Archives de
Étiquette : chiptunes

Protocole FTP plus supporté !

Protocole FTP plus supporté !

Well, parfois l’informatique aime à te donner un coup de vieux !

Tout d’abord, il y a le protocole FTP:// que Firefox et Chrome ne supportent plus… Oh, je sens que cela vous parle ?

Alors, tu te retrouves à faire une mise à jour de Firefox, et tu te retrouves avec une nouvelle interface qui te propose une gestion des “onglets ouverts” franchement illisible…
Mwouaip, quand tu commences à te dire comme l’illustre sage que “C’était mieux quand c’était pire”… tu sais que tu te prends un coup de vieux…. Ce “nouveau style” est peut-être propre à ce vieil ami Windows 7 qui tourne toujours à la maison, mais quoi qu’il en soit, côté lisibilité, ce n’est vraiment pas top !

Mais revenons à notre problème de protocole FTP !

Certains me répondront qu’il existe des “plugins” à installer sur son navigateur pour continuer à pouvoir ouvrir un lien FTP, voir naviguer sur un serveur FTP depuis son navigateur. Oui, c’est vrai, mais le soucis est pour ma part plus complexe. Musicalement, mes plus de 1000 compositions sont hébergées sur Undergrund.net un serveur mis à disposition de la communauté demoscène depuis près de 15 ans et qui héberge encore aujourd’hui tout un pan de la culture Demoscène, dont Chiptunes.com en autre. Hors, sur ce serveur, les fichiers à télécharger se trouve sur la partie FTP, une pratique assez utilisée dans le milieu mais que l’on retrouve également lorsqu’il y a lieu de proposer de vieux drivers sur des serveurs miroirs.

Finalement j’avais déjà été confronté au problème il y a quelques années, puisque le protocole permettant d’embedder un stream audio MP3 autre fois supportant un lien ciblant une url de type ftp:// avait été supprimé sur Safari et le navigateur iOS. J’avais donc dû migrer depuis mes sites webs, les fichiers MP3 vers l’espace http://, alors que la politique n’allait pas dans ce sens initialement. Il me faudra probablement faire de même avec tous les liens de téléchargements des sites Cyborg Jeff, ce qui va me demander un peu de chipoterie… combien de temps la solution fonctionnera-t-elle, ce serveur ne supportant pas le protocole https://

Le jeu des 10 albums de musique préférés : Synthesizer Hits

Le jeu des 10 albums de musique préférés : Synthesizer Hits

Steph64 m’a invité à un jeu. Vous savez, ce n’est guère nouveau, il tourne depuis longtemps sur la toile, mais en ce temps de confinement, j’en profite pour concentrer tout cela ici. Bref, il faut cibler 10 albums de musique qui ont eu un impact majeur sur qui vous êtes (enfin, je paraphrase, puis en principe il s’agit juste de poster 10 images de ces albums sans rien dire !

La tâche est difficile pour moi, car j’ai longtemps boudé les albums et préféré les singles et compilations. Après réflexion, sur ce TOP 10 à vous partager de manière chronologique, je commencerais donc avec ce 33 tours “Synthesizer Hits” qui date des années 70, 1973 plus exactement. Un disque parmi tant d’autres que je pouvais trouver enfant dans la collection familiale entre les disques pour enfants d’Anne Sylvestre ou Manique et Jo et les albums un peu plus rock des groupes préférés de mon paternel, les Shadows et les Beatles

De tous, c’est celui là qui m’aura marqué le plus car j’y ai découvert les premiers sons de synthétiseur, un instrument un peu magique, presque futuriste qui aura inévitablement un impact sur mes futures goûts musicaux. On y retrouve bien évidemment Pop Corn que j’aimais beaucoup à l’époque mais également d’autres arrangements du groupe Revolution System. L’un des attraits de ce disque était également d’y découvrir les premiers “Remixs”, puisqu’en effet on pouvait y retrouver des versions Synthé Moog de Carmen, Lettre à Elise ou encore Apache du groupe Les Shadows, la boucle était bouclée.

Je n’avais aucune idée à l’époque de ce qu’était un synthétiseur Moog, avec tout ses câbles dans tous les sens, la couverture du disque présentant d’ailleurs des circuits électroniques bien propres ! Indéniablement, la découverte de ce disque aura une influence sur mon intérêt aux sonorités minimalistes des ordinateurs et aux arrangements Chiptunes !

Lire la suite Lire la suite

Xmas gift for a Geek – 2019

Xmas gift for a Geek – 2019

Pendant toute l’année, j’aime à compléter mon tableau Pinterest “Xmas Gift for a Geek” où je glisse les nouvelles BDs, les jeux qui sortent du lot, les livres de playhistoire, les albums CD de musique originaux, les jeux de société qui m’intriguent, les vêtements Hypes et tout autres geekeries. Parfois même le Père Noël s’en inspire vraiment et bien évidemment j’aime à faire le point ici de toutes ces choses alléchantes !

Ma liste Geek au Père Noël
Ma liste Geek au Père Noël

Lire la suite Lire la suite

Wolfling, Relentless et Gridpix, mes 3 albums OST sur Commodore 64

Wolfling, Relentless et Gridpix, mes 3 albums OST sur Commodore 64

Wouw, c’est avec beaucoup de fierté que je vous propose aujourd’hui de découvrir et d’écouter non pas 1, mais 3 nouveaux albums signés Cyborg Jeff ! J’ai en effet choisi de concentrer le partage des OST composées pour les jeux-vidéo Wolfling, Relentless et GridPix, tous trois programmés pour le mythique Commodore 64 ! Vous l’aurez donc compris, musicalement attendez-vous du Bliip Bilibiiip, certes, mais du Bliip Bilibiiip qui vous fera groover sur votre chaise, joystick à la main entre l’obscure donjon du Baron Baranov aux zones hostiles des confins de l’univers en passant par un cocktail acidulé vous aidant à vous remuer les méninges. Allez, ne faites pas les timides, montez le son, c’est gratuit et cela vous donnera même envie de jouer un peu !

Wolfling – C64/NES (Lazycow – RGCD, 2019)

Commençons tout d’abord par les musiques du jeu Wolfling dont j’avais déjà eu l’occasion de vous parlé il y a 1 an et demi. Il s’agit d’un jeu de plate-forme ambitieux réalisé par Matthias Bock reposant sur le moteur de son précédent titre Power Glove dont j’avais par ailleurs également composé la bande son il y a déjà 6 ans ! Retour à l’automne 2017 où Matt me propose de collaborer à ce projet initialement prévu sur la console phare des années 80, la NES/Famicom de Nintendo. L’ambiance est posée, notre petite héroïne est marquée d’une malédiction qui la transforme en loup garou sous les rayons de pleine lune, ce qui lui vaudra de se retrouver enfermée dans le donjon du Baron Baronov… c’est ici donc que le joueur commencera son aventure qui le mènera également dans quelques lieux extérieurs et sous-terrains.

Wolfing - NES (Lazycow - RGCD, 2019)
Wolfling – NES (Lazycow – RGCD, 2019)

Visuellement, les influences 8bits font évidemment rapidement penser à Castlevania et Legend of Zelda, grands classiques de l’époque. De mon côté au moment de poser l’univers sonore je tâcherais de ne pas trop me disperser cherchant essentiellement à m’approcher de la qualité de “Vampire Killer”, les thèmes Overworld des Tortues Ninja et Legend of Zelda ou encore ‘Jungle‘ de Contra/Probotector plutôt qu’à en singer le style. C’est d’ailleurs tout d’abord une création à la guitare de mon frère Pype : Nightmare qui sera le point de départ à l’univers de ce que j’appellerais un bon moment le projet Wolfing Zero.

Wolfing - C64 (Lazycow - RGCD, 2019)
Wolfling – C64 (Lazycow – RGCD, 2019)

La version NES remportera la 3° place de la NESDEV début 2018 et quelques mois plus tard, Matthias se lancera dans la conversion du jeu sur notre Commodore 64 préféré ! De mon côté le défi est plus qu’intéressant. Si j’ai évidemment fait mes armes avec la bande son de Power Glove en 2013, composée sur Goat Tracker, j’aimerais techniquement pousser le processeur sonore SID du Commodore plus loin que cette première expérience.  D’autre part, initialement composée avec 5 canaux sonores simultanés, la bande son de Wolfling a été pensée en référence au monde de Nintendo et à de la musique 8bits made in Japan. Sur Commodore 64, les compositeurs européens avaient une approche musicale différente, avec des sons moins doux, plus rugueux. Je voulais donc que mes mélodies ne soient pas de simples portages mais qu’elles vivent à la sauce C64, avec ce plaisir d’écouter la musique autant que de se perdre dans les couloirs du château. Donner l’envie d’aller encore plus loin, de recommencer l’aventure…

Lire la suite Lire la suite

Mon album HTML Quest, enfin dispo sur la toile.

Mon album HTML Quest, enfin dispo sur la toile.

C’était il y a bientôt 20 ans, je découvrais les musiques Chiptunes. Oh, j’avais déjà ‘samplé’ mon GameBoy en 1995 pour faire quelques musiques qui sonnent Nintendo, mais à l’époque je ne connaissais rien des règles qui régissent ce style de musique underground : faire des musiques avec un Soundtracker en n’utilisant que des instruments à base de boucles minuscules.

J’ai découvert cette technique lors de mes premiers pas sur Internet qui m’ont rapidement guidés vers la communauté demoscène Orange Juice puis le site de Rez dédié aux chiptunes. J’en ai appris les codes afin d’y faire mes classes sous le pseudo cyb0rgjeff au début de ce nouveau millénaire.

Après la Inscene 2K, la 2° Demoparty à laquelle j’avais participé, j’avais déjà pu suffisamment me faire la main au travers divers projets P.P.P. Team Software, dont la bande son de notre jeu Out’m Up ainsi qu’un projet pour Paradise Studio et Krystal Avalanche.

HTML Quest, pochette de la première édition
HTML Quest, pochette de la première édition

A la fin de l’année 2000, expatriée chez ma petite amie Jessica, je me dis que j’ai probablement de quoi envisager un Music Disk, l’équivalent d’un album dans le monde de la Chiptunes, et je me lance alors dans un marathon de productions éclaires chaque fois que je rentre à la maison.

Au 1° janvier 2001, j’ai alors de quoi réaliser mon projet d’une 30aine de titres sous le nom de HTML Quest, la composition que j’ai réalisée durant la Inscene’2K. L’album original ne comportera pas que des productions originales mais également une série de reprises de Giana Sisters à Abba aux côtés de musiques programmées par mon frère Pype et mes amis Pierrick et Tbob.

En Décembre 2013, après avoir finalisé l’album “Super CJ Land“, j’avais en tête de redistribuer cet album, mais certaines pistes étaient corrompues et j’ai dû fouiller d’autres sources pour les récupérer. Pourquoi ne pas simplement réaliser un nouveau rendu hors d’Impulse Tracker ? Tout simplement, parce que l’album original de l’an 2000 avait été modestement masterisé avec les caractéristiques FX de ma nouvelle Sound Blaster Live gagnée à la Inscene 2K. J’avais donc ajouté un peu de reverb et de chorus à ces sons trop pures pour leur donner une couleur si spécifique à cet album.

Lire la suite Lire la suite