64

2230, les ressources fossiles de notre monde sont épuisées et tout repose sur la production souterraine de deux réacteurs thermiques qui ont bien du mal à soutenir les demandes. Or une explosion a été rapportée au Pôle Nord où le réacteur semble détruit, mais le contact a été perdu avec les ingénieurs et les robots de secours ont été semble-t-il perdu. Sans cet apport énergétique, la vie plusieurs milliard d’être humain est compromise et seule la récupération des 5 diamants permettant de remettre en route les système de backup pourrait leur sauver la vie. Enfilez votre combinaison de survie et équipez-vous de votre Powerglove pour vous protéger des robots de maintenance !

Vous êtes notre dernier espoir ! (Lazycow)

C’est pour moi à la fin de l’été 2013 que commence l’aventure Powerglove !
Powerglove - C64 version
Powerglove – C64 version

Mon frangin Pype me fait alors découvrir un nouveau jeu pour Commodore 64 alors en cours de développement, un nouveau titre autour de Pharaoh’s Curse, jeu que j’adorais il y a 30 ans de cela ! Au bout de quelques temps, je me décide à prendre contact avec Lazycow, le développeur du projet pour lui proposer mes compétences musicales ! Il travaille alors sur un autre jeu, Powerglove développé autour du même moteur de jeu pour le C64.

Waouw, sacrée mission dans laquelle je m’embarque, car coté musique, au début des années 90, ce que j’avais réussi à faire sortir de mon Commodore était loin d’être du niveau des Christ Huelsbeck, Rob Hubbard et autres Jeroen Tel… D’ailleurs Peut-être vous souvenez-vous encore des deux titres composés pour l’occasion fin 2013 avec Goat Tracker, déjà présent dans l’album Super CJ Land ?

Après quelques discussions avec Matthias ‘Lazycow’ Bock, développeur du jeuje choisi donc créer une ambiance musicale oppressante, mais aussi quelques chose qui donnerait envie aux joueurs de se surpasser pour en découvrir plus de la bande son, comme lorsque je jouais à Loco’64, Warhawk ou DNA Warrior. Le projet Commodore devant tenir sur seulement 16ko, je m’étais donc focalisé sur une seule musique “ingame” et un intro qui furent terminée fin 2013 avant la mise en commerce du jeu sur cartouche C64 à la fin de l’été 2014.

En mars 2015, Matt me fait savoir qu’il envisage de retravailler son metroïd-like dans une version plus ambitieuse dédiée à l’Amiga 500, sa machine prédilection. De nouvelles musiques sont donc les bien venues, cette fois au format .MOD de Pro Tracker, un format en 4 pistes que je maitrise plus ou moins bien, puisque voilà maintenant plus de 20 ans que je compose dans les formats Soundtrackers !

Powerglove - Amiga (Lazycow), Title Screen
Powerglove – Amiga (Lazycow), Title Screen

Tout d’abord, je voulais conserver l’ambiance initiée dans la version C64, à savoir démarrer avec juste quelques sons et petit à petit construire une mélodie plus structurées. Mais quel est la meilleure approche ? Faire sortir de l’Amiga 500 des sons inimaginables en partant de sonorités modernes ou m’approcher de l’essence sonore des jeux-vidéos des nineties ? Je pense que si je n’avais été qu’un Gamer, c’est le second choix qui m’aurait le plus interpellé. J’ai donc dans un premier temps tenté de me faire une sélection de quelques bandes sons que je trouvais particulièrement marquantes et adaptées à Powerglove : Shadow of the Beast 2 de Tim & Lee Wright, Pinball Fantasies de Olof Gustafsson, Project X d’Allister Brimble ou encore Dune de Stéphane Picq. La recherche fut longue et parsemée de fausses pistes avant de trouver l’idée parfaite pour composer le thème principal du jeu ainsi que l’intro musicale du jeu, allant également puiser dans mes idées de musiques composées pour Out’m up (P.P.P. Team Software) ou pour Where is hidden the Xmas tree (LabSET)…

Lire la suite Lire la suite

Horizon Chase : Fasten your seatbelts

Horizon Chase : Fasten your seatbelts

Horizon Chase

Qui parmi vous a gratté le bitume à bord de sa Lotus Esprit, bien calé dans son fauteuil devant l’écran de son Amiga 500 rythmé d’un Tchicitchicaaa ?
Ah, c’est qu’en arrière-plan de la bagarre Nintendo / Sega qui rythmait le début des années 90, de par chez nous, la machine de Commodore avait su trouver sa place et offrir un grand nombre de jeux de qualité issus de studios américains et européens tels que, au hasard, Magnetic Fields, studio anglais sous la houlette de Gremlin Graphics en charge de la série Lotus Turbo Challenge.

Il y a un mois, j’ai eu l’occasion d’écrire pour Press-Start une chouette critique d’Horizon Chase, un jeu de course sur device mobile qui aura eu l’occasion de me rapeller tant de bons moments passés à piloter virtuellement Lotus, Ferrari et autres voitures de sport au coude à coude avec mes amis d’enfance Vi, Alain, Greg, Xa et Xa, Ju, Bruno et même mon paternel !

Lotus Turbo Challenge 2 – Gremlin Graphics 1991 – AmigaDès le début des années 80, SEGA révolutionne le jeu de course sur borne d’arcade grâce à sa technique du Super Scaler qui permet d’afficher à l’écran très rapidement un même sprite à des tailles différentes. Cela donnera tout d’abord le titre Turbo (Sega, 1981) rapidement imité par la concurrence comme par exemple Pole Position (Atari, 1982). Le concept du Super Scaler sera rapidement mis en valeur par un nouveau venu dans le giron de SEGA, Yu Suzuki au travers de grandes licences telles que Hang On, Space Harrier et surtout Outrun en 1986 mais de l’aveu même de son concepteur, Outrun n’est pas vraiment un jeu de course, juste une ballade dans une belle décapotable rouge en agréable compagnie.

A l’aube des nineties, ce genre de jeu de course débarque en masse sur les micro-ordinateurs. Si je me souviens bien sûr avoir longuement bavé sur le Lotus Turbo Challenge 2 de mon camarade de classe Bruno (– Rien que la bande-son d’amorce avec un gout de « Technotronic » me rendait dingue –) où à bord de notre bolide, il fallait se frayer un chemin dans la forêt, les courses de nuit ou encore les campagnes embrumées. Pour ma part, je devais me contenter de sillonner les campagnes italiennes à bord de ma Ford Escort dans RAC Rally de Lombardie (Red Rat Software 1988) sur mon PC monochrome.

Bref, si je vous parle de tout ceci, c’est pour vous donner l’envie de découvrir Horizon Chase : World Tour, un jeu de course de voiture au look rétro disponible sur iOS et Androïd. et vous le savez, il n’est pas commode de se faire une place dans la nuée de titres disponibles tant dans l’AppleStore que le GooglePlay !

Horizon Chase

Lire la suite Lire la suite

J’avais 10 ans en 1988

J’avais 10 ans en 1988

Quand j’avais 10 ans, je pouvais potentiellement être à n’importe lequel de ces endroits… Inimaginable à notre époque !

Et pourtant c’était la zone autorisée alors que je n’avais pas encore 9 ans… Le mot d’ordre étant : “Tu peux te promener tant que tu ne dois pas traverser la rue” J’ai assez vite réussi à me rendre compte qu’avec le bois, je pouvais aller assez loin sans traverser… la zone de la propriété terrienne derrière la piscine s’étant alors ajoutée à ma zone d’action, là où la rue Curie a pris plus de temps à s’ajouter… Une fois que j’ai eu l’autorisation de rentrer de l’école tout seul entre la 4° et la 5° primaire, la zone s’est alors agrandie..

Seraing en BMX - 1991
Seraing en BMX – 1991

De fait, lors de notre arrivée à Seraing en 1983, j’ai d’abord eu l’autorisation d’aller du début du trottoir jusqu’à la voiture rouge. C’est ainsi que j’ai rencontré mon premier copain Alain Gillon, qui habitait juste après la voiture rouge, et agrandi un peu mon territoire. Un peu plus tard, nous avons commencé à aller jouer dans le petit bois d’à coté… C’était les guerres avec les Insoumis de la rue Lavoisier et nous étions sous le commandement du général Marc Bosman… Nous n’avions alors que 7 ans et c’était un peu trop loin déjà… Avec Xavier, on grimpait dans l’arbre des pluies… Puis le petit bois s’est transformé en nouvelles constructions, dont celle de Vivien, qui sera alors mon meilleurs amis pour les années à venir !

Lire la suite Lire la suite

Gimme an Amiga

Gimme an Amiga

Fin 1993, alors proche de mes 16 ans, mes deux pots Pierrick Hansen et Romuald Dispa avec qui je trainais pas mal débarquent un mercredi après-midi à la maison avec l’Amiga 500 de Romu.

Une belle machine pour les jeux-vidéo bien sur, j’avais déjà pu m’en rendre compte sur la bécane de Bruno Devalkeneer et dans les magasines Gen4 et Joystick… mais ce n’était pas vraiment ce qui nous intéressait ce jour là. L’amiga 500 et sa technologie audio avait permis à bien des musiciens de faire des merveilles avec des logiciels de SoundTracking, permettant de transformer un échantillons (samples) en tant qu’instrument de musique.

Pendant de longs mois, j’allais rêver avoir un Amiga afin de créer de la musique avec autre chose que le Music Processor de mon Commodore 64. Mais les chances de voir notre PC 80386 remplacé par cette machine était quasi-nul. Petit à petit celui-ci allait s’offrir quelques améliorations, fier de ses 40mhz et son mega de mémoire, une carte VGA et l’écran nécessaire venait nous offrir la couleur, ainsi qu’une carte son Sound Boomer, compatible Sound Blaster… plus qu’à trouver un logiciel adapté !

Cela sera pour juin 1995, je vous en avais déjà parlé en son temps. En un peu plus d’un an, je composerais alors près de 300 modules avec Fast Tracker et Scream Tracker, bien évidemment dans la veine des productions Amiga, modèles par excellence : 4Mat, Moby (Frédéric Motte), Bjorn Lynne, Barry Leitch et bien d’autres.

Bref, ce nouvel album “Gimme an Amiga” est dédié à cette époque. Les titres ont été composé entre la fin d’année 1995 et décembre 1996, légèrement remastérisé pour cet album, histoire de vous offrir un petit plus comparativement au fichiers .MOD originaux, bien souvent signé de mon pseudo Mc Piet, qui n’avaient jusqu’ici été “édités” qu’en version K7 audio. Et en petite surprise, une version remix réalisée par Xenon (Fabrice Tonnellier) du titre Beyond the Galaxy !

Lire la suite Lire la suite