Archives de
Étiquette : monture E

Mise à l’épreuve du Sony Alpha 7rIII dans les rues de Napoli

Mise à l’épreuve du Sony Alpha 7rIII dans les rues de Napoli

La semaine dernière, mon équipe s’envolait pour Naples afin de participer à un colloque majeur lié aux MOOCs. J’avais profité de cette occasion pour emporter avec nous le nouveau boitier hybride signé Sony, l’Alpha 7rIII équipé d’un objectif Sony monture E full frame 50mm F 1.8.

Déjà testé pour ses performances en tant que boitier vidéo, avec notamment un follow focus impressionnant lors de prise vidéo en mouvement, c’était ici l’occasion de mettre au défi ce petit boitier compact à la finition impeccable d’un part des environnement mi-ombre, mi-soleil lors de la journée du dimanche, puis en mode nuit par la suite.

Dans une gamme Sony Alpha 7 trop vaste, il n’est simple de savoir ce que chacun des boitiers à comme caractéristiques et différences. Même en magasin, je n’ai pour l’heure pas réussi à pouvoir obtenir des renseignements précis, je me suis donc fait un petit mémo puisque l’on retrouve encore aujourd’hui sur le marché l’Alpha 7, l’Alpha 7II, l’Alpha 7III, l’Alpha 7r, l’Alpha 7rII, l’Alpha 7rIII, l’Alpha 7s et l’Alpha 7sII avec des prix allant de 850 à près de 3000€.

42 megapixels - ISO 6400 - 50mm F 1.8 - L'équipe à Naples
42 megapixels – ISO 6400 – 50mm F 1.8 – L’équipe à Naples

Si l’on tâchait de faire simple, à l’origine la différence significative entre le modèle de base et la déclinaison “r” est sur base d’un boitier identique l’utilisation de deux capteurs full frame différents. un 24 megapixels et un 42 megapixels pour la déclinaison “r” (36 dans sa première version). Le nombre de megapixels offre des images avec énormément de détails et la possibilité de faire de large agrandissement (ou de forte coupe), mais il réduit l’efficacité du capteur en faible lumière, sa plage de sensibilité est donc plus courte. Enfin, la série “s” est initialement dédiée à la vidéo, avec des modèles équipé d’un capteur de seulement 12 megapixels afin d’élargir encore la plage de sensibilité mais pouvant également filmer en 4K et en slow motion.

Néanmoins, les 2 premières génération de Sony Alpha 7 souffrait d’une trop faible autonomie. La 2° génération apportait un capteur stabilisé, la possibilité de filmer en 4K sans utiliser de périphérique externe ainsi qu’une amélioration du follow focus, mais indéniablement, la 3° génération  se présente comme parfaite avec une nouvelle série de batterie 2x plus performante. En effet tant en reportage vidéo que sur quelques jours de reportage photo, cette dernière ne nous a pas fait défaut, alors que, rapelons-le, il s’agit ici d’appareil photo hybride. A savoir, qu’il ne dispose pas d’un viseur optique, mais bien d’un viseur LCD qui doit donc être alimenté.

La gamme Sony Alpha 7
La gamme Sony Alpha 7
Au sommet de Napoli - Le plein de détails
Au sommet de Napoli – Le plein de détails

Habituellement, je jongle entre mon Nikon D750 et mon excellent photophone Google Pixel 2. Ce dernier de part son omniprésence me permet de dégainer rapidement tout en me rapportant de jolies photos essentiellement des portrait ou en environnement sombre. Mais lorsque j’analyse ces dernières, elles manquent de détails dans les paysages tout spécialement. Avec ses 42 megapixels, le Sony Alpha 7rIII offre des clichés impressionnants ! Les détails des petites maisons au loin dans la crique de Napoli sont propres, là où mon Google Pixel 2 si l’on cherche à voir les détails offre une image plus pâteuse. De nuit, alors que je l’imaginais souffrir, il n’a bronché sur aucune mise au point du 50mm 1.8. A la retouche, les images de fin de journée en ISO 2000 sont impeccable. Lorsque la nuit est tombée, j’ai poussé jusqu’à 6400 ISO avec un peu de mouchetage très léger.

Petit désagrément, le format brut .ARW de Sony est mal reconnu nativement sur un ordinateur Apple. Il faudra que j’approfondisse le sujet, mais sur mon Mac Book Pro – Sierra, le logiciel Apple Photos ne parvient pas à afficher ou éditer un fichier, imposant de devoir utiliser les outils de base de Sony. Alors que sur ma station iMac équipé de la dernière version d’OSX – High Sierra, je n’ai pas eu ce soucis. Il faudra approfondir le sujet.

Lire la suite Lire la suite

100% e-Media : les nouveautés Nikon

100% e-Media : les nouveautés Nikon

Nikon D610
Nikon D610

Cela commençait à être prévisible depuis le retrait du catalogue américain du D600, Nikon vient d’officialiser le D610 qui viendra balayer toute la problématique de particule de poussière qui plombait le démarrage du D600.

Vous attendiez l’ultime saison au Dust-gate du D600 ? Nikon vient de mettre un terme à la série avec l’officialisation du D610 qui vient remplacer le reflex 24×36 de la marque. Un modèle «mal né» qui a souffert depuis le début d’un phénomène de poussières sur le capteur. Une histoire à rebondissements que nous avons évoquée plusieurs fois dans nos colonnes ici et . (Un article à lire sur Focus Numérique)

Je reste pour ma part au taquet sur les nouveautés Nikon, toujours dans l’optique de remplacer mes Nikon D700. Je suis depuis un moment le site anglophone Nikon’s Rumors. Le D600 restait pour moi décevant et ce nouveau D610 n’apporte aucune nouveauté 1 an plus tard.

Nikon DF
Nikon DF

En octobre dernier, on apprenait également que Nikon envisageait de sortir un boitier Full Frame rapellant le mythique M2 et dont les performance serait proche du Nikon D4. Ce dernier s’appellera finalement le Nikon DF.

Il est désormais officiel. Le Nikon Df sera commercialisé en novembre (le 28 si la publication accidentelle d’Amazon est correcte). Il faudra débourser 2899 € pour se l’offrir. À ce prix, il sera livré avec une édition spéciale du 50 mm f/1.8G (le même que l’actuel avec un design plus rétro, collant mieux à l’image du boîtier). (Un article à lire sur Focus Numérique)

Les performances d’un D4, voilà qui me titille évidemment, mais ce test montre une série de lacunes vraiment dommages : pas de fonction vidéo, obturateur limité à 1/4000eme… Bref à nouveau un produit mal positionné.

Sony A7
Sony A7

Voilà qui laisse à nouveau de la place pour Sony avec son agressif modèle hybride Full Frame, les Sony A7 et A7R.

Sony a déjà prouvé qu’un capteur plein format n’était pas incompatible avec un boîtier compact (RX1 et RX1R) tout en faisant la démonstration technique que la monture E des Nex savait accepter un tel capteur (lire notre article “Sony NEX plein format : nous l’avons testé !” au sujet du caméscope VG-900). 6 mois après notre petite boutade du (presque) premier avril, nos espoirs se concrétisent à travers les A7 et A7R. Oui, vous avez bien lu : s’il s’agit bien d’appareils à monture Nex E, donc compatibles avec les objectifs déjà existants pour l’APS-C — avec recadrage —, il faudra appeler les nouveaux venus Alpha. Un peu comme l’Alpha 3000, qui dispose également d’une monture E malgré son look d’Alpha 58. À en perdre son latin et ses kanjis… (Un article à lire sur Les Numériques)

100% e-Media : Vidéo pro en monture Sony-E

100% e-Media : Vidéo pro en monture Sony-E

Je garde bien sur un oeil sur l’actualité vidéo et notamment les nouveaux modèles autour des optiques E de Sony, compatible avec ma Sony VG20. Le site Focus Numérique présentait d’ailleurs il y a peu la Sony NEX EA50 qui reprend les caractéristiques de la Sony VG900 et l’approche ergonomique de mon ancienne Sony HD1000, caméra d’épaule. Ce nouveau modèle dispose toujours d’une optique interchengeable et également, enfin, d’entrées XLR !

Par ailleurs, lors de Photonika, Carl Zeiss annoncait de jolies optiques pour la série NEX…

Et d’un oeil de plus en plus éloigné, je constate que Pinnacle 16 a reçu une mise à jour qui rétabli enfin un élément disparu que j’avais soumis en tant Beta Testeur depuis de longues années, la navigation frame par frame avec la molette de la souris !