Archives de
Étiquette : extra-terrestre

Wolfing, Relentless et Gridpix, mes 3 albums OST sur Commodore 64

Wolfing, Relentless et Gridpix, mes 3 albums OST sur Commodore 64

Wouw, c’est avec beaucoup de fierté que je vous propose aujourd’hui de découvrir et d’écouter non pas 1, mais 3 nouveaux albums signés Cyborg Jeff ! J’ai en effet choisi de concentrer le partage des OST composées pour les jeux-vidéo Wolfing, Relentless et GridPix, tous trois programmés pour le mythique Commodore 64 ! Vous l’aurez donc compris, musicalement attendez-vous du Bliip Bilibiiip, certes, mais du Bliip Bilibiiip qui vous fera groover sur votre chaise, joystick à la main entre l’obscure donjon du Baron Baranov aux zones hostiles des confins de l’univers en passant par un cocktail acidulé vous aidant à vous remuer les méninges. Allez, ne faites pas les timides, montez le son, c’est gratuit et cela vous donnera même envie de jouer un peu !

Wolfing – C64/NES (Lazycow – RGCD, 2019)

Commençons tout d’abord par les musiques du jeu Wolfing dont j’avais déjà eu l’occasion de vous parlé il y a 1 an et demi. Il s’agit d’un jeu de plate-forme ambitieux réalisé par Matthias Bock reposant sur le moteur de son précédent titre Power Glove dont j’avais par ailleurs également composé la bande son il y a déjà 6 ans ! Retour à l’automne 2017 où Matt me propose de collaborer à ce projet initialement prévu sur la console phare des années 80, la NES/Famicom de Nintendo. L’ambiance est posée, notre petite héroïne est marquée d’une malédiction qui la transforme en loup garou sous les rayons de pleine lune, ce qui lui vaudra de se retrouver enfermée dans le donjon du Baron Baronov… c’est ici donc que le joueur commencera son aventure qui le mènera également dans quelques lieux extérieurs et sous-terrains.

Wolfing - NES (Lazycow - RGCD, 2019)
Wolfing – NES (Lazycow – RGCD, 2019)

Visuellement, les influences 8bits font évidemment rapidement penser à Castlevania et Legend of Zelda, grands classiques de l’époque. De mon côté au moment de poser l’univers sonore je tâcherais de ne pas trop me disperser cherchant essentiellement à m’approcher de la qualité de “Vampire Killer”, les thèmes Overworld des Tortues Ninja et Legend of Zelda ou encore ‘Jungle‘ de Contra/Probotector plutôt qu’à en singer le style. C’est d’ailleurs tout d’abord une création à la guitare de mon frère Pype : Nightmare qui sera le point de départ à l’univers de ce que j’appellerais un bon moment le projet Wolfing Zero.

Wolfing - C64 (Lazycow - RGCD, 2019)
Wolfing – C64 (Lazycow – RGCD, 2019)

La version NES remportera la 3° place de la NESDEV début 2018 et quelques mois plus tard, Matthias se lancera dans la conversion du jeu sur notre Commodore 64 préféré ! De mon côté le défi est plus qu’intéressant. Si j’ai évidemment fait mes armes avec la bande son de Power Glove en 2013, composée sur Goat Tracker, j’aimerais techniquement pousser le processeur sonore SID du Commodore plus loin que cette première expérience.  D’autre part, initialement composée avec 5 canaux sonores simultanés, la bande son de Wolfing a été pensée en référence au monde de Nintendo et à de la musique 8bits made in Japan. Sur Commodore 64, les compositeurs européens avaient une approche musicale différente, avec des sons moins doux, plus rugueux. Je voulais donc que mes mélodies ne soient pas de simples portages mais qu’elles vivent à la sauce C64, avec ce plaisir d’écouter la musique autant que de se perdre dans les couloirs du château. Donner l’envie d’aller encore plus loin, de recommencer l’aventure…

Lire la suite Lire la suite

Pang Adventures, seul dans sa bulle !

Pang Adventures, seul dans sa bulle !

Voilà quelques années que les éditeurs de jeux jouent avec notre fibre nostalgique. Pas plus tard que cette année, on nous resservait un lifting de Day of the Tentacle, une version 3D de Shadow of the Beast ou encore le retour des Buster Brothers dans un nouvel épisode de la licence Pang que j’ai eu récemment l’occasion de tester sur Press-Start !

Cannon Ball – Hudson – 1983
Cannon Ball – Hudson – 1983

Pang est à l’origine un jeu d’action et de réflexes sorti en 1989 sur borne d’arcade. Vous y contrôlez un petit personnage armé d’un « pisto-grappin » avec lequel vous allez devoir détruire une série de balles rebondissantes dans un niveau figé. Lorsque vous en explosez une, celle-ci se sépare en deux autres plus petites. Pour l’époque, il n’y avait pas vraiment de grande révolution en la matière et le concept n’était au fond pas vraiment éloigné de ce bon vieux Astéroïds où les météores se scindent en deux morceaux plus petits lorsque votre vaisseau parvient à les atteindre d’un shoot bien senti ! Les plus anciens vous diront même que Kihaji Okamoto, concepteur de Pang, n’aura au fond que remis au gout du jour un titre de Hudson sorti en 1983, Cannon Ball, où là aussi votre petit personnage devait détruire des boules rebondissantes se coupant en deux une fois atteintes !

Pang - Mitchell - 1989
Pang – Mitchell – 1989

Pour ma part, je n’ai pour ainsi dire pas connu la version arcade et ses nombreux portages. Ce n’est dans un premier temps qu’avec la version Super Nintendo que j’ai découvert le concept et c’est surtout avec l’épisode Playstation plus de dix ans tard, que j’ai vraiment touché à l’essence même du jeu : Le bon timing ! Car en fait, tout est là. Si Pang n’innove pas réellement, il offre un jeu stressant où vous devrez anticiper les rebonds des différentes boules autour de vous pour vous positionner au meilleur endroit pour réduire la taille des obstacles. Lorsque vous scindez une balle en deux, son amplitude de rebond se réduit et il vous faudra donc rapidement changer de position.

Nous voici donc, 27 ans après la sortie de Pang dans les salles enfumées et c’est le duo français Pastagames et DotEmu qui s’attelle à remettre au gout du jour les aventures des deux frangins sur Smartphones, tablettes et consoles next-gen. L’un et l’autre nous ont offert jusqu’ici de chouettes réalisations. Le premier avait su nous surprendre avec Maestro Jump in Music sur Nintendo DS, Rayman Jungle sur iPad ou encore Pix the Cat sur PS4 alors que le second est essentiellement connu pour ses portages parfaitement au point de grands classiques tels que Another World, Gobliins ou encore Little Big Planet sur supports tactiles. Vous conviendrez donc qu’avec un tel bagage, j’étais plutôt enthousiaste à l’idée de tester Pang Adventures sur mon iPad.

La petite séquence d’introduction est réussie, les musiques sympathiques… voilà nos deux frangins rappelés de vacances pour sauver le monde d’une invasion extra-terrestre particulièrement bien préparée… à base de bulles ! Le prétexte est amusant, vous en conviendrez !

Lire la suite Lire la suite

Les films du mois : Tu veux ou tu veux pas ?

Les films du mois : Tu veux ou tu veux pas ?

Tu veux ou tu veux pas ?Tu veux ou tu veux pas (9/10)

Un comédie française aux petits oignons mettant en scène le couple par excellence : Patrick Bruel et Sophie Marceau ! Bien entendu, on touche à un sujet un peu grivois et très coquasse, mais le résultat est au rendez-vous, on rit et on prend du plaisir !

Il était temps (9/10)

Prenez le scénariste de Coup foudre à Nothing Hill, également réalisateur de Love Actually, conservez le charme des comédie romantique à l’anglaise, la fraicheur de Rachel MacAdams (The Vow, Minuit à Paris) et le charisme Bily Nighy… mélangez le tout avec une bonne dose de voyage temporelle inspiré de l’effet papillon… vous obtenez “Il était temps”, un film surprenant qui nous impose de réfléchir à comment nous vivons notre vie…

La vie d’adèle (7/10)

Bon, il faut quand même bien dire qu’il est difficile de classer La Vie d’Adèle autrement qu’un porno sms. Parce que tout de même, quand on enlève toutes les scènes au lit (y compris toutes celles où Adèle dort !), on enlève la moitié du film ! Durant toute la première partie, il faudra aussi prendre son dico Ado avec soi, le langage SMS, c’est loin d’être simple à décoder…

Hormis, cela, le film supporte des valeurs. On ne peut pas lui reprocher, et surtout pas lui amputer. Le film veut montrer, choquer et rassurer peut-être un peu aussi ?

Artistiquement, je le trouvais intéressant, les plans souvent très proches donnent l’impression de vivre dans le film, d’en faire partie. Cela se complète par des images qui pourraient paraître inutiles mais qui construisent l’ambiance, qui se veulent vraiment raconter une part de l’histoire.

Blue Jasmin (6/10)

On sent le style intéressant de narration de Woody Allen, l’envie de découvrir les traits bien spécifiques de chacun des personnages et de comprendre où va nous emmener l’histoire et la relation de tout ce petit monde… Je reste un peu poil déçu de la fin, même si elle se veut dans l’esprit du film.

A.C.O.D. (5/10)

Mariage (n.m.) : 1re cause de divorce, on a vu mieux comme titre ! Au final le film est sympa, sans trop tombé dans la caricature…

Man of steel (5/10)

Bon, moi qui ne connais que le film superman de quand j’étais petit, qui était probablement le premier film avec superhéro américain que j’ai vu d’ailleurs. Il me faut bien avouer que la version moderne de Super Man est bien différente… le soucis, c’est qu’entre temps, des supers héros, on en a mangé, alors une bagarre de plus ou de moins… j’ai fini pars préféré un peu plus les Xmen ou les 4 fantastiques… voire Spiderman !

Pacific Rim (4/10)

Il y en a eu des pubs et des pubs pour ce film… Au final, je n’ai pas tenu plus d’un combat ! Parce que, je ne sais pas si je me fais vieux, mais la science-fiction bingbangboum… ça me fatigue ! J’ai vraiment l’impression de perdre mon temps ! Du coup, une attaque de la terre par des extra-terrestre godzilla combattu par des supermegabot bioman, piloté par deux frères effronté aux cerveaux bionic connectés… c’est bon, je vois où on va en venir ! et ça me fatigue !

Lorient Legacy

Lorient Legacy

Comme chaque début de mois, j’avais fait mes petits ronds dans mon catalogue BeTV et programmé donc la semaine dernière le film de science fiction Numéro 4 sur mon VooCorder. J’aime bien les films de science fiction, même si je ne savais encore trop ce que celui-là allait donner… un mélange avec une histoire de super héros !?

Mardi soir, après avoir essayé deux films qui ne me tentait pas, je lançais Numéro 4,… et au bout de quelques secondes, je suis prêt à effacer le film… Ouf, ça n’a pas l’air terrible, mais comme il est tard, où madame et moi le continuons ou c’est On monte faire Dodo… Je laisse le film tourner,… et petit à petit à petit les éléments et l’ambiance se mettent en place, et je commence à vraiment accrocher. Style, ambiance, couleur, effets spéciaux, charisme des personnages… j’accroche sur tout ! Par moment, j’ai l’impression de retrouver un genre de Twilight à la sauce Extra-terrestre un poil mélanger avec le style de personnage que l’on retrouve dans Transformers. Les effets spéciaux ne sont pas exagérés mais convaincant. Les musiques teenage collent pas mal à l’ambiance, on pourrait par moment se croire dans le jeu Obscure… Bref que de bonnes références ! Et la suite !?

Alors, je fonce sur AlloCine, oui oui, le 2° bouquin (aah j’en étais sur cela vient d’un bouquin) est sorti il y a peu aux Etats Unis… et puis j’y apprends qu’en réalité, l’auteur du livre a en réalité payer des étudiants afin d’écrire des livres dans la veine de Twilight et Harry Potter… et qui donc était à la production de ce film ? Michael Bay et Steven Spielberg (à qui l’ont doit Transformers)… Ben voilà la boucle est bouclée…

J’attendrais donc la suite : Le pouvoir des 6 probablement même le livre qui m’inspirerait encore bien à lire quand j’en aurais fini avec Hunger Games… CJ découvre le plaisir de lire des romans dirait on :)

Passés sous silence…

Passés sous silence…

Cyborg Jeff - PC portable - AlienwareEt oui, c’est l’heure de ressortir du placard les articles passés à la trappe durant l’année 2009… Le plus souvent par manque d’inspiration pour rendre le sujet attractif pour vous mes cher(e)s lecteurs/trices…

Un élan de positivisme dans “A bien y réfléchir
Un début de review du film District 9 “En direct du District 9
Toujours en réflexion sur le sujet Alienware “Un PC Alienware, réfléchissez y à 2x !
Un essai de promotion de l’outil Facebook “Facebook, à quoi ça sert ?
Avant de sombrer dans la folie ? “Le point
Enfin, une vidéo du jeu Lost Planet 2 qui je croyais allait peut-être me plaire “Lost Planet

Lire la suite Lire la suite