Archives de
Étiquette : Nikon D750

La Toscane en mode famille nombreuse (2° partie)

La Toscane en mode famille nombreuse (2° partie)

Le temps passe tellement vite, tant de choses se sont déjà passées depuis notre retour d’Italie. Les soirées à boire un petit Apérol avec madame pendant que les enfants mangent leur pizza au soleil tombant sur la terrasse d’un restaurant toscan me semblent être un lointain souvenir déjà. Il est temps de vous emmener dans cette 2° partie de nos aventures dans les collines du Val d’Elsa à la découverte de Monteriggioni, Florence, Sienne poussant jusqu’aux archipels toscans. Bien évidemment en 10 jours, il ne fut pas possible de visiter l’ensemble des idées préparées dans mon roadbook !


Plus rien dans les assiettes, mais c'était vraiment bon !
Plus rien dans les assiettes, mais c’était vraiment bon !

J6. Monteriggioni – Colle di Val d’Elsa – Casole d’Elsa (61km)

Où allons-nous aller aujourd’hui ? Pendant que les enfants rendent visite aux animaux de la petite ferme, j’essaie de prendre la température auprès de notre hôte Roberta. Demain, c’est le Pallio à Sienne. C’est un grand évènement, la place centrale de la ville est pour l’occasion transformée en course de chevaux. Cela doit probablement offrir de magnifiques photos, mais avec quatre jeunes enfants… Cela va rendre probablement les choses un peu compliquées et les accès en voiture seront également probablement plus complexes. Peut-être vaut-il mieux prévoir Sienne après cet évènement plutôt qu’avant. Par contre, aujourd’hui il semblerait que l’on fête la Saint Martin à Colle di Val d’Elsa, avec festivités et feu d’artifice. Nous pourrions-nous prévoir cela pour la fin de journée et partir visiter la ville médiévale fortifiée de Monteriggioni qui ne se trouve qu’à une vingtaine de minutes de la Casa Verniano.

Perdu dans les collines du Val d'Elsa
Perdu dans les collines du Val d’Elsa

Il faut un peu grimper pour s’y rendre et… ce n’est pas bien grand. Quelques petits commerces autour de la place principale, un accès payant aux remparts, des restaurants hyper touristiques loin de la gastronomie attendue en Italie. Mais une affiche qui nous inspire ! J’avais effectivement repéré qu’un festival médiéval était prévu à Monteriggioni pour le weekend, après notre départ. Mais il semblerait bien que celui-ci démarre en réalité dès le vendredi soir ! Voilà qui devrait offrir une ambiance bien plus vivante à ce bel endroit qui semble encore un peu endormi…

Lire la suite Lire la suite

La Toscane en mode famille nombreuse (1° Partie)

La Toscane en mode famille nombreuse (1° Partie)

Cette année, nous avons poussé un peu plus loin la route tous les six pour descendre jusqu’en Toscane pour un RoadTrip de 3800km sous le soleil brûlant. Alors que la Belgique se préparait à dépasser les 35°,

Tous dans l'eau - Vacances à la Casa Verniano en Toscane
Tous dans l’eau – Vacances à la Casa Verniano en Toscane

nous partions plus au Sud dans le joli AgriTurismo La Casa Verniano perchée dans la région du Val d’Elsa entre Voltere, Florence et Sienne. Comme je vous en parlais en préparant notre roadbook, cette région d’Italie nous faisait rêver depuis bien longtemps avec ses grands espaces, ses couleurs et ses petits villages pittoresques… et l’envie de bien manger !

De retour dans le bain quotidien, la reprise du travail et les dossiers à faire, le départ des enfants au camps me donne le sentiment que tout ceci n’était qu’un rêve, qui cherche déjà à s’évaporer une fois les yeux ouverts et le café bu. Il est donc grand temps de remettre par écrit cette aventure, illustrée par nos photos. Ah oui, vous ai-je dit que notre Nikon D750 était tombé en panne pendant notre voyage !?

Allé, en route pour la Toscane !

Lire la suite Lire la suite

Mise à l’épreuve du Sony Alpha 7rIII dans les rues de Napoli

Mise à l’épreuve du Sony Alpha 7rIII dans les rues de Napoli

La semaine dernière, mon équipe s’envolait pour Naples afin de participer à un colloque majeur lié aux MOOCs. J’avais profité de cette occasion pour emporter avec nous le nouveau boitier hybride signé Sony, l’Alpha 7rIII équipé d’un objectif Sony monture E full frame 50mm F 1.8.

Déjà testé pour ses performances en tant que boitier vidéo, avec notamment un follow focus impressionnant lors de prise vidéo en mouvement, c’était ici l’occasion de mettre au défi ce petit boitier compact à la finition impeccable d’un part des environnement mi-ombre, mi-soleil lors de la journée du dimanche, puis en mode nuit par la suite.

Dans une gamme Sony Alpha 7 trop vaste, il n’est simple de savoir ce que chacun des boitiers à comme caractéristiques et différences. Même en magasin, je n’ai pour l’heure pas réussi à pouvoir obtenir des renseignements précis, je me suis donc fait un petit mémo puisque l’on retrouve encore aujourd’hui sur le marché l’Alpha 7, l’Alpha 7II, l’Alpha 7III, l’Alpha 7r, l’Alpha 7rII, l’Alpha 7rIII, l’Alpha 7s et l’Alpha 7sII avec des prix allant de 850 à près de 3000€.

42 megapixels - ISO 6400 - 50mm F 1.8 - L'équipe à Naples
42 megapixels – ISO 6400 – 50mm F 1.8 – L’équipe à Naples

Si l’on tâchait de faire simple, à l’origine la différence significative entre le modèle de base et la déclinaison “r” est sur base d’un boitier identique l’utilisation de deux capteurs full frame différents. un 24 megapixels et un 42 megapixels pour la déclinaison “r” (36 dans sa première version). Le nombre de megapixels offre des images avec énormément de détails et la possibilité de faire de large agrandissement (ou de forte coupe), mais il réduit l’efficacité du capteur en faible lumière, sa plage de sensibilité est donc plus courte. Enfin, la série “s” est initialement dédiée à la vidéo, avec des modèles équipé d’un capteur de seulement 12 megapixels afin d’élargir encore la plage de sensibilité mais pouvant également filmer en 4K et en slow motion.

Néanmoins, les 2 premières génération de Sony Alpha 7 souffrait d’une trop faible autonomie. La 2° génération apportait un capteur stabilisé, la possibilité de filmer en 4K sans utiliser de périphérique externe ainsi qu’une amélioration du follow focus, mais indéniablement, la 3° génération  se présente comme parfaite avec une nouvelle série de batterie 2x plus performante. En effet tant en reportage vidéo que sur quelques jours de reportage photo, cette dernière ne nous a pas fait défaut, alors que, rapelons-le, il s’agit ici d’appareil photo hybride. A savoir, qu’il ne dispose pas d’un viseur optique, mais bien d’un viseur LCD qui doit donc être alimenté.

La gamme Sony Alpha 7
La gamme Sony Alpha 7
Au sommet de Napoli - Le plein de détails
Au sommet de Napoli – Le plein de détails

Habituellement, je jongle entre mon Nikon D750 et mon excellent photophone Google Pixel 2. Ce dernier de part son omniprésence me permet de dégainer rapidement tout en me rapportant de jolies photos essentiellement des portrait ou en environnement sombre. Mais lorsque j’analyse ces dernières, elles manquent de détails dans les paysages tout spécialement. Avec ses 42 megapixels, le Sony Alpha 7rIII offre des clichés impressionnants ! Les détails des petites maisons au loin dans la crique de Napoli sont propres, là où mon Google Pixel 2 si l’on cherche à voir les détails offre une image plus pâteuse. De nuit, alors que je l’imaginais souffrir, il n’a bronché sur aucune mise au point du 50mm 1.8. A la retouche, les images de fin de journée en ISO 2000 sont impeccable. Lorsque la nuit est tombée, j’ai poussé jusqu’à 6400 ISO avec un peu de mouchetage très léger.

Petit désagrément, le format brut .ARW de Sony est mal reconnu nativement sur un ordinateur Apple. Il faudra que j’approfondisse le sujet, mais sur mon Mac Book Pro – Sierra, le logiciel Apple Photos ne parvient pas à afficher ou éditer un fichier, imposant de devoir utiliser les outils de base de Sony. Alors que sur ma station iMac équipé de la dernière version d’OSX – High Sierra, je n’ai pas eu ce soucis. Il faudra approfondir le sujet.

Lire la suite Lire la suite

100% e-Media : Le point coté matériel photo, quid du D850 ?

100% e-Media : Le point coté matériel photo, quid du D850 ?

Actuellement, je travaille avec un Nikon D4 et un D750. Le premier se montre plus que performant, malgré sa définition en dessous de standards actuels, évidemment assez lourd et surtout déclenche depuis un certain temps déjà. Le second, léger est pratique pour certains reportages, mais son ergonomie n’est pas optimale lorsque je dois notamment passer régulièrement d’un endroit sombre à très lumineux. J’ai donc commencé à garder un oeil plus avisé sur l’actu photo cette année, notamment depuis la sortie du Nikon D850 qui semble se positionner comme un vrai successeur du feu D700, mais également sur les récentes annonces de Nikon d’un nouveau boitier hybrides Full Frame pro.

C’est évidemment d’abord Nikon Rumors qui a lâché les premières informations quant à ce nouveau boitier hybride qui se positionne pour contrer le performant Sony A7. Il devrait être décliné en deux versions. L’une en 24mp comme le D750 et l’une montant à 48mp comme le D800. Le boitier s’annonce être très performant pour filmer également, avec une mise au point améliorée encore, même si l’inconnue est encore la longévité des batteries.

Nikon confirme l’arrivée d’un appareil photo plein format hybride
Nikon confirme l’arrivée d’un appareil photo plein format hybride

Clubic confirme également l’arrivée de Nikon dans ce secteur tout en précisant que Nikon devra également proposé des objectifs FX dédiés à ce nouveau système, ce qui est déjà moins aguichant !

Peu de détails sont pour l’heure connus. On sait que Nikon travaille sur sa future génération FX (le terme qui désigne le plein format), et que les appareils hybrides plein format auront une nouvelle monture d’objectif. Il faudra donc développer des objectifs dédiés. Pas de panique, une bague d’adaptation pour les objectifs actuels sera proposée, mais c’est bien un nouveau système qui va être lancé en parallèle. (A lire sur Clubic)

Néanmoins je reste donc à garder le D850 à l’oeil. Sorti fin de l’année dernière, il se situe tout de même dans un budget au de là de 3500€. C’est moins que le D4, certes, mais bien au dessus du D700, D750 et D800. Ce dernier, utilisé essentiellement en studio avait comme défaut à mes yeux de ne pas être très performant en basse en lumière, dépassant difficilement les 3200 ISO dû à son énorme capteur. Le D750, lui monte jusqu’à 4000 ISO, là où je grimpe quand même jusqu’à 6400 avec le D4.

Test du D850
Test du D850

Cependant, l’ergonomie du D750 avec son unique roulette, implique des combinaisons de touches peu adaptées à mon approche de photographe, ça limite à une vitesse de 1/4000 me dérange souvent lorsque je travaille en plein soleil et que je passe régulièrement de l’intérieur à l’extérieur. (Puisque la gestion de l’ISO est loin d’être ergonomique).

(…) Le D850 vient donc se positionner entre les deux premiers protagonistes en proposant également un capteur 24 x 36 rétroéclairé avec 3 “petits” millions de pixels en plus que le modèle Sony. Rappelons qu’un capteur rétroéclairé permet une meilleure capture de la lumière et un traitement plus rapide du transfert. (…) En faible lumière, le D850 devrait également savoir les “gérer” avec une plage ISO qui s’étend nativement de 64 à 25 600 ISO et qui pourra être étendu de 32 à 102 400 ISO. Nous avons pu essayer un boîtier de présérie et nous vous proposons quelques images avant de pouvoir tester le nouveau boîtier en studio selon notre protocole habituel. (Un test complet à lire sur Focus Numérique)

Il y a une an, je me disais “Enfin une vraie bombe ? Entre un D750 trop en retrait pour être le boitier parfait, un D810 qui manque de performance en basse lumière et un D5 lourd et très très cher… voici peut-être enfin l’appareil photo “parfait” attendu depuis si longtemps chez Nikon ? ” Si je suis plutôt confiant quant aux performances en basse lumière du D850 et sa technique de capteur rétroéclairé, reste la logistique qu’il implique. Avec 45mp, la taille d’un reportage sur le disque-dur en NEF, face au 16MP du D4 risque d’impliquer également un équipement de retouche et archivage de photo plus conséquent… à suivre !

Goodbye 2014

Goodbye 2014

Goodbye 2014 - Facebook

Et voilà, l’année 2014 touche à sa fin. Une année plus que positive pour notre famille et que nous quitterons en en gardant le maximum de souvenirs, même si les derniers mois ont été entachés de mauvaises nouvelles que ce soit dans la gouvernance de notre pays ou les imbécilités décidées par l’Europe.

Cette année 2014 ce sera notamment et dans le désordre de magnifiques moments en famille et avec les enfants, de belles découvertes vidéoludiques (Beyond Earth, Godus, Kirby, Mario Kart 8, Rayman Legends, Thiny Thief, Simcity, Bravely Default,…), de superbes reportages de mariage avec Quenalove, l’arrivée du Nikon D750, l’entrée à l’école d’Alice et Juliette, l’arrivée des musiques de Cyborg Jeff sur Spotify, notre nouvelle Peugeot 5008, de nombreuses heures de jeux avec Charly et les LEGO, Game of Thrones, 14 ans de bonheur avec ma petite dame, ma tête dans Google map, la mise en place du nouveau studio de Petite Snorkys Photography ainsi que celui d’eCampus, Le Hobbit en 48fps, d’excellentes avancées dans Final Cut Pro X, notre déménagement dans la grande maison à Esneux,  un nouveau Bilou, la superbe bataille entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton, la fin de l’aventure Be-Games et le début de Press Start, Les Belges au Brésil avec les mains en l’air, alé, alé, alé, un superbe Halloween, la découverte de la WiiU, des nouvelles d’Harry Potter, le mariage de Valentin, le début de la Formule E, la sortie cartouche de Power Glove, et bien, bien d’autres choses….