Archives de
Étiquette : eLearning

Des tablettes pour les révisions

Des tablettes pour les révisions

Depuis lundi, les 3 grands sont en examen. Les filles finissent leur 2° année primaire et Charly sa 4°. Difficile, il faut bien l’avouer de gérer tout cela, parent indigne, en se coupant en 4… car bien évidemment, il reste notre petite dernière, qui elle n’a pas d’examen et demande beaucoup d’attention ! Oh, je vous dirais, c’est au fond comme cela tout au long de l’année, ce n’est guère facile de passer de la dictée des filles aux tables de multiplication du grand, tout cela en même temps, mais quand il s’agit de dépoussiérer deux matières différentes pour chaque année en même temps, soit 3 révisions différentes à la même table, mon cerveau bouchonne… et je vous avoue que je ne suis pas mécontent de pouvoir m’aider des tablettes pour dispatcher des groupes d’exercices.

La difficulté reste évidemment de trouver des applications de qualité et adaptées à leur programme. En effet, la plupart des applications en français se calquent sur le programme éducatif français CP,CE1,CE2,CM1,CM2,… qu’il faut transposer à nos classes de primaire.

Classe BelgiqueÂgeClasse France
1ere primaire6 – 7 ansCP
2eme primaire7 – 8 ansCE1
3eme primaire8 – 9 ansCE2
4eme primaire9 -10 ansCM1
5eme primaire10 – 11 ansCM2

 

App Enfants

J’ai bien sur une série d’application que j’ai trouvées efficaces, mais de manière générale sur le site App Enfant, vous pourrez facilement retrouver des propositions intéressantes en fonction de tranches d’âge.

Lire la suite Lire la suite

Padlet pour remplacer Scoop.it

Padlet pour remplacer Scoop.it

Diable, voilà un mois de mai qui ne m’aura laissé que bien peu de temps pour bloguer. Entre les formations, les colloques, les responsabilités, les mariages, les enfants… Je savais que ce mois de mai serait épuisant… Et puis, tout cela… c’est aussi un peu “la faute à Scoop.it” !

Depuis l’année dernière, mon workflow dédié à la curation s’est vu fortement chamboulé lorsque le service Scoop.it s’est positionné exclusivement de manière payante. Si vous vous demandez de quoi je parle, je vous invite à refaire une petite lecture de cet ancien article. Rapidement, le principe de la curation de contenu est de conserver une série de liens web, de les trier par catégorie et d’en faire une rapide appropriation du contenu. C’est étape est pour moi importante, car elle me permet de préparer par thématique les sujets de mes futures articles… ou mes futures dossiers professionnels.

Or, l’année dernière l’outil Scoop.it que j’utilisais depuis un bon moment a imposé une limite de 50 contenus par catégorie dans sa version gratuite. Je me retrouvais donc totalement bloqué avec certaines catégories contenant déjà plus de 500 items. Je devais donc perdre du contenu si je souhaitais poursuivre. Inenvisageable !

J’avais donc depuis lors pris le relais sur +Pocket qui me permet de rapidement mettre de coté des contenus sans pouvoir aisément découper ce dernier par thématique et surtout sans pouvoir y ajouter quelques lignes personnelles. Je repassais par Evernote pour préparer plus en profondeur certains sujets, je tâchais en même temps d’archiver mes notes à l’intérieur du blog afin de conserver au maximum le travail d’investigation de nombreuses années. Et il me fallait à la main publier les trucs intéressants sur les réseaux sociaux, Facebook ayant réduit ses possibilités d’autopublication. L’un, d’en l’autre… cela a rendu la situation peu propice à être réactif et constructif.

Oriol Borras Gene - Empowering MOOC participants: dynamic content adaptation through external tools #eMOOCs19
Oriol Borras Gene – Empowering MOOC participants: dynamic content adaptation through external tools #eMOOCs19

Mais voici que je redécouvre l’outil web Padlet qui se positionne comme outil manquant à mon flux de curation. C’est durant la présentation d’Oriol Borras Gene, lors du colloque EMOOCS 2019 à Naples, que j’ai été reconnecté avec cet outil que j’avais déjà testé par le passé.

En effet, ce dernier a cherché à permettre en apprenant de son MOOC à pouvoir collaborer à la construction du contenu. C’était d’ailleurs dans cette orientation que les premiers cMOOCs ont vu le jour, rassemblant des spécialistes matières construisant ensemble la structure du contenu. Pour ce faire, le responsable du MOOC collationne les différentes contenus proposés par les apprenants dans un espace thématique sur Padlet qu’il peut ensuite intégrer dans le MOOC via un iframe.

Très emballé à retrouver un outil me permettant de retrouver cette étape importante de mon analyse du WEB, j’ai donc créé un padlet qui concentre en un point “Multimedia, MOOC et monde numérique” un ensemble de thématique que je gérais au par avant dans Scoop.it : 100% eMedia, eLearning en Belgique, et Mon Mobile et moi

J’ai choisi pour ce padlet d’utiliser un mode “libre” qui permet de relier certaines contenus entre eux et des rassembler. Ce qui me permettra à terme de plus facilement sélectionner des groupes de contenus pour en faire des articles plus complets.

Il me reste encore à définir de quelle manière je pourrais organiser la même approche autour de l’univers des jeu-vidéo et de la musique afin d’avoir un solution complète.

Lire la suite Lire la suite

100% e-Media, l’Apple Pencil pour les nouveaux iPads

100% e-Media, l’Apple Pencil pour les nouveaux iPads

C’est une bonne nouvelle, les nouveaux iPad d’Apple coutent moins chers et sont maintenant compatible avec l’Apple Pencil qui était jusqu’ici réservé aux très couteux iPad Pro. C’est l’occasion pour moi de faire un petit test de cette méthode de prise de note… avec un rapide croquis de l’Inspecteur Gadget. La prise en main du pencil à la main gauche est correcte, même si je le trouve un peu lourd. La réactivité est plutôt bonne et certes plus précise qu’au doigt.

Pour l’instant, j’utilise essentiellement Bamboo Paper et Evernote comme outil de prises de note, mais je serais intéresser à en découvrir d’autres.

L’une des caractéristiques qu’Apple met en avant pour justifier le positionnement “ étudiant ” de sa tablette, c’est le support de l’Apple Pencil (vendu séparément au prix de 99 €). Le nouvel appareil supporte en effet le stylet pommé et peut détecter autant de niveaux de pression et d’angles que l’iPad Pro. Voilà qui devrait aider élèves et professeurs à annoter plus facilement les documents et autres devoirs numérisés. L’entreprise a d’ailleurs profité de l’occasion pour annoncer qu’elle s’associait à certains constructeurs pour proposer d’autres stylets. Logitech va notamment commercialiser un stylet taillé pour l’iPad, au prix de 49 €. (Un article à lire sur Les Numériques)

Gadget - Apple Pencil
Gadget – Apple Pencil
100% e-Media : Tableau Blanc interactif

100% e-Media : Tableau Blanc interactif

Depuis quelques années, l’équipe eLearning de l’Université de Liège s’intéresse aux tableaux blanc interactifs. Nous nous sommes équipés en 2012 d’un modèle Smartboard permettant d’écrire avec deux “marqueurs” simultanément.

Un Tableau Blanc Interactif ou TBI c’est quoi, ça marche comment, combien ça coute, à quoi ça sert ? Pour répondre à toutes ces questions, il existe un site francophone assez complet que je vous invite à parcourir.

Le tableau blanc interactif (TBI) est un écran blanc tactile associé à un ordinateur et un vidéoprojecteur. Jusqu’à 2010 c’était le seul dispositif « fixe » disponible, maintenant il existe d’autres matériels qui entrent en ligne de compte, (tous les dispositifs disponibles seront explicités dans la suite de cet article). L’utilisateur intervient sur l’écran avec un stylet électronique ou par simple toucher, selon les modèles. L’écran transmet les diverses informations à l’ordinateur. Le vidéoprojecteur se charge d’afficher l’écran de l’ordinateur sur le tableau blanc. Il est donc possible d’effectuer sur l’écran projeté au mur tout ce qu’on peut réaliser avec une souris. (A approfondir sur le site : tableauxinteractifs.fr)

SMART Notebook disponible sur iPad
SMART Notebook disponible sur iPad

Le point noir des tableaux blancs interactifs, c’est que tout autour est monétisé. En plus de l’investissement en matériel, les sociétés ont mis à disposition des outils pas toujours très ergonomiques d’ailleurs pour utiliser du contenu. La licence du logiciel “Smart” coutait à l’époque le prix du tableau, soit près de 2500€. Cet achat était unique, jusqu’à un changement de stratégie très en vogue… la licence annuelle… allant de paire évidemment avec la fin du support de la version précédente. Depuis lors, notre tableau “Smartboard” est devenu très instable…. alors que se développait en parallèle l’augmentation des devices tactiles. Smart proposant dès lors une version iPad permettant de lire et manipuler les présentations de son logiciel propriétaire…. mais impliquant l’achat d’une app à 10€ par tablette.

Petit à petit le marché des TBI s’est orienté sur deux segments, les entreprises et l’enseignement… et rapidement les écoles du primaire au supérieur se sont équipées, comme nous pouvons le voir dans ce reportage à l’Athénée Lucie de Jardin de Seraing.

Chez nous, plus possible de mettre à jour le logiciel Smart sur les nouveaux ordinateur Apple et les machines sous Windows 8 et 10… j’ai donc trouvé au besoin un petit logiciel gratuit qui permet d’exploiter un Smartboard ou un écran interactif. Le logiciel est en allemand, mais il est efficace pour faire des annotations en direct sur votre écran, logiciel ou navigateur avec une tablette graphique ou éventuellement votre souris. >>> Pointofix.

Khan Academy

Khan Academy

Khan Academy
Khan Academy

Voilà bientôt dix ans que j’ai un pied dans la production de contenu eLearning au sein de l’Université de Liège. J’ai donc décidé de mettre de côté dans mon Scoop.it quelques éléments intéressants à ce sujet depuis ma tablette. En cette fin d’année 2011, l’un des sujets dont on parle beaucoup, c’est la Khan Academy. Il s’agit d’un site à l’origine indien qui propose de très nombreux modules de contenus vidéo qui permet de progresser dans la connaissance d’après n’importe quelle matière. Pour l’instant la plus part de ces contenus sont en anglais. Le gaming est mis en avant avec la possibilité de gagner, voir collectionner des badges. Il y a fort à parier que la Khan Academy dessinera une partie de ce que sera demain “apprendre”.

A TED 2011, Salman Khan est venu présenter la Khan Academy, une collection soigneusement structurée de plus de 2000 vidéos éducatives (voir la présentation vidéo avec sous-titres en français). La Khan Academy connaît un succès notable avec quelques 1 millions de visiteurs par mois qui regardent entre 100 et 200 000 vidéos par jour, souligne son créateur. Salman Khan a commencé incidemment. Analyste financier pour un fonds de pension, il donnait des cours de math à distance à des cousins via l’internet et a décidé de mettre quelques leçons sur YouTube, plus comme complément aux cours qu’il leur donnait qu’autre chose. Ses cousins ont été assez heureux d’avoir moins à le déranger pour accéder aux leçons et de pouvoir les suivre selon leur propre rythme. Petit à petit, les vidéos publiques sur YouTube ont rencontré succès et commentaires élogieux… Tant et si bien que quelques profs ont commencé à utiliser ces cours en vidéos comme devoir du soir et à proposer des exercices en classe. Peu à peu, « Les professeurs ont utilisé la technologie pour humaniser la classe », explique Salman Khan. (Un article à lire dans Internet Actu)