Archives de
Étiquette : iOS

Playing 2015

Playing 2015

Playing 2015

 

Hé bien je vous avouerais que cette année 2015 coté jeux-vidéo ne m’a pas vraiment enthousiasmée ! Certes, il y a bien eu en tout début d’année la découverte du fabuleux Tomb Raider (2013) sur la PS3 ou les excellents moments passés sur Rayman Legends (2013) et New Super Mario Bros. U (2012) mais bien loin des nouveautés. Pourtant comme chaque année je me suis penché sur le Top/Flop de l’année afin de participer au grand article de fin d’année de Press Start. Pour ma part, entre l’impasse sur la PS4 et un manque flagrant de jeux géniaux sur la WiiU qui s’encroutent déjà, mon gros coup de cœur de cette fin d’année sera… Monument Valley sur iPad que j’envoie se frotter à Fallout 4 et autre Rise of Tomb Raider.

Monument Valley (iPad)Oh, vous savez, des petits jeux à se gratter les méninges sur devices tactiles, ce n’est pas ça qui manque ! C’est d’ailleurs parfois bien difficile de se trouver quelque chose de sympa tant il y a de trucs sur les stores d’Apple et Google. Or, il y a quelques semaines, je suis tombé sur Monument Valley, passé « FREE » en ce mois de décembre. Le concept est très simple, diriger un petit personnage, la princesse Ida dans un décor labyrinthique jusqu’à la sortie.

Soutenu d’une ambiance visuelle grandiose, le jeu repose sur les concepts d’objets géométriques impossibles de Maurits Cornelis Escher, de ce fait en modifiant la position de certains objets, de nouveaux chemins s’offrent à vous. L’un des points importants de Monument Valley qui lui permet de se démarquer des tas d’autres jeux auxquels j’ai joué cette année, c’est toute l’atmosphère, l’ambiance et la narration qui tournent autour des 10 niveaux à traverser. Dès le départ, le joueur est questionné. Que fait-il là ? Pourquoi poursuit-il son chemin, qui sont ces êtres étranges qu’ils rencontrent… Cela semble anodin, mais cela transporte le joueur dans une œuvre artistique qui semble être plus profonde qu’un simple jeu vidéo, probablement l’une des forces du courant « Indie ». Reste un regret. 10 niveaux, cela se parcourt vite lorsque l’on est accroc. Pourtant, l’histoire se termine et de ce fait, j’ai le sentiment que les add-ons payants offrants de nouveaux niveaux n’auront peut-être pas l’âme narrative de ce premier épisode.

Gageons que l’année 2016 redore le blason de Sony écorché dans mon coeur. Pour l’heure, la PS4 ne dispose d’aucun jeu grandiose qui me donne envie et s’aguiche de remake HD et d’un catalogue en ligne qui m’impose de tout racheter une 2° fois, ce qui a le don de me mettre en rogne à chaque fois que j’y pense !

Lire la suite Lire la suite

Pacman Syndrome : Curieux de jeux

Pacman Syndrome : Curieux de jeux

Tiens, tiens, je suis tombé sur quelques curieux projets de jeux-vidéo ces derniers temps.

Il y a tout d’abord, Please don’t touch anything, un jeu étrange dispo sur Steam dans un style rétro qui vous propose. Un bouton, et une information. N’appuyez pas sur ce bouton… y résisterez-vous ? Voilà en tout cas un jeu qui vient bouleverser les habitudes !

Votre collègue vient de partir en pause en vous priant de ne toucher à rien. Devant vous, un vieil écran de contrôle, une mystérieuse machine et une note d’instruction a priori indéchiffrable. Rien à faire, le gros bouton rouge posté pile au centre de votre champ de vision vous fait de l’œil. Et au terme d’une interminable lutte intérieure, vous ne résistez plus et appuyez. Aussitôt, la console libère un second interrupteur, que vous vous empressez d’actionner – juste pour voir. Une petite lumière rouge s’allume. Et maintenant, quoi ? (A lire sur Games Magazine.fr)

Début du mois de mai, des anciens du studio anglais Rare ont fait leur retour. Leur nouveau projet Yooka Laylee a atteint son objectif en 40 minutes sur Kickstarter (175.000 livres) et pointe déjà à plus d’un million de livres ! Il n’y a pas à dire, le financement des artistes et projets par le public, cela a dû succès ! Voici un nouveau jeu dans la veine de Banjoo Kazoie, titre phare du studio à l’époque de la Nintendo 64 qui devrait offrir un beau comeback aux jeux de plateforme en 3D.

Yooka-Laylee
Yooka-Laylee

Lire la suite Lire la suite

Windows 8 et cie, sans enthousiasme.

Windows 8 et cie, sans enthousiasme.

Windows 8 - Metro

Bon, cela fait bientôt un an que j’ai eu l’occasion de tester Windows 8, et je dois bien admettre qu’encore maintenant, je me force à utiliser mes deux devices sans être vraiment convaincu.  L’un est tactile (une tablette Acer Iconia) et l’autre est un ordinateur portable Asus N550 15′.

Coté système d’exploitation, je n’accroche pas vraiment à l’interface dites METRO et ses tuiles. Non pas que disposer d’un pré-bureau proposant des raccourci vers les outils à utiliser régulièrement voir des tuiles affichants du contenus rapide ne m’intéressent, mais l’ensemble ne colle pas. La personnalisation implique beaucoup de chipoteries et de vas et viens, là où rapidement dans Windows 7 ou MacOSX je peux laisser dans la barre des icônes vers les applications dont j’ai besoin en permanence. De plus, toutes les applications Windows ne tirent pas parti de METRO. Ce concept colle peut-être en mode tablette, mais en mode souris, il est même énervant. Les applications s’ouvrent plutôt en mode “mono” plus qu’en réel mode bureau, ce qui ne permet pas d’avoir une bonne vision de tout ce qui tourne sur la machine. Autant j’ai pu m’adapter à l’interface de MacOSX pour la gestion des applications, autant ici, je n’adhère donc pas.

Coté ergonomie, c’est vraiment la croix et la bannière pour aller dans les options de Windows, modifier des infos réseaux, accéder au panneaux de configuration et compagnie. Les mouvement à apprendre en mode tactile ne collent pas aux usages iOS et Androïd, et les reproduire à la souris est vraiment peu convaincant. Certes, il y a surement des raccourcis clavier à mémoriser, mais au final, on s’y perd et on a vite mal au poignet. Ma fois, jusqu’ici rien de bien nouveau aux constats fait rapidement l’année dernière… juste que la version 8.1 n’a rien amélioré et que peut-être la release 8.1 update 1 qui doit atterrir d’ici quelques semaines sera peut-être meilleure. (entre temps arrivée début avril).

Depuis décembre, j’ai eu dans les mains un portable N550 15′ de chez Asus qui prendra le relais de mon brave AlienWare. Mais je déchante un peu. Son look métallique MacBook-Like lui donne un aspect costaud, mais dans les faits les charnières restent en plastique, le lecteur optique est mal fini et le touchpad réagi très mal au doigt. Quand on sait que l’on doit en abuser avec la nouvelle interface Windows 8, c’est assez vite fatiguant ! Bien entendu, le prix est bien différent !

Autres désagrément, la qualité d’image. Je ne pense pas le problème lié à la dalle de l’appareil, mais bien de manière globale à Windows 8. Ma vue n’est probablement plus ce qu’elle était, mais sur un écran FULL HD en 1920×1080, moi j’ai bien du mal à lire le texte et les icônes. Il est possible de faire un affichage à 125 ou 150%, ce qui aide un peu, mais cela donne des résultats peu homogène. Bon nombre d’application tierces présentent alors du contenu flouté et grossi grossièrement !

Enfin, coté gestion, il faut jongler entre les mises à jour Windows et les mises à jour Windows Store, celle-ci n’étant accessibles qu’une fois un compte “microsoft” validé dans la machine, ce qui n’aide pas à préparer une machine pour son utilisateur !

Bref, pour l’heure je ne suis vraiment toujours pas convaincu par ce Windows 8. Nous verrons ce que la prochaine grande mise à jour proposera d’ici quelques semaines.

Google Newsstand Producer + Google Kiosque

Google Newsstand Producer + Google Kiosque

Non, Google Reader, n’est pas vraiment mort et enterré !

Petite Snorkys Photography dans Google Kiosque

Attention, il va falloir s’accrocher si vous n’êtes pas familier du concept des Flux RSS, syndication de contenus et outils de veille. L’année dernière, notre ami Google jetait par la fenêtre un outil bien utile pour bon nombre de technophiles : Google Reader. Cette application permettait de rassembler dans un endroit organiser à la guise de son utilisateur toutes les nouveautés provenant des sites web qui les intéressaient, en se basant sur les Flux RSS. Avec la montée en puissance de Facebook et divers projets de Réseaux Sociaux loupés (peut-on vraiment dire que Google+ soit une réussite), les services proposés par Google Reader ne collent ni à la facilité d’utilisation ni à la rentabilité que peut offrir par exemple Facebook. Néanmoins la grande différence pour nous, utilisateurs, étant que nous étions complètement maîtres de ce que nous allions lire !

S’il existait bien des solutions pour ne pas perdre complètement tout ce qui avait été fait dans Google, elle n’apportait pas une solution complète. Bref, depuis lors je jongle entre NetVibes, Flipboard et Feedly et à cela vient se greffer un nouvel outil made in Google !

Google NewsStand ProducerD’ailleurs en réalité, il s’agit de deux outils. Se voulant très proche de ce que propose Flipboard avec son journal sur mesure, Google Kiosque est une évolution dans cet esprit de Google Actu qui permet d’ailleurs maintenant de retrouver ses données provenant de Google Reader. On reste dans un outil 100% Mobile, pas de pendant web, et, malheureusement, on nous impose comme dans Flipboard une “Actu à la Une” sur laquelle nous n’avons pas la main, ce qui est assez énervant !

En parallèle de cet outil, j’ai découvert quelque chose de plus intéressant : Google NewsStand Producer. Cet outil tournant sous Chrome, permet de construire un magasine important divers flux RSS, réseau sociaux, flux de photos FlickR afin de créer un Journal à intégrer dans Google Kiosque / Google Actu (oui, parce que sur les devices iOS, on est toujours avec Google Actu.)

Il aura fallu ruser pour obtenir par exemple un Flux RSS de page Facebook :
https://www.facebook.com/feeds/page.php?format=rss20&id=178466678787

http://graph.facebook.com/petitesnorkysphotography

Et au final, j’aurais pu créé ceci autour de Petite Snorkys Photography afin de pouvoir intégrer un peu tout style de contenus.
http://www.google.com/producer/editions/CAow46XoBw/petite_snorkys_photography_lactu_des_pho

 

Autonomie des mes devices en poche.

Autonomie des mes devices en poche.

Battery in chargeBon, je suis en analyse de la durée de vies de mes différents devices. Difficile parfois de bien se souvenir de quand ils ont été rechargés et donc de leur réel autonomie. Je vais donc collationner les infos que vous pourrez lire en bas de cet article. En effet, il est assez difficile de connaitre à l’avance l’autonomie d’un smartphone ou d’une tablette, celle-ci dépendant fortement de l’utilisation qui en sera faite : WiFi, BlueTooth, 3G/4G, jeux, musiques, films…. tout ces éléments influences grandement sur la consommation d’un device. A cela s’ajoute maintenant aussi le nombre de processeurs et la taille de l’écran… Lors des tests que l’on trouve en ligne, on propose en général une utilisation en utilisation de tout en même temps ou en mode AVION, à savoir sans aucune connexions et grosso modo en laissant le téléphone en veille… Bref, rien qui ne colle à MA réalité !

Cette étude est notamment liée à mon analyse du marché actuelle en Smartphone, puisque devant prochainement remplacer mon actuelle HTC, j’aimerais m’assurer de pouvoir disposer d’une autonomie au moins similaire sur le prochaine, qui s’il se décide à débarquer sur le marché belge pourrait être le Google Nexus 5 (LG).

Il en ressort donc que mon HTC One V peut m’offrir une autonomie de 3 jours, mais qu’il est préférable que je le recharge la nuit en fin de 2° jour, pour ne pas commencer un 3° jour avec une batterie de moins de 7%. Ce modèle était annoncé pour l’époque comme proposant une autonomie de bonne facture (4 étoiles dans Les Numériques). Il se pourrait bien que certains tiennent bien moins que cela en fonction de leur utilisation… De mon coté je demande à mon téléphone d’avoir le WiFi activé en permanence et connecté à ce dernier plus de 80% du temps. Je passe quelques rares appels téléphoniques ou SMS. pas plus de 5 par jours. Une série d’applications se mettent à jour en tâche de fond : Les applications Google, tels que Contacts ou Agenda, Facebook, Flipboard, Dropbox, Evernote,…). De temps en temps un peu de musique avec SoundCloud et XMPlay, un peu de Facebook, et l’appareil photo. Bref, une utilisation modérée, mais qui implique une connexion WiFi permanente !

En comparaison le Nokia Lumia 620 de madame, équipé d’un processeur deux fois plus puissants arrivent à tenir presque 7 jours ! Ce qui est vraiment bien. Elles utilisent beaucoup moins d’option se mettant à jour en tâche de fond, mais téléphone plus régulièrement que mois. Le téléphone malgré tout connecté en WiFi de manière régulière avec les mises à jour d’Agenda, de Facebook et de contacts… Sa batterie est pourtant moins importante que celle de l’HTC.

Lire la suite Lire la suite