Archives de
Catégorie : Famille nombreuse

La cloche a sonné !

La cloche a sonné !

Allé hop tous au lit ! Demain, c’est le grand jour… demain ils rentrent (quelqu’un à dit “enfin” ?) à l’école ! Les mallettes étaient en principe déjà prêtes, on a acheté 4 tonnes de crayons, de gommes, de bâton de colle… Et je rêve déjà des heures que je vais passer à recouvrir les cahiers de ces 4 petits montres. Charly rentre en 5°, professeur toujours inconnu. Les filles montent en 3° rejoindre Madame Dumoulin qui avait suivi le grand… et chouette, Rose entre en 2° gardienne avec Madame Rosaria.

Pour marquer le coup, ma photographe de Petite Snorkys avait préparé une chouette session “Back To School”. Un ancien banc, très charmant de nos voisins, eux aussi très charmants… les vieux romans de Jules Vernes de Papou, une vielle machine à écrire et voilà de quoi créer une belle ambiance…

Mais évidemment, c’est toujours la même chose, il y a un truc important qu’il ne fallait pas perdre… et qui a disparu. Je garde un armada de bazar en tout genre dans cette maison,… Et c’est quand j’ai fait un peu de ménage au bout d’un millénaire, qu’il n’y a plus de retour en arrière possible…que bien sûr, ce truc important n’est nulle part et surtout là où il est sensé être, dans la mallette de Charly !!

Allé zou, demain il faudra se lever tôt, tous les 6 ! Faire des tonnes de tartines, embarquer en quatrième vitesse dans la voiture pour ne pas être en retard pour le premier jour d’école, parce qu’évidemment, les travaux sur la route ne sont pas terminés. Cours de piscine, de théâtre, de danse, de judo, les louveteaux, les mariages, des réunions… les devoirs !

Tu mets le liquide à lessiver où toi ?

Tu mets le liquide à lessiver où toi ?

Bon, je vous avoue que c’est bien le dernier trucs que je lis. Le mode d’emploi de la machine à lessiver. Parce qu’en principe, qu’importe le nombre de programme, on fait grosso modo le même en changeant juste la température et que l’on mettait toujours là poudre à gauche et adoucissant au milieu. Cela fait 20 ans que cela dure, et encore… Cela ne fait que 5 ans que je m’occupe de manière plus appliquée de cette partie des tâches de la maison… Oui, mais pourtant, il arrive souvent que la bonne odeur de lavande de l’adoucissant… je ne la sent pas ! Et d’ailleurs, pourquoi diable ne se vide pas cette partie du compartiment ?

Hé Donkey, tu as vu mon baril de dash?
Hé Donkey, tu as vu mon baril de dash?

Oh joie, un jour madame à rapporter un joli baril vintage de Dash. A l’intérieur, des dosettes 2 en 1 ! Je ne sais pas si c’est tellement mieux écologiquement parlant que les autres solutions, mais j’ai l’impression de moins gaspiller en mettant 4 tonnes de produits… et cela sent bon à chaque fois !

Ceci dit, depuis quelques mois, j’avais choisi de verser l’adoucissant dans le réservoir centrale arrière. Le liquide ne stagnait plus, et cela sentait bon… Mais maintenant que je lis le manuel, cet espace est réservé aux détachants.

Là où cela se complique, c’est que cette fois, madame a ramené de lessive liquide ! Et on met cela où ? Voilà un bon moment que je me demande pourquoi le premier compartiment, celui de gauche est noté II alors que le dernier est noté I… Quoi qu’il en soit, moi je m’étais dit que la lessive liquide se mettait tout à droite… mais non, c’est pour les produits de prélavage (Ne me demandez pas ce qui rentre dans cette catégorie, je n’en sais rien). Bref, il faut changer un petit clapet qui ne sert à mon avis qu’à mettre une limite, pour utiliser du liquide dans le compartiment II, tout à gauche !

Sérieusement, celui qui a déposé le brevet d’un compartiment de lave-linge avait un sacré problème de logique et d’ergonomie !

…. Bon la dernière fois j’avais galéré à trouver comment faire une vidange de l’appareil… Je vais me laisser le manuel de mon lave linge AEG de coté par ici au cas où !

Mode d’emploi – Lave Linge – AEG

Dernière ligne droite avant la rentrée

Dernière ligne droite avant la rentrée

Et oui, c’est “déjà” pour moi la dernière ligne droite avant la fin des vacances ! La Toscane semble déjà à des années lumières, tout comme les deux vagues de canicules montant jusqu’à 40° qui ont fait transpirer la Belgique et toute l’Europe au mois de juillet. Depuis quelques semaines, il fait froid, venteux et humide au point de ressortir un gilet le soir ! Ces vacances étaient quoi qu’il en soit plus que nécessaire. Le besoin de rupture avec le quotidien était devenu vitale tant les mois de mai et juin avaient été éprouvant. Et ce quotidien là semble resté derrière nous, tant mieux !

Ils sont enfin rentrés !
Ils sont enfin rentrés !

Après la Toscane, les grands sont partis 10 jours en camps. Pas facile pour la petite dernière de s’occuper sans eux, mais je garde de bons moments à la regarder jouer comme une grande avec les LEGO, Playmobils ou ses poupées. Rose me rappelle alors encore plus son grand frère qui inventait des tas choses dans sa tête avant l’arrivée de toutes ses soeurs.

Alors qu’il ne me reste plus que quelques jours avant un premier mariage qui sonnera la fin de mes congés, je garde un sentiment de ne pas avoir fait “assez” avec eux. Mais qu’il est difficile de faire des activités avec les 4 en même temps, chaque jour, pendant que maman travaille. Nous avons tout de même pu faire quelques partie de Battle Gum, le jeu de société préféré d’Alice et Juliette ainsi qu’une partie bien plus stratégique avec Charly sur notre Hotel vintage en utilisant comme à notre habitude des Micro Machines comme pions. On même a fait des gâteaux avec papa, des bricolages avec maman…

Les vacances furent l’occasion de constater que les cours de piscine des trois grands ont été bénéfique à leur autonomie, mais il faudra surveiller Rose qui elle, n’a peur de rien ! Une fois les gonfleurs aux bras, elle se jette dans l’eau ! Rose nous a également offert ses premiers coups de pédales en vélo lors de nos balades au bord de l’Ourthe.

Manette réparée par Santo, plus qu'à remonter tout cela !
Manette réparée par Santo, plus qu’à remonter tout cela !

J’ai pris quelques moments pour jouer au jeux-vidéo avec eux, mais ils finissent par se chamailler. Il faut bien admettre que le dernier Crash Team Racing est vraiment gaie, mais 2 manettes pour 5, ils ne sont pas habitués à ce genre de restriction. J’ai bien tenté de m’arracher les cheveux dans la mise en place des “mods” dans Minecraft pour Charly. Mais malgré les instructions détaillées de mon Parmy, nous n’avons encore rien de concret ! Je me suis offert une petite soirée sur FEZ, une soirée Commodore 64 avec Santo histoire de terminer Ghoults & Goblins avant d’exploser la manette sur Giana Sister et la semaine dernière une journée découverte de la Sega Saturn, sur laquelle je reviendrais plus tard.

Je nous avais trouvé la version remaster de Final Fantasy XII, histoire de passer quelques soirées avec madame dans ce jeu qui m’avait laissé un bon souvenir il y a bientôt 12 ans. Mais force de constater que le rythme de cette grande aventure ne colle plus à notre rythme de vie… Et aux coté d’une parenthèse lecture de l’autobiographie de Jim Destroy et l’âge d’or de la presse vidéoludique, ce sont les séries TV qui auront pris de plus en plus de place : Ozark S1-S2, Big Little Lies S2, Les derniers Tsars, The Handmail’s tale S3, Chernobyl, La Casa de Papel S1.

Tout cela sera vite loin, les balades en vélo, la tête sous l’eau, les aventures dans les arbres à Forestia… Le quotient toque déjà à la porte, les mallettes se remplissent,… septembre n’est déjà plus très loin !

La Toscane en mode famille nombreuse (2° partie)

La Toscane en mode famille nombreuse (2° partie)

Le temps passe tellement vite, tant de choses se sont déjà passées depuis notre retour d’Italie. Les soirées à boire un petit Apérol avec madame pendant que les enfants mangent leur pizza au soleil tombant sur la terrasse d’un restaurant toscan me semblent être un lointain souvenir déjà. Il est temps de vous emmener dans cette 2° partie de nos aventures dans les collines du Val d’Elsa à la découverte de Monteriggioni, Florence, Sienne poussant jusqu’aux archipels toscans. Bien évidemment en 10 jours, il ne fut pas possible de visiter l’ensemble des idées préparées dans mon roadbook !


Plus rien dans les assiettes, mais c'était vraiment bon !
Plus rien dans les assiettes, mais c’était vraiment bon !

J6. Monteriggioni – Colle di Val d’Elsa – Casole d’Elsa (61km)

Où allons-nous aller aujourd’hui ? Pendant que les enfants rendent visite aux animaux de la petite ferme, j’essaie de prendre la température auprès de notre hôte Roberta. Demain, c’est le Pallio à Sienne. C’est un grand évènement, la place centrale de la ville est pour l’occasion transformée en course de chevaux. Cela doit probablement offrir de magnifiques photos, mais avec quatre jeunes enfants… Cela va rendre probablement les choses un peu compliquées et les accès en voiture seront également probablement plus complexes. Peut-être vaut-il mieux prévoir Sienne après cet évènement plutôt qu’avant. Par contre, aujourd’hui il semblerait que l’on fête la Saint Martin à Colle di Val d’Elsa, avec festivités et feu d’artifice. Nous pourrions-nous prévoir cela pour la fin de journée et partir visiter la ville médiévale fortifiée de Monteriggioni qui ne se trouve qu’à une vingtaine de minutes de la Casa Verniano.

Perdu dans les collines du Val d'Elsa
Perdu dans les collines du Val d’Elsa

Il faut un peu grimper pour s’y rendre et… ce n’est pas bien grand. Quelques petits commerces autour de la place principale, un accès payant aux remparts, des restaurants hyper touristiques loin de la gastronomie attendue en Italie. Mais une affiche qui nous inspire ! J’avais effectivement repéré qu’un festival médiéval était prévu à Monteriggioni pour le weekend, après notre départ. Mais il semblerait bien que celui-ci démarre en réalité dès le vendredi soir ! Voilà qui devrait offrir une ambiance bien plus vivante à ce bel endroit qui semble encore un peu endormi…

Lire la suite Lire la suite

Un Roi Lion sans émotion

Un Roi Lion sans émotion

Le Roi Lion, le dessin animé, à sa sortie avait été éblouissant ! Il offrait un retour fort des équipes Disney à produire un long métrage impressionnant avec des animaux comme personnages principaux le tout sur d’incroyable musique de Hans Zimmer et Elton John ! C’était en 1994, et du haut de mes 16 ans, j’avais malgré tout été surpris par ce film pour enfant.

Pumba est probablement le moins convaincant coté émotions !
Pumba est probablement le moins convaincant coté émotions !

Aujourd’hui, Disney joue sur notre fibre nostalgique et dans la douzaine de films sortant de leur studio cette année, de nombreux “remake” envahissent nos cinémas. Après Dumbo et Aladdin, plus tôt cette année, c’est au tour du Roi Lion de nous offrir un peu de magie ?
Si j’avais bien apprécié le remake de Dumbo, le retour de Mary Poppins m’avaient un peu déçu… Je reste ici assez partagé par ce nouveau film du Roi Lion.

Techniquement, c’est une prouesse que d’avoir retranscrit l’ambiance et les scènes à l’identique depuis le dessin animé en animaux de synthèse. Mais rien non plus de bluffant au vu de ce qui a été déjà été produits ces dernières années. A cela, peu de choses ont été ajoutées au film original. L’histoire est identique, sans offrir de surprise, les musiques n’ont pas autant de saveur et… si de nombreux plans sont très beaux, ils n’offrent pas le “Waouw” que le dessin animé avait pu me procurer à l’époque.

Le point noir principal que je lui reproche est qu’au final, tous ces animaux n’ont aucune émotion faciale. Certaines scènes se montrent donc lentes et sans aucune saveur. Là où en dessin animé, les équipes de Disney avaient pu rendre vivant et réaliste leur dessins avec brio…

Lire la suite Lire la suite