Archives de
Étiquette : champignon

Hé Link, réveille-toi !

Hé Link, réveille-toi !

Après une semaine d’impatiente, je,… nous, avons entrepris de nous lancer dans la grande aventure de Link sur Cocolint Island, soit Legend of Zelda : Link’s Awakening sur Nintendo Switch. Si j’ai d’abord eu l’occasion de me faire un court aperçu sur la console du frangin, au bout d’une semaine et 3 courtes soirées de jeu, je suis personnellement arrivé aux portes du 4° donjon, derrière la cascade. Mais mon aventure serait probablement moins intéressante que celle des enfants. Car oui, pour la première fois, je peux vivre l’effervescence de l’attente, de l’achat et la découverte d’un tout nouveau jeu vidéo avec eux ! “Alors papa, tu l’as reçu le Zelda ?”. C’est d’autant plus amusant que jusqu’ici, ce genre de jeu dit “Action-RPG” qui implique de découvrir tout un petit monde en accédant à de nouvelles zone tout en rencontrant des personnages et combattre des ennemis épée à la main était inconnu pour eux. Ce qui me rappelle bien évidemment mon enfance, lorsque moi même je découvrais pour la première fois l’univers de Zelda sur la Gameboy de mon voisin. Ce sentiment de grande épopée, de monde à explorer et de donjons à parcourir.

Legend of Zelda - Link's Awakening - Switch
Legend of Zelda – Link’s Awakening – Switch (War Legend)

Si à l’époque, j’avais longtemps trébuché sur ce qu’il fallait faire au début de l’aventure. Ici, Charly savait qu’une fois réveillé, Link devait partir sur la plage retrouver son épée, afin de commencer l’aventure. Au début de l’aventure, les enfants ont peu de chance de vraiment se perdre. Ils peuvent promener Link dans le village où ils découvrent un peu les mécaniques de jeu. Se rendre sur la plage pour retrouver son épée, mais également repérer l’entrée de la caverne Flagello, le premier donjon de l’aventure nécessitant une clé pour y entrer, ou se promener dans la forêt couverte de brume, forêt où se cachent des ennemis un peu plus agressif et un étrange raton laveur.

Héhé, tu vas te perdre dans la Forêt !
Héhé, tu vas te perdre dans la Forêt ! (War Legend)

Là aussi, Charly m’avait vu faire et il savait donc qu’un champignon était à trouver et qu’il fallait ensuite le donner à une sorcière pour faire une potion magique. Néanmoins, la tâche n’est pas si facile à résoudre pour mes jeunes joueurs, qui n’ont pas compris que le Raton Laveur les envoyait se perdre dans la forêt faussant donc leurs repères. Qu’importe c’est l’occasion d’apprendre à manier l’épée, se protéger avec son bouclier et surtout analyser les mouvements de son adversaire pour lui donner le coup fatidique ! Sans oublier de couper du buisson, histoire de trouver des coeurs et des émeraudes (De mon temps, c’était des diamants mais je jouais en monochrome… les filles ont bien évidemment constaté que, puisque ces pierres précieuses étaient vertes, c’était des émeraudes !)

Papa a donc donné un petit coup de main pour se repéré dans la forêt, et… nous avons pu récupérer la clé pour se rendre au donjon… On sauve, on va faire dodo… mais non, non ! Ce n’est pas moi qui vais traverser le donjon à ta place Charly !

Lire la suite Lire la suite

Playmobil Stories #3 : Sur la piste des champignons géants

Playmobil Stories #3 : Sur la piste des champignons géants

L’Automne s’est installé. A défaut de feuilles qui tombent dans le jardin, nous avons eu cette année de nombreux champignons qui ont poussé un peu partout… Cela m’a donné l’idée de raconter une petite histoire avec le T-Rex Playmobil que Charly a ramené de nos dernières balades en brocante…. avec peut-être un petit clin d’oeil au futur carton/navet de Nintendo : Mario Odyssey…

Playmobil Stories 3 - Champignons Géants
‘Vlà m’sieur Jones, c’est ici que commence la piste mystérieuse des champignons géants !

Lire la suite Lire la suite

SEGA, c’est plus fort que qui ?

SEGA, c’est plus fort que qui ?

C’était mon projet durant les grandes vacances, organiser un petit shooting autour des consoles SEGA et tout particulièrement la console Megadrive ! En primeur chez Press-Start depuis le mois d’aout, je reviens ici sur la genèse de ce projet.

Bien que je sois plutôt un grand fan de Nintendo aujourd’hui, si je me pose un moment sur la grande époque du début des années 90 où le combat SEGA VS Nintendo battait son plein, il me faut bien admettre que j’avais plus d’intérêt pour la Mega Drive que pour la Super Nintendo. Et il y a plusieurs raisons à cela.

LoadGame - l'arrivée de Sonic
Automne 1991, Sonic et Mario 3 débarque chez Maxitec !

Tout d’abord, les courses folles de Sonic le hérisson avaient de quoi donner le tournis, bien plus que les sauts calculés d’un Super Mario qui avaient déjà peut-être perdu de son effet « nouveauté ». Si je jette un oeil à ma ligne du temps de joueur, c’est en 1988 que je découvre Super Mario Bros sur la NES. Le plombier moustachu restera pour moi la référence en la matière pendant quelques années mais la confrontation sera rude lorsque débarquera, à la rentrée 1991 au rayon Maxitec, le nouveau titre de SEGA : Sonic the Hedgehog sur Master System et Mega Drive aux cotés de Super Mario Bros 3.

Autre élément important, l’attaque des foyers : SEGA, c’est plus fort que toi !

SEGA, c'est plus que QUI ? - Sonic the Hedgehog 2
SEGA, c’est plus que QUI ? – Sonic the Hedgehog 2

Et comment, la Mega Drive allait rapidement trouver sa place chez nombre de mes camarades dès 1992 ! Alors que, longtemps, seul mon ami Julien S. possédera une Super Nintendo et il faudra attendre le début 1995 avant que la console de Nintendo ne renverse la vapeur. Or ma passion des jeux vidéo a toujours été un mélange de moments forts passés avec mes amis et c’est cela qui aura fait devenir cultes à mes yeux les voyages au cœur du labyrinthe englouti des aventures de Sonic avec Benoit M., les combats endiablés de Streets of Rage II chez Greg et Joe ou la poursuite de la découverte des mondes secrets de Kid Chameleon chez Bruno D… Alors que chez moi, jeune ado de 14 ans, les consoles n’étaient pas autorisées à la maison.

Lire la suite Lire la suite

Vacances à six dans Poitou-Charentes – 1° Partie

Vacances à six dans Poitou-Charentes – 1° Partie

vacances 2016 - Domaine de Brassac

Et nous voilà donc de retour de notre folle escapade à six dans le Poitou-Charentes. Une nouvelle aventure pour ses premières vacances avec Rose (7 mois et 5 dents et demi, dont deux sorties pendant les vacances), Charly (7 ans et demi) et Alice et Juliette (4 ans et demi). Pour descendre au soleil, j’avais donc suivi les nombreuses recommandations des mes amis, éviter Paris en passant par Reims et Troyes. Vers les Charentes - 900kmJe passais de fait de 8h20 de route à 9h. En contrepartie, aucun ralentissement à déplorer sur les 900km d’autoroute, tant à l’aller qu’au retour. La circulation étant même très fluide, j’ai pu profiter de l’assistance de l’excellent Cruise Control de la VW Caddy. Pour occuper les enfants, j’avais bien sur ma traditionnel tablette avec quelques films et la Nintendo DS rose avec l’infatigable Princesse Lillifée… J’avais pour Charly fait l’achat d’une nouvelle console 2DS et de quelques jeux. Il aura au final passé la plupart de son temps à utiliser la fonction caméra et appareil photo de cette dernière !

Bref, arrivé dans l’après-midi au Domaine de Brassac dans le village de Suaux non loin Confolens, nous allions pouvoir très vite faire un petit plongeon dans la piscine et profitez après tant de semaines de disette, d’un généreux soleil !

Perdu dans les collines, nous avions été séduit par le caractère de la bâtisse datant de 1610 entourée de magnifiques arbres de cette époques. Arguments supplémentaires pour plaire aux enfants, Karine et Etienne, nos hôtes ont également de nombreux Alpagas dans la ferme du domaine ! Nous avons même eu droit à une petite naissance juste avant de reprendre la route ! Tous les matins, Charly partait donc faire un petit coucou aux alpagas pendant que nous nous occupions de Rose… Ou peut-être allait-il également voir si les copains du gîtes étaient déjà levés !?

Blotti dans les Charentes, notre charmante chambre d’hôtes se trouve aux portes de nombreuses régions françaises que nous n’avions encore découvertes : Charentes, Charentes Maritimes, Vienne, Limousin, Périgord, Dordogne… J’avais donc un Roadbook assez chargés de bons plans pour remplir nos 5 journées de vacances… Roadbook qu’il aura fallu adapter en fonction des humeurs des enfants, ce qui a donné au final :

– J1 : La Rochelle (Charentes Maritimes), Mégalithe en Ruffécois – Vervant (Charentes)
– J2 : Parc du Reynou – Le Vigen (Limousin), Brantôme (Périgord)
– J3 : Parc Défi Planet – Dienné (Vienne), Angles sur l’Anglin (Vienne)
– J4 : Limoges (Limousin), Coriobona Village (Charentes)
– J5 : Paléosite de Saint Césaire, Mornac sur Seudre, Le Château des Enigmes – Pons (Charentes Maritimes)

Lire la suite Lire la suite

Start ! mi-pomme, mi-champignon

Start ! mi-pomme, mi-champignon

Start ! Près de 6 ans maintenant que je lis de nombreux ouvrages traitant du jeu vidéo. Je commence donc à avoir une connaissance importante des évènements majeurs, mais ce n’est pas pour autant qu’un ouvrage tel que celui-ci, avec une approche plus légère et plus illustrée ne m’intéressait pas. En réalité, la mise en bouche du préface me parlait beaucoup, expliquant que chacun en réalité a été touché de manière différente par le monde du jeu vidéo, en fonction de ses expériences personnelles. Relire rapidement les débuts de l’histoire avec Ralf Bauer, la chute d’Atari et l’apogée Nintendo était agréable, mais il faut bien admettre qu’une fois les pieds mis dans les années 2000, le livre commence à perdre son homogénéité. Il y a deux raison à cela, il s’agit d’une ré-édition à laquelle des séries devenues entre temps importantes ont été rajouté. On retrouve donc Rayman en fin de sujet, et traité de manière un peu bouche trou, on retrouve aussi beaucoup de jeux que je ne connais pas, qui ne m’ont pas intéressé, certains traités plus longuement que d’autres… et j’aurais par exemple été intéressé à en lire un peu plus sur Assasin Creed. En réalité, je pense que ces 15 dernières années sont encore trop jeune que pour pouvoir être traitée de manière historique avec le recul nécessaire, faisant de ce livre un ouvrage mi pomme, mi champignon.