Archives de
Category: Mes passions

BDs, RétroGaming, DemoScène, Musique, Photographie, Montage vidéo,…
et bien plus encore !

Tiens, Rayman Origins sur 3DS, ça donne quoi ?

Tiens, Rayman Origins sur 3DS, ça donne quoi ?

Le weekend dernier, je me suis penché sur l’adaptation de Rayman Origins sur 3DS sorti en 2012, soit une année après les versions de salon.

À sa sortie fin 2011, le retour de Rayman est un évènement en soi. Depuis de longues années, le jeu de plate-forme à l’ancienne, en 2D s’était fait plus que discret derrière les productions en masse misant sur des univers en 3D !

Avec Rayman Origins, Ubisoft relance un genre qui sera rapidement suivi de nombreux autres come back de Mario, Donkey Kong et Sonic, entre autres !

Graphismes incroyables, musiques énergiques et composées pour suivre à la lettre l’action changeante du jeu, Rayman pouvait par ailleurs se lancer dans l’aventure accompagné d’une bande de copains, offrant un jeu en coopération locale jusqu’à 4 joueurs.

Aujourd’hui encore, Rayman Origins fait partie des jeux qui m’ont marqué dans ma vie de joueur, mais qu’en est-il de sa transposition sur la petite portable de Nintendo comparativement à l’œuvre initiale à laquelle j’ai joué sur ma PlayStation 3 !

Lire la suite Lire la suite

Recyclage sur Game Boy Color

Recyclage sur Game Boy Color

Le printemps s’est poursuivi à la recherche et la découverte d’autres jeux issus de la ludothèque de la Game Boy Color avec parfois la surprise de constater que si l’on retrouve plus de recyclage de jeux des années 80 que je ne l’imaginais.

En effet, je gardais à l’oeil deux titres qui m’avaient marqué à la fin des eighties. Paperboy, titre que mes filles aiment beaucoup, ainsi que Wings of Fury, un jeu découvert sur le PC de mon voisin et qui m’avait laissé un très bon souvenir à cet époque. Je les imaginais tous deux retravaillé proprement et exploitant les spécificités de la portables de Nintendo, il n’en est rien, vous allez pouvoir le découvrir !

Lire la suite Lire la suite

Pas de jeux PS5 sur disque externe

Pas de jeux PS5 sur disque externe

La PlayStation 5 était vendue avec un disque ne disposant que de 800go d’espace disque, et il faut bien admettre que cela ne laisse quand même pas beaucoup de place pour ajouter de nouveaux jeux. Grosso modo, avec Final Fantasy VII Rebirth, Hogwart Legacy, Horizon Zéro : West Forbidden et NBA 2K22 sur le disque, cela ne me laisse que quelques giga pour installer l’un ou l’autre jeux Inde. Cette année, je n’ai presque pas pu profiter des jeux offert avec l’abonnement PlayStation, pas la place pour les installer : (

Le fiston a ramener F1 2K23 cette semaine, grosso modo 141go de données, impossible de faire autant de place sur la console, je me suis dit qu’il était temps d’investir dans un disque dur externe SSD, pourquoi pas 2to, pour étendre l’espace de la console.

Mauvaise surprise, une fois le disque connecté et l’option « extension » activée, la PlayStation m’informe que je ne pourrais y copier que des jeux au format PS4 pour y jouer directement. Les jeux PS5 seront simplement déplacer, mais non jouables !! Caramba.

Il aurait fallut acheter un disque compatible « M2 » permettant une vitesse d’accès d’au moins 5gb/sec contre les 1gb/sec du Samsung Shields T7 acheté. Cela fait effectivement une sacrée différence.

Mais en analysant un peu le sujet, peut-être aurais-je dû le faire avant, je comprends en effet que pour étendre l’espace disque d’une console PlayStation 5, il n’existe pas de solution sur disque externe. Les disques au format M2 sont des disques SSD à installer en interne, à l’intérieur de la console. La procédure ne semble pas spécialement compliquée et je me notes les informations de la fin de l’article de JeuxVideo.com ici-bas, si d’aventures, je poussais à me tourner vers cette solution.

Lire la suite Lire la suite

Une version GBA de Open Season pour les fans de pixel art

Une version GBA de Open Season pour les fans de pixel art

Je me sens un peu seul au monde sur mon blog et pour l’instant, ce que j’ai envie de partager c’est l’exploration de ma collection de cartouches Game Boy, Color, Advance chinées aux fils des années depuis ma nouvelle console à l’écran sublimé. J’en profite à l’occasion pour faire une chouette photo avec l’objectif Macro que je teste… Aujourd’hui, j’ai tiré au hasard la cartouche du jeu Open Season réalisé en 2006 pour les studios Ubisoft… Une adaptation de film qui s’annonce rapidement comme une belle surprise !

Lorsque sort le film « Les Rebelles de la Forêt » en 2006, il est loin de rencontrer mes faveurs. Ce nouveau film d’animation de Sony Pictures Animation qui n’a pas encore de grandes franchises à son actif propose une qualité qui n’est pas encore aux niveaux de ses concurrents, une histoires à l’humour américain un peu trop piquant à mon gout pour les enfants… Des enfants, je n’en ai pas encore… Bref, même en DIVX, j’avais passé mon chemin.

0840fd75 5390 4480 bdf2 0aeb58bd48e3 les rebelles de la foret 1661845632
L’affiche du film « Les Rebelles de la Forêt » sorti en 2006

Ne parlons donc à cette époque d’envisager jouer à l’adoption d’un film sur ma PlayStation 2 ou ma GameCube ! Le film sera par ailleurs adapté sur une grande partie des supports de l’époque, ce compris la PSP, la Nintendo DS et même… la Game Boy Advance !


Si chacune des adaptions aura évidemment fait le choix d’une aventure en 3D, avec un résultat qui semble assez moche pour la Nintendo DS. Sur Game Boy Advance, Ubisoft revisite l’histoire du film dans un jeu de plateforme en 2D « à l’ancienne ». Un genre mis de côté, qui ne semble plus convenir qu’aux enfants à qui on laisse la vieille console du grand frère.

Pourtant, là où certaines versions 3D des studios Ubisoft se montrent, ne nous voilons pas la face, des graphismes ingrats, cette version en 2D propose des sprites et animations hautes en couleur, des décors réussis et même un level design amusant ! Les niveaux s’entrecoupe de scène qui racontent la trame de l’histoire, avec des dialogues pas trop long qui pose bien l’ambiance.

Dans le jeu, notre grizzly Moog est amusant à prendre en main. Il peut faire beaucoup d’action différentes, inspirées des plateformes d’exploration à la Metroïd.

Le premier niveau d’apprentissage colle avec l’histoire et se montre drôle. Il propose déjà un beau panel de mouvements, avant de nous emmener dans la forêt.

Bien évidemment, en 2006, « Open Season« , même si la presse souligne la qualité des graphismes sur la console, difficile de sortir du lot des productions Next Gen. En revanche, en 2024, pour les amateurs de Retrogaming, cette cartouche que l’on trouve pour une petite poignée d’euro méritera sa place dans votre collection, j’en suis certain !

Lire la suite Lire la suite

Spirou, mission ennuie.

Spirou, mission ennuie.

Après un Astérix, plutôt réussi, sorti en 1993, Les Schtroumpfs et Les aventures de Tintin au Tibet, nettement plus controversées. Le studio espagnol BIT Managers sous la coupole d’Infogrames s’attaque en 1995 à l’adaptation sur Game Boy d’un autres héros de la Bande Dessinée : Spirou !

A cette époque, cet épisode Game Boy, autant que les versions 16 bits n’étaient pas passées entre mes mains, j’avais laissé les consoles de côté pour profiter de l’arrivée de la 3D sur mon PC, ce n’est qu’à l’approche de 2020 que je glisserais la cartouche de Spirou dans ma Game Boy.

La cartouche de Spirou sur Game Boy

Bref, alors que les équipes d’Infogrames s’occupe de la version 16 bits, particulièrement colorée sur Super Nintendo et Mega Drive, le portage sur la portable de Nintendo n’est pas en reste. Visuellement, BIT Managers fait un très beau travail pour rendre notre groom nationale à l’écran particulièrement reconnaissable et lui offre des animations dignes d’un dessin animé. Spirou court, saute, s’agrippe à des câbles par dessus le danger. Les visuels du premier niveau, dans la ville New York sont soignés, même s’il faut bien admettre qu’ils tranchent un peu à l’univers de notre aventurier,… d’autant que la jaquette semblait plutôt nous emmener en Palombie.

A l’instar des précédents titres du studio, le cadre de l’histoire nous est proposée dans un long défilé de texte. Lent, il faudra être bien courageux pour lire que le Comte de Champignac est en congrès scientifique, il se retrouve confronté aux plans machiavéliques de Cyanure qui a décidé de réduire les humains en escalavage.

Le scénario est similaire à celui des épisodes 16 bits. Il n’est pas lié à un album en particulier, mais reprend quelques personnages issus de l’univers récent que Tome & Janry ont mis en place dans les aventures de Spirou et Fantasio. Et il faut bien admettre que ce synopsis n’est pas des plus originals. Il aurait été plus amusant de retrouver Fantasio, Zorglub et cie… Mais à cet époque, la franchise de Spirou cherche à se ré-inventer et prendre ses distances de ce que Franquin avait magistralement apporté à l’univers.

Si la toute première impression une fois la console en main est positive, surtout après la déception qu’était Tintin au Tibet, on s’ennuie enfaite très vite, sans vraiment comprendre notre but dans la vie. Des pots de fleurs qui tombent, cela fait très Schtroumpfs. Des câbles électriques à traverser, cela fait très Tic & Tac. Des chiens qui mordent, des petits oiseaux qui picorent la tête, et clairement notre seule option est d’éviter les ennemis.

On ramasse des coiffes de groom qui trainent dans la ville. Pourquoi ? Faut-il les trouver toutes ? Par essai erreur, on tombe dans les trous, on tombe de haut, on meurt… et avec un peu de chance, d’un saut osé, on arrive à la fin du niveau. Mais déjà au bout de quelques minutes, le level design se montre répétitif et inintéressant. Les 4 obstacles rencontrés (pots de fleur, chien, oiseaux, courant électrique) font un peu faiblard. Même la musique, joyeuses et de qualité, rappelant la patte de Alberto José Gonzalez Pedraza qui avait magistralement mis en musique Astérix sur Game Boy, fini par être répétitive.

Une nouveau panneau nous explique que Cyanure, avec son Sèche Cheveux, réduit Spirou à la taille de 10cm. Le second niveau nous propose avec peu d’originalité un Spirou dans un monde de jouets… avec un level design toujours aussi peu inspiré… J’abdique, comme probablement d’autres joueurs à l’époque.

Dommage peut-être, visuellement, les niveaux suivants semblent très réussis !