Archives de
Étiquette : tablettes

Scoop : Dropbox nous impose de passer à la caisse.

Scoop : Dropbox nous impose de passer à la caisse.

En cherchant ce matin la raison de pourquoi les photos de mon smartphone ne se synchronisaient plus vers mon compte Dropbox, j’ai constaté dans les menu de l’application, en rouge, que je dépassais mon quota d’appareils connectés !? Sur mes 23 devices, seuls 3 me sont autorisés à mon compte “Basic”, le compte gratuit de l’application web de synchronisation de fichiers dans le cloud que j’utilise depuis plus de 10 ans !

D’une rapide recherche sur la toile, je découvre donc que depuis la mi-mars, Dropbox a décidé de limiter le nombre de machines synchronisables sur les comptes gratuits, rendant pour ma part son utilisation totalement impossible telle quel.

 

Ai-je d’autres alternatives que de passer à un abonnement “Plus” à 99€/an ? Si à titre professionnel, je dispose d’un équivalent à Dropbox propre à mon employeur, j’ai malgré tout besoin pour mes autres activités besoins de pouvoir accéder à mes contenus “Dropbox” à tout moment sur 2 smartphone, 2 tablettes et un minimum de 5 ordinateurs… Mais quoi qu’il en soit, la force de Dropbox était que je pouvais avoir sur n’importe lequel des ordinateurs, tablettes ou smartphone que j’utilise au quotidien tout une série de document et surtout de photo “mémo” ainsi que l’assurance que tout les contenus que je crée depuis mes Smartphones s’y retrouvent automatiquement ! Difficile de trouver mieux ailleurs.

Lire la suite Lire la suite

Pang Adventures, seul dans sa bulle !

Pang Adventures, seul dans sa bulle !

Voilà quelques années que les éditeurs de jeux jouent avec notre fibre nostalgique. Pas plus tard que cette année, on nous resservait un lifting de Day of the Tentacle, une version 3D de Shadow of the Beast ou encore le retour des Buster Brothers dans un nouvel épisode de la licence Pang que j’ai eu récemment l’occasion de tester sur Press-Start !

Cannon Ball – Hudson – 1983
Cannon Ball – Hudson – 1983

Pang est à l’origine un jeu d’action et de réflexes sorti en 1989 sur borne d’arcade. Vous y contrôlez un petit personnage armé d’un « pisto-grappin » avec lequel vous allez devoir détruire une série de balles rebondissantes dans un niveau figé. Lorsque vous en explosez une, celle-ci se sépare en deux autres plus petites. Pour l’époque, il n’y avait pas vraiment de grande révolution en la matière et le concept n’était au fond pas vraiment éloigné de ce bon vieux Astéroïds où les météores se scindent en deux morceaux plus petits lorsque votre vaisseau parvient à les atteindre d’un shoot bien senti ! Les plus anciens vous diront même que Kihaji Okamoto, concepteur de Pang, n’aura au fond que remis au gout du jour un titre de Hudson sorti en 1983, Cannon Ball, où là aussi votre petit personnage devait détruire des boules rebondissantes se coupant en deux une fois atteintes !

Pang - Mitchell - 1989
Pang – Mitchell – 1989

Pour ma part, je n’ai pour ainsi dire pas connu la version arcade et ses nombreux portages. Ce n’est dans un premier temps qu’avec la version Super Nintendo que j’ai découvert le concept et c’est surtout avec l’épisode Playstation plus de dix ans tard, que j’ai vraiment touché à l’essence même du jeu : Le bon timing ! Car en fait, tout est là. Si Pang n’innove pas réellement, il offre un jeu stressant où vous devrez anticiper les rebonds des différentes boules autour de vous pour vous positionner au meilleur endroit pour réduire la taille des obstacles. Lorsque vous scindez une balle en deux, son amplitude de rebond se réduit et il vous faudra donc rapidement changer de position.

Nous voici donc, 27 ans après la sortie de Pang dans les salles enfumées et c’est le duo français Pastagames et DotEmu qui s’attelle à remettre au gout du jour les aventures des deux frangins sur Smartphones, tablettes et consoles next-gen. L’un et l’autre nous ont offert jusqu’ici de chouettes réalisations. Le premier avait su nous surprendre avec Maestro Jump in Music sur Nintendo DS, Rayman Jungle sur iPad ou encore Pix the Cat sur PS4 alors que le second est essentiellement connu pour ses portages parfaitement au point de grands classiques tels que Another World, Gobliins ou encore Little Big Planet sur supports tactiles. Vous conviendrez donc qu’avec un tel bagage, j’étais plutôt enthousiaste à l’idée de tester Pang Adventures sur mon iPad.

La petite séquence d’introduction est réussie, les musiques sympathiques… voilà nos deux frangins rappelés de vacances pour sauver le monde d’une invasion extra-terrestre particulièrement bien préparée… à base de bulles ! Le prétexte est amusant, vous en conviendrez !

Lire la suite Lire la suite

Les ordinateurs n’ont plus la cote !?

Les ordinateurs n’ont plus la cote !?

Charly a maintenant 6 ans et demi, et dans la liste de Saint Nicolas est apparu un ordinateur ! Pour l’instant, il joue de temps en temps avec un vieux clavier et invente que c’est un ordinateur d’internet… et c’est très chouette ! Il lui arrive de temps à autre de faire quelques activités sur l’iPad ou mon Smartphone, de jouer à Kirby sur la WiiU ou à des petits jeux simples sur la DS/3DS ou encore tout simplement utiliser l’ordinateur de Maman pour aller regarder des vidéos de Lindsey Stirling sur Youtube, mais dans l’ensemble ces moments sont assez rares (1x par mois par activité) et je crois que ce n’est pas une mauvaise chose. J’aime qu’il reste imaginatif et joue avec des jouets d’enfants, dessine, invente.

On bricole un ordinateur pour aller sur Internet (2014)Il m’est arrivé plusieurs fois de m’inquiéter, pourquoi n’aime-t-il pas plus que cela les jeux vidéo, mais j’ai compris encore récemment que c’est le fait de jouer avec une manette qui le rebute. Là où les jeux tactiles lui plaisent beaucoup plus. Différence de génération ? Ceci dit, indépendamment des activités purement ludiques, je trouve qu’il y a beaucoup de choses à caractère pédagogique qui peuvent trouver leur place sur un ordinateur ou une tablette et je me suis donc penché sur le sujet… Puisqu’un ordinateur s’est donc glissé dans la liste à Saint Nicolas !

Premier verdict en écumant les catalogues de jouets 2015 :

Les ordinateurs n’ont plus la cote, là où l’on est noyé d’offres de tablettes en tout genre !

Lire la suite Lire la suite

100% e-Media : Bienvenu dans ce monde de m#… web

100% e-Media : Bienvenu dans ce monde de m#… web

Cette fin d’année n’est pas vraiment signe de bonnes nouvelles dans ce monde informatique qui nous mange chaque jour un peu plus. Facebook prend de plus en plus de place, mais se montre également de plus en plus gourmand. Depuis cette année, le constat est claire.

Facebook payant
Facebook payant

Facebook, n’est pas gratuit. En tant que “Page”, si tu ne paies pas, FB va prendre un % de ta masse de FANS à qui il montrera pas ta publication. tu as 6000 fans, on le montre à 300 personnes grand max… si tu veux plus, alors tu dois payer pour que TES FANS qui n’ont pas encore vu cette publication la voie… La “voir” signifie simplement qu’elle s’affiche dans ton flux d’actualité… rien de plus. Et ça FB le comptabilise, puisque c’est un de ses éléments utilisés dans leur système de publicité (l’affichage d’une pub chez un utilisateur, le nombre d’interaction, le nombre de J’AIME La page que la publication à engendré…). Constat similaire chez Nikopik !

Qui plus est, Facebook nous prépare maintenant les publicité vidéo automatique… Voilà qui pourrait bien réduire drastiquement le nombre d’utilisateurs réels de Facebook et donc la portée de la pub à l’intérieur de Facebook … et donc l’intérêt de balancer ce genre de chose dans la plateforme..

C’est le Wall Street Journal, relayé par Reuters, qui indique que Facebook devrait annoncer dès aujourd’hui, voire plus tard dans la semaine, l’arrivée des publicités vidéo dans le flux d’actualité. Le principe, selon les premiers bruits de couloirs, serait de lancer des publicités automatiquement dans votre Facebook. Ces publicités d’une quinzaine de secondes seront limitées à trois par jours, afin de ne pas (trop) ennuyer l’utilisateur. L’une des premières publicités diffusée par Facebook serait un teaser pour le film Divergente qui arrive bientôt en salles. (Un sujet à lire dans le Journal du Geek)

Petit à petit on nous verrouille tout ce qui a rendu ces dix dernières années une ouverture à Internet et la culture… La technologie aux services de tous devient la technologie aux services des majors…. Le futur ne m’inspire vraiment pas, par moment.

Tiens, et si je regardais un petit Divx sur ma TV ? ou un film en MKV sur ma tablette ou ma console ? ou alors un fichier .avi directement en passant par le lecteur intégré à la TV ? Des usages aujourd’hui très communs pour de nombreuses personnes n’est-ce pas ? Comment endiguer définitivement le piratage des vidéos ? C’est la question que se posent de nombreux studios de cinéma, et il semble qu’ils aient trouvé une solution ultime pour nous empêcher de regarder des copies, même légale, de nos films. Le nom de cette solution ? Cinavia, un DRM conçu pour vous empêcher de visionner les copies de films sur vos TV, smartphones, tablettes, consoles et lecteurs Blu-Ray… (Un article à lire sur Nikopik)

Et je peux le dire que cela fait déjà un moment que je suspecte une implémentation sur la PS3, même si quand je le disais on ne me croyait pas. Je pense d’ailleurs que c’est couplé à une black list de nom de fichier ciblant de fichiers vidéos lié d’une manière ou d’une autre à Sony.

“Dans tous les cas, soyez assuré que la technologie Cinavia ne « surveille » pas ce que vous visionnez. Par sa conception, elle ne peut pas transmettre ni recueillir des informations sur vous, sur vos habitudes audiovisuelles et sur vos choix en termes de média. Les codes Cinavia ne sont pas propres à l’utilisateur, au média ou aux appareils en sa possession et ne comportent jamais d’informations personnelles ou permettant d’identifier une personne.” Et évidemment, avec de tels arguments, c’est passé sans que personne n’en sache rien…”

Dans d’autres registres… Microsoft annonce enfin l’arrivée de Flipboard, l’outil de gestion de flux RSS pour Windows 8.1. Pour les tablettes dans un premier temps, les smartphone devront attendre !

Chez Nokia on travaille sur une technologie de Refocus à posteriori, dans le même esprit que ce que le système Lytro. Je me réjouis de voir cela à l’oeuvre.

En plus d’innover sur la partie hardware (technologie Pureview), le numéro deux mondial de la téléphonie améliore régulièrement l’interface utilisateur du capteur. Il y avait déjà Nokia Camera, qui permet d’aller assez loin dans le “débrayage” de l’appareil pour sortir du mode auto et affiner ainsi les réglages avant de capturer une image. (Un article à lire dans Les Numériques)

J’essaie un peu de voir ce qu’Instagram apporte de plus en tant que nouveau réseau social, Voici des résultats intéressants d’un sondage dans la communauté Instagram sur les spécificités d’une photos qui attirera plus ou moins d’interactions qu’une autre !

 

 

 

 

Créer un syllabus interactif : test de Inkling Habitat

Créer un syllabus interactif : test de Inkling Habitat

Inkling Habitat - création du contenuEn deux mots, un syllabus interactif est un eBook comportant une série d’options interactives telles que l’intégration d’images, sons, vidéos et tests qui pourra être lu et annoté depuis une tablette numérique. La diversité des tablettes et compatibilité des systèmes fontt que plusieurs formats sont en compétition et qu’il n’est pas facile de trouver un outil simple, offrant les options nécessaires et compatibles sur un nombre suffisant de devices tant pour la lecture que pour la création.

iBook Author d’Apple par exemple se montre très abordable et propose des réalisations très professionnelles. Cependant il implique d’une part de travailler depuis un ordinateur Apple et d’autre part ne produira que du contenu au format iBook uniquement compatible avec les devices Apple. Après un premier tour d’horizon de mes collègues l’été dernier, nous savions que le format le plus compatible seraient l’ePub3, mais ce dernier était encore rarement entièrement supporté. J’ai choisi ces dernières semaines de tester l’outil de création dont Inkling Habitat afin de voir où ce dernier se situe à l’heure actuelle dans la création de syllabi interactifs. Je suis donc reparti de notes de préparation au CESS d’histoire pour faire un petit essai.

Tout d’abord l’outil s’utilise en ligne et implique l’utilisation du navigateur Chrome. Graphiquement, il est assez cohérent et l’on ne se perd pas trop dans l’outil. Il est par contre conseillé de lire un peu le manuel afin de s’y retrouver dans la manière de construire des contenus, créer des chapitres et des sections, comprendre comment ajouter un test et où le placer dans le contenu.

Il est par exemple possible de créer différents types de tests, malheureusement l’édition de ceux-ci doit de se faire…. dans le code HTML ! Il y a sur cette étape encore du travail à faire.

annotations collaboratives des syllabi dans la plateforme Inkling ?ajout d'un fichier videoL’intégration de vidéo se fait uniquement en “élément pop-up” et pas intégrée dans la page.  Les types de fichiers supportés sont nombreux, mais il faudra parfois utiliser Miro Converter pour transformer par exemple un fichier M4V en MP4. Il y a quelques erreurs et blocages pendant la phase d’upload, mais dans l’ensemble cela fonctionne. Les fichiers vidéos ne sont pas inclus dans le fichier final mais lus en streaming depuis le web.

On sent malgré tout que l’outil est encore peu stable et à besoin d’évoluer. L’export au format ePub donne des résultats peu concluants et l’export vers la librairie iBook de l’iPad implique de diffuser le contenu dans l’AppStore. Reste l’option de la publication vers la bibliothèque Inkling qui est évidemment bien mieux compatible…. mais l’application n’existe que sur le web et les devices Apple.

Bref, pour l’heure… cela n’est toujours pas la solution miracle et surtout le résultat est bien moins intéressant que ce que l’on arrive à produire facilement via iBook Author. Le produit a tout de même l’avantage d’être compatible iDevices et Web. De plus depuis l’interface Inkling Store/Read on dirait que l’on peut annoter de manière sociale les contenus, ce qui peut être assez sympa.

Dans une autre optique, j’ai également trouvé un outil qui cette fois fonctionne et permet de récupérer des contenus issus de WordPress pour en faire un eBook au format ePub, mais dans un format extrêmement basique. Il s’agit du plugin : Anthologize