Hommage à Hiroshi Yamauchi

Hommage à Hiroshi Yamauchi

Be-Games - Hiroshi Yamauchi

Si vous suivez un peu, vous savez que depuis 2011 j’écris des chroniques sur le site de jeux-vidéo belge à l’aura grandissant : Be-Games. Suite à l’annonce du décès de monsieur Hiroshi Yamauchi, grand nom de l’histoire de Nintendo, j’ai eu envie d’écrire quelques lignes à son sujet, essentiellement pour démêler les infos souvent erronées annoncées dans la presse ! Je vous invite à y lire mon article : Hiroshi Yamauchi, un peu de PlayHistoire.

Mr Tanaka, compositeurs de nombreux titres Nintendo a choisi lui aussi de rendre hommage à ce grand monsieur en musique !

 

 

Hiroshi Yamauchi : Un peu de PlayHistoire.

Hiroshi Yamauchi - Lancement de Starfox sur Nintendo 64A moins que vous ne soyez resté scotché à votre TV à jouer à GTA V, vous aurez plus que probablement entendu dans la presse l’annonce de la mort de monsieur Hiroshi Yamauchi. Articles, TV, radio, j’ai lu et entendu beaucoup de chose au sujet de Mr Nintendo, le papa du jeux-vidéo ou le père des consoles portables ! Ce serait ma fois oublier d’autres grands noms de la famille Nintendo tels que Gunpei Yokoi et Shigeru Miyamoto. Bref, l’occasion pour Be-Games de vous offrir un petit cours de rattrapage en PlayHistoire !

Nintendo - HanafudaNintendo a été fondé en 1889, c’était alors une petite société artisanale spécialisée en carte à jouer japonaises, les Hanafuda. Hiroshi Yamauchi en sera le 3° président en 1949, succédant à son grand-père à l’âge de 22 ans ! C’est à cette période que la société va se diversifier au risque de tomber en faillite de nombreuses fois. Vente de portions de riz préparées, compagnie de taxi, love hotels,… c’est la branche divertissement qui régulièrement relèvera le niveau. Par exemple en signant d’importants partenariats avec Disney pour la production de cartes à jouer comme nous les connaissons. Nintendo importera également des licences de jeux de société américains tels que Twister ou plagiera les briques à construire Lego.

Nintendo Super HandDans les années 70, Hiroshi Yamauchi se secondera d’un jeune ingénieur talentueux : Gunpei Yokoi. Ce dernier avait inventé une super main mécanique qui avait emballé le président. La SuperHand se vendra à plus d’un million d’exemplaires. Intégré dans la branche « Jeux », il sera également responsable de jouets électroniques qui auront un énorme succès, les pistolets optiques qui envoient un rayon lumineux vers un capteur situé sur un autre jouet qui réagira. (Et zoup le cowboy perd son chapeau !), les love testers et d’autres produits utilisant la technologie optoélectronique.

Game & Watch - Mickey MouseCes premières créations réalisées au sein de Nintendo en partenariat technique avec Sharp engendreront la volonté d’Hiroshi Yamauchi d’être plus présent sur le marché du jeux-vidéo de salon, initié par Atari aux Etats-Unis. Nintendo n’est alors qu’un petit pion sur le marché du jeux-vidéo d’arcade, et sa première console ne sera qu’un clone de plus des machines proposant des variantes de Pong. Au début des années 80, Gunpei Yokoi, assis dans un train, se met à imaginer que l’on pourrait jouer à des jeux qui tiendraient dans la main, à l’image des calculatrices et qui pourraient permettre à tous les travailleurs de se distraire durant les trajets. S’en suivra la réalisation des Game&Watch premiers jeux électroniques portables utilisant la technologie des cristaux liquides dont la production japonaise est importante à cette époque, et donc bon marché ! Si le produit ne séduit pas vraiment les travailleurs japonais peu enclins à jouer en public, il fera un carton auprès des enfants. Pendant plus de 10 ans (1980 à 1991) Nintendo produira de nouvelles versions se liant à Mickey, Popeye ou Snoopy avant d’y faire vivre les mascottes Nintendo que nous connaissons aujourd’hui ! C’est également à Gunpei Yokoi que l’on doit la Game Boy, première console portable à cartouche interchangeable sortie en 1989, ainsi que la Virtual Boy en 1993, première console en 3D, mais également la croix directionnel que l’on retrouvera par la suite sur tous les joypads.

Donkey KongAutre grand nom de cette époque : Shigeru Miyamoto, le père de Mario, Donkey Kong et Zelda. Recruté en 1977 par Hiroshi Yamauchi comme directeur artistique chez Nintendo, il se retrouve sur un projet atypique au début des années 80. Alors que Gunpei Yokoi emploie déjà toutes les ressources du département jeux de la firme, Miyamoto a pour mission de trouver une nouvelle vie aux bornes d’arcades du jeu Nintendo : Radar Scope retournées en masse par Nintendo America. Les retards de livraison de ce titre faisant que Radar Scope n’intéresse plus personne et la situation financière de Nintendo restant difficile, Yamauchi ordonne de faire quelque chose de nouveau des composants, qui pourrait de plus mettre en avant le personnage de Popeye dont Nintendo souhaite obtenir les droits. Si les négociations échouent à ce sujet, en 3 mois Miyamoto réalise l’un des tout premiers jeux de climbing plate-forme. Il remplacera Brutus par un gros singe, Donkey Kong et Popeye par un vieux charpentier devant sauver une jeune femme en détresse. Alors simplement appelé Jumpman, c’est au sein de Nintendo of America que le héros moustachu deviendra Mario, ressemblant traits pour traits au propriétaire des entrepôts Nintendo américain. Durant de longues années Donkey Kong gardera la vedette se déclinant dans de nombreux autres jeux Nintendo, dont les Game & Watch. Petit à petit Mario sera présent également en tant que manutentionnaire dans une fabrique de ciment, dans le rangement de bouteilles de vin, avant son rôle définitif de Plombier dans Mario Bros pour connaitre ensuite le succès qu’on lui connait. Un succès également lié à la force du gameplay de ce Super Mario Bros qui allait donner aux joueurs pour la première fois l’impression de pouvoir parcourir un vrai monde en marchant, nageant, volant….

En 1983, le monde du jeu vidéo est en crise. Le marché américain essentiellement dominé par Atari doit faire face à une forte baisse des ventes de ses nouvelles et anciennes générations de consoles due à une saturation de titres médiocres. Hiroshi Yamauchi décide pourtant de lancer une nouvelle console de salon qui se démarquerait des autres en proposant un prix plus compétitif, des composants faciles à obtenir à bon prix et en misant sur le bénéfice qu’apporterait la vente des jeux au public, et la vente de licences de développement aux sociétés tierces. En découlera la Famicom que nous connaitrons ici en Europe 5 ans après sa sortie au Japon. La réussite sera au rendez-vous !

Famicom Disk SystemEt si vous pensez que les eStore et autres Playstation Network sont de notre époque, sachez qu’en 1985 Nintendo lançait avec succès au Japon les Famicom Disk System. Le concept est le suivant, via une extension à greffer sur la console, le joueur va pouvoir acheter non pas des cartouches de jeux, mais des genres de disquettes magnétiques vierges sur lesquelles il pourra copier un jeu. Soit depuis une borne en magasin, soit via un modem. Le prix sera bien moindre qu’une version cartouche et le joueur pourra effacer le jeu pour le remplacer par un autre à un prix encore plus bas. De nombreux titres verront le jour dans un premier temps sur ce support. Ce sera le cas de Legend of Zelda et Metroid ou la suite japonaise de Super Mario Bros. que nous connaissons sous le nom de Lost Level.

Vous l’aurez compris, si Hiroshi Yamauchi n’est pas le père de Mario, ni même celui de Nintendo ou des consoles de jeux portables. Il est bien celui qui a mené la petite fabrique de cartes à jouer au succès qu’on lui connait, grâce à son audace, sa fermeté et aux personnes de génie dont il a su découvrir le potentiel ! Il cèdera sa place à Satoru Iwata en 2002. Ce dernier alors responsable de HAL Laboratory (qui développe la licence Kirby) sera l’un des piliers du projet Wii.

Ce petit cours de PlayHistoire nous permet également de mieux comprendre les choix techniques de Nintendo lorsqu’il nous a présenté La Nintendo DS avec écran double et dalle tactile, La Wii et son système de gameplay révolutionnaire, la 3DS et son écran 3D sans lunette  ou la WiiU et son concept de manette/écran. Sans chercher à exploser de pixels et de megahertz, mais bien en cherchant à innover et révolutionner la manière de jouer !

Je terminerai d’une part à signalant que le très juste titre de « PlayHistoire » est en hommage aux émissions « Les oubliés de la Playhistoire«  réalisées par Florent Georges et que si le sujet vous passionne, je vous invite à lire les ouvrages « L’histoire de Nintendo » disponibles chez Pix’n Love et Omake Books.

L'histoire de Nintendo - Florent Georges - Pix n Love Editions

Vous aimerez aussi...

  • Super CJ Land : Welcome to my TinyWorld2 janvier 2014 Super CJ Land : Welcome to my TinyWorld (1)
    Bonne année mes amis ! Enfin, enfin le voilà ce nouvel album de Cyborg Jeff ! Je sais, cela fait très très longtemps qu'il est dans les cartons et que je vous en parle... Il est loin […]
  • My Video-Game remixes !10 décembre 2009 My Video-Game remixes ! (7)
    Il arrive de temps à autres que certains visiteurs arrivent ici de liens en liens,... souvent me connaissant de part mon relatif succès issu de mon petit morceau Techno Dance mettant en […]
  • Créer des musiques pour la Nintendo NES22 janvier 2018 Créer des musiques pour la Nintendo NES (4)
    Fin de l'année dernière, j'avais repris contact avec Lazycow, créateur de jeux-vidéo indépendants avec lequel j'ai travaillé ces dernières années au projet Powerglove sur Commodore 64 et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.