Archives de
Étiquette : Dance

Mon album “And what’s about the love ?” enfin en ligne !

Mon album “And what’s about the love ?” enfin en ligne !

Cyborg Jeff - And what's about the love ? 1999Un grand nombre de mes albums CD composés par le passé sont présents depuis un bon moment sur la toile, mais l’un d’entre eux manque à l’appel depuis sacré bout de temps ! Alors que “Cyborg Jeff” souffle ses 20 ans cette année, voici que débarque enfin “And What’s about the love ?” sur Bandcamp, Jamendo, Spotify et cie.

Petit bon dans le temps en 1999 ! J’avais alors 20 ans, je me croyais déjà un homme, mais je n’étais encore qu’un ado qui passait une grande partie de son temps sur son ordinateur. Pourtant je rêvais d’être un jour une star comme les DJs que j’appréciais alors. Tous les vendredi soir, je rejoignais mon ami Vi et nous prenions la direction du Metropolis Club à bord de sa Corsa pour écouter du DJ Jurgen, du Wamdue Project, du Mr Oizo, du DJ Sakin & Friends et bien d’autres choses du genre…

Lire la suite Lire la suite

Last Trip On My Ship, il y a 16 ans.

Last Trip On My Ship, il y a 16 ans.

Cyborg Jeff - Last Trip On My Ship S.E.Cela fait plus d’un an maintenant que j’ai constaté un manque important dans ma discographie disponible sur la toile. Les années 99 et 2000 sont peu présentes alors pourtant qu’elles avaient été très importantes dans ma vision de la musique. Je pense que l’un des éléments de cet absence est que je suis resté un moment à considérer que techniquement, cette période était dépassée et qu’entre temps, j’étais techniquement encore au dessus. J’ai donc retourné l’idée dans tous les sens, faut-il décrasser ces morceaux ? Après de nombreux essais de relifting, j’en suis arrivé au constat que mes oreilles appréciaient ces morceaux dans leur rendu d’origine, que c’était ainsi qu’ils me permettaient de me souvenir de cette époque.

Et donc en janvier 1999, j’approchais de mes 21 an ! Je finalisais alors mon nouvel album de musique, le 5° album de Cyborg Jeff, toujours réalisé avec le logiciel de SounTracking, Impulse Tracker, bien connu dans le milieu de la Demoscène mais je pouvais surtout monter d’un cran supplémentaire dans la qualité des musiques.

Tout d’abord, je venais d’upgrader mon ordinateur Cyrix (génération Pentium I) avec 16mo de mémoire, ce qui allait me permettre de pouvoir créer des musiques contenants plus d’instruments, de gérer plus de samples de voix ou de guitare voire simplement utiliser des instruments aux rendus moins 8bits. De plus, les magasines tels que PC Team offraient régulièrement de nouveaux sons qui venaient agrandir ma grandissante bibliothèque. Et surtout, Cyborg Jeff était de retour au bercail ! Après une année passée à Louvain La Neuve, loin de mes amis, je faisais mon retour à la maison, proche des idées de Valentin (Tbob) et Pierrick, des gimmick de guitare de Thierry, des critiques constructives de Vivien et des solutions ingénieuses de mon frangin Pype.

Quand je relis les notes de l’époque, je me rends compte qu’à 21 ans je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait dans la vie ! Je pensais juste à faire de la musique, sortir avec mes pots et tomber amoureux ! Oui, et tant qu’à faire, trouver ce que je pourrais faire comme étude accessoirement. Ne pouvant me représenter à l’Institut des Arts de Diffusion, j’allais d’abord m’inscrire à l’ISET pour suivre des études techniques en informatique, avant de rapidement changer radicalement d’orientation et rejoindre mes amis à l’ESEJ en Marketing ! Une orientation étonnante, mais au fond, à cette époque, c’était pour moi essayer de rentrer dans le monde de la musique par une autre porte, apprendre à me vendre et qui sait faire de bonnes rencontres, ce qui sera d’ailleurs le cas !

Alors, voilà, la seconde édition de Last Trip On My Ship débarque donc sur le net, Bandcamp, Jamendo et très prochainement Spotify ! L’occasion de (re)découvrir les prémices de mon arrivée dans la Demoscène, mes premières compos de Pop Variété Française, mon premier morceau Jazzy ou encore la version originale du titre I Want, à l’origine composé pour le projet de Dance Music : e-Motion.

Lire la suite Lire la suite

Mon album Let The Sun Shine, 10 ans déjà !

Mon album Let The Sun Shine, 10 ans déjà !

Et oui, fin de cette année, il y a aura 10 ans que je vous partageais mon album d’EuroDance “Let The Sun Shine” ! Que le temps passe vite ! Alors que se dessine en ce moment un peu mieux la finalisation prochaine du nouvel album de Cyborg Jeff, je me suis dit que le moment était bien choisi pour revenir sur cet album emblématique de ma “carrière” de musicien.

Envie de mettre la musique avant que je vous raconte toute cette aventure ? Alors rendez-vous sur l’édition BandCamp de Cyborg Jeff – Let The Sun Shine que vous pourrez télécharger gratuitement (et également faire un petit geste de sympathie qui permettra de financer la réalisation de projets futurs)

Sachez tout d’abord que j’ai beaucoup de fierté encore dix années plus tard à écouter et vous parler de ce projet ! Ce fut mon premier grand projet entièrement dédié à la Dance Music, il m’a permis de rencontrer de travailler avec des personnes remarquables et de construire des amitiés virtuelles fortes : Steve Kossouho (K93), GDream, Sylvain Sarrailh (Toad), Olmo Lipani (Crazy Man),…

Let The Sun Shine fut également une vraie réussite en terme d’écoute. En 2003, à une époque où ICQ et les Forums étaient nos outils de communications, je pouvais me féliciter d’avoir plus de 1000 téléchargements direct de l’album sur son site officiel alors hébergé chez Free.fr (Voici à quoi ressemblait le site de l’album Let the Sun Shine), un album qui était présenté par T-Tracker, Sound Tracker croate talentueux. L’album avait également été bien reçu auprès des sceners de Nectarine et lors de sa publication sur Jamendo quatre ans plus tard, il recevait également de belles éloges avec près de 150.000 écoutes en streaming et plus de 20.000 téléchargement à ce jour !

Voilà pour vous planter le décors, et vous donnez envie d’aller écouter ou ré-écouter cet album made in Cyborg Jeff, je vous invite maintenant à venir découvrir toute l’histoire de fabrication des hits qu’il contient : I Want, L’amour est un soleil, Playin’ Gamez, Perfection, Need 2 see u back et bien sur Let the Sun Shine.

Lire la suite Lire la suite

De Shantae à Mercury Meltdown

De Shantae à Mercury Meltdown

Vu que nous sommes toujours dans l’attente (interminable) de l’arrivée des demoiselles, nous avions hier invité mon frère Pype et sa petite famille à la maison pour un bon spaghetti. Il est de coutume que durant ce genre de soirée, j’en profite pour montrer à mon brother les quelques trouvailles faites sur le Playsation Store, ce fut l’occasion par exemple de lui montrer la si chouette démo de Sonic Generations, mais hier, c’était sa nouvelle DSi qui était au centre des discussions. En réalité, la DSi est une Nintendo DS reliftée mais pour nous, son plus grand intérêt est l’accès à un magasin en ligne dédié où l’on peut trouver quelques petites perles introuvables en d’autres circonstances, en l’occurence Shantae : Risky’s revenge dont mon frangin me parle depuis bientôt un an.

Ce n’était pas gagné de se dire que nous allions y jouer hier, en effet, il fallait encore configurer le store et l’alimenter en points Nintendo. C’était donc autour de Zelda Four Swords que nous discutions (Pourquoi diable ma version GBA est elle en anglais !?) Quand en cliquant sur l’Appstore de l’iPad on me propose gratuitement…. Shantae : Risky’s Revenge… Arf, ça c’est de la coïncidence quand même. N’aillant jusqu’ici testé que Angry Birds, c’était l’occasion de voir comment un jeu de plateforme au gameplay plutôt oldschool pouvait se passer d’un vrai gamepad et le troquer contre une tablette tactile…. et surtout d’enfin découvrir ce jeu dont nous parlions depuis si longtemps.

En réalité, je ne m’attarderais pas vraiment sur le jeu en soit… On le sent très beau graphiquement, mais l’étirement des pixels sur l’iPad abime indéniablement les dessins initialement prévu pour un écran de DSi. Une série de dessins HD viennent enrichir l’expérience durant notamment les un peu trop longs dialogues de début du jeu,… et coté gameplay, ma fois, cela répond très bien aux doigts ! Bref, un super jeu de plateforme qui mérite clairement plus d’incroyables éloges sur la console de Nintendo que sur iPad… Et puis surtout quelles fantastiques musiques !

Des musiques ainsi, mais tous les jeux vidéo devraient en avoir. Waouw, Virt (Jake Kaufman) signe ici une nouvelle fois une bande son excellente jonglant à merveille entre un style funky et mille et une nuits en mélangeant des sonorités Amiga 500 et des sons de vieux synthé FM… Bref J’ADORE ! Mon frangin Pype s’écoutait déjà régulièrement la B.O. du jeu, et je crois qu’à l’image de celle de Shatter, j’en ferais de même :)

Télécharger la B.O. de Shantae Risky’s Revenge

Ah ben tiens, me rappelle mon frangin, le premier Shantae était sur GBC… Or justement, il y a quelques jours, j’ai trouvé une nouvelle Game Boy Color pour me faire patienter de ma bleue partie en nettoyage. Après un rapide coup d’oeil sur Youtube, j’ai eu envie de voir s’il était possible de trouver cette dernière en occase… Mais aux prix proposé sur eBay, on peut royalement en oublier l’idée !


YouTube Direkt

En réalité, tout ceci nous aurait presque fait oubleré que quelques temps au par avant, nous avions trouvé un sympathique jeu sur le Playstation Store lui aussi fourni en bonnes musiques… Dans un genre bien différent Mercury Meltdown HD (HD pour la version PS3) a su nous séduire. On retrouve un jeu un peu à la sauce de Kororimpa et Marble Madness où l’on doit orienter un labyrinthe pour faire non pas se déplacer une boule mais du Mercure… et ce avec la particularité que celui-ci peu se décomposer au contact de certains obstacles… Il faut le colorer pour traverser certaines zones,… bref tout un gameplay sympa. Les graphismes sont bien réussis dans le genre futuriste… Et j’ai particulièrement apprécié le décor de fond qui réagi à la musique du jeu…

Parlons en de ces musiques. De l’excellent boulot réalisé par Sugar Jesus avec des titres Dance Techno électro au petit gout beep beep qui me plaisent assez bien,… et qui donnait à Madeline, la cousine de Charly, l’envie de danser, danser et tourner :)

Lire la suite Lire la suite

Quelle voix !

Quelle voix !

Superbe mélodie de piano, superbe voix, superbe musique et un clip dont j’apprécie tout particulièrement l’ambiance (filtres couleur, plans bougés) …. que du bon pour m’inspirer quoi ! Bon alors Didier, on s’en fait quand un tube de ce genre… Tu me sort une bonne mélodie au piano, je la fait vibrer sur le dancefloor, et l’on se trouve une voix comme celle de Mrs Wilson !!

Merci à Spaneo pour m’avoir fait découvrir Dim Chris feat. Amanda Wilson – Sometimes