Archives de
Étiquette : Ferme

Pendant qu’ils étaient au camp

Pendant qu’ils étaient au camp

Bon, on va le dire encore une toute dernière fois, sans toutes ces histoires de virus, nous serions sur les routes d’Ecosse pendant que les trois grands étaient au camp. Allé, on n’en parle plus maintenant ! Si un temps nous avions pu être inquiet d’un retour des enfants à l’école, nous l’étions un peu moins de l’organisation de leur camp début juillet. Plongé dans une bulle fermée pendant 10 jours, les risques nous semblaient moindre que l’école. Perdu dans les bois à quelques kilomètres des Ardennes françaises, ils allaient pouvoir vivre une semaine comme des louveteaux fous en oubliant un peu l’ambiance nerveuse du déconfinement.

Camp Louveteau, Louette Saint-Pierre, 2020
Camp Louveteau, Louette Saint-Pierre, 2020

Nous voici seuls avec notre petite Rose,.. assise devant la fenêtre dès le lendemain à attendre que les grands reviennent. “Ils me manquent”. Enfin seuls… Pas si seuls que cela, depuis le début juillet nous avons accueilli Padmé dans notre famille. J’étais probablement le moins enthousiaste de l’arrivée d’un chien à la maison, mais il faut bien admettre qu’en plus de cette bouille craquante, elle s’est très vite adaptée à ne pas nous rendre la vie compliquée.

Bienvenue Padmé
Bienvenue Padmé

Bien que j’ai pris quelques matinées à préparer des sorties en Belgique, la motivation n’y est pas tant. Rien à faire, prendre le risque d’aller dans une ville, d’éviter de m’assoir à une terrasse, la complexité pour réserver des activités tout en pouvant profiter de la ristourne famille nombreuse, payer ces dernières un prix important sans vraiment en profiter… Cela ne me donne guère l’envie de quitter mon jardin. Oh, j’en avais bien pour 3 heures A/R pour récupérer les enfants au camp, j’en ai profité pour papoter avec le frangin des Jeunes Mécanos. J’ai rempilé avec 2 heures pour partir en quête de Trones IKEA blanc aux Pays-Bas. De quoi me rendre compte que j’étais le seul avec un masque de ce coté de la frontière. Le mois de juillet nous a permis de revoir tout ceux qui nous manquaient, ou presque.

 

Et puis, il y avait ce premier matin de juin où Rose me dit :

– Papa, ils existent vraiment les moutons ?
– Oui, bien sur !
– En vrai ?
– Oui
– Alors pourquoi on ne les vois jamais ? Moi j’aimerais bien les toucher, les promener et couper leur cheveux. Parce quoi moi je suis une vraie madame des animaux de compagnie !

Bon, c’est que des moutons, Rose en avait déjà vu, mais elle était plus petite. Et le confinement a dû un peu jouer. Alors je lui ai répondu, “On ira en voir pendant les vacances”… Il ne s’est plus passé un jour sans qu’elle demande si on va aller voir les moutons. Après quelques recherches, nous avons finalement trouvé une belle manière de voir moutons, vaches, poules, cochons et ânes…

Rose voulait voir des moutons - La Ferme de Haya - Petite Snorkys Photography
Rose voulait voir des moutons – La Ferme de Haya – Petite Snorkys Photography

Nous prenions donc la route samedi dernier pour la Ferme du Haya, perdu dans les campagnes intemporelles du Condroz, à Ocquier. Là-bas, agriculteurs et cultivateurs veulent ont choisi de partager leur métier pour cultiver le lien entre consommateur et agriculteur. Favorisant le circuit court, la Ferme organise des visites pédagogiques de ses infrastructures et animaux pour renforcer encore un peu ce lien. Nous voici donc pour 2 heures de promenades en petite bulle. On prépare les biberons pour les veaux, on découvre comment on nourri les vaches et ce qu’elles mangent. On se promène dans le pré de cochon, on vérifie si les poules ont pondu… On cueille du trèfles, non pas pour les jeunes taureaux, mais pour quelques ânes… et aaah, voilà les moutons ! Une bien belle journée avec notre Rose qui se termine avec une bonne tartine de Pâté de la Ferme.

Lire la suite Lire la suite

Recherches nocturnes

Recherches nocturnes

Tiens, en me promenant dans les archives du Blog, je me suis souvenus que j’avais trouvé il y a quelques années une très vieille carte du quartier sérésien où j’habitais alors. Depuis que nous avons aménagé ici dans le hameau d’Avister, j’ai souvent eu envie de trouver quelques documents historiques en lien avec notre maison et son quartier. Après quelques recherches nocturnes sur le site Cartesius de la NGI, j’ai trouvé de chouettes documents historiques de notre quartier. Avec notamment cette vue aérienne d’avril 1971 qui montre les prémices du quartier d’Avister, encore bien vide !

A cette époque, seul le “Quartier Est” a été entamé au départ de Ferme, avec la première partie de la rue Hayette et la rue Meloye ainsi que la rue Secheval qui n’accueille pas encore le début des tronçons de la rue Terre Antoine et celle de la rue du Chêneux.

Evidemment, notre maison ne se retrouve pas sur cette prise de vue datant d’avril 1971 puisque la maison a été construite un tout petit peu plus tard. Elle n’est pas encore visible sur l’édition 1975 de le Carte “Seraing – Chênée” qui reprend néanmoins la zone d’Avister. Entre 1971 et 1975 plusieurs maisons y pourtant été construites, mais ne sont pas rapportées sur ce document. On peut par contre apercevoir le tracé de la ligne de haute tension qui traverse les prairies de Nomont et le quartier d’Avister avant de surplomber l’Ourthe. Voilà qui avait dû à l’époque décevoir toute une série de voisins !

Lire la suite Lire la suite

La Toscane en mode famille nombreuse (2° partie)

La Toscane en mode famille nombreuse (2° partie)

Le temps passe tellement vite, tant de choses se sont déjà passées depuis notre retour d’Italie. Les soirées à boire un petit Apérol avec madame pendant que les enfants mangent leur pizza au soleil tombant sur la terrasse d’un restaurant toscan me semblent être un lointain souvenir déjà. Il est temps de vous emmener dans cette 2° partie de nos aventures dans les collines du Val d’Elsa à la découverte de Monteriggioni, Florence, Sienne poussant jusqu’aux archipels toscans. Bien évidemment en 10 jours, il ne fut pas possible de visiter l’ensemble des idées préparées dans mon roadbook !


Plus rien dans les assiettes, mais c'était vraiment bon !
Plus rien dans les assiettes, mais c’était vraiment bon !

J6. Monteriggioni – Colle di Val d’Elsa – Casole d’Elsa (61km)

Où allons-nous aller aujourd’hui ? Pendant que les enfants rendent visite aux animaux de la petite ferme, j’essaie de prendre la température auprès de notre hôte Roberta. Demain, c’est le Pallio à Sienne. C’est un grand évènement, la place centrale de la ville est pour l’occasion transformée en course de chevaux. Cela doit probablement offrir de magnifiques photos, mais avec quatre jeunes enfants… Cela va rendre probablement les choses un peu compliquées et les accès en voiture seront également probablement plus complexes. Peut-être vaut-il mieux prévoir Sienne après cet évènement plutôt qu’avant. Par contre, aujourd’hui il semblerait que l’on fête la Saint Martin à Colle di Val d’Elsa, avec festivités et feu d’artifice. Nous pourrions-nous prévoir cela pour la fin de journée et partir visiter la ville médiévale fortifiée de Monteriggioni qui ne se trouve qu’à une vingtaine de minutes de la Casa Verniano.

Perdu dans les collines du Val d'Elsa
Perdu dans les collines du Val d’Elsa

Il faut un peu grimper pour s’y rendre et… ce n’est pas bien grand. Quelques petits commerces autour de la place principale, un accès payant aux remparts, des restaurants hyper touristiques loin de la gastronomie attendue en Italie. Mais une affiche qui nous inspire ! J’avais effectivement repéré qu’un festival médiéval était prévu à Monteriggioni pour le weekend, après notre départ. Mais il semblerait bien que celui-ci démarre en réalité dès le vendredi soir ! Voilà qui devrait offrir une ambiance bien plus vivante à ce bel endroit qui semble encore un peu endormi…

Lire la suite Lire la suite

Roadbook 2018 : Des Landes au Pays Basque en famille.

Roadbook 2018 : Des Landes au Pays Basque en famille.

Cette année, nous avons réservé un village de camping au sud du bassin d’Arcachon. Non, il ne s’agit pas du camping des Flots Bleus et non, nous n’y descendons pas plus dans un VW Caravelle !

Belgique - Aquitaine
Belgique – Aquitaine

Sans être mon type de séjour préféré, il faut bien admettre que les enfants, eux, avaient grandement apprécié ce genre de vacances. Notre camping et point de chute principale sera donc le Camping du Col Vert en Aquitaine. Pour s’y rendre le trajet le plus court passe par le nord du périphérique de Paris en 10h et 20 minutes ou en passant par Reims et Troyes, plus calme mais à 11h30.

Préparer le roadbook implique au préalable de faire un peu de géographie. Nous partons dans le département de l’Aquitaine et plus exactement dans la région des Landes, mais nos visites nous emmènerons également plus au sud dans les Pyrénées Atlantiques et le Pays Basque.

Le Col Vert 1548 Route de l'Etang - 40560 Vielle-Saint-Girons | Aquitaine
Le Col Vert
1548 Route de l’Etang – 40560 Vielle-Saint-Girons | Aquitaine

Que faire en Aquitaine / Dans les Landes / Girondes / Pays Basque / Pyrénée Atlantique ?

Nos vacances dans les Landes et Pays Basque

Lire la suite Lire la suite

Parce qu’ils sont tout pour moi

Parce qu’ils sont tout pour moi

Les journées filent à toute vitesse, les projets s’accumulent… Faire des tartines, conduire tout le monde, prendre un café, programmer les journées de tournage, monter les projets vidéo, se battre pour le futur ou craindre de ce qu’il en sera, puis faire les devoirs, encore les devoirs… vider le lave-vaisselle, remplir la machine à lessiver, les sortir du bain, parfois raconter une histoire, entre un lange qui s’est échappé et deux petites excitées qui sortent les vêtements de leurs armoires, trouver qui sera le prochaine fournisseur d’électricité, chercher à résoudre les problèmes du site internet, faire encore un peu de montage ou vérifier les backups, s’assurer que Rick s’en sort une fois de plus, faire un bibi, écouter les conseils d’Hermione pour passer les buses, fermer les yeux… Charly, Alice, Juliette, Rose… Ai-je assez passé de temps avec vous. Suis-je le papa qui comble vos besoins ? Je voudrais si souvent avoir plus à vous donner… et je fatigue… je m’énerve…

Et pourtant, nous en passons ensemble des beaux moments, même si je n’ai parfois même plus le temps de glisser ici…. Un magnifique spectacle de danse, des beaux moments à Pairi Daiza ou le spectacle de théâtre de Charly… Allé, je me laisse quelques souvenirs de ces dernières semaines.