Archives de
Étiquette : lumière

48 images par seconde

48 images par seconde

the-hobbit-the-desolation-of-smaug

Sans être un grand fan du Seigneur des Anneaux, j’avais relativement bien apprécié l’histoire se mettant en place dans le premier film de la trilogie du Hobbit. Certaines scènes étaient beaucoup trop longues à mon goût mais dans l’ensemble, j’étais content d’avoir vu le film. Pour la Désolation de Smaug, nous avions choisi d’aller le voir en 3D 48fps, car mon ami Vincent n’avait jamais vu de film en 3D. Personnellement, je ne cours d’habitude pas à voir les films en 3D, car je trouve cela fatigant pour la vue et hormis les films d’animation, je n’ai jamais été époustouflé par cette technologie… jusqu’à La Désolation de Smaug !

Tout d’abord, je trouve que l’équilibre de la trame du film est bien meilleur. Je n’ai plus eu l’impression que les scènes se tiraient en longueur, peut-être juste un peu sur la fin quand Smaug essaie d’attraper Bilbon, mais dans l’ensemble, je trouvais que lorsque le film prenait son temps c’était pour nous permettre de se perdre dans des ambiances et décors époustouflants, baigner d’effets de lumière et de profondeur à couper le souffle !

The-Hobbit-The-Desolation-of-Smaug
Coté 3D, on sent que ce film est une véritable démo technique de ce que l’on fait de mieux… sans pour autant en jeter plein la vue en permanence. Il y a quelques petits effets d’objets qui vous arrivent en pleine figure, mais dans l’ensemble la 3D est surtout là pour nous donner l’impression d’être immergé dans l’univers de JJR Tolkien.

Quid du 48fps ? Dans un premier temps, j’ai été très étonné que ce flux d’image soit bien moins fatigant à regarder (surtout pendant 3 heures) face à tous les autres films 3D que j’ai vus. Je ne peux être certain que cela soit lié, mais c’est important de le souligner. (Et après lecture sur le sujet, je sais maintenant que c’est un des avantages du 48fps).

Ce qui est certain c’est que le 48fps apporte un effet très différent de ce que l’on voit au cinéma. En réalité, on a l’impression de ne pas être au cinéma et d’être vraiment au côté des acteurs (la 3D ajoutant son grain de sel à cela également, j’imagine). C’est assez difficile à expliquer, mais c’est un peu comme si vous regardiez les bonus d’un film, ou une petite série-TV française… tout en étant que c’est bien un film et que vous vous en prenez plein la vue….  Les acteurs ont des mouvements tellement fluides qu’on ne sent pas plus au cinéma… Au fond, passé la surprise, cela donne un certain effet d’intimité. On sent donc un peu plus que les décors ne sont pas réels, les éclairages… mais sans que cela ne soit dérangeant ou fasse trop effets spéciaux… on se sent juste transporté dans l’univers du film.

Je serais vraiment curieux de voir d’autres bons films tournés de ce genre, car il est certain que le 48fps imposera des moyens importants pour que le film soit réaliste !

le-hobbit-smaug

La Foire de Liège, ambiance magique

La Foire de Liège, ambiance magique

Je ne suis descendu sur la foire que vers 16 ou 18 ans. Je n’en ai pas de regret, mais je suis tout de même content de pouvoir venir m’y promener chaque année avec les enfants. Quelle magie, ces lumières, les manèges, les échoppes, les sons qui se mélangent… Comme cela doit être extraordinaire pour un enfant ! Charly est grand maintenant, il arrive à bouder parcequ’il veut manger et non aller sur une attraction… les filles par contre ont fait leurs premiers tours sur un lapin à roulette… “Lapin, lapin, lapin” criaient-elles pour y retourner au plus vite ! Cette année nous sommes descendus sur la foire avec François, Emma, Romain, Patrick, Marie, Thelma et Lily Rose.

Si vous n’avez la chance de pouvoir regarder tout l’album depuis mon compte Facebook, je vous laisse les vignettes qui donnent déjà une ambiance un peu féérique… Oui je sais tout cela arrive fort tard, La Foire de Liège est terminée depuis le lundi 11 novembre… mais que voulez-vous, on a tellement de boulot que nos photos prennent un peu de retard ! Quoi qu’il en soit, c’était l’occasion de “tester” notre nouvel objectif, le Nikkor 85mm F1.8 qui donne vraiment de très bons résultats.

Lire la suite Lire la suite

Fan de ma Caméra

Fan de ma Caméra

Teaser : Mariage Isabelle & Patrick from cyborgjeff on Vimeo.

Hé oui, j’ai cette année bien moins de temps qu’avant pour vous raconter tout ce qui me passe par la tête…. 3 enfants, c’est un boulot de plus à tenir !
Alors, rendez-vous compte, en décembre dernier, je tentais l’aventure d’abandonner ma caméra d’épaule (Sony HD-1000) pour la “petite” Sony VG-20 comme nouvelle arme durant mes reportage mariage. Il aura évidemment fallu attendre le début de la saison 2012 afin de réellement la mettre à l’épreuve. J’envisageais d’ailleurs mon premier mariage en mode “mixte” avec certains moments encore avec ma Sony HD-1000.

Mais ma VG20 aura rapidement fait de me conforter dans mon choix. Cette dernière est en réalité une déclinaison dans un boitier au forme d’un caméscope de l’appareil photo hybride Sony NEX série 5. La VG20 se présente donc comme une caméra à objectif interchangeable. L’objectif 18-200 3.5 – 5.6 permet déjà de s’offrir de magnifiques images où le sujet se détache de l’arrière plan. Avec l’objectif 50mm 1.8, les possibilités de plans artistiques sont évidemment impressionnantes, loin devant ma HD-1000 ou même une caméra professionnel tel que la Sony Z5. Avec des objectifs offrants de tels ouvertures et son capteur CMOS Exmor, les prises en basse lumière sont beaucoup plus lumineuses que tout ce que j’ai pu faire jusqu’ici !

Lire la suite Lire la suite

Des photos pro en poche, le Fuji X100 ?

Des photos pro en poche, le Fuji X100 ?

Je vous en parlais il y a quelques semaines, durant les vacances d’été, une réflexion se démarquait ! Trouver une solution moins encombrante que mon Nikon D700 pour photographier certains évènements. A titre d’exemple, partir visiter Paris en famille tout en pouvant vous offrir un reportage photo de qualité, fut très éprouvant. Même monté d’un objectif fixe 35mm, l’appareil autour du coup en portant les enfants… Pfiuuuh. Si bien qu’au bout d’un moment, celui est resté dans le sac à dos.

Après réflexion autour du marché des appareils photos de qualité et peu encombrant. Hésitant essentiellement entre une solution autour du Sony NEX 5 ou 7 et du Fuji X100, j’ai finalement choisi le Fuji pour son aspect plus compact qu’un NEX + objectif.

Équipé d’un excellent capteur, digne de nombreux Reflex moyen de gamme et d’un objectif fixe équivalent 35mm ouvrant à F2, le Fuji X100 se montre sur papier, comme une excellente alternative au D700 en mode light. Sur le net une série de critiques sont apportées à cet appareil : Autonomie, vitesse d’allumage, manque de précision du viseur, compliqué à l’utilisation… Après un gros mois, voici mon sentiment sur ce Fuji X100.

Esthétiquement, personne ne niera qu’il a un très joli look rétro, mais ce n’est évidemment pas l’élément déterminant du choix d’un appareil. Par exemple, bien pratique pour protéger l’appareil la housse en cuir doit par exemple être déclipsée chaque fois que l’on veut vider la carte mémoire ou changer la batterie… le bouchon de l’objectif feutré à tendance à conserver les poussière, pas si génial…

De manière générale, il y a de bonnes et moins bonnes choses sur ce X100. Après un moment pour bien comprendre des différents modes (viseur optique/numérique ou sur écran), j’ai finalement compris que quoi qu’il arrive, je dois jongler entre le mode viseur optique et le mode macro qui impose un viseur numérique et une certaine latence, si je souhaite faire des photos de portrait. Les collimateurs AF de mise au point sont très peu nombreux, du coup l’auto-focus fait trop souvent le point sur un élément qui n’est pas le sujet voulu (pas de détection de visage visiblement). Au final, c’est en mode de sélection de collimateurs que j’obtiens les résultats les plus intéressants, et il faudra prendre garde qu’entre l’aperçu du viseur optique et le résultat le cadrage est sensiblement différent.

Les résultats en mode automatique sont assez moyens, mais ce n’était pas mon intérêt justement. Ceci dit, il est nécessaire pour chaque scènes de travailler en mode full manuel, choisir son ouverture, vitesse et ISO. De ce fait, prendre une photo manque fortement de spontanéité, surtout face à la rapidité d’action du D700. C’est pour moi le plus gros désavantage. Lorsque je souhaite prendre un sujet en mouvement, un enfant par exemple, avec un auto-focus peu précis et le mode viseur numérique (pour le mode macro) très peu réactif,.. il est bien souvent trop tard, et il faut régulièrement faire plusieurs shoots pour avoir une chouette photo !

Coté qualité de photo, les clichés sont en dessous de ce que peu faire le D700 avec l’excellent 35mm 1.4. Ceci dit, je trouve malgré tout le résultat de bonne qualité pour un appareil de cette taille. Il gère très bien les basses lumière (montée en ISO jusqu’à 6400 et ouverture à 2, c’est du tout bon !). Le piqué est un peu mou si l’on reste à F2, mais à 2,8 c’est déjà mieux. Je trouve tout de même les photos de type paysage encore trop flat à 2,8.

Le mode vidéo ne semble pas gérer la mise au point et est donc anecdotique (ou je ne l’ai pas encore compris), Par contre coté encombrement, c’est tip top…

Est-ce qu’un Nex 5 ou 7 plus encombrant donnerait meilleure satisfaction ? Est-ce que le Nikon V1 et son capteur bien plus basique aurait été bon également ? Difficile à dire…

En tout cas, il demande de pouvoir jongler avec les réglages et de comprendre à quoi il serve… comme à l’ancienne,…

Moi je l’aime bien, parfois un chouilla frustrant et dommage pour le mode video…

Mon réel regret c’est qu’il faut l’enlever de sa housse pour ouvrir la trappe et prendre la carte mémoire pour décharger les photos… s’il pouvait les balancer sur mon Dropbox comme mon Smartphone, cela aurait été génial :) :) :)

Voilà pour mes premières impressions

Pour moi Noël, c’est…

Pour moi Noël, c’est…

J’ai toujours aimé Noël,… je le sentais arriver. Une odeur de froid qui pique le nez mélangée à celle de feu de bois dans les cheminées voisines… Petit à petit on entendait crépiter quelques pétards dans les rues, chaque jour un peu plus… Je savais que nous allions tous nous retrouver en famille, que l’on magnerait une bonne tarte aux poireaux, des croquettes duchesse et une pintade… Et puis j’attendais avec impatiente minuit pour aller compter les feux d’artifice à la fenêtre… C’est le lendemain que nous faisions la distribution de cadeaux sous le grand sapins et j’avais pris beaucoup de plaisir à chercher, inventer et réaliser des cadeaux pour tout le monde… Alors je m’asseyais dans le fauteuil… j’attendais les miens et me réjouissais de voir ma famille recevoir ceux que je leur offrais…

J’ai grandi maintenant, mais Noël reste un moment que j’attends chaque année avec beaucoup d’impatiente… J’aime tout particulièrement aller chercher mon sapin, le décorer, m’assoir, le regarder briller et sentir cette odeur de résine dans la maison… Je me sens si bien alors… Et puis l’on court faire les cadeaux… c’est si gaie de trouver quelques choses pour chacun en parcourant la ville toute illuminée… Je me réjouis à l’avance de les offrir et voir le sourire sur les lèvres de chacun quand ils les recevront. Noël avec tous ces cadeaux surprises sous le sapin, c’est le moment de trouver à chacun une chouette truc, mais c’est aussi dans l’autre sens, le moment de l’année où l’on peut me faire des surprises… et moi j’aime les surprises, j’aime les attendre avec impatiente, jusqu’au dernier moment…

Et puis, à Noël je sors de sa cachette ma Clé USB dédiée contenant ma playlist qui s’étoffe chaque année un peu plus pour mettre une ambiance de circonstance dans la maison, chants de Noël, Ilona Metrecy, Walt Disney, Owl City,… et mon album Cyborg Jeff – Paquet Cadeau… Si possible avec une petite bougie qui sent bon dans la maison !

Enfin, il y a le soir du réveillon…. Plus si facile d’arriver à rassembler la famille entièrement, une famille qui ne cesse de s’agrandir, mais j’en espère toujours le même menu… ce menu simple (bon, je ne sais pas cuisiner, c’est peut-être facile à dire), mais qui fait que Noël reste pour Noël… Les croquettes Duchesse, les poires et la pintade !

Noël, c’est rêver, c’est rester encore un peu un enfant et s’émerveiller de toutes ces lumières, odeurs et paquets cadeau… Voilà mon Noël, même s’il est bien difficile à reproduire les années passant… avec cette année encore 3 petits bouts à mettre sur les caribous !

Tant que l’on ne se retrouve pas dans un remake de Noël 2006