Archives de
Étiquette : université

Fing, pour surveiller l’état du réseau Voo, Proximus et cie

Fing, pour surveiller l’état du réseau Voo, Proximus et cie

Actuellement, une extraordinaire session d’examens à distance se prépare dans les Universités et Hautes écoles. Parmi les différents pépins possibles, il faudra également faire avec les pannes de plus en plus fréquentes en ces temps de confinements des providers Internet. La semaine dernière, le réseau VOO était d’ailleurs tombé pendant 30 minutes sur une grande partie de la Wallonie.

Une panne de réseau internet a été détectée chez VOO. Le problème est identifié et réglé, ou en passe de l'être.
Une panne de réseau internet a été détectée chez VOO. Le problème est identifié et réglé, ou en passe de l’être.

Ce genre de situation est évidemment plus facile à diagnostiquer et se retrouve même relayée par les média, mais lorsqu’il s’agit de panne plus localisée, on peut parfois rester plus d’une heure sans en connaitre la cause.

Néanmoins la panne de la semaine dernière m’a permis de découvrir l’application FING qui permet de suivre en directe la situation des réseaux de sa région : Voo, Proximus, Telenet, Orange, EDPNet, Skynet, Scarlet,… Voilà qui sera bien pratique !

Dix jours de confinement, dix !

Dix jours de confinement, dix !

Well, voilà 10 jours que nous sommes confinés tous les 6 à la maison. Le rythme s’organise et fort heureusement, le soleil brille, les enfants ont donc pu chaque jour faire la “récréation” dans le jardin !

Wouw, même Rose travaille le matin !
Wouw, même Rose travaille le matin !

Pas besoin de leur rappeler de se lever tôt, mais dès 8h30, c’est l’heure du travail pour l’école. L’imprimante crache les feuilles de chacun, les grands ont toutes les informations reçues de leurs institutrices. Pour Rose, Madame Rosaria sera fière de voir qu’elle apprend à faire de belles lettres pour se préparer à la 3° gardienne ! Après cette heure de travail, ils vont faire leur moment de lecture pendant que je vais télétravailler dans mon bureau, en bas dont j’ai grandement optimisé l’espace pour y glisser mon portable vidéo et mon disque dur de données vidéos. Mon ordinateur perso faisant office de second écran frame.io et gestion des mails. Ok, on commence à trouver le cap. Il reste les Visios qui parfois s’enchainent avec les appels téléphonique… Le studio à la maison étant lui aussi mis à l’arrêt, le mois sera difficile.

Le poisson rêve est libéré,... et maintenant on va jouer à quoi ?
Le poisson rêve est libéré,… et maintenant on va jouer à quoi ?

L’après-midi, le Weekend, on tente de sortir toutes les idées possibles pour occuper chacun, parents et enfants. Jeux de société, rangement, jardin, jeux vidéo, cuisine, bricolage… Cette première semaine est passée assez vite, mais il plus que certain que tout cela ne s’arrêtera pas le 5 avril. On se sentira vite seul, malgré les apérovidéo… Déjà je me lasse de Netflix, Zelda et Horizon Zero qui j’espérais nous tiendrais compagnie sont terminés…  et de toute manière, je suis épuisé lorsque la journée touche à sa fin…

Je nous mets dans notre bulle, on ne bouge plus… On essaie de penser à autres choses et pour cela il faut s’occuper tout le temps !
Mais il faudra pourtant retourner faire des courses… Madame a déjà été en faire vendredi, c’est anxiogène que de faire les courses au compte goute, mais il reste des choses qui vont rapidement venir à manquer et il faudra y retourner… On cherche des alternatives, acheter dans un ferme, réfléchir aux repas à l’avance. Mais ce Coronavirus, il reste combien de temps actif sur ce que l’on achète dans les magasins. Acheter des livres ou objets d’occasion par la poste, n’est-ce pas augmenter le risque… On parle de beaucoup de chose dans tous les sens… La certitude, c’est que les Universités belges ne reprendront pas les cours cette année en présentiel, comme en Suisse d’ailleurs.

Sur ce, bon début de semaine à tous, et portez-vous bien…

Japon, droit devant !

Japon, droit devant !

Il y a des choses auxquels on ne s’attend pas toujours… Partir en reportage vidéo une semaine au Japon en faisait clairement partie. De retour depuis quelques jours maintenant, il ne fait aucun doute que ce voyage m’aura marqué, tant pour l’intensité du projet que nous y réalisions que pour la découverte de ce nouveau monde à l’autre bout de la planète.

Akihabara de nuit
Akihabara de nuit

Depuis bien longtemps le Japon me fascinait tant pour sa culture du Jeux-Vidéo que pour les mangas,… mais aussi son architecture, ses voitures, sa culture, sa musique, ses produits multimédia ! Le Japon m’a toujours donné l’impression d’être une destination de pèlerinage numérique !

Certes, avec des journées de travail de parfois près de 18h, je n’ai pas vraiment eu l’occasion de flâner dans la ville. Néanmoins, travailler à 200 à l’heure m’a par contre permis de vivre à la même vitesse que la ville et mon esprit n’a cessé d’analyser et ramener des souvenirs, des mémos de cet univers quasi futuriste aux côtés de notre civilisation européenne encroûtée…

J-1 Let’s flight to Tokyo

12h de vols + 7h de décalage horaire, encore un train à prendre pour arriver à la gare de Tokyo et nous étions déjà à pied d’oeuvre pour tourner les capsules MOOC de la journée dédiées à “L’esprit Kyocera“. Nous le savions, la semaine serait intense pour boucler notre planning et ce rythme intense aidait aussi à ne pas succomber à la fatigue…  Bref, il était déjà tard lorsque nous arrivions ensuite à l’hôtel, nous laissant une fin de soirée pour découvrir la cuisine locale, les galeries souterraines de magasins improbables et rapporter les premières images d’Akihabara, le quartier historique du jeux-vidéo japonais. Je pensais y “perdre” des albums de musique made in Cyborg Jeff, mais force m’est de constater qu’il est impossible de perdre quelque chose au Japon,… On viendra toujours vous le rapporter !

Dès cette première journée, le choc était impressionnant. Nous avions la grande chance d’avoir Claire à nos cotés qui parle le japonais couramment et connait parfaitement la ville. Sans cela, il aurait été impossible d’être autant efficace dans l’organisation de nos déplacements… ou tout simplement choisir notre repas ! J’espérais partir sur place avec mon “Apprends le japonais” sur Nintendo DS, mais ce dernier s’est perdu dans un bureau de poste. Je n’avais donc en poche qu’un Moshi Moshi, Konishowa et Sayonara issu de mes lectures de Yoko Tsuno…  Et ce n’est guère très utile ! Si il y une phrase à retenir, ce serait plutôt : 有難うございます。(à prononcer : Arigatougozaimaaaas) qui veut dire qqch du genre : Un tout grand merci ou Au revoir et merci beaucoup…

Lire la suite Lire la suite

Lectures en cours…

Lectures en cours…

Pile de livre sur ma table de nuit

Je parle de beaucoup de chose sur mon blog, mais il est vrai que les bouquins y trouvent assez peu leur place. Pourtant, ma vie est à l’image de ma table de nuit. Remplie de belles choses, de découvertes, d’envie d’aller plus loin, de choses que je mets de coté et d’autres qui m’oblige à faire du ping pong…

J’ai entamé Le livre perdu des sortilèges durant l’été 2013 sous le soleil d’Italie. J’ai été transporté intensément par l’histoire de Diana Bishop chercheuse dans une prestigieuse université anglaise se découvrant d’une grande lignée de sorcière et tombant amoureuse d’un vampire. Un livre bien différent des histoires à la Twilight qui ne m’ont jamais intéressées et pourtant je suis resté à l’arrêt dans l’histoire… espérant un jour m’y remettre et surtout une adaptation cinématographique !

Un livre, c’est beau ! Oh grand jamais je ne pourrais me résoudre à ne pas avoir l’objet en main et j’apprécie beaucoup être séduit par les couvertures des jolies éditions de romans modernes que je découvre régulièrement sur le compte instagram de Sophie Lvrdr. Il y a tout juste un an j’avais été plus qu’intrigué par le roman La 5° Vague. Entre La Guerre des Mondes et Walking Dead, j’avais bien accroché le rythme effréné du roman entamé en janvier dernier. Mais ce dernier se retrouvait déjà sur le petit écran, ne me laissant pas vraiment le plaisir d’en savourer le dénouement… Puis, il y a la trilogie du Passe Mirroir et son 1° tome Les fianciés de l’hiver que je viens de commencer. J’avais offert ce roman il y a quelques temps déjà à madame qui l’avait adoré, comme toutes les personnes à qui nous l’avions recommandé. Mon boulot devrait me permettre de rencontrer son auteur Christelle Dabos dans les semaines à venir et il me tenait à coeur de me plonger dans cette univers avant cela !

A coté de tous ces romans, il y a mes divers ouvrages sur la culture “Playhistoire” signés Pix’n Love que je continue à enrichir… La biographie d’Eric Chahi par Daniel Ichbiah toujours en standbye. J’alterne pour l’instant les chapitres de l’excellent bouquin “la révolution PlayStation” avec mon livre de l’été “la guerre des mascottes” dont mon frangin vient tout juste de publier une excellente critique !

Enfin, j’ai parfois besoin de moments simples, je (re)découvre depuis un bon moment déjà l’univers de Jojo de Geerts à mesure de mes achats sur brocante. Trop ignoré étant enfant, j’y trouve une magie de simplicité, de nature et de poésie de l’enfance incroyable. La série débutée à la fin des années 80 a vraiment su vivre avec son temps et apporter des petites références à l’évolution de l’enfance dans les années 90 puis 2000. Et pour clôturer, c’est également au coté de Yoko Tsuno, idole de ma jeunesse que j’aime à voyager. L’été dernier, j’avais commencé à relire l’ensemble de la série qui n’a pas perdu une ride pour enfin me plonger dans les aventures électroniques jusqu’ici inédites pour moi avec un excellent le tome 24 : Le 7° code.

La boite à MOOC

La boite à MOOC

 

MoocLab #4 - Pierre Martin - Studio Multimédia - IFRES - eCampus - ULg

Vous me voyez peu, vous me lisez moins ! Il serait pourtant grand temps que je m’occupe de préparer mes prochaines vacances mais il est vrai que depuis deux mois, je suis grandement les pieds.. et la tête dans la mise en place d’un projet de réalisation de MOOC (Massive Open Online Courses) au bureau. Cela fera bientôt 15 ans que je fais de la vidéo pédagogique à l’Université de Liège et depuis quelques années nous vivons un joli BOOM de production. Si tout avait commencé en 2002 avec un simple petit caméscope bien avant que l’on ne parle de Youtube, je ne suis pas peu fier de ce qu’est devenu maintenant notre studio multimédia à l’IFRES!

De plus, cette année, nous avons eu le feu vert pour la mise en route d’un projet pilote d’envergure et ce fut l’occasion à maintes reprises de se poser sur ce que nous avons déjà produits, nos choix techniques, notre approche et dans quelle direction évoluer. S’il est peut-être encore un peu tôt pour vous parler de nos premiers MOOCs, il me semble déjà intéressant de pouvoir partager les aspects techniques avec vous.

Production Multimédia à l'ULg

Fin de l’année dernière j’ai eu l’occasion de faire une petite présentation à HELMo de cette réflexion réalisée autour de nos productions multimédia à l’ULg  (PDF) réalisée avec Jean-François Van de Poël et Dominique Verpoorten. Présentation qui fut ensuite reprise plus en profondeur lors de la eapril au Luxembourg par Jean-François (PDF). En 2015 nous avions déjà produits plus de 1000 capsules vidéos et plus de 250 heures de contenus, une belle matière première pour prendre du recul, n’est-ce pas ?

Nous avons dans un premier temps dégagé 7 typologies principales de vidéo pédagogique pouvant être élargies allant de la simple captation écologique en amphi à la super production. Nous avons bien sur illustré ces typologies avec des exemples concrets parmi nos productions liégeoises, quantifier l’implications tant de l’enseignant, de l’accompagnateur pédagogique que du technicien.

Ce travail nous a permis d’une part de pouvoir dégager une approche plus systématique dans nos offres et le workflow technique. D’autre part nous allions ensuite pouvoir l’utiliser pour analyser un panel de MOOCs  afin d’investiguer quels types de vidéos y étaient représentées, pourquoi, comment ?  C’était enfin l’occasion de sentir le pouls… Sommes-nous aptes à produire des vidéos de MOOC !? Oui !

Lire la suite Lire la suite