Archives de
Étiquette : 4 enfants

La Foire de Liège, c’est fait !

La Foire de Liège, c’est fait !

Le Week-end dernier, Ce week-end, il faisait beau et même chaud. 23° en octobre, ce n’est pas très fréquent, il faut bien l’avouer. Après une balade en forêt pour fêter l’anniversaire de Mamou, suivi d’une dernière brocante domenicale, nous descendions tous les 6 sur la traditionnelle Foire de Liège qui a ouvert ses portes.

La Foire, un dimanche ensoleillé. C’était peut-être utopique…. alors avec les 4 enfants ! Il aura donc fallu tourner dans la ville avant de garer, non pas le grand Caddy (n’y pensons pas), mais la petite Vaillante Dracula. Il est bientôt 16h… Il y a un monde de fou. Cela valait-il même la peine de prendre le boitier Nikon avec tant de monde, il sera bien difficile de faire de jolies photos. Plus les années passent et plus marcher sur la Foire devient un vrai challenge pour tenter de rester ensemble…
Alors, prendre un peu de recul pour faire une jolie photo… je ramènerais des clichés plus sympa de mon Google Pixel 2 !

Avec les 4 marmousets, le budget s’épuise vite. Maintenant qu’ils ont grandi, 15 croustillons, cela se vide en quelques minutes ! Heureusement que le prix du Croustillon n’a que peut évoluer ses 15 dernières années. Bien évidemment, les enfants trouvent que l’on ne fait pas assez d’activité. Nous avons été jouer dans les machines à pièces… Vous savez ses drôles de machines où l’on glisse des jetons métalliques qui se poussent l’un, l’autre pour faire tomber des jetons ou des bonus. L’air de rien, il y a moyen de jouer pendant près de une heure tous les 6, les enfants avec des tabourets tout en s’amusant en famille et ce pour un budget probablement assez similaire que s’il avait fallu acheté 6 parties de Pêche aux canards ! Rose a gardé tous les chiniss’ , les filles deux jolis doudous et Charly a même gagné un joli canif !

Après avoir ensuite été faire un tour sur les petites montagnes russes de l’Elioth, nous avons pour une première en famille été prendre de l’altitude sur la grand roue afin de voir Liège s’illuminer à la tombée du jour.

Et vous… quels sont vos attractions favorites sur la Foire ?

Vacances en Bretagne avec nos 4 enfants.

Vacances en Bretagne avec nos 4 enfants.

Nous voici déjà rentrés depuis une semaine  bientôt 2 mois de nos vacances de printemps en Bretagne tous les six ! (Quelqu’un aurait-il vu passer le moi de mai ?) Il est donc grand temps de remettre en forme mes notes afin de vous partager notre carnet de vacances afin que vous aussi vous puissiez, vous aussi, réussir vos vacances dans ce coin de France.

L'univers du Poète Ferrailleur
L’univers du Poète Ferrailleur

Le Roadbook en poche, il allait évidemment falloir jongler avec la météo. Nous arrivions mi-avril, dans le Morbihan, situé au nord-ouest de la France et proche de l’Océan Atlantique, cela implique d’un peu courir après le soleil à cette période de l’année, mais peut-être moins que lors de nos vacances précédentes en Provence à la fin mars. Notre choix s’était donc porté sur la Bretagne que nous avions visitée il y a près de 10 ans, alors que nous n’avions encore que notre premier enfant. L’envie de revoir Saint Malo et Rochefort-en-Terre nous attirait fortement depuis quelques années, ainsi que l’idée de faire du vélo en famille. Notre choix s’étant alors finalement porté sur le côté sud de la Bretagne, peut-être plus propice à pédaler sur du plat ?

Enfin, l’un des défis de ces vacances serait notre voyage en Van Volskwagen, un T6 Traveller de 5,3m de long à garer lors de nos nombreuses visites touristiques.

Bref, je vous invite à vivre : Nos Vacances en Van à Vannes version famille nombreuse ! … en passant Le Mont Saint Michel, Rochefort en Terre, Port Blanc, Josselin, Monteneuf, La Gacilly, Saint Goustan, Saint Malo, Honfleur ou encore Locronan

 

Lire la suite Lire la suite

Pas assez de temps pour jouer ou des jeux-vidéo devenus trop longs ?

Pas assez de temps pour jouer ou des jeux-vidéo devenus trop longs ?

La plupart des grands succès de ces dernières années durent plusieurs dizaines d’heures. Or seule une minorité de joueurs trouve le temps, ou le courage, de les finir.

C’est un article que je m’étais mis “à lire” il y a presque 2 ans… Personnellement, le dernier gros jeu que j’avais réussi à terminer à l’époque était Heavy Rain sur PS3 après plusieurs sessions de jeux étalées sur 9 mois alors que madame et moi en terminions de nombreux à l’époque de la PS2 et PS1 dont Final Fantasy XII, probablement le plus long de tous. Depuis lors, nous avons terminés le 5° volet des Chevaliers de Baphomet…

Heavy Rain - PS3
Heavy Rain – PS3

Ce ne sont pourtant pas les bons titres qui trainaient dans mes armoires il y a deux ans : Resident Evil 5 et 6, Silent Hill Downpour, Eternal Sonata, The Last of Us, la trilogie Uncharted ou encore Beyond Two Souls… Et depuis que je suis passé sur la génération suivante, la Playstation 4, nous avions bien tenté d’arriver au bout de Final Fantasy XV ou Horizon Zero Dawn sans succès, après pourtant de nombreuses soirées manette à la main.

Jeux-Vidéos, trop long ?
Jeux-Vidéos, trop long ?

Des jeux trop longs ? Trop complexes ? Ou simplement moi qui me fait vieux avec mes quatre marmots et deux métiers à gérer, la réponse se trouve-t-elle dans cet article du Monde ?

“Avec la démocratisation des mondes ouverts, les productions à rallonge se sont généralisées ces dernières années. Comptez 24 heures pour finir Fallout 4 en ligne droite, 31 heures pour GTA V, et 46 heures pour The Witcher 3 : Wild Hunt. Et ces durées moyennes passent à respectivement 144 heures, 75 heures et 164 heures pour essorer ces jeux à 100 %. « Qui a le temps ? » Et si les jeux étaient trop longs ? Sur Steam, la plateforme de jeu la plus utilisée sur ordinateur, les statistiques publiques révèlent un décalage entre la durée de chaque aventure et le pourcentage de joueurs à être allés au bout de celle-ci, hors missions secondaires : 29,7 % pour Fallout 4, 26,8 % pour The Witcher 3 : Wild Hunt, ou encore 23 % pour GTA V. En moyenne, plus de deux joueurs sur trois ne parviennent pas à la fin d’un jeu entamé. Sans même évoquer le cas de ceux qui renoncent à l’achat d’un jeu en amont, par peur de ne pas trouver le temps de s’y investir.” (Un article à lire dans Le Monde)

Clairement, les mondes ouverts sont venus changer la donne. Il y a un peu plus de 10 ans, lorsque nous venions à bout de Final Fantasy XII, je pouvais déjà m rendre compte que la mise en place des mondes semi-ouverts et la nécessité de faire du Level UP avait probablement allongé de 30% le temps passé sur le jeu. Mais pas spécialement de manière amusante.

Legend of Zelda : Breath of Wild - Switch
Legend of Zelda : Breath of Wild – Switch

Au jour d’aujourd’hui, je dois bien admettre qu’avec mes 40 ans, 2 boulots et 4 enfants, il m’en faut beaucoup pour me dire, tiens je vais me lancer dans un jeu qui va me demander 50, 60 heures voire plus pour en arriver au bout. Voilà 6 mois que nous avons entamé Horizon Zero Dawn et son vaste monde, mais lorsque nous nous égarons trop, perdons le fil conducteur de l’histoire, cela ne me donne pas envie de reprendre l’aventure. Seul, j’ai bien tenté de me plonger dans les dernier Legend of Zelda, lui aussi reposant sur un monde ouvert, mais je n’accroche pas. Me perdre dans un jeu, c’est aussi perdre du temps, du temps précieux ! Autant j’aime à être ébloui par un univers, avoir un sentiment de liberté et de découverte… mais pas de perdre mon temps !

Les jeux plus linéaires tels que les séries Resident Evil ou The Last of Us sont pourtant eux aussi restés in-terminés ces dernières années dans mes étagères. Et là c’est plus des challenges énervants qui m’ont fait jeter l’éponge. Les phases d’infiltrations venant à bout de ma patiente, et depuis les années PS3, ces phases sont devenues inévitables. Au final, je ne me suis octroyés que quelques rares petites sessions de jeux rapides, sans vraiment me laisser du plaisir de jeu.
« Au début, la durée de vie, c’était plus ou moins synonyme de rejouabilité. Ensuite, un jeu avec une bonne durée de vie, était un jeu qui nécessitait beaucoup de temps de jeu effectif pour achever une première partie (typiquement les jeux de rôle, etc.). Et enfin, la durée de vie au sens moderne pourrait quant à elle se rapporter à la quantité d’activités annexes (nombre de quêtes subsidiaires, mini-jeux, courses chronométrées, objets à collecter, etc.) en plus des actions principales à accomplir. Ainsi, la longueur d’un jeu pourrait aujourd’hui se mesurer au contenu proposé dans son ensemble, non pas seulement au temps théorique nécessaire pour afficher les crédits. » (Bojan Trajkov, doctorant en sociologie du jeu à l’université Paris-8)
Alors oui, évidemment, quand un jeu coute 70€, il faut que sa durée de vie soit rentabilisée. C’est un argument qui est devenu primordiale dans le business du jeu-vidéo, mais c’est à mon sens oublier aussi le plaisir que l’on peut ressentir lorsque l’on est arrivée au bout d’une histoire et pas spécialement en sueur, avec 4 boites de pizza par terre… Un juste milieu pourrait être trouvé…

Lire la suite Lire la suite

Peugeot Rifter, un nouvelle 7 places à garder à l’oeil !

Peugeot Rifter, un nouvelle 7 places à garder à l’oeil !

En ce début d’année 2018, j’ai eu l’occasion d’apercevoir quelques futurs modèles 7 places plutôt promoteurs. Après le lifting de la Citroën Berlingot et de l’Opel Combo, Peugeot a présenté son nouveau Rifter qui tranche grandement avec l’ancien Peugeot Partner. Évidemment, ce qui m’intéresse tout particulièrement c’est l’approche de Peugeot en deux longueurs de ce nouveau modèle familiale baroudeur qui pourrait peut-être venir concurrencer la VW Caddy Maxi 7 places.

Il faudra attendre encore un peu avant de me faire une idée, mais le Drifter est bien plus séduisant que le Traveller sorti l’année dernière et je lui accorderais toute mon attention dans les mois à venir lors de la mise à jour de mon dossier “Une voiture 7 places, 4 enfants et un grand coffre”

 

La vie en double +2 : Les petits sacrifices des familles nombreuses

La vie en double +2 : Les petits sacrifices des familles nombreuses

Une grande famille, c’est beau, c’est plein de vie… mais parfois, on se pose des questions en tant que parent face aux regards des autres,… des enseignants par exemple… Bref, je suis tombé sur ce beau témoignages sur le blog 4 Enfants que je lis régulièrement. Voilà de quoi un peu relativiser ce sentiment d’être un moins bon parent que ce que je n’aimerais l’être.

Je suis la première à vanter les mérites de la grande famille et à m’extasier devant les liens particuliers qui unissent mes petits. La famille nombreuse, je la savoure comme un bonbon. C’est délicieux, mais il arrive parfois que ça pique un peu.Quand j’ai appris que nous passerions de 2 enfants à 4, j’ai surtout pensé aux grosses problématiques, comme celles liées au logement, à la voiture assez grande ou aux agendas façon Tetris qu’il faudrait superposer. Mais je n’avais pas en tête tous les petits sacrifices du quotidien, tous ces petits moments où je me dis que tout serait tellement plus simple, si je n’en avais qu’un. (A lire sur le blog QuatreEnfants.com)

Et ici, si nous n’avions qu’un seul enfant,… correction dans le texte.

Je pourrais l’écouter raconter sa journée d’école sans être obligée de l’interrompre 5 fois à cause du petit des filles qui veutlent absolument raconter un truc aussi. Un truc mieux, un truc urgent, un truc plus grand, enfin un truc qui mérite absolument d’être dit MAINTENANT. Je pourrais entrer un peu dans le détail de sa journée, lui poser des questions, puis répondre au siennes autrement que par un simple oui ou un rapide non,… au suivant !

Je ne serais pas obligée de compter le nombre de  gnocchis kellogs dans chaque assiette bol pour être certain d’arriver à une égalité parfaite. Ni vérifier dans la poubelle le nombre de berlingot de cacao bu afin de m’assurer que l’on est bien à 1 par personne ! 

Je ne dirais pas « laisse ta soeur tranquille » en boucle, inlassablement, invariablement, toutes les 20 minutes. Je ne réglerais aucun conflit, je n’entendrais plus de cris.

Je l’emmènerais chez le pédiatre AVANT que la rhino ne se transforme en bronchiolite. Peut-être même qu’on ferait la visite des 2 ans, puis celle des 3 ans, il parait que c’est important.

On partirait en week-end sur un coup de tête, on louerait une cabane dans les arbres ou une maisonnette près de la plage, comme ça, au dernier moment. On mettrait 3 slips dans un sac et roule ma poule on se casse à la mer …

Je discuterais 5 minutes avec les parents à la sortie de l’école, j’aurais un peu de temps, et on s’amuserait à plaindre cette pauvre Valérie, elle doit tellement galérer, elle, avec ses 4 enfants …

J’attendrais chaque mercredi avec plaisir. Je planifierais des sorties ciné ou musée, et on irait manger une glace à Tilff après une petite balade à vélo.

Je lirais une histoire le soir en entier, sans être dérangée toutes les 2 minutes pour une histoire de doudou, de j’ai encore soif ou de y’a ma soeur qui veut pas sortir de mon lit.

J’aurais attendu qu’il soit au collège pour le laisser rentrer seul. C’est plus rassurant, et c’est vrai qu’il est encore un peu tête en l’air à tout juste 10 ans. (On y est pas encore… mais ça sent déjà le Bus de la TEC, j’avoue)

Il ferait du baby-tennis, de la baby-gym, de la baby-pétanque, et tout un tas d’autres trucs où je pourrais l’encourager et le voir progresser. Je l’accompagnerais aux matchs et aux galas de fin d’année, peut-être même que je consacrerais mes mercredis à ses activités. Disons que Théatre/louveteau, Danse/Baladdin… c’est déjà le max que je puisse faire !

Je zapperais les courses de temps en temps, et quand le frigo serait vide, on se ferait livrer le diner, tout simplement. On pourrait sur un coup de tête allé tous ensemble au resto !

Je mettrais mon réveil une heure plus tard chaque matin. Un seul petit-dej à préparer, ça va pas nous prendre la matinée.

Je pourrais oublier de lancer la machine à laver de temps en temps sans flipper du retard accumulé.

Et oui, toutes ces choses, je ne peux plus les faire…. Avoir plusieurs enfants, c’est jongler  avec le temps, c’est anticiper beaucoup, c’est négocier tout le temps. Avoir plusieurs enfants, c’est ne pas pouvoir trop se laisser déborder, c’est devoir passer sa vie à l’organiser…

Et pourtant, si je n’avais qu’un seul enfant, je crois que je passerais mon temps, à rêver des suivants … << Ben voilà,… je confirme !! Si cela vous parle, passez régulièrement faire un tour sur ce blog !!