Génie dans l’ombre.

Génie dans l’ombre.

Ross Brawn
Ross Brawn

Souvenez-vous il y a quelques mois, je vous parlais du retrait de Honda du championnat du monde de F1. L’hibernation de ce petit monde fut cette année plutôt mouvementé, si vous avez suivi mes billets un peu plus nombreux qu’à l’habitude sur le sujet. Bernie Ecclestone qui détient une bonne partie des ficèles de ce sport voulant attribuer le titre de champion du monde au pilote qui gagnerait le plus de course et non celui qui engrangerait le plus de point, nous y avons échappé pour cette année. Le grand mystère résidant dans le sort de cette ex-écurie Honda, dont l’avenir était encore incertaint il y a quelques semaines, reprise il y a peu par Ross Brawn, et n’ayant pu faire que quelques tours d’essai.

Des essais plutôt prometteur, qui laissait perplexe certaines observateur… et surtout faisaient grinçer les dents de Flavio Briatore, patron à la tchatche de l’écurie Renault. En cause, une aérodynamique discutable sous l’aileron des monoplaces des écurie Toyota, Williams Toyota et Brawn GP Mercedes… écuries régulièrement aux avant postes durant l’inter-saison. Après avoir été déclaré conforme par la FIA, régissant le réglèment de la Formule 1, puis remise en question une fois de plus par leurs concurrents à la veille des essais de Melbourne, cette fois validée par les commissaires sportifs du Grand Prix… Briatore associé à Redbull et BMW faisait appel, reportant la décision à dans quelques GP.

De mon coté, je voyais tout cela de manière légère, j’adore les écuries outsiders, mais je m’attendais clairement à ce qu’une fois en piste, dès le jeudi, une hiérarchie plus conventionnel se dessine, avec Mc Laren et Ferrari bien en avant… Il n’en fut rien, les qualifications furent d’ailleurs dans la même tendance. Doublé de Jenson Button et Rubens Barrichello sur Brawn GP Mercedes, avec des Mc Laren, Renault et Ferrari bien derrière. En course, la jeune équipe domina le sujet, rafflant au final le doublé suite un Robert Kubica trop bouillant sur un Sebastian Vettel accroché à sa 2° place…. Et curieusement, ces Brawn GP m’ont donné l’impression de lever le pied pour ne pas en faire trop !

Faut-il crier au miracle ? Une nouvelle écurie qui raffle tout, … là comme cela, renvoyant les ténors en promenade de santé, poussant les Kimi Raïkkonen à la faute… Non ! Il y a un fameux bonhomme derrière cette équipe…. Ross Brawn !

 doublé Brawn GP

Déjà en F1 dans les années 80, après des débuts chez Williams, il fut l’aérodymacien de d’écurie Arrows qui fit de très jolis résultats à l’époque, révélant notre pilote belge Thierry Boutsen, et 4° au championnat du monde en 1988… Brawn fut alors recruté par Tom Walkinshaw pour travailler sur les proto Jaguar du teamp TWR qui remporta le championnat du monde de cette discipline. Durant l’année 92, Tom Walkinshaw rejoint Flavio chez Benetton, alors en progrès constant depuis l’arrivée de Michaël Schuamcher et confie à Ross Brawn la préparation non pas de la voiture pour la saison suivante, mais bien pour la saison 94… Et quelle saison,… puisque celle ci fut remportée par Michaël Schumacher, et fut le premier titre pour l’écurie Benetton Ford. La saison suivante, fut d’autant plus écrasante, cette fois motorisée par un moteur Renault et épaulé d’un Johnny Herbert plus constant que ces prédécesseurs, l’écurie fut une 2° fois championne du monde sur une voiture presque inacessible. Les monoplaces de Ross Brawn n’avaient comme véritables adversaires que les Williams Renault conçue par Adrien Newey, l’autre grand homme de l’homme.

A la fin de la saison 95, Michaël Schumacher s’engage dans un nouveau défis et rejoint la Scuderia Ferrari, en plein cauchemard, mais emporte avec lui ces deux fidèles … Ross Brawn et Rory Byrne… Les premières saison sont difficile, mais la Ferrari se montre déjà plus agressive dès 96… En 97 Schum se dispute le titre avec Jacques Villeneuve sur la Williams Renault dessinée par Newey,… mais condamne son écurie par le geste de trop, tous les points du champion du monde seront annulé pour avoir sorti la Williams de la piste.

La saison 98 s’annonce pour Ferrari, puisque Renault s’éclipse du monde la F1, laissant Benetton et Williams s’en partenaire moteur puissant, Adrian Newey quitte d’ailleurs l’écurie pour rejoindre Mc Laren Mercedes… et justement, les flèches d’argent retrouve alors un tonus depuis un moment oublié, et c’est cette fois Mc Laren qui remporte le championnat avec Mika Häkkinen…. Dès 99, les voitures de Ross Brawn s’imposeront inexorablement durant le reigne de Schumacher, toujours à la pointe de la modernité et de l’innovation, championne des constructeur jusqu’en 2004, puis encore 3° et 2° les années suivantes…

Avec la fin de carrière de Schumacher, on s’attendait à un retrait définitif de Ross Brawn,…. mais il finit par se lancer dans un nouveau défis dans la jeune écurie Honda, aillant racheter B.A.R. depuis peu. Brawn dès le départ s’attaquait à la voiture 2009, apportant quelques modifications à l’actuelle voitur, mais à la suite d’une désastreuse saison 2008 et une crise financière dévastatrice, Honda préfère se retirer de la compétition,…

Virgin et Brawn GP
Virgin et Brawn GP

Et voilà que durant tout l’hiver les prétendants au rachat de l’écurie se bouscule au portillion, sans que rien ne se concrétise, avec au final, un rachat “en interne” par Ross Brawn lui même… au fond le seul à vraiment savoir ce qu’il va donner à ses pilotes. Il lui faut encore un moteur, malgré d’encore très frais contact avec la famille Ferrari, c’est finalement chez “l’ennemi” qu’il se tourne, donnant à ses monoplace un moteur Mercedes champion du monde… Coté pilote il fait confiance à Jenson Button, l’ex-espoire anglais qui avait fait grande impression lors de ces débuts chez Williams il y a 9 ans, et qui se bat depuis si longtemps avec des voitures difficiles, s’offrant tout de même sa première victoire en 2007. Longtemps pressenti, Bruno Senna, le neuveu de d’Ayrton, est finalement délaissé pour conserver l’ancien pilote Honda, le brésilen Rubens Barrichello, doyen des pilotes et très expérimenté… roulant sur les monoplaces de Ross Brawn depuis l’an 2000 chez Ferrari.

Bref, hormis une longue incertitude et quelques détail financier à concrétiser, Ross Brawn avait dans sa poche une de ses fameuses armes secrètes succeptibles de chambouler un championnat,… et même de gagner au même de grands pilotes…

Et si la coté financier est encore morose, c’est sans compter le tout récent contrat avec le grand patron de Virgin, Richard Brandson, champion de l’investissement surprise comme il l’avait fait dans le jeu vidéo avec Virgin Interactive dans la création du jeu Cool Spot, ou dans le tourisme spatial plus récemment…. Ma fois, c’est avec grand plaisir que je regarderais gagner les nouvelles monoplaces rouge… qui auront comme adversaire certain, au vu du résultat du premier GP, la Redbull Renault de Sebastian Vettel… dessinée par Adrian Newey !

Vous aimerez aussi...

  • Après 4 courses…22 avril 2010 Après 4 courses… (3)
    Bon, il faut bien admettre qu'avec les weekends chargés que j'ai, suivre le championnat F1, un œil sur Charly n'est pas toujours facile... Mais heureusement pour moi, il s'agissait ici en […]
  • Saison 2010 de F1… tout est possible !16 septembre 2009 Saison 2010 de F1… tout est possible ! (11)
    Bon, il faut bien l'admettre, cette saison 2009 est tout ce qu'il y a de plus incroyable... digne d'un scénario de Jean Graton (Michel Vaillant)... L'écurie Brawn GP, dont c'est la […]
  • Rififi en F122 juin 2009 Rififi en F1 (2)
    On peut dire que cette saison 2009 est pleine de nouveautés. Une bagarre franche entre la Brawn GP Mercedes de Jenson Button, dessinée par Ross Brawn et la Redbull Renault de Sebastian […]

6 réactions au sujet de « Génie dans l’ombre. »

  1. Salut, Pietou!
    J’ai regardé ce GP en pensant à ce que j’allais venir te dire:
    J’aime de moins en moins la F1. Il y a trop de règles, Piet!
    Dans n’importe qu’elle activité humaine, les faiseurs de règles sont des meneurs qui veulent faire tourner le monde comme ils le veulent et non conformément à un bon sens spontané.
    Je suis persuadé que pilotes et ingénieurs (s’ils avaient voix au chapitre) créeraient des règles plus légères, moins contraignantes et en finalité plus sûres.
    Rien que cet acte bâtard d’imposer des trains de pneus qui ne tiennent pas plus de 7 tours et dépérissent au point de ralentir les monoplaces de 3 à 8 sec/tour est une imbécilité assassine… d’ailleurs, les accidents n’ont pas manqué car les pilotes ont essayer de gérer cette dégénérescence et résultat: ACCIDENTS et DANGER DE MORT!!!
    Pour moi, c’est du gros n’importe quoi et d’ailleurs cette tendance du contrôle de toutes choses est bien dans l’air du temps, même -hélas – au niveau économique, politique et social.
    La F1, Piet ne s’en rend peut-être pas compte, mais elle est FASCISTE*!

    *Voir définition du mot… au dictionnaire.

  2. Les voitures sont dignes des années 90 et je trouve ça assez fun. En tout cas, le championnat commence bien…

  3. comme je te l’ai écrit également, je trouve effectivement que toutes ces règles sont malsaines pour la F1… et l’obligation d’utiliser les deux spécificités de pneumatiques… du grand n’importe quoi… d’autant qu’un seul fournisseur de pneu est présent… et même à l’époque ou il y en avait plusieurs…

    Je dois par contre aller lire sur wikipedia plus en profondeur le sens du mot fasciste….

  4. Brawn, une de plus aujourd’hui.
    Merci pour tes explications.
    50 min pour prendre une decision, c’est long surtout quand on attend devant son téléviseur. La FIA n’est vraiment pas performante.

    A bientôt

  5. C’est claire… moi ca m’a frustré pour le reste de la journée… d’autant que pour le GP de malaisie, du coup les points sont coupés en 2…. belle course de Button néanamoins, d’autant que l’écurie n’avait fait aucun test en condition pluie !

  6. la FIA essaye de relancer ou du moins de garder l’audimat et c’est tout l’inverse qu’elle va arrivera faire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.