Archives de
Étiquette : iMac

Mise à l’épreuve du Sony Alpha 7rIII dans les rues de Napoli

Mise à l’épreuve du Sony Alpha 7rIII dans les rues de Napoli

La semaine dernière, mon équipe s’envolait pour Naples afin de participer à un colloque majeur lié aux MOOCs. J’avais profité de cette occasion pour emporter avec nous le nouveau boitier hybride signé Sony, l’Alpha 7rIII équipé d’un objectif Sony monture E full frame 50mm F 1.8.

Déjà testé pour ses performances en tant que boitier vidéo, avec notamment un follow focus impressionnant lors de prise vidéo en mouvement, c’était ici l’occasion de mettre au défi ce petit boitier compact à la finition impeccable d’un part des environnement mi-ombre, mi-soleil lors de la journée du dimanche, puis en mode nuit par la suite.

Dans une gamme Sony Alpha 7 trop vaste, il n’est simple de savoir ce que chacun des boitiers à comme caractéristiques et différences. Même en magasin, je n’ai pour l’heure pas réussi à pouvoir obtenir des renseignements précis, je me suis donc fait un petit mémo puisque l’on retrouve encore aujourd’hui sur le marché l’Alpha 7, l’Alpha 7II, l’Alpha 7III, l’Alpha 7r, l’Alpha 7rII, l’Alpha 7rIII, l’Alpha 7s et l’Alpha 7sII avec des prix allant de 850 à près de 3000€.

42 megapixels - ISO 6400 - 50mm F 1.8 - L'équipe à Naples
42 megapixels – ISO 6400 – 50mm F 1.8 – L’équipe à Naples

Si l’on tâchait de faire simple, à l’origine la différence significative entre le modèle de base et la déclinaison “r” est sur base d’un boitier identique l’utilisation de deux capteurs full frame différents. un 24 megapixels et un 42 megapixels pour la déclinaison “r” (36 dans sa première version). Le nombre de megapixels offre des images avec énormément de détails et la possibilité de faire de large agrandissement (ou de forte coupe), mais il réduit l’efficacité du capteur en faible lumière, sa plage de sensibilité est donc plus courte. Enfin, la série “s” est initialement dédiée à la vidéo, avec des modèles équipé d’un capteur de seulement 12 megapixels afin d’élargir encore la plage de sensibilité mais pouvant également filmer en 4K et en slow motion.

Néanmoins, les 2 premières génération de Sony Alpha 7 souffrait d’une trop faible autonomie. La 2° génération apportait un capteur stabilisé, la possibilité de filmer en 4K sans utiliser de périphérique externe ainsi qu’une amélioration du follow focus, mais indéniablement, la 3° génération  se présente comme parfaite avec une nouvelle série de batterie 2x plus performante. En effet tant en reportage vidéo que sur quelques jours de reportage photo, cette dernière ne nous a pas fait défaut, alors que, rapelons-le, il s’agit ici d’appareil photo hybride. A savoir, qu’il ne dispose pas d’un viseur optique, mais bien d’un viseur LCD qui doit donc être alimenté.

La gamme Sony Alpha 7
La gamme Sony Alpha 7
Au sommet de Napoli - Le plein de détails
Au sommet de Napoli – Le plein de détails

Habituellement, je jongle entre mon Nikon D750 et mon excellent photophone Google Pixel 2. Ce dernier de part son omniprésence me permet de dégainer rapidement tout en me rapportant de jolies photos essentiellement des portrait ou en environnement sombre. Mais lorsque j’analyse ces dernières, elles manquent de détails dans les paysages tout spécialement. Avec ses 42 megapixels, le Sony Alpha 7rIII offre des clichés impressionnants ! Les détails des petites maisons au loin dans la crique de Napoli sont propres, là où mon Google Pixel 2 si l’on cherche à voir les détails offre une image plus pâteuse. De nuit, alors que je l’imaginais souffrir, il n’a bronché sur aucune mise au point du 50mm 1.8. A la retouche, les images de fin de journée en ISO 2000 sont impeccable. Lorsque la nuit est tombée, j’ai poussé jusqu’à 6400 ISO avec un peu de mouchetage très léger.

Petit désagrément, le format brut .ARW de Sony est mal reconnu nativement sur un ordinateur Apple. Il faudra que j’approfondisse le sujet, mais sur mon Mac Book Pro – Sierra, le logiciel Apple Photos ne parvient pas à afficher ou éditer un fichier, imposant de devoir utiliser les outils de base de Sony. Alors que sur ma station iMac équipé de la dernière version d’OSX – High Sierra, je n’ai pas eu ce soucis. Il faudra approfondir le sujet.

Lire la suite Lire la suite

MOOC in Japan

MOOC in Japan

Notre 2° saison de production de MOOC à l’Université de Liège bat son plein, avec 4x plus de projets à mettre en oeuvre que lors de la première saison ! Un défis fantastique à vivre au quotidien avec mes collègues, de nouvelles rencontres et de nouvelles expériences. Parmi tout cela s’est mis en place une semaine de tournage au Japon, à l’autre bout de la planète, aux pays du soleil levant, pays de Yoko Tsuno, des jeux-vidéo, des Animes et de la J-Pop. En quelques mots, vous l’aurez compris, le Japon est un pays, une culture, une histoire qui me fascine depuis toujours. Madame et moi avions souvent rêvé en faire la découverte, mais le manque de connaissance de la langue et du pays avaient souvent mis ce choix de destination en retrait, puis il y eu Fukushima et l’arrivée des enfants. Quelle sacrée aventure se présente donc ici que de partir accompagnés d’une spécialiste Belgique-Japon et un spécialise en culture numérique afin de réaliser une semaine intensive de tournages vidéo pour deux de nos futurs MOOC.

Le voyage se rapproche et je ne cesse de sauter entre réflexion sur le matériel et organisation à la maison…

Lire la suite Lire la suite

Scoop : Nvidia Web Driver updates for El Capitan

Scoop : Nvidia Web Driver updates for El Capitan

Nvidia Web Drivers
Nvidia Web Drivers

Les Sims 4 sous MAC sont assez capricieux en stabilité et implique d’installer les Web Drivers Nvidia de manière manuelle, mais également d’en appliquer les mise à jour. Notre iMac ne courant pas après les mises à jours OS d’Apple, nous sommes donc toujours avec El Capitan. J’ai donc enfin trouvé un lien pour pouvoir télécharger les dernières versions compatibles au départ de ce forum : https://www.insanelymac.com/forum/forums/topic/306535-nvidia-web-driver-updates-for-el-capitan-update-04062018/

 

Activer le Tascam US-144MKII et Tascam US-600 dans Final Cut Pro X

Activer le Tascam US-144MKII et Tascam US-600 dans Final Cut Pro X

2 jours que je prends la tête avec le problème suivant. Nos deux cartes son pros, la Tascam US-144MKII et la Tascam US-600 ne sont plus reconnues dans Final Cut Pro X depuis la mise à jour de Mac OSX sous “El Capitan” ! Visiblement longtemps, Tascam n’a pas proposé de drivers pour cette version de MacOSX, mais j’ai migré il y a peu l’ensemble de mon parc Mac et depuis lors il existe donc bien un driver compatible, malheureusement, si ce dernier permet bien de reconnaitre le périphérique USB dans l’environnement MAC et même d’enregistrer sa voix par exemple dans un Keynote, FCPX ne le détecte pas comme périphérique d’entrée audio disponible pour réaliser un enregistrement de voix hors champs.

Périphérique non détecté dans FCPXAprès avoir testé l’ensemble sur différentes machines (Mac Pro, iMac) sous El Capitan ou même Sierra, dans FCPX 10.1.6, 10.2.3 et 10.3.2, rien n’y fait, cela ne fonctionne pas !

Les précédents drivers pour Maverick rendent malheureusement le système El Capitan plus qu’instable, avec des erreurs brutales et des redémarrages aléatoire, mais j’avais quelques minutes réussi à stabiliser l’ensemble pour constater que FCPX peut alors détecter la carte son et faire un enregistrement. Il y a donc d’une part des éléments manquants dans la version du drivers compatible El Capitan sortie négligemment chez Tascam et/ou un problème dans la manière de récupérer un périphérique entrée dans le logiciel d’Apple.

Configuration audio et midi

Prêt à jeter l’éponge, après avoir tenté de trouver où était caché les drivers une fois installés et si je pouvais tenté de mixer deux versions, j’ai fini par trouver une solution dans l’outil de “configuration audio et midi” que l’ont trouve dans la partie “autre” des logiciels Mac. Je peux donc y retrouver l’ensemble des périphériques listés y compris mes produits Tascam, mais je peux également en créer de nouveaux ! J’ai donc créé un nouveau périphérique agréé en sélectionnant alors ma carte Son Tascam, et miracle, FCPX peut alors utiliser le périphérique agréé comme source audio !

Lire la suite Lire la suite

Quand le MAC lâche…

Quand le MAC lâche…

L'iMac s'éteint tout seul

Les MACs, c’est trop génial ! C’est trop cher, aussi… On pourrait en dire des choses, mais si je dois leur donner mes félicitations, c’est qu’ils m’ont rarement fait des soucis depuis 6 ans que j’ai fait le saut ! Peu de crasses et autres virus, un environnement très stable (et de plus en plus fermés) et le soutient de Time Machine.

Cependant, à notre retour de vacances la semaine dernière, alors que nous préparions le baptême de Rose et que je me battais avec la Fiat Panda en panne et mes prises de tête avec Kiala / My UPS, voilà que notre iMac principale, âgé d’un an commence à faire des misères. Ce cher ami ce mets en veille de manière inopinée et répétitive. La première journée à tenter d’analyser le problème me laisse en général des sessions de 5 à 30 minutes avant de se mettre en veille, mais petit à petit les sessions se rétrécissent.

L’expérience me permet de mettre le nez plus en profondeur dans le dialogue avec la machine. En ligne de commande, je peux via la commande poser obtenir plusieurs informations sur le comportement énergétique de la machine. Là où c’est en principe le terme Idle Sleep que l’on retrouve lorsque le Mac se met en veille normalement lorsque l’iMac s’endort anormalement je retrouve surtout Low Power Sleep, similaire à une batterie qui manque de puissance, alors que l’iMac, ordinateur fixe, fonctionne sur secteur.

pmset -g log

J’essaie différentes solutions pour contourner le problème et obliger le Mac à rester éveiller. Nottament grâce à la fonction caffeinate, toujours en ligne de commande qui permet en principe d’obliger la machine à ne pas hiberner. Cela fonctionne dans un premier temps, mais pas de manière définitive.

caffeinate -t 3600

Mes lectures et discussions avec le SAV d’Apple me font investiguer beaucoup d’options, réinitialisation de la PRAM/VRAM, vérification des paramètres énergétiques… mais rien n’y fait. La machine reste de moins en moins capable d’afficher sa session et ce même en mode “sans-échec” (CMD+SHIFT) ou en mode “restauration” (CMD+R).

Avec au mieux 2 secondes d’affichage, il n’y a plus d’autres options que d’attendre le passage d’un technicien envoyé par Apple, et je reste sur mon idée de départ. Un problème sur l’alimentation de l’iMac. C’est d’autant plus flagrant que lorsque je connecte un disque externe, la machine s’endort d’autant plus vite.

Lire la suite Lire la suite