Archives de
Étiquette : Alain Gillon

Les Jeunes Mécanos : Le Rallye en Folie – 1° Partie.

Les Jeunes Mécanos : Le Rallye en Folie – 1° Partie.

Toute première version du "scénario" écrite en 1988
Toute première version du “scénario” écrite en 1988

Tiens, il y a quelques mois, je suis retombé sur un tweet de frangin Pype qui avait scanné quelques planches d’une Bande Dessinée qu’il avait réalisée il y a 30 ans : Les Jeunes Mécanos – Le Rallye en Folie ! Ce projet commence en réalité en 1988. A cette époque, du haut de mes 10 ans, j’ai commencé à écrire des petites histoires dans un grand cahier d’écriture. Ceux qui me connaissent bien ne s’en étonneront pas, le personnage principale de ces histoires, c’est Pierre Martin, moi quand je serais plus grand. Entre les tentatives de kidnapping de ma petite amie Nathalie et les courses poursuites en BMX, très vite, les histoires vont se focaliser sur des courses de voitures, influence notable des aventures de Michel Vaillant, la coccinelle Choupette et le Rallye Olympique des 4 As.

Si des idées, des histoires, des scénarios, des projets de jeu vidéo, j’en ai vite fait bien fait à revendre, je n’ai pas contre pas le talent de mon frère pour les faire vivre. C’est donc quelques années plus tard, que de ces courtes aventures dans mon cahier, nous créons les aventures des Jeunes Mécanos, Pierre, Skotty, Alain et Julien, une bande de copain amateurs de courses de voiture ! Entre 1990 et 1991 les 5 premières planches qui racontent la première course dans les rues de Liège verra le jour. S’améliorant aux fils des cases tout en gardant la naïveté des jeunes de 11 et 12 ans que nous étions alors. Le début de l’aventure sera d’ailleurs éditée dans la revue scout “L’écho des locaux”, jusqu’à la perte de planches originales…

J’ai donc proposé au frangin de scanner l’intégralité des planches de notre projet et je vous livre aujourd’hui la première édition de cette course qui emmène nos jeunes mécanos dans un premier rallye dans les rues de Liège, rallye organisé par le WWF !

Les Jeunes Mécanos : Le Rallye en Folie - Page 1-1
Les Jeunes Mécanos : Le Rallye en Folie – Page 1-1

Lire la suite Lire la suite

Micro Machines – Racing

Micro Machines – Racing

Quand j’étais gamin, c’était évidemment les modèles de courses qui m’intéressaient tout particulièrement. Mon paternel m’avait dessiné à l’échelle à l’arrière d’un grand poster, le circuit de Spa Francorchamps décomposé en petite case pour y placer mes Micro Machines. J’étais aux anges et pendant plusieurs années, j’y organisais de grandes courses avec une cinquantaine de concurrents. Dés en main, les différents pilotes, le plus souvent issus de mes camarades de classe ou pilotes imaginaires venaient s’affronter. Peter Satalioon, Bobby et Freddy Anders, Li Chting et Lo Ping aux cotés de Bruno Devalkenaar, Alain Gillooens, Julien Starsart et bien entendu Piet Martin et Skotty Du Boulon… Bref toute la bande des Jeunes Mécanos. (Oui, frangin, Piet Stop, cela aurait terrible, je te l’accorde !)

Dans cette partie de ma collection, je m’attarde donc tout particulièrement aux modèles de compétition, avec le petit numéro tout en mettant à part les monoplaces.

Car Set

1988, Pro Racers Circuit Collection #15 (Souped Up Buggy,  Formula 1)
1988, Rally Racers Collection #16 (Mazda RX7)
1988, Stock Car Racers Collection #17 (’87 T-Bird, 64 Mustang, Pontiac ’68 GTO, Super Stock, Pontiac ’73 Trans AM)
1988, Sun Color #5 (Renault 5 Turbo)
1989, Off Road Collection #8 (Chevy Blazer)
1989, Best of Europe Collection #54 (Jaguar)
1989, Pro Circuit Racers Collection  #15 (Funny Car)
1990, Snapback Collection # 3 (Ferrari F40)
1991, Sprint Racers Collection #2 (missing first dragsters)
1991, Super Sparklers Collection #1 (Chevrolet ’55) BONUS
1995, Hall of Famers (Ferrari)

199x, Year 2000 #4 Collection (Hyper Cruiser, Spectar 2000, Beta Blaster, Isotrek)

 

 

Retour à l’ensemble de la collection

Grand merci à Martijn Kiekens et Joe Scheppe pour leur aide à identifier les différents modèles de cette série.

Legend of Kyrandia : de bons vieux pixels et pierres précieuses

Legend of Kyrandia : de bons vieux pixels et pierres précieuses

Et zoup, un petit saut plus de 20 ans en arrière, en 1992. A cette époque je rêvais d’une carte VGA 256 couleurs, d’un écran compatible et d’une Sound Blaster afin d’avoir un PC digne de ce nom et pouvoir moi aussi jouer aux dernières nouveautés. Mais, qu’à cela ne tienne, il y avait les copains ! Et justement la marraine de la sœur de mon ami Alain était testeuse de jeux-vidéo ! Nous avions donc très souvent plein de nouveaux jeux à découvrir. Parce que lui, Alain, il n’avait peut-être qu’un 286 alors que moi j’avais un 386, mais il avait le son et la couleur ! Bien entendu, je n’ai aucune idée à l’heure actuelle de si oui ou non la marraine de sa sœur était vraiment testeuse de jeux vidéo, mais le métier de testeur de jeux-vidéo faisait déjà rêver !

Bref, ce matin là, mon ami Alain avait reçu un super nouveau jeu d’aventure, avec des graphismes encore plus beau que Monkey Island et un cinématique de mise en bouche dont je ne me lasse toujours pas : The Legend of Kyrandia.

Legend of Kyrandia - Westwood

A cette époque, le jeu d’aventure dit Point & Clic est en plein Boum ! Rapelez-vous l’article de Kloups l’hiver dernier. Les premiers jeux d’aventures sur ordinateur étaient essentiellement en mode texte. L’ordinateur affichait une description de la situation et le joueur devait ensuite écrire des instructions à l’écran afin de progresser.

Le « point & click » dans l’histoire du jeu vidéo : les perles LucasArts (1/2)
Le « point & click » dans l’histoire du jeu vidéo : les perles LucasArts (1/2)

Vous venez d’entrer dans le donjon sombre et lugubre. A vos pied, l’épée ensanglanté de Mike le Maudit git au sol.
>> Ramasser l’épée

Pour la petite anecdote, certains jeux se jouaient même sans écran. Les situations étant envoyées directement sur une imprimante par l’ordinateur. Par la suite des situations graphiques fixe, puis agrémentée de personnages animées améliorèrent le genre jusqu’au chamboulement génial crée par Ron Gilbert et son moteur SCUMM qu’il mis au point chez LucasFilm Games en 1987 avec le jeu Maniac Mansion. Le joueur allait maintenant contrôler son personnage non plus en lui donnant des instructions écrites mais en ciblant des mots clé affichés en bas de l’écran et des objets dans le jeu ou dans sa “boite à outil”. Certes SCUMM ne se résume pas à cela, mais ce grand changement avait fait naître une nouvelle manière de jouer.

Legend of Kyrandia

Lucas Arts fut donc le fer de lance du Point & Clic avec entre autre Monkey Island, Indiana Jones ou par la suite Day of the Tentacle et Sam & Max, mais assez rapidement d’autres développeurs allaient tenter leur chance. C’est le cas d’un nouveau venus dans le paysage vidéoludique de l’époque : Westwood Studio, récemment boosté par implication de Virgin qui sortira en 1992 Legend of Kyrandia et Dune 2. Deux jeux bien différents qui connaitront un succès certains ! Dans ce flot de jeux d’aventures, les responsables de Westwood espéraient se démarquer grâce à leur arme secrète :  une interface basée sur un curseur multifonction plus simple que l’association de mots-objets du SCUMM de l’époque. C’était sans compter que la concurrence avaient déjà elle aussi cette idée dans les cartons.

Moi, du haut de mes 14 ans, je ne m’attardais au fond pas ce genre de détail ergonomique !

En travaillant sur le MOOC “Introduction à la culture vidéoludique” j’ai eu l’occasion à diverses reprises de me rendre au Liège Digital Lab où il est possible de consulter de nombreuses anciennes revues dédiées à la presse vidéoludique, dernier thème abordé par Boris dans ce MOOC. Quel plaisir de se replonger par exemple dans ce test de Legend of Kyrandia dans un bon vieux Joystick !

Mon album HTML Quest, enfin dispo sur la toile.

Mon album HTML Quest, enfin dispo sur la toile.

C’était il y a bientôt 20 ans, je découvrais les musiques Chiptunes. Oh, j’avais déjà ‘samplé’ mon GameBoy en 1995 pour faire quelques musiques qui sonnent Nintendo, mais à l’époque je ne connaissais rien des règles qui régissent ce style de musique underground : faire des musiques avec un Soundtracker en n’utilisant que des instruments à base de boucles minuscules.

J’ai découvert cette technique lors de mes premiers pas sur Internet qui m’ont rapidement guidés vers la communauté demoscène Orange Juice puis le site de Rez dédié aux chiptunes. J’en ai appris les codes afin d’y faire mes classes sous le pseudo cyb0rgjeff au début de ce nouveau millénaire.

[bandcamp width=100% height=120 album=2190887675 size=large bgcol=ffffff linkcol=0687f5 tracklist=false artwork=small]

Après la Inscene 2K, la 2° Demoparty à laquelle j’avais participé, j’avais déjà pu suffisamment me faire la main au travers divers projets P.P.P. Team Software, dont la bande son de notre jeu Out’m Up ainsi qu’un projet pour Paradise Studio et Krystal Avalanche.

HTML Quest, pochette de la première édition
HTML Quest, pochette de la première édition

A la fin de l’année 2000, expatriée chez ma petite amie Jessica, je me dis que j’ai probablement de quoi envisager un Music Disk, l’équivalent d’un album dans le monde de la Chiptunes, et je me lance alors dans un marathon de productions éclaires chaque fois que je rentre à la maison.

Au 1° janvier 2001, j’ai alors de quoi réaliser mon projet d’une 30aine de titres sous le nom de HTML Quest, la composition que j’ai réalisée durant la Inscene’2K. L’album original ne comportera pas que des productions originales mais également une série de reprises de Giana Sisters à Abba aux côtés de musiques programmées par mon frère Pype et mes amis Pierrick et Tbob.

En Décembre 2013, après avoir finalisé l’album “Super CJ Land“, j’avais en tête de redistribuer cet album, mais certaines pistes étaient corrompues et j’ai dû fouiller d’autres sources pour les récupérer. Pourquoi ne pas simplement réaliser un nouveau rendu hors d’Impulse Tracker ? Tout simplement, parce que l’album original de l’an 2000 avait été modestement masterisé avec les caractéristiques FX de ma nouvelle Sound Blaster Live gagnée à la Inscene 2K. J’avais donc ajouté un peu de reverb et de chorus à ces sons trop pures pour leur donner une couleur si spécifique à cet album.

Lire la suite Lire la suite

20 ans plus tôt : Divagation

20 ans plus tôt : Divagation

Retour en 1997, où je venais donc de passer depuis peu le cap de mes 19 ans… Une année particulièrement marquée par les sons incroyables de Faithless, Sash!, DJ MD ou BBE qui auront une grande influence dans les différentes compositions que vous retrouverez dans cet album.

Pochette originale de l'album Divagation, avril 1997
Pochette originale de l’album Divagation, avril 1997

Nous sommes au moi d’avril et mon meilleur ami et voisin, Vivien venait d’équiper son PC d’un graveur de CD ! (Waaoww).. si si, pour l’époque un graveur de CD, ce n’était pas commun et j’allais donc pouvoir créer mon premier album CD !! Pour vous rafraichir la mémoire, à l’époque je composais depuis 2 ans en « mode tracker » sous Impulse Tracker, logiciel de musique sous DOS, issu du monde Amiga.

Le concept est assez puissant pour l’époque, puisque à l’inverse de la plupart des logiciels de M.A.O., le programme ne mémorise pas uniquement la partition jouée (comme en midi qui serait rejouée de manière différente sur chaque synthétiseur) mais contient également les samples (échantillions) personnalisés qui serviront à créer les instruments.

Ne vous attendez pas à un album hyper perfectionner donc, je suis alors équipé d’un Pentium 120 mhz avec 8mo de mémoire.. chaque morceaux, est enregistré par la sortie son de mon PC vers l’entrée son du PC de Vivien… hors les disques dures de l’époque font rarement plus 600mo.. en enlevant une grosse 50aine de méga pour Windows 95.. il n’y a pas de quoi graver un CD entièrement.. il faut donc limiter l’album à 15 pistes. (+1 bonus dans la S.E. de 2002).

Si l’album original ne comptera que 15 titres en MONO, ce nouvel album “anniversaire” restaure tous ceux-ci en stéréo et inclus également 10 titres qui avaient dû être abandonnés ou améliorés par la suite : Trip to Aywaille City, Come on Baby, Alors regarde, Qu’est-ce que je fous ici ?, This day was a good day, Voyage au bout du monde ainsi que les versions chantées de Give me the night et Hey Mister DJ.

Néanmoins, Divagation n’est pas juste une histoire de technologie musicale, c’est avant tout une histoire d’amitié et de dernière années de Rétho !

cyborgjeff-divagation-20 ans

Lire la suite Lire la suite