Archives de
Étiquette : parents

Retour à l’anormal

Retour à l’anormal

Voilà, c’est reparti. J’ai fait le plein d’essence. Les mallettes sont dans le coffre, les boites à tartine remplies chaque matin. Depuis lundi dernier, les enfants ont repris le chemin de l’école, avec beaucoup d’enthousiasme. Il n’y a pas lieu d’attendre des heures le matin, je les récupère au compte goute fin de journée… et sans devoir, ce qui offre un certain soulagement cognitif aux parents. Ils sont heureux d’avoir pu jouer avec leurs amis et amies et de revoir leur institutrice ! Comparativement aux échos d’autres parents, l’organisation du retour à l’école chez nous se passe bien, toutes les classes pouvant retrouver leur instituteurs durant l’ensemble de la semaine. Seul Charly tire un peu la tête de devoir rester dans une bulle qui n’inclut pas ses copains et copines de 6° ou de 4°… Heureusement, il peut encore papoter longuement avec eux sur Messenger une fois rentré ; )

De mon coté, retour à l’anormal également. Masqué, j’ai relancé le studio et déjà l’agenda se remplit, se presse, se compresse jusqu’aux vacances d’été. Tout cela laisse peu de temps à réfléchir… Pour nous, il faut bien l’admettre le déconfinement a été  un peu brutale.

Aujourd’hui, les chiffres restent plutôt rassurant, même si la presse à clic aime à nous rappeler que de nouveaux foyers ont été découvert en Chine, en Italie, à l’aéroport de Bierzet ou dans une école de Bruxelles, de Flémalle…. Prenez garde à ce qui plane au dessus de vos tête pour cet été, tente-t-on de nous faire comprendre.

Petit à petit, derrière ce foutu masque… je reprends un peu plaisir à entrer dans un magasin. Nous avons revus nos amis et la famille ce Weekend. Je me réjouis de pouvoir retourner manger dans notre resto préféré,… bientôt la pluie cédera à nouveau place au grand soleil d’été !

 

La semaine prochaine s’annonce chargée, il restera alors encore la suivante, avec les deux derniers jours d’école des enfants… Puis les vacances, les camps, les stages… et les autres surprises que nous réserve le futur ! La piscine en tout cas n’attend que le retour du grand soleil pour accueillir les enfants !

Dix jours de confinement, dix !

Dix jours de confinement, dix !

Well, voilà 10 jours que nous sommes confinés tous les 6 à la maison. Le rythme s’organise et fort heureusement, le soleil brille, les enfants ont donc pu chaque jour faire la “récréation” dans le jardin !

Wouw, même Rose travaille le matin !
Wouw, même Rose travaille le matin !

Pas besoin de leur rappeler de se lever tôt, mais dès 8h30, c’est l’heure du travail pour l’école. L’imprimante crache les feuilles de chacun, les grands ont toutes les informations reçues de leurs institutrices. Pour Rose, Madame Rosaria sera fière de voir qu’elle apprend à faire de belles lettres pour se préparer à la 3° gardienne ! Après cette heure de travail, ils vont faire leur moment de lecture pendant que je vais télétravailler dans mon bureau, en bas dont j’ai grandement optimisé l’espace pour y glisser mon portable vidéo et mon disque dur de données vidéos. Mon ordinateur perso faisant office de second écran frame.io et gestion des mails. Ok, on commence à trouver le cap. Il reste les Visios qui parfois s’enchainent avec les appels téléphonique… Le studio à la maison étant lui aussi mis à l’arrêt, le mois sera difficile.

Le poisson rêve est libéré,... et maintenant on va jouer à quoi ?
Le poisson rêve est libéré,… et maintenant on va jouer à quoi ?

L’après-midi, le Weekend, on tente de sortir toutes les idées possibles pour occuper chacun, parents et enfants. Jeux de société, rangement, jardin, jeux vidéo, cuisine, bricolage… Cette première semaine est passée assez vite, mais il plus que certain que tout cela ne s’arrêtera pas le 5 avril. On se sentira vite seul, malgré les apérovidéo… Déjà je me lasse de Netflix, Zelda et Horizon Zero qui j’espérais nous tiendrais compagnie sont terminés…  et de toute manière, je suis épuisé lorsque la journée touche à sa fin…

Je nous mets dans notre bulle, on ne bouge plus… On essaie de penser à autres choses et pour cela il faut s’occuper tout le temps !
Mais il faudra pourtant retourner faire des courses… Madame a déjà été en faire vendredi, c’est anxiogène que de faire les courses au compte goute, mais il reste des choses qui vont rapidement venir à manquer et il faudra y retourner… On cherche des alternatives, acheter dans un ferme, réfléchir aux repas à l’avance. Mais ce Coronavirus, il reste combien de temps actif sur ce que l’on achète dans les magasins. Acheter des livres ou objets d’occasion par la poste, n’est-ce pas augmenter le risque… On parle de beaucoup de chose dans tous les sens… La certitude, c’est que les Universités belges ne reprendront pas les cours cette année en présentiel, comme en Suisse d’ailleurs.

Sur ce, bon début de semaine à tous, et portez-vous bien…

Le choix de l’école secondaire, en attendant la lettre de Poudlard.

Le choix de l’école secondaire, en attendant la lettre de Poudlard.

Le choix de l’école secondaire du premier de la fratrie. Je sens que cela va s’annoncer comme une sacrée partie de plaisir... Et vous votre choix est fait ?Bon évidemment, chez les sorciers, tout semble plus simple. Il suffit d’attendre le hibou qui vous déposera la lettre d’invitation à l’école de Poudlard. Le Choixpeau magique s’occupera de vous trouver la bonne maison ! Aux parents de faire les achats de matériel dans le Chemin de Traverse et d’être à l’heure sur le quai 9 3/4. Mais pour nous Moldus, les choses sont un peu plus compliquées… ou pas ?

Si mon grand rentrait à l’école secondaire en septembre prochain, j’aurais dû avoir rentré mon document officiel complété dans l’école de mon choix avant aujourd’hui, vendredi 6 mars. Et je vous avoue que fort heureusement, il ne rentre pas en septembre prochain, mais en 2021 ! Néanmoins, j’ai déjà pu me plonger dans toutes les inquiétudes que nous, parents, pouvons avoir dans ce qui sera peut-être le dernier grand choix que nous poserons concernant l’avenir de nos enfants.

Le collège Saint Roch, un petit air de Poudlard....
Le collège Saint Roch, un petit air de Poudlard….

Depuis de longues années déjà, la Belgique a mis en place un “décret inscription” qui doit favoriser les chances de chaque famille d’accéder à l’école de son choix. Il est vrai que je me souviens qu’il y a plus de 10 ans, mon ami Jeff avait fait la queue toute la nuit pour obtenir une place dans une école très courtisée de la ville de Liège. Avec le nouveau décret, chacun doit maintenant rentrer le dossier d’inscription dans l’école de son premier choix, cette année avant le 6 mars. S’il n’y a pas plus d’inscrit que de places disponibles, alors Bingo, on vous informe rapidement que votre enfant est inscrit à l’école ! Sinon, c’est à l’indice composite et les algorithmes  de déterminer l’inscription ou la mise en file d’attente. On choisira alors d’attendre au moins jusqu’au début des vacances, ou d’opter l’école placée en second choix sur le document, si celle-ci dispose de place.

Nouveau décret inscription ?

Et demain ? - Le Ligueur
Et demain ? – Le Ligueur

Lors des dernières élections, la Région Wallonne avait annoncé en finir du système actuel. Mais qu’aurons-nous à la place en 2021 ? Plus que probablement une version un peu remaniée des algorithmes actuels plutôt qu’un changement complet. Faudra-t-il encore que celui-ci soit réellement prêt pour 2021 ! Il est donc plus que probable que les indices composites actuels soient toujours de mise : l’école de préférence, fratrie déjà présente dans l’école, partenariat pédagogique avec l’école primaire, distance entre le domicile et l’école (primaire et secondaire), poursuite d’un programme d’immersion…

Tout ceci crée évidemment du stress pour les parents et l’enfant qui va déjà voir chambouler toutes ses habitudes, d’autant qu’il n’y a pas que sur Bruxelles que parfois, le choix espéré n’est pas retenu. Je suis donc plutôt content de nous être mis, avec notre fiston à aller visiter des écoles, s’informer et s’imaginer comment sera fait demain !

Le Pacte d’excellence grave dans le marbre l’apprentissage du numérique (et par le numérique) à l’école. Le codage y trouvera aussi sa place parmi les nouvelles compétences à acquérir. “Il est essentiel que progressivement l’enseignement adapte ses pratiques et ne rate pas le tournant du numérique”, nous dit la ministre de l’Enseignement, Caroline Désir.  (Un article à lire dans l’écho)

Faire le bon choix

Je me souviens que de mon temps, au début des années 90, le choix avait été très simple. J’habitais à 10 minutes à pied de mon école primaire et l’Athénée de l’Air Pur de Seraing était à 10 minutes à pied également. La majorité de mes camarades de classe allait également se rendre dans cette école qui avait par ailleurs excellente réputation. Pourquoi diable envisager d’aller prendre le bus pour me rendre dans une autre école ?

Ici, nous habitons dans un petit endroit un peu isolé ou aucun transport en commun ne passe. Le choix de l’école est d’autant plus important qu’il faudra alors continuer à conduire les filles à l’école primaire en même temps pendant encore 6 années. La distance et complexité du trajet seront donc des éléments primordiaux du choix de l’école. J’ai bien du mal à m’imaginer déposer mon garçon à la gare tous les matins pour qu’il prenne le train jusqu’à la grande ville de Liège pour se rendre à l’école…

La taille de l’école est pour moi également un élément important. L’Air Pur où j’ai fait mes études accueille maintenant près de 2000 élèves, là où il y en avait probablement moins de 1000 à mon époque. Je préférerais une école plus modeste, ou mes enfants ne seront pas un numéro. C’est un élément particulièrement subjectif, j’en conviens, certains d’ailleurs préféreront une grosse école où son enfant sera mieux préparé au vrai monde !

Les parents peuvent aussi éduquer aux jeux vidéo, ce qu'il nous manque, ce sont les outils bien comprendre le jeu vidéo et sa culture
Les parents peuvent aussi éduquer aux jeux vidéo, ce qu’il nous manque, ce sont les outils bien comprendre le jeu vidéo et sa culture

J’en parlais plus haut, le choix de l’école secondaire est peut-être le dernier choix que nous portons concernant l’avenir de notre enfant. J’aimerais donc pouvoir lui proposer la meilleure école, celle qui pourra lui ouvrir les portes aux meilleures études supérieures ! Il n’aura pourtant qu’une peu moins de 12 ans au moment de ce choix, impossible de savoir s’il sera architecte, ingénieur informaticien, imprimeur 3D, instituteur ou l’un de ces métiers qui n’existent pas encore. Néanmoins certaines écoles préparent mieux que d’autres à des études demandant des compétences très poussées en mathématiques ou chimies… Même si d’ici là, l’Université de Liège aura mis en place un package complet de MOOCs socles afin de se préparer à ces matières de manière autonome.

L'école numérique, un autre dossier intéressant lu dans le Ligueur
L’école numérique, un autre dossier intéressant lu dans le Ligueur

Enfin, j’ai envie de lui trouver une école où il rencontrera des enseignants motivés, qui lui donneront de pouvoir apprendre de manière innovante, avec le numérique comme le fait Laurent Di Pasquale à l’Air Pur ou Gaël Gilson à l’Athénée de Chênée, mais également un apprentissage où il pourra créer, expérimenter, découvrir…

“Les parents peuvent aussi éduquer aux jeux vidéo, ce qu’il nous manque, ce sont les outils bien comprendre le jeu vidéo et sa culture”. Travailler le français en jouant à Tower Assault en classe, une belle manière d’utiliser le jeu vidéo comme outil pédagogique, non ? Cette petite vidéo est en lien avec l’article que je suis justement en train de lire à la maison dans Le Ligueur des parents – Ligue des familles dont la thématique est actuellement “L’école numérique”.

Les écoles font leur show !

Lire la suite Lire la suite

A mes deux miss de 8 ans

A mes deux miss de 8 ans

Mes deux miss, Alice, Juliette. 8 ans maintenant que vous êtes venues mettre du piment dans notre vie de parents ! Nous étions un peu stressés à l’idée deux bébés à s’occuper en même temps. Leur donner leur bibi, les bains, les bobos… et puis vous êtes arrivées, presque la main dans la main, et tout cela nous a paru magique… Vous avez fait vos premiers mots, vos premiers pas, vous étiez complices et pourtant bien différentes. Juliette, petite fragile, Alice téméraire. Puis vinrent les 2 ans de la terrible two, les 4 ans de la f#ck*’ four, nous étions pourtant prêts à relever le défi, préparés à ces moments parfois un peu plus compliqués à vivre en double.

Depuis, nous errons souvent entre de magiques moments de tendresse, de folie à vous 2, vous 3, vous 4… et des moments plus difficiles. Cette année, derrière toutes ces belles photos, n’a pas toujours été simple. Jalousie, chamaillerie, vous cherchez chacune à avoir votre place à tout prix.

Mais j’espère que tout cela passera, que cela construit votre personnalité propre. Alice, solide en apparence, sensible à l’intérieur, tu dois encore dompter la colère noire qui bouillonne parfois en toi. Tu es aussi la plus volontaire à aider, on sait que l’on pourra compter sur toi. Quand tu le veux tu t’appliques, tu aimes réussir mais tu te décourages vite parfois. Tu aimes faire des photos avec maman, tu aimes les vieux jeux, les Zelda de Papa, tu ne prends pas de pincette, tu dis que ce tu penses… Et puis il y a ton Loulou, tes beaux dessins,…

Juliette, pas si fragile, tu sautes dans tous les sens, tu fais la roue 100x par jour, tu te mets pourtant souvent sur le coté parmi vous 4, et tu disparais quand il y a du rangement en faire. Tu aimes lire, tu aimes que l’on soit fier de toi, montrer que tu as compris, mais pas trop… histoire que l’on s’occupe aussi de toi. Tu es notre petite golonche golonche, toujours à faire la fofolle !

Oui, cette année n’a pas toujours été simple, mais vous nous avez malgré tout offert de beaux moments toutes les deux et de belles bataille à Bubble Gum.

Je vous aime mes chéries, soyez différentes mais restez complices ! Mais surtout ne grandissez pas trop vite… J’ai déjà parfois trop l’impression de voir deux petites ados et je ne suis pas encore prêt pour cela ; )

Joyeux anniversaire mes grandes.

Lire la suite Lire la suite

Aujourd’hui Charly, tu as 10 ans.

Aujourd’hui Charly, tu as 10 ans.

10 ans, c’était il y a 10 ans que maman et moi nous avions rendez-vous avec toi Charly ! Ta chambre était fin prête, toute en couleur, avec un beau grand lit. J’avais choisi la meilleure poussette pour toi, nous avions changé de voiture et j’avais lu de nombreux livres sérieux sur comment être de bons parents ! Et pourtant, rien n’aurait pu me préparer encore mieux à ce qui nous attendait !

Et voilà que je me retrouvais avec toi dans les bras. Maman devant se reposer ! Je devais déjà « improviser ». Je n’ai eu de cesse d’improviser et de laisser les livres sérieux de côté. On apprend pas à être un papa dans un livre, j’ai appris à être papa chaque jour à coté de toi. On fait des erreurs, on s’améliore, on essaie autrement… Et je peux te dire que pour te faire manger ta purée, j’en ai tenté des méthodes autant que pour te faire apprendre tes tables de multiplication.

Aujourd’hui, tu as 10 ans et aujourd’hui je sais que même si tu ne cesseras pas de grandir, tu resteras mon petit garçon ! Celui que je sers de mes bras, celui avec qui j’ai construit des histoires de Pirates dans les arbres en Playmobil, celui que j’ai vu sur la scène de théâtre, celui avec qui j’ai regardé les nouveaux Starwars et lu l’histoire sans fin (que nous devons encore finir d’ailleurs). Ce Charly chic, passionné de câbles et d’informatique, ce Charly choc qui m’aura fait parfois perdre un peu plus de cheveux à comprendre les colères. Ce Charly que j’emballe comme un saucisson polonais dans sa couette le soir, ce Charly qui m’a fait rire pour des frites et des pâtes, ce Charly curieux du monde qui l’entoure, des poissons, des insectes, de la nature,… de Minecraft. Ce Charly qui rêve, qui s’enferme pour inventer des histoires dans sa tête. Ce Charly qui chante, “J’aime les filles du Sart Tilman”, qui se voit Star de Youtube et Architecte du bâtiment.

Aujourd’hui, tu as 10 ans. J’ai encore plein de choses à te faire découvrir et à partager avec toi, mais tu grandis chaque jour un peu plus. Je redoute ce jour où tu n’auras plus besoin de moi, ce jour où tu rangeras tes Micro Machines, tes LEGO, tes voitures dans une boite. “Il te restera quoi de moi, le monde à parcourir” chante avec subtilité Geronimo quand il n’est pas possédé. Alors n’arrête jamais de me poser des questions, de me lancer des défis,…

Je suis fier du grand garçon que tu es devenus et cette semaine, tu m’as encore étonné lors de ton stage de Judo !

Prends le temps de grandir pour la suite, profites encore, soit heureux maintenant, pas demain ! Car ce sont ces moments présents qui construiront un jour l’homme que tu seras, le papa que tu seras.