Archives de
Étiquette : batterie

Mise à l’épreuve du Sony Alpha 7rIII dans les rues de Napoli

Mise à l’épreuve du Sony Alpha 7rIII dans les rues de Napoli

La semaine dernière, mon équipe s’envolait pour Naples afin de participer à un colloque majeur lié aux MOOCs. J’avais profité de cette occasion pour emporter avec nous le nouveau boitier hybride signé Sony, l’Alpha 7rIII équipé d’un objectif Sony monture E full frame 50mm F 1.8.

Déjà testé pour ses performances en tant que boitier vidéo, avec notamment un follow focus impressionnant lors de prise vidéo en mouvement, c’était ici l’occasion de mettre au défi ce petit boitier compact à la finition impeccable d’un part des environnement mi-ombre, mi-soleil lors de la journée du dimanche, puis en mode nuit par la suite.

Dans une gamme Sony Alpha 7 trop vaste, il n’est simple de savoir ce que chacun des boitiers à comme caractéristiques et différences. Même en magasin, je n’ai pour l’heure pas réussi à pouvoir obtenir des renseignements précis, je me suis donc fait un petit mémo puisque l’on retrouve encore aujourd’hui sur le marché l’Alpha 7, l’Alpha 7II, l’Alpha 7III, l’Alpha 7r, l’Alpha 7rII, l’Alpha 7rIII, l’Alpha 7s et l’Alpha 7sII avec des prix allant de 850 à près de 3000€.

42 megapixels - ISO 6400 - 50mm F 1.8 - L'équipe à Naples
42 megapixels – ISO 6400 – 50mm F 1.8 – L’équipe à Naples

Si l’on tâchait de faire simple, à l’origine la différence significative entre le modèle de base et la déclinaison “r” est sur base d’un boitier identique l’utilisation de deux capteurs full frame différents. un 24 megapixels et un 42 megapixels pour la déclinaison “r” (36 dans sa première version). Le nombre de megapixels offre des images avec énormément de détails et la possibilité de faire de large agrandissement (ou de forte coupe), mais il réduit l’efficacité du capteur en faible lumière, sa plage de sensibilité est donc plus courte. Enfin, la série “s” est initialement dédiée à la vidéo, avec des modèles équipé d’un capteur de seulement 12 megapixels afin d’élargir encore la plage de sensibilité mais pouvant également filmer en 4K et en slow motion.

Néanmoins, les 2 premières génération de Sony Alpha 7 souffrait d’une trop faible autonomie. La 2° génération apportait un capteur stabilisé, la possibilité de filmer en 4K sans utiliser de périphérique externe ainsi qu’une amélioration du follow focus, mais indéniablement, la 3° génération  se présente comme parfaite avec une nouvelle série de batterie 2x plus performante. En effet tant en reportage vidéo que sur quelques jours de reportage photo, cette dernière ne nous a pas fait défaut, alors que, rapelons-le, il s’agit ici d’appareil photo hybride. A savoir, qu’il ne dispose pas d’un viseur optique, mais bien d’un viseur LCD qui doit donc être alimenté.

La gamme Sony Alpha 7
La gamme Sony Alpha 7
Au sommet de Napoli - Le plein de détails
Au sommet de Napoli – Le plein de détails

Habituellement, je jongle entre mon Nikon D750 et mon excellent photophone Google Pixel 2. Ce dernier de part son omniprésence me permet de dégainer rapidement tout en me rapportant de jolies photos essentiellement des portrait ou en environnement sombre. Mais lorsque j’analyse ces dernières, elles manquent de détails dans les paysages tout spécialement. Avec ses 42 megapixels, le Sony Alpha 7rIII offre des clichés impressionnants ! Les détails des petites maisons au loin dans la crique de Napoli sont propres, là où mon Google Pixel 2 si l’on cherche à voir les détails offre une image plus pâteuse. De nuit, alors que je l’imaginais souffrir, il n’a bronché sur aucune mise au point du 50mm 1.8. A la retouche, les images de fin de journée en ISO 2000 sont impeccable. Lorsque la nuit est tombée, j’ai poussé jusqu’à 6400 ISO avec un peu de mouchetage très léger.

Petit désagrément, le format brut .ARW de Sony est mal reconnu nativement sur un ordinateur Apple. Il faudra que j’approfondisse le sujet, mais sur mon Mac Book Pro – Sierra, le logiciel Apple Photos ne parvient pas à afficher ou éditer un fichier, imposant de devoir utiliser les outils de base de Sony. Alors que sur ma station iMac équipé de la dernière version d’OSX – High Sierra, je n’ai pas eu ce soucis. Il faudra approfondir le sujet.

Lire la suite Lire la suite

Mon Mobile et Moi : Un Google Pixel 3a moins cher

Mon Mobile et Moi : Un Google Pixel 3a moins cher

Voilà un peu plus d’un an que j’encense mon Google Pixel 2 qui fait partie des meilleurs Photophones, non pas grâce à un capteur photo défiant la concurrence mais bien grâce aux prouesses des algorithmes et intelligences artificielles développés par Google. Des éléments parfaitement intégrés dans ce Smartphone.

Deux points fachent cependant. Tout d’abord, les deux premiers Google Pixel n’étaient disponibles que dans une poignée de pays. Le dernier Pixel 3 quant à lui, n’est toujours pas officiellement disponible en Belgique. Ensuite, là où l’approche de Google à l’époque du Google Nexus pour contrer ses rivaux étaient de proposer un Smartphone à un prix modéré sans concession de technologie  avoisinant les 400€, les Googles Pixels à leur sortie fleurtent les 1000€.

Le Google Pixel 3a aurait un prix de 450 € : enfin le retour des tarifs agressifs de l’époque du Nexus 5 ?
Le Google Pixel 3a aurait un prix de 450 € : enfin le retour des tarifs agressifs de l’époque du Nexus 5 ?

Mais voici une bonne nouvelle ! Des rumeurs persistantes annoncent “déjà” un Google Pixel 3a qui devrait tomber sous les 500€ pour ce printemps !

Le Google Pixel 3a, modèle milieu de gamme du Pixel 3, serait vendu au prix de 450 euros en Europe. Un tarif agressif qui rappelle le positionnement du Nexus 5 à son époque. Une version XL sera aussi de la partie. Est annoncée une disponibilité dans les coloris noir, blanc et violet au printemps 2019. (Une info Phonedroid)

Les quelques infos que l’on peut déjà retenir serait un écran OLED de 2220 x 1080 pixels (5’6 et 6′ pour le XL). un processeur Snapdragon 670, 4go de RAM une batterie 3000Mha un capteur photo 12MP à l’avant, 8 à l’arrière. La finition du Smartphone pourrait être un peu moins “noble” afin de réduire les coûts. Bien évidemment, l’un des éléments important sera de savoir avec plus d’exactitude si Google aura misé sur le même capteur photo ou s’il aura là aussi tenté de réduire les coûts.

Lire la suite Lire la suite

Cyborgelis

Cyborgelis

Il y a 20 ans, en septembre 1998, je terminais le 4° album de musique de Cyborg Jeff : Eyes Dreams. Finalisé avec mon ami Valentin Boigelot, cet album se découpait alors en deux parties, l’une dans un style Dance Trance et l’autre, une sélection de titres très différents sous le nom de “Cyborgelis”.

Ces titres beaucoup plus mélodiques étaient une nouvelle étape dans ma création musicale. Ces musiques reflètent au fond parfaitement le Cyborg Jeff de cette époque avec des œuvres construites autour de mon approfondissement de ce que mon Synthé Roland E68 pouvait m’offrir comme ouverture musicale, construites autour de ma découverte d’autres univers musicaux durant cette première année à l’Institut des Arts de Diffusions ainsi que l’influence de mon colloc’ pianiste Didier Rombauts, et enfin des œuvres construites atour de ma découverte du monde de la Demmoscène aux travers des magasines PC Fun et PC Team.

Sans pour autant être marqué par les sons de synthétiseur de Vangelis, cette “autre genre”, celui de ce que j’appelais la New Age était pour moi une connection à cet artiste, ce qui en a donné l’idée de ce nom “Cyborgelis” que l’on retrouvait sur la pochette originale de l’album.

Cyborg Jeff - Eyes Dreams, 1998 - Back Cover
Cyborg Jeff – Eyes Dreams, 1998 – Back Cover

A l’heure de célébrer les 20 ans de l’album Eyes Dreams, je me suis dit qu’il pourrait être plus intéressant de scinder ces deux sélections de titres en deux projets distincts… Est alors né cet album pour lequel j’ai travaillé en profondeur le remasstering de tous ces titres composés initialement avec Impulse Tracker II et mon PC Cyrix 133mhz. Vous retrouverez donc en bonus les fichiers .IT originaux.

Ce travail de remastering est plus poussé que pour les précédents albums “anniversary”, j’ai en effet exporté les instruments séparément hors d’Open Modplug Tracker (merci Elmobo pour l’astuce) afin de travailler le tout dans Reaper sous les conseils avisés de Spaneo.

Parmy, Thierry et Piet - Virtual Music, 1998
Parmy, Thierry et Piet – Virtual Music, 1998

Je suis donc heureux de vous partager ce travail aujourd’hui, et de redécouvrir avec bien plus de plaisir ces petites compositions dont j’étais si fier il y a 20 ans et qui me semblait bien ternes depuis lors…

Pièce d’ouverture, Océanne 3D est probablement l’une de mes plus belles compositions dans ce genre musical, emportant celui qui l’écoute dans une histoire sonore à l’image de ce qu’aurait pu être la “Démo” en 3D que j’imaginais créer autour, afin d’avoir alors une production pour une première Demoparty. D’autres titres arrivent ensuite, toujours essentiellement construit autour de premières notes composées sur mon Synthé avant de passer à la moulinette Sound Tracker.

Cyborg Jeff - Soft Xmas
Cyborg Jeff – Soft Xmas

Parmi tous ces titres, beaucoup ont un petit goût de “Virtual”. C’était un mot que j’appréciais beaucoup à l’époque, il représentait le futur, l’avenir… mais aussi Virtual Music était le nom de mon groupe de Cover Pop de l’époque. Je puisais donc auprès de ma bande de pots des rythmes de batterie complexe avec Vivien, des loops de guitare avec Thierry et des séquences de basses mieux construites auprès de Laurent.

En route pour ce petit voyage dans le temps, n’hésitez pas à aller lire l’histoire de chacun de ces titres en commentaire sur Bandcamp… et tiens au fond… Si cette sélection Cyborgelis était à l’origine intégrée à l’album “Eyes Dreams”, l’idée de remettre ensemble sur un CD ces morceaux avaient déjà été concrétisée quelques mois plus tard sur l’album de noël “Soft Xmas”.

Lire la suite Lire la suite

En route vers le futur

En route vers le futur

Ah, le futur, cela fait rêver quand on est enfant ! Moi je me souviens parfaitement de ce petit dossier dans mon Hello BD qui nous parlait du Futur. En l’an 2000 on mangera de la nourriture d’astronaute et surtout, on écoutera de la musique qui tiendra sur une carte de téléphone !

Il y a quelques jours, Charly m’a demandé d’accrocher dans sa chambre le dernier poster de son magazine Wapiti qui offre une vision de ce que sera une journée type dans le futur. On est bien entendu dans un magazine pour enfants, qui donne un avenir heureux et positif à toutes ces innovations, mais lorsque l’on est fan du Da Vinci moderne, Elon Musk, c’est amusant à découvrir !

Plus de voitures privées

En 10 ans déjà, les axes liégeois ont si pas triplé au moins doublé le traffic. Sur le campus universitaire du Sart Tilman, cette rentrée est encore plus compliqué coté mobilité. Depuis un bon moment je me dis qu’un jour on finira par mettre en place une politique qui taxera tellement la voiture privée que seuls les plus nantis auront encore accès à ce produit de luxe. Moi j’imagine bien voir fleurir un concept de voiture autonome mélangeant le fonctionnement de Über et qui proposera des covoiturages à la gestion organisée depuis un Big Data Center… Difficile d’imaginer que seul les transports en commun ou les vélos électriques puissent combler les besoins de chacun… Mais nous verrons ici à Liège ce que la nouvelle ligne de Train, le futur tram.. et qui sait les projets de funiculaires offriront comme solution.

Et les voitures électriques ? Ah oui, j’aime beaucoup le défi qu’a osé Elon Musk avec les Tesla, probablement les seuls voitures de standing qui m’attirent, mais dans les faits… leurs fournir de l’énergie n’est qu’une manière de contourner le problème de pollution… A moins que des panneaux solaires sur le toit ne suffisent à leur fournir de l’énergie… Tiens, les Pays-Bas n’envisageaient-ils  pas de construire des routes solaires ? Ceci dit, c’est écologique la production et le remplacement des panneaux solaires et batteries produites actuellement ?

Voitures volantes, intelligentes, Hyperloop ou moto du futur

Lire la suite Lire la suite

Quand la batterie gonfle

Quand la batterie gonfle

J’en avais déjà entendu parler sur la toile de smartphones et ordinateurs dont la batterie gonfle voire, explose. La semaine “mon” brave et fidèle premier Mac Book Pro en fonction depuis 6 ans au bureau vient de se faire changer la batterie. En gonflant, la batterie avait soulevé le touchpad de la machine ce qui a permis de se rendre compte assez tôt du problème. Difficile pour l’heure de comprendre mieux ce qui a pu entrainer ce soucis, mais je me dois de garder cela à l’oeil. Si le Mac Book Pro du bureau est un modèle ‘Late 2011’, j’ai à la maison un ‘Mid 2012’ qui potentiellement est équipé de la même structure, la différence fondamentale entre les deux étant le chipset ATI pour le premier et un chipset graphique Nvidia pour le plus récent.

Malgré ce soucis, je dois bien admettre que ces machines sont robustes pour des portables dédiés au montage vidéo. Elles gardent par ailleurs l’avantage d’une connectique plus efficace que les nouveaux modèles limités à des ports USB-C avec notamment un port FireWire pour caméra HDV, ce qui me permet d’utiliser plus aisément le logiciel Wirecast en double caméra.

C’était un temps pourtant pas si lointain où acheter un ordinateur Apple était signe de qualité et d’investissement dans le temps…