Archives de
Étiquette : lumière

Souvenirs de Juin 2014

Souvenirs de Juin 2014

CJ, 30 juin : bonne mère ! J’ai tout cela de jeux NES ! 17 jeux dans ma boite !
CJ : ça doit être génial d’être animateur dans ce genre de stage pour enfants ! Notre stage “Studio” (85€) : Apprentissage de chansons ou de textes. L’informatique, avec un ingénieur du son professionnel. L’infographie, comment réaliser la pochette d’un cd ?
Jessica : AVIS aux amateurs de casses en tout genre – Demande de renfort gros bras ou simplement courageux le WE du 19-20-21 juillet pour démolition/détapissage/démontage dans notre nouveau nid ! Pierre et mon Papa y seront… Si le vous en dit, faites nous signe.
CJ : Et donc le gars qui contrôle l’écurie de F1 russe Marussia (ex Virgin) est celui qui implanté le clone russe de la console NES de Nintendo (la Dendy), à la fin des années 80… Tout un programme !

CJ, 29 juin : Et donc en 2 secondes elles ont reconnu la série Charly et Lola
CJ : Bon… j’ai ratrappé mon retard dans la lecture des Intégrales de Spirou et Fantasio… je vais pouvoir passer à l’étape : BDs en caisse !

Lire la suite Lire la suite

L’après D700

L’après D700

QuenaLove - Petite Snorkys Photography - Nikon D4Voilà déjà un bon moment que j’attends la relève du Nikon D700 qui depuis 2009 était notre appareil principal en reportage, et dès 2012 notre deuxième boitier. Entre temps Nikon a sorti pourtant 4 autres boitiers et leur déclinaison dans sa catégorie pro, le D800/D800E, le D4/D4s, D600/D610 et le DF. Néanmoins aucun de ceux-ci ne posent réellement en réel successeur du D700. L’une des raisons principales à cela est que l’excellent Nikon D700 offrait un tel rapport qualité/prix qu’il a phagocyté grandement les ventes des modèles supérieurs D3 et D3s.

J’analyse donc depuis longtemps le marché Nikon et son évolution, attendant le boitier parfait… et fin 2012, devant remplacé le D700, nous nous étions orientés sur le couteux Nikon D4 qui tant sur papier que sur le terrain s’est vraiment montré un cran au-dessus ! Reste que le D4 coute pas loin de 5000€, dispose d’un grip intégré et n’a évidemment pas la vocation d’être un boitier bis. Cependant, avoir gouté aux performances du Nikon D4 permet évidemment de mettre en avant certains points sur lesquels le D700 montre ses faiblesses : les photos réalisées en faible luminosité !

Ce genre de photo fait clairement partie de ce que j’apprécie, me passer de flash, et uniquement utiliser la lumière dont je dispose, jouer avec celle-ci et aller à sa rencontre ! Notre choix d’objectif est d’ailleurs taillé dans ce sens. Notre brave Nikon D700 offre un bon résultat jusqu’à 2000 ISO, et la qualité de ces images était déjà extraordinaire ! Cependant, le D4 grimpe sans soucis jusqu’à 6400 ISO et dans les faits offre de magnifiques photos dans toutes les situations à faible luminosité ! Autres points liés à cela, dès que la lumière manque, la mise au point automatique (AF) devient capricieuse. De ce côté, le D4 bronche très rarement !

Le Nikon D700 reste pourtant un excellent appareil auquel je lui trouve peu d’équivalents, mais il est certain qu’une fois comparé au Nikon D4, il montre ses faiblesses ! Cette année passée entre D700 et D4 aura donc rendu, je le pense, la réflexion de l’après D700 d’autant plus difficile, car vous l’aurez compris, le D4 ne joue pas dans la même catégorie.

Comparaisons techniques D700 - D800 - D610 - DF - D4

Nikon D800

Lire la suite Lire la suite

48 images par seconde

48 images par seconde

the-hobbit-the-desolation-of-smaug

Sans être un grand fan du Seigneur des Anneaux, j’avais relativement bien apprécié l’histoire se mettant en place dans le premier film de la trilogie du Hobbit. Certaines scènes étaient beaucoup trop longues à mon goût mais dans l’ensemble, j’étais content d’avoir vu le film. Pour la Désolation de Smaug, nous avions choisi d’aller le voir en 3D 48fps, car mon ami Vincent n’avait jamais vu de film en 3D. Personnellement, je ne cours d’habitude pas à voir les films en 3D, car je trouve cela fatigant pour la vue et hormis les films d’animation, je n’ai jamais été époustouflé par cette technologie… jusqu’à La Désolation de Smaug !

Tout d’abord, je trouve que l’équilibre de la trame du film est bien meilleur. Je n’ai plus eu l’impression que les scènes se tiraient en longueur, peut-être juste un peu sur la fin quand Smaug essaie d’attraper Bilbon, mais dans l’ensemble, je trouvais que lorsque le film prenait son temps c’était pour nous permettre de se perdre dans des ambiances et décors époustouflants, baigner d’effets de lumière et de profondeur à couper le souffle !

The-Hobbit-The-Desolation-of-Smaug
Coté 3D, on sent que ce film est une véritable démo technique de ce que l’on fait de mieux… sans pour autant en jeter plein la vue en permanence. Il y a quelques petits effets d’objets qui vous arrivent en pleine figure, mais dans l’ensemble la 3D est surtout là pour nous donner l’impression d’être immergé dans l’univers de JJR Tolkien.

Quid du 48fps ? Dans un premier temps, j’ai été très étonné que ce flux d’image soit bien moins fatigant à regarder (surtout pendant 3 heures) face à tous les autres films 3D que j’ai vus. Je ne peux être certain que cela soit lié, mais c’est important de le souligner. (Et après lecture sur le sujet, je sais maintenant que c’est un des avantages du 48fps).

Ce qui est certain c’est que le 48fps apporte un effet très différent de ce que l’on voit au cinéma. En réalité, on a l’impression de ne pas être au cinéma et d’être vraiment au côté des acteurs (la 3D ajoutant son grain de sel à cela également, j’imagine). C’est assez difficile à expliquer, mais c’est un peu comme si vous regardiez les bonus d’un film, ou une petite série-TV française… tout en étant que c’est bien un film et que vous vous en prenez plein la vue….  Les acteurs ont des mouvements tellement fluides qu’on ne sent pas plus au cinéma… Au fond, passé la surprise, cela donne un certain effet d’intimité. On sent donc un peu plus que les décors ne sont pas réels, les éclairages… mais sans que cela ne soit dérangeant ou fasse trop effets spéciaux… on se sent juste transporté dans l’univers du film.

Je serais vraiment curieux de voir d’autres bons films tournés de ce genre, car il est certain que le 48fps imposera des moyens importants pour que le film soit réaliste !

le-hobbit-smaug

La Foire de Liège, ambiance magique

La Foire de Liège, ambiance magique

Je ne suis descendu sur la foire que vers 16 ou 18 ans. Je n’en ai pas de regret, mais je suis tout de même content de pouvoir venir m’y promener chaque année avec les enfants. Quelle magie, ces lumières, les manèges, les échoppes, les sons qui se mélangent… Comme cela doit être extraordinaire pour un enfant ! Charly est grand maintenant, il arrive à bouder parcequ’il veut manger et non aller sur une attraction… les filles par contre ont fait leurs premiers tours sur un lapin à roulette… “Lapin, lapin, lapin” criaient-elles pour y retourner au plus vite ! Cette année nous sommes descendus sur la foire avec François, Emma, Romain, Patrick, Marie, Thelma et Lily Rose.

Si vous n’avez la chance de pouvoir regarder tout l’album depuis mon compte Facebook, je vous laisse les vignettes qui donnent déjà une ambiance un peu féérique… Oui je sais tout cela arrive fort tard, La Foire de Liège est terminée depuis le lundi 11 novembre… mais que voulez-vous, on a tellement de boulot que nos photos prennent un peu de retard ! Quoi qu’il en soit, c’était l’occasion de “tester” notre nouvel objectif, le Nikkor 85mm F1.8 qui donne vraiment de très bons résultats.

Lire la suite Lire la suite

Fan de ma Caméra

Fan de ma Caméra

Teaser : Mariage Isabelle & Patrick from cyborgjeff on Vimeo.

Hé oui, j’ai cette année bien moins de temps qu’avant pour vous raconter tout ce qui me passe par la tête…. 3 enfants, c’est un boulot de plus à tenir !
Alors, rendez-vous compte, en décembre dernier, je tentais l’aventure d’abandonner ma caméra d’épaule (Sony HD-1000) pour la “petite” Sony VG-20 comme nouvelle arme durant mes reportage mariage. Il aura évidemment fallu attendre le début de la saison 2012 afin de réellement la mettre à l’épreuve. J’envisageais d’ailleurs mon premier mariage en mode “mixte” avec certains moments encore avec ma Sony HD-1000.

Mais ma VG20 aura rapidement fait de me conforter dans mon choix. Cette dernière est en réalité une déclinaison dans un boitier au forme d’un caméscope de l’appareil photo hybride Sony NEX série 5. La VG20 se présente donc comme une caméra à objectif interchangeable. L’objectif 18-200 3.5 – 5.6 permet déjà de s’offrir de magnifiques images où le sujet se détache de l’arrière plan. Avec l’objectif 50mm 1.8, les possibilités de plans artistiques sont évidemment impressionnantes, loin devant ma HD-1000 ou même une caméra professionnel tel que la Sony Z5. Avec des objectifs offrants de tels ouvertures et son capteur CMOS Exmor, les prises en basse lumière sont beaucoup plus lumineuses que tout ce que j’ai pu faire jusqu’ici !

Lire la suite Lire la suite