Archives de
Étiquette : importation

De Pinnacle Studio à Final Cut Pro X ?

De Pinnacle Studio à Final Cut Pro X ?

Projet Mariage Final Cut Pro XBon, la grande migration s’est mise en place pour une grande partie de mon travail vidéo. Là où je concevais toutes mes productions avec Pinnacle Studio, j’ai commencé à migrer depuis fin 2011 déjà vers un workflow sous Mac via l’excellent logiciel Final Cut Pro X. J’en ai déjà parlé, FCPX m’a très vite séduit. Néanmoins ce dernier ne gère que la partie montage vidéo, là où Pinnacle Studio me permettait de gérer l’importation multi-format, l’exportation multi-format et l’authoring DVD / BluRay. La suite Pinnacle proposait également d’excellents plugins pour améliorer les vidéos.

Si pour mes applications eLearning, j’ai trouvé en FCPX une méthode de travail efficace, ma réflexion à son sujet pour mes reportages Mariage n’est pas encore mure. J’allais pourtant fait le grand saut fin 2012, avant de reculer du plongeoir à la lecture des caractéristiques des nouveaux iMac. Ces derniers ultrafins embarquent des composants bien moins performants pour du montage vidéo. Carte GFX typée mobile, disque dur en 5400 tr/min… et quid de la surchauffe pendant les rendering. Là où je pouvais configurer un iMac 21′ pour du montage vidéo en souplesse, je me retrouve à devoir au moins investir dans un inutile 27′ full option. Cela laisse à la réflexion. D’autant que ces nouveaux modèles ont par exemple abandonné le port FireWire, nécessaire pour l’acquisition vidéo de mes caméra HDV et l’utilisation de mon HD à l’origine destiné à servir de Time Machine. A coté de cela, il faut encore en plus acheter un graveur BluRay compatible (USB3), et une suite de plugins vidéo pour FCPX… Cela fait tout de même un budget certain !

Autres paramètres relativement désagréable. hormis des fichiers vidéo Apple, FCPX ne sait pas lire grand chose. Or, mes caméra Sony HDV me fournisse via Pinnacle des fichiers .M2V et .WAV, visiblement aucun soft ne propose un transcodage rapide et sans perte de ce format. Ni pour FCPX, ni même pour Sony Vegas d’ailleurs. Ma nouvelle caméra VG20 crée des fichiers MTS que je suis obligé de rewarpper avec un logiciel payant (ClipWarp ou Media Converter) et au bureau, c’est la même problématique avec la caméra Sony Z5 qui crée des fichiers M2T, pas plus lisibles par FCPX.

Final Cut Pro X est donc un excellent outil de montage, il en reste que les étapes préliminaires et de finalisation sont bien moins souples qu’avec Pinnacle Studio. En contre partie Pinnacle est connu pour ces très nombreux plantages en cours de montage et d’export, qui peuvent me faire perdre des soirées entières,… et depuis son rachat par Corel, l’actuelle version de Pinnacle Studio 15 a été rangée au placard, puisque le nouveau Pinnacle 16 est en réalité une version 2 d’Avid Studio dont je n’ai jusqu’ici pas vraiment été convaincu. Il me resterait éventuellement à investiguer vers Sony Vegas qui pourrait peut-être mieux gérer les nombreux formats de caméra Sony et l’exportation Sony BluRay. La version 11 dont je dispose ne m’a pourtant elle non plus pas vraiment enthousiasmée.

Je me suis donc lancé depuis quelques semaines dans un projet pilote de reportage via FCPX… à suivre donc !

Il faut sauver Pinnacle Studio

Il faut sauver Pinnacle Studio

Après une première découverte du montage vidéo informatisé via un logiciel Magix fin des années 90, j’ai vraiment fait mes débuts à la dur sur Adobe Premiere 6 en auto formation avec l’aide de mon formateur multimédia… Avec des études en ingénieur du son, un intérêt tout particulier pour l’informatique et les média et à l’époque une très récente formation approfondie d’Adobe Photoshop 6, j’avais pu maitriser de manière basique l’outil, et même à gagner ma croute avec,… puisque c’est grâce à cela que j’ai pu décrocher mon actuel job dans le domaine de l’e-learning.

J’ai donc travaillé quelques années avec Premiere et une excellente carte d’acquisition vidéo de la marque Pinnacle, qu’il allait me falloir remplacer en 2003 ! Or une petite gueguerre venait de froisser Adobe et Pinnacle, les nouvelles cartes d’acquisition vidéo n’étant plus supportée par Adobe Première, je me retrouvais à découvrir Pinnacle Liquid Edition 5, la version “pro” de leur de logiciel de montage vidéo…. Un poil plus conviviale que mon aseptisé Adobe Premiere 6, Liquid Edition souffrait tout de même d’une grosse gourmandise en ressource et surtout d’une ergonomie mal pensée… C’est alors qu’un nouvel heureux hasard allait me faire croiser la route Pinnacle Studio 8 !

Des Pinnacle Studio 8… j’en avais une pelletée de CD dans mon armoire ! C’est qu’à l’époque, les ordinateurs Asus que j’avais choisi pour mes collègues était livré avec ce logiciel. Mais je n’y avait guère fait attention. Un jour, mon patron m’apporta un boitier de digitalisation vidéo analogique USB pour faire un essai…. Un boitier de la marque Pinnacle, livré avec une version bien étoffée de Pinnacle Studio 8… La mayonnaise allait prendre !

Il faut savoir qu’à l’époque donc, je donnais une formation pour adultes concernant la digitalisation vidéo, et j’y présentais Adobe Premiere 6, et qu’il fallait bien avouer que ce logiciel était assez mal adapté à mon public, certes intéressé par le sujet. Pinnacle Studio 8 se révélait être bien plus simple, très intuitif, beaucoup plus flexible et nettement moins cher !!! Je me lançais donc à ré-écrire ma formation autour de ce dernier,… avant d’en faire mon outil de travail quotidien !

Durant près de 6 ans, j’évoluais donc de version en version Studio 10, 12,…. 14 ! Studio n’était pas exempt de défauts, il avait ses caprices, ses plantages, ses lenteurs… C’est vrai ! Mais fort souvent les plus gros soucis étaient rapidement corrigé par une mise à jour…. Alors donc, pourquoi aller voir ailleurs ? Pourquoi aller voir comment a évolué Adobe Premiere, à quoi ressemble son petit frère Première Element,… Pourquoi diable s’intéresser à iMovie et Final Cut uniquement disponible sur Mac,… ou tenter Edius Canopus !

Et bien voilà que je me retrouve à devoir me poser toutes ces questions !! La faute à un Pinnacle Studio 14 beaucoup trop buggués, abandonné par Pinnacle et son nouvel investisseur Avid… Des problèmes majeurs dont je ne cesse de me plaindre via les divers SAV depuis novembre 2009, et qui reste toujours non résolu… Aucune mise à jour !!! Et je suis loin d’être le seul à en avoir remonté des problèmes sur ce Pinnacle 14.

Lire la suite Lire la suite

Le nouveau Facebook, mal pensé !

Le nouveau Facebook, mal pensé !

ScreenShot002.jpgM’enfin, qu’on donc en tête les ptits gars de Facebook quand ils développent leur nouveau produit ? Le pognon point barre ? Le but clairement de ce nouveau facebook était de mettre en avant les “Pages” utilisées pour les artistes et marques, afin de pouvoir mieux diffuser leurs informations dans le nouveau flux Live de la home page. Marketingment parlant, c’était intéressant, mais peut-être ont-ils oublié que ce qui fait marcher Facebook, ce sont tout de même les utilisateurs.

Et ces utilisateurs ne sont pas vraiment habitués, et n’aiment pas trop que l’on chamboule tout pour la 2° fois en un an. Si clairement le nouveau style des “Pages” est un plus, il faut tout de même constater qu’il y a des petits bugs, notamment dans l’application Article. Il n’est pas possible de tagguer un utilisateur (aucun bouton, mais option présente), et visiblement l’import de flux depuis l’extérieur ne fonctionne plus !

A coté de cela, l’ajout de contenu dans Facebook a été modifié une fois de plus. Du tout en un, mais qui a pour incidence de rendre les “profils” et mur trop similaire. Y est mis en avant uniquement ce qui sort de cette nouvelle manière de facebooker… Exit un affichage détaillé de vos commentaires dans les applications de LivingSocial ou via l’outil Wordbook (import depuis un blog WordPress)… D’ailleurs là aussi l’outil Article pose problème dans l’importation de contenu via un Flux RSS… Bref, de nouveau une série d’application intéressante ne sont plus 100% compatible avec le nouveau facebook, et ne prendront peut-être pas le temps et les moyens pour se remettre dans la course…

Jusque là, que des petits désagréments que seul un maniac du Web 2.0 comme moi remarque…

Lire la suite Lire la suite