Archives de
Étiquette : Essence

Retour à l’anormal

Retour à l’anormal

Voilà, c’est reparti. J’ai fait le plein d’essence. Les mallettes sont dans le coffre, les boites à tartine remplies chaque matin. Depuis lundi dernier, les enfants ont repris le chemin de l’école, avec beaucoup d’enthousiasme. Il n’y a pas lieu d’attendre des heures le matin, je les récupère au compte goute fin de journée… et sans devoir, ce qui offre un certain soulagement cognitif aux parents. Ils sont heureux d’avoir pu jouer avec leurs amis et amies et de revoir leur institutrice ! Comparativement aux échos d’autres parents, l’organisation du retour à l’école chez nous se passe bien, toutes les classes pouvant retrouver leur instituteurs durant l’ensemble de la semaine. Seul Charly tire un peu la tête de devoir rester dans une bulle qui n’inclut pas ses copains et copines de 6° ou de 4°… Heureusement, il peut encore papoter longuement avec eux sur Messenger une fois rentré ; )

De mon coté, retour à l’anormal également. Masqué, j’ai relancé le studio et déjà l’agenda se remplit, se presse, se compresse jusqu’aux vacances d’été. Tout cela laisse peu de temps à réfléchir… Pour nous, il faut bien l’admettre le déconfinement a été  un peu brutale.

Aujourd’hui, les chiffres restent plutôt rassurant, même si la presse à clic aime à nous rappeler que de nouveaux foyers ont été découvert en Chine, en Italie, à l’aéroport de Bierzet ou dans une école de Bruxelles, de Flémalle…. Prenez garde à ce qui plane au dessus de vos tête pour cet été, tente-t-on de nous faire comprendre.

Petit à petit, derrière ce foutu masque… je reprends un peu plaisir à entrer dans un magasin. Nous avons revus nos amis et la famille ce Weekend. Je me réjouis de pouvoir retourner manger dans notre resto préféré,… bientôt la pluie cédera à nouveau place au grand soleil d’été !

 

La semaine prochaine s’annonce chargée, il restera alors encore la suivante, avec les deux derniers jours d’école des enfants… Puis les vacances, les camps, les stages… et les autres surprises que nous réserve le futur ! La piscine en tout cas n’attend que le retour du grand soleil pour accueillir les enfants !

Anxiogène

Anxiogène

Hier, j’ai allumé le JT. Cela faisait plusieurs jours que je ne l’avais plus écouté. Cela faisait plusieurs jours que mon téléphone ne me donnait plus les courbes de la crise du COVID19. Je m’étais dit qu’il était peut-être nécessaire que je sorte un peu de ma bulle de sécurité et écouter comment va le monde. Mais les nouvelles n’étaient gère réjouissantes. Les décès sont plus nombreux, on ne peut pas encore parler d’avoir atteint le pic que l’on attend pour envisager le déconfinement. Oh, j’en suis conscient, il n’est pas pour le 18 avril. Peut-être même plus pour le 2 mai. Quelle situation ! Si le quotidien me permet de ne pas voir, de me concentrer sur ma famille, mon travail, ma maison… Mais dehors, on meurt. Dehors, des gens travaillent dans les hôpitaux, les magasins, des camionnettes,… pour nous permette d’être en sécurité. Oui, ce n’est pas amusant de ne plus voir nos proches, d’aller au resto, choisir nos courses, se promener, partir en vacance… mais nous sommes en sécurité. Eux non…. J’aurais du mal à dormir ce soir, qu’importe ce qui passera à la télévision !

Aujourd’hui, je dois retourner faire des courses. la boule au ventre. C’est comme partir en expédition dans The Walking Dead, on ne sait pas si on reviendra. Je me suis retrouvé un dernier masque acheté il y a plusieurs années pour enlever la laine de verre dans les combles. Il reste encore une boite de gants en latex de la dernière “épidémie” et le stock de flacon de gel désinfectant est stabilisé. Wouw, je ne me souvenais plus l’impression que cela fait de conduire ma voiture, on est jeudi ou vendredi ? On fait la queue au magasin pour entrer. On fait même tout un serpentin autour du bâtiment. Je dois être le n°40. J’ai le temps d’attendre entre ceux qui téléphonent, et ceux qui toussent sans masque et à qui je devrais prendre la place quand on avancera. Il y a ceux qui essaie de resquiller et passer devant tous le monde en sortant de leur Autoradio à roulette. Le monde ne change pas vraiment.

Me voilà dans le magasin. Je n’y vais jamais dans celui-là. Je ne sais pas où se trouve ce dont j’ai besoin. Mais en principe, il devrait y avoir plus de choix. Distance sociale. Mwouaip. Moi j’ai l’impression que tout le monde veut les mêmes morceaux de viande que ceux que je dois ramener. De la farine, ou celle-là plutôt… Et je fais quoi maintenant, j’en ai deux dans mon caddie. J’attends que les autres soient partis pour remettre mon paquet ? Du lait, … Raah, là j’en vois des bouteilles éloignée des gens autour du rayon. Elles sont vertes, on est bon ! La levure, toujours rien. C’est bête, on commençait à apprécier faire notre pain ! Bon, il me faudrait encore des produits frais. J’entend qu’il n’y a plus de mozzarella, tant pis. Ah, diable. Avec tout mon attirail sur le nez, je n’y vois plus rien. Buée sur mes lunettes. Ça va être coton pour m’y retrouver dans ce rayon.

Lire la suite Lire la suite

4 enfants et une Fiat 500L, pas en Belgique !

4 enfants et une Fiat 500L, pas en Belgique !

Il y a 3 ans, lorsque j’analysais les voitures compactes pour y embarquer 4 enfants et 1 adulte à petit budget, je n’avais pas retenu la Fiat 500L. En occasion, son prix était pourtant autour des 10.000€, mais l’intérieur était un peu étroit pour y mettre 3 sièges auto groupe 1-2 à l’arrière. Maintenant que les enfants ont grandi et que l’on peut utiliser de simple réhausseur, le style originale de cette large citadine italienne l’a remis dans la danse et j’ai à nouveau analysé le marché.

L’espace intérieur arrière est un peu plus étroit que la Dacia Sandero, mais le coffre est plus généreux. L’équipement est également plus moderne.

Fiat veut s'éloigner du marché des petites citadines
Fiat veut s’éloigner du marché des petites citadines

 

Là où le bas blesse, c’est la motorisation. Si lors de sa sortie, la 500L proposait plusieurs motorisation, dont le moteur Turbo AirTwin 900cc, à l’heure actuelle, on ne trouve que des motorisations Diesels ou Essence, en 1400cc. Pour ce genre de modèle, cela fait doubler la taxe de circulation et de mise en circulation, ici en Wallonie, ce qui rend dès lors l’achat d’une Fiat 500L peut attrayante. Voilà qui est bien dommage. Ceci dit, alors que j’analysais le sujet, j’ai pu me rendre compte que la fusion Fiat / Peugeot / Chrysler allait probablement grandement changer le marché et faire disparaitre plusieurs modèles Fiat.

Depuis l’arrêt de la Punto, qui appartenait au segment B, celui des citadines polyvalentes, Fiat se concentre sur le segment A, celui des petites citadines, avec la Panda et la 500. En Europe, l’italien est d’ailleurs ultra-dominateur sur ce marché. Mais le segment A, où la clientèle attend des prix bas, n’est pas assez rentable. En clair, si la Panda est un succès commercial, c’est un succès qui ne rapporte pas grand-chose. D’ailleurs, de plus en plus de marques quittent ce marché. Opel vient de stopper la production des Karl et Adam, Ford écoule les dernières Ka+. (A lire sur Caradisiac)

La marque Fiat, le point noir de la fusion entre PSA et Fiat-Chrysler?
La marque Fiat, le point noir de la fusion entre PSA et Fiat-Chrysler?

4 enfants dans une voiture compacte à petit budget !

La Toscane en mode famille nombreuse (2° partie)

La Toscane en mode famille nombreuse (2° partie)

Le temps passe tellement vite, tant de choses se sont déjà passées depuis notre retour d’Italie. Les soirées à boire un petit Apérol avec madame pendant que les enfants mangent leur pizza au soleil tombant sur la terrasse d’un restaurant toscan me semblent être un lointain souvenir déjà. Il est temps de vous emmener dans cette 2° partie de nos aventures dans les collines du Val d’Elsa à la découverte de Monteriggioni, Florence, Sienne poussant jusqu’aux archipels toscans. Bien évidemment en 10 jours, il ne fut pas possible de visiter l’ensemble des idées préparées dans mon roadbook !


Plus rien dans les assiettes, mais c'était vraiment bon !
Plus rien dans les assiettes, mais c’était vraiment bon !

J6. Monteriggioni – Colle di Val d’Elsa – Casole d’Elsa (61km)

Où allons-nous aller aujourd’hui ? Pendant que les enfants rendent visite aux animaux de la petite ferme, j’essaie de prendre la température auprès de notre hôte Roberta. Demain, c’est le Pallio à Sienne. C’est un grand évènement, la place centrale de la ville est pour l’occasion transformée en course de chevaux. Cela doit probablement offrir de magnifiques photos, mais avec quatre jeunes enfants… Cela va rendre probablement les choses un peu compliquées et les accès en voiture seront également probablement plus complexes. Peut-être vaut-il mieux prévoir Sienne après cet évènement plutôt qu’avant. Par contre, aujourd’hui il semblerait que l’on fête la Saint Martin à Colle di Val d’Elsa, avec festivités et feu d’artifice. Nous pourrions-nous prévoir cela pour la fin de journée et partir visiter la ville médiévale fortifiée de Monteriggioni qui ne se trouve qu’à une vingtaine de minutes de la Casa Verniano.

Perdu dans les collines du Val d'Elsa
Perdu dans les collines du Val d’Elsa

Il faut un peu grimper pour s’y rendre et… ce n’est pas bien grand. Quelques petits commerces autour de la place principale, un accès payant aux remparts, des restaurants hyper touristiques loin de la gastronomie attendue en Italie. Mais une affiche qui nous inspire ! J’avais effectivement repéré qu’un festival médiéval était prévu à Monteriggioni pour le weekend, après notre départ. Mais il semblerait bien que celui-ci démarre en réalité dès le vendredi soir ! Voilà qui devrait offrir une ambiance bien plus vivante à ce bel endroit qui semble encore un peu endormi…

Lire la suite Lire la suite