Archives de
Étiquette : e-learning

Créer un syllabus interactif : test de Inkling Habitat

Créer un syllabus interactif : test de Inkling Habitat

Inkling Habitat - création du contenuEn deux mots, un syllabus interactif est un eBook comportant une série d’options interactives telles que l’intégration d’images, sons, vidéos et tests qui pourra être lu et annoté depuis une tablette numérique. La diversité des tablettes et compatibilité des systèmes fontt que plusieurs formats sont en compétition et qu’il n’est pas facile de trouver un outil simple, offrant les options nécessaires et compatibles sur un nombre suffisant de devices tant pour la lecture que pour la création.

iBook Author d’Apple par exemple se montre très abordable et propose des réalisations très professionnelles. Cependant il implique d’une part de travailler depuis un ordinateur Apple et d’autre part ne produira que du contenu au format iBook uniquement compatible avec les devices Apple. Après un premier tour d’horizon de mes collègues l’été dernier, nous savions que le format le plus compatible seraient l’ePub3, mais ce dernier était encore rarement entièrement supporté. J’ai choisi ces dernières semaines de tester l’outil de création dont Inkling Habitat afin de voir où ce dernier se situe à l’heure actuelle dans la création de syllabi interactifs. Je suis donc reparti de notes de préparation au CESS d’histoire pour faire un petit essai.

Tout d’abord l’outil s’utilise en ligne et implique l’utilisation du navigateur Chrome. Graphiquement, il est assez cohérent et l’on ne se perd pas trop dans l’outil. Il est par contre conseillé de lire un peu le manuel afin de s’y retrouver dans la manière de construire des contenus, créer des chapitres et des sections, comprendre comment ajouter un test et où le placer dans le contenu.

Il est par exemple possible de créer différents types de tests, malheureusement l’édition de ceux-ci doit de se faire…. dans le code HTML ! Il y a sur cette étape encore du travail à faire.

annotations collaboratives des syllabi dans la plateforme Inkling ?ajout d'un fichier videoL’intégration de vidéo se fait uniquement en “élément pop-up” et pas intégrée dans la page.  Les types de fichiers supportés sont nombreux, mais il faudra parfois utiliser Miro Converter pour transformer par exemple un fichier M4V en MP4. Il y a quelques erreurs et blocages pendant la phase d’upload, mais dans l’ensemble cela fonctionne. Les fichiers vidéos ne sont pas inclus dans le fichier final mais lus en streaming depuis le web.

On sent malgré tout que l’outil est encore peu stable et à besoin d’évoluer. L’export au format ePub donne des résultats peu concluants et l’export vers la librairie iBook de l’iPad implique de diffuser le contenu dans l’AppStore. Reste l’option de la publication vers la bibliothèque Inkling qui est évidemment bien mieux compatible…. mais l’application n’existe que sur le web et les devices Apple.

Bref, pour l’heure… cela n’est toujours pas la solution miracle et surtout le résultat est bien moins intéressant que ce que l’on arrive à produire facilement via iBook Author. Le produit a tout de même l’avantage d’être compatible iDevices et Web. De plus depuis l’interface Inkling Store/Read on dirait que l’on peut annoter de manière sociale les contenus, ce qui peut être assez sympa.

Dans une autre optique, j’ai également trouvé un outil qui cette fois fonctionne et permet de récupérer des contenus issus de WordPress pour en faire un eBook au format ePub, mais dans un format extrêmement basique. Il s’agit du plugin : Anthologize

Ma boite à outil Multimédia

Ma boite à outil Multimédia

Cette semaine (enfin, c’était il y a bientôt un mois maintenant), je suis en train de mettre en place mon nouveau PC au boulot. Si vous aviez bon souvenir, l’été dernier, j’avais été victime d’un début d’incendie dans ma tour et il était grand temps de remplacer cette dernière déjà rudement sollicitée depuis 2009. Même si une bonne partie de mes montages vidéo seront maintenant réalisés sous Mac, cette nouvelle machine reste taillée pour pouvoir faire du calcul vidéo mais également être la plus sur possible afin de ne perdre aucune données sensibles : Core i7 12 cœurs, 16go de mémoire, disques durs SSD en RAID… Sans entrer dans les détails, je souhaite surtout profiter de ce moment pour recenser tous mes outils de travail et faire un bon gros tri ! Alors autant vous partager tout cela !

EvernoteBureautique
Adobe Reader ($)
EverNote ($)
MS Office 2013 ($)
Cute PDF Writer ($)
Druide Antidote ($)

Bon, bien évidemment, Adobe Reader pour la lecture de document PDF, un incontournable même s’il existe d’autres logiciels sur le sujet, dans mon cas disposer du même outil que la plupart des utilisateurs est important pour pouvoir comprendre leurs problèmes. La suite Office fait également partie de mes outils quotidiens dont Outlook 2013 pour la gestion de mes adresses emails. Cette dernière version se montre beaucoup plus rapide et stable que les versions précédentes… avec 500 mails entrants par jour et des données remontant au début des années 2000, j’ai tout de même besoin d’avoir quelque chose de solide !

Parmi les nouvelles applications “Cloud” qui ont changé ma vie se trouve EverNote. J’ai longtemps attendu avant de m’y mettre, mais j’aurais vraiment du mal maintenant à m’en passer. Il me permet d’avoir sur moi (ordinateur à la maison, au bureau, mon téléphone et ma tablette) une version centralisée de toutes mes notes ! C’est un peu comme si j’avais en permanence plein de PostIt collé sur moi ! L’outil n’est pas 100% parfait et certaines options impliqueraient de passer en version payante… j’aimerais par exemple pouvoir partager de manière collaborative certaines notes (options payantes) ou encore pouvoir convertir des listes de tâches vers GoogleTask. Je m’en sers par exemple pour préparer mes projets de montage vidéo et prendre des notes en cours de travail, pour faire des fiches machines de mon parc informatique, préparer des achats, faire des dossiers de recherches matériels, des fiches de procédures ou des pré-articles.

Autres petites applications encore souvent utile, Cute PDF Writer, qui permet de créer une imprimante virtuelle qui permet l’impression en fichier PDF. Cette option devient de plus en plus répandues dans les systèmes d’exploitation et logiciel, mais elle m’est encore bien souvent utile !

Enfin, reste le logiciel Druide Antidote, un outil magique pour les personnes qui comme moi se battent un peu avec l’orthographe, la grammaire et la conjugaison ! Certes, si j’avais le temps de relire tout ce que j’écris, il y aurait déjà pas mal de correction, mais l’aide d’un logiciel malin serait tout de même un plus ! Je vous dis “serais“, car malheureusement, cela fait bien longtemps que je n’ai plus accès à cet outil payant,… mais je reste très intéressé à pouvoir le retrouver dans ma boite à outil !

Découvrez également mes outils Audio, Conception Web, eLearning, Graphisme, Gravure, Plugins Web, Protection, Video, Web, Windows dans la suite de cet article !

Lire la suite Lire la suite

C’est la rentrée des classes

C’est la rentrée des classes

WireCast - captation eLearning - eCampus - ULg - IFRES - BiologieEt bien cette année, moi aussi j’ai me suis retrouvé à la rentrée en amphis ! J’ai participé à la réalisation d’un chouette projet eLearning qui m’a donné l’occasion de passer trois journées dans les amphis de l’ULg durant les cours préparatoires de BAC1 en Biologie. Je peux vous dire qu’après cela je voyais des cellules partout… et je me suis même retrouvé un temps de midi à vérifier sur Wikipedia si j’avais bien compris les différences entre mitose et méiose !

C’est fou car lorsque j’étais étudiant en secondaire je n’aimais pas les cours de Sciences (Bio, Chimie, Physique). Pour la bio, je me suffisait des “Il était une fois la vie” dont les K7 avaient tourné en boucle à la maison… pour la chimie et la physique, je n’en voyais même pas l’intérêt. Et c’est bien dommage, car durant mes études d’ingénieur du son à l’IAD, je vraiment souffert de cela lors de mes cours d’optique, acoustique, électricité ou électronique…

Lors de ce cours préparatoire de BAC1 brossant toute la matière sensée vue à l’école secondaire, je me suis rendu compte que Biologie, Chimie et Physique étaient intimement liés et que vus de la sorte, cela était bien plus intéressant… J’en avais franchement presqu’envie de reprendre le chemin de l’école et de suivre les cours de Biologie de l’unif ;)

Je suis donc content savoir que j’aurais peut-être l’occasion de filmer d’autres cessions liées au BAC1.

 

De Pinnacle Studio à Final Cut Pro X ?

De Pinnacle Studio à Final Cut Pro X ?

Projet Mariage Final Cut Pro XBon, la grande migration s’est mise en place pour une grande partie de mon travail vidéo. Là où je concevais toutes mes productions avec Pinnacle Studio, j’ai commencé à migrer depuis fin 2011 déjà vers un workflow sous Mac via l’excellent logiciel Final Cut Pro X. J’en ai déjà parlé, FCPX m’a très vite séduit. Néanmoins ce dernier ne gère que la partie montage vidéo, là où Pinnacle Studio me permettait de gérer l’importation multi-format, l’exportation multi-format et l’authoring DVD / BluRay. La suite Pinnacle proposait également d’excellents plugins pour améliorer les vidéos.

Si pour mes applications eLearning, j’ai trouvé en FCPX une méthode de travail efficace, ma réflexion à son sujet pour mes reportages Mariage n’est pas encore mure. J’allais pourtant fait le grand saut fin 2012, avant de reculer du plongeoir à la lecture des caractéristiques des nouveaux iMac. Ces derniers ultrafins embarquent des composants bien moins performants pour du montage vidéo. Carte GFX typée mobile, disque dur en 5400 tr/min… et quid de la surchauffe pendant les rendering. Là où je pouvais configurer un iMac 21′ pour du montage vidéo en souplesse, je me retrouve à devoir au moins investir dans un inutile 27′ full option. Cela laisse à la réflexion. D’autant que ces nouveaux modèles ont par exemple abandonné le port FireWire, nécessaire pour l’acquisition vidéo de mes caméra HDV et l’utilisation de mon HD à l’origine destiné à servir de Time Machine. A coté de cela, il faut encore en plus acheter un graveur BluRay compatible (USB3), et une suite de plugins vidéo pour FCPX… Cela fait tout de même un budget certain !

Autres paramètres relativement désagréable. hormis des fichiers vidéo Apple, FCPX ne sait pas lire grand chose. Or, mes caméra Sony HDV me fournisse via Pinnacle des fichiers .M2V et .WAV, visiblement aucun soft ne propose un transcodage rapide et sans perte de ce format. Ni pour FCPX, ni même pour Sony Vegas d’ailleurs. Ma nouvelle caméra VG20 crée des fichiers MTS que je suis obligé de rewarpper avec un logiciel payant (ClipWarp ou Media Converter) et au bureau, c’est la même problématique avec la caméra Sony Z5 qui crée des fichiers M2T, pas plus lisibles par FCPX.

Final Cut Pro X est donc un excellent outil de montage, il en reste que les étapes préliminaires et de finalisation sont bien moins souples qu’avec Pinnacle Studio. En contre partie Pinnacle est connu pour ces très nombreux plantages en cours de montage et d’export, qui peuvent me faire perdre des soirées entières,… et depuis son rachat par Corel, l’actuelle version de Pinnacle Studio 15 a été rangée au placard, puisque le nouveau Pinnacle 16 est en réalité une version 2 d’Avid Studio dont je n’ai jusqu’ici pas vraiment été convaincu. Il me resterait éventuellement à investiguer vers Sony Vegas qui pourrait peut-être mieux gérer les nombreux formats de caméra Sony et l’exportation Sony BluRay. La version 11 dont je dispose ne m’a pourtant elle non plus pas vraiment enthousiasmée.

Je me suis donc lancé depuis quelques semaines dans un projet pilote de reportage via FCPX… à suivre donc !

“Apprends avec” Tribal Nova

“Apprends avec” Tribal Nova

J’ai testé il y a peu les applications “Tribal Nova” que le site EduMobile avait fait mention. Elles sont attirantes et graphiquement réussies et me donnaient l’impression d’être bien réfléchies au niveau pédagogique (arbre d’apprentissage, infos aux parents.)

J’ai d’abord testé “Apprends avec Planet Boing!”, application gratuite qui n’est au final qu’une genre de porte d’entrée pour jouer avec les objets gagnés. J’ai fait testé l’outil à mon grand de 3 ans qui se débrouille déjà avec l’utilisation d’une tablette. Ils nous a fallu un temps pour comprendre qu’il n’y avait pas grand chose à faire et l’utilisation des objets n’est pas vraiment intuitives.

J’ai ensuite testé avec lui le jeu “Au pays des pingouins” pour l’apprentissage de l’alphabet. Pour son âge seul “les lettres” sont à son niveau. Là aussi, les choses ne sont pas intuitives, le jeu manque un peu de réactivité et de souplesse pour des doigts d’enfants… et puis pourquoi avoir choisi des lettres en minuscules imprimées, plus difficile à reconnaitre. Le contrôle du petit ours qui glisse, reste au final assez difficile.

Enfin, pour faire “simple” j’ai ensuite été voir le jeu sur les Saison. Pourquoi ne pas avoir intégré un peu d’apprentissage avant de tester de suite les connaissances de l’enfant. Dès le départ, moi adulte j’ai déjà du mal à trouver les “erreurs”… Les chaussures par exemple, il faut savoir que c’est ce genre d’éléments qui n’est pas cohérent dans l’image. Les Citrouilles, il faut que l’enfant aie appris que les citrouilles correspondent à l’automne… sur ce thème des saisons, un peu d’apprentissage aurait vraiment été intéressant !

Bref, les jeux pour apprendre, même s’ils ont fait des progrès depuis ceux que j’ai connu étant gamin souffrent toujours des même maux. Soit l’idée est chouette mais on apprend pas vraiment avec,… soit la réflexion sur l’apprentissage est plus poussée, mais le jeu est soporifique ou trop compliqué…. mais rarement l’équilibre nécessaire n’est présent… Et c’est vraiment dommage.

Je me souviendrais évidemment toujours de Chopper Math pour Commodore 64 que mon père m’avait ramené histoire de nous améliorer en calcul. Addition, soustraction, multiplication,.. le petit hélicoptère apparaissait en haut de l’écran avec par exemple un 5+7. Il fallait calculer mentalement puis encoder la réponse au clavier le plus vite possible. Dès que la bonne réponse était validée, apparaissait en bas de l’écran la base d’atterrissage avec cette réponse. Bien souvent l’hélicoptère était déjà pas mal descendu et il restait peu de temps pour atteindre la base, mais le plus difficile c’est que pour diriger celui-ci il fallait utiliser la touche G pour aller à gauche et la touche D pour aller à droite…. alors que la touche D est à gauche de la touche G sur un clavier… Pas très pratique !

Ma fois, j’ai toujours en idée de retravailler le concept de Mimi la fourmi dont je vous ai déjà parlé en son temps, petit soft pour apprendre les lettres de l’alphabet. Et franchement, je vais vraiment m’y mettre à plancher la dessus !