Archives de
Étiquette : eLearning

100% e-Media, l’Apple Pencil pour les nouveaux iPads

100% e-Media, l’Apple Pencil pour les nouveaux iPads

C’est une bonne nouvelle, les nouveaux iPad d’Apple coutent moins chers et sont maintenant compatible avec l’Apple Pencil qui était jusqu’ici réservé aux très couteux iPad Pro. C’est l’occasion pour moi de faire un petit test de cette méthode de prise de note… avec un rapide croquis de l’Inspecteur Gadget. La prise en main du pencil à la main gauche est correcte, même si je le trouve un peu lourd. La réactivité est plutôt bonne et certes plus précise qu’au doigt.

Pour l’instant, j’utilise essentiellement Bamboo Paper et Evernote comme outil de prises de note, mais je serais intéresser à en découvrir d’autres.

L’une des caractéristiques qu’Apple met en avant pour justifier le positionnement “ étudiant ” de sa tablette, c’est le support de l’Apple Pencil (vendu séparément au prix de 99 €). Le nouvel appareil supporte en effet le stylet pommé et peut détecter autant de niveaux de pression et d’angles que l’iPad Pro. Voilà qui devrait aider élèves et professeurs à annoter plus facilement les documents et autres devoirs numérisés. L’entreprise a d’ailleurs profité de l’occasion pour annoncer qu’elle s’associait à certains constructeurs pour proposer d’autres stylets. Logitech va notamment commercialiser un stylet taillé pour l’iPad, au prix de 49 €. (Un article à lire sur Les Numériques)

Gadget - Apple Pencil
Gadget – Apple Pencil
100% e-Media : Tableau Blanc interactif

100% e-Media : Tableau Blanc interactif

Depuis quelques années, l’équipe eLearning de l’Université de Liège s’intéresse aux tableaux blanc interactifs. Nous nous sommes équipés en 2012 d’un modèle Smartboard permettant d’écrire avec deux “marqueurs” simultanément.

Un Tableau Blanc Interactif ou TBI c’est quoi, ça marche comment, combien ça coute, à quoi ça sert ? Pour répondre à toutes ces questions, il existe un site francophone assez complet que je vous invite à parcourir.

Le tableau blanc interactif (TBI) est un écran blanc tactile associé à un ordinateur et un vidéoprojecteur. Jusqu’à 2010 c’était le seul dispositif « fixe » disponible, maintenant il existe d’autres matériels qui entrent en ligne de compte, (tous les dispositifs disponibles seront explicités dans la suite de cet article). L’utilisateur intervient sur l’écran avec un stylet électronique ou par simple toucher, selon les modèles. L’écran transmet les diverses informations à l’ordinateur. Le vidéoprojecteur se charge d’afficher l’écran de l’ordinateur sur le tableau blanc. Il est donc possible d’effectuer sur l’écran projeté au mur tout ce qu’on peut réaliser avec une souris. (A approfondir sur le site : tableauxinteractifs.fr)

SMART Notebook disponible sur iPad
SMART Notebook disponible sur iPad

Le point noir des tableaux blancs interactifs, c’est que tout autour est monétisé. En plus de l’investissement en matériel, les sociétés ont mis à disposition des outils pas toujours très ergonomiques d’ailleurs pour utiliser du contenu. La licence du logiciel “Smart” coutait à l’époque le prix du tableau, soit près de 2500€. Cet achat était unique, jusqu’à un changement de stratégie très en vogue… la licence annuelle… allant de paire évidemment avec la fin du support de la version précédente. Depuis lors, notre tableau “Smartboard” est devenu très instable…. alors que se développait en parallèle l’augmentation des devices tactiles. Smart proposant dès lors une version iPad permettant de lire et manipuler les présentations de son logiciel propriétaire…. mais impliquant l’achat d’une app à 10€ par tablette.

Petit à petit le marché des TBI s’est orienté sur deux segments, les entreprises et l’enseignement… et rapidement les écoles du primaire au supérieur se sont équipées, comme nous pouvons le voir dans ce reportage à l’Athénée Lucie de Jardin de Seraing.

Chez nous, plus possible de mettre à jour le logiciel Smart sur les nouveaux ordinateur Apple et les machines sous Windows 8 et 10… j’ai donc trouvé au besoin un petit logiciel gratuit qui permet d’exploiter un Smartboard ou un écran interactif. Le logiciel est en allemand, mais il est efficace pour faire des annotations en direct sur votre écran, logiciel ou navigateur avec une tablette graphique ou éventuellement votre souris. >>> Pointofix.

Khan Academy

Khan Academy

Khan Academy
Khan Academy

Voilà bientôt dix ans que j’ai un pied dans la production de contenu eLearning au sein de l’Université de Liège. J’ai donc décidé de mettre de côté dans mon Scoop.it quelques éléments intéressants à ce sujet depuis ma tablette. En cette fin d’année 2011, l’un des sujets dont on parle beaucoup, c’est la Khan Academy. Il s’agit d’un site à l’origine indien qui propose de très nombreux modules de contenus vidéo qui permet de progresser dans la connaissance d’après n’importe quelle matière. Pour l’instant la plus part de ces contenus sont en anglais. Le gaming est mis en avant avec la possibilité de gagner, voir collectionner des badges. Il y a fort à parier que la Khan Academy dessinera une partie de ce que sera demain “apprendre”.

A TED 2011, Salman Khan est venu présenter la Khan Academy, une collection soigneusement structurée de plus de 2000 vidéos éducatives (voir la présentation vidéo avec sous-titres en français). La Khan Academy connaît un succès notable avec quelques 1 millions de visiteurs par mois qui regardent entre 100 et 200 000 vidéos par jour, souligne son créateur. Salman Khan a commencé incidemment. Analyste financier pour un fonds de pension, il donnait des cours de math à distance à des cousins via l’internet et a décidé de mettre quelques leçons sur YouTube, plus comme complément aux cours qu’il leur donnait qu’autre chose. Ses cousins ont été assez heureux d’avoir moins à le déranger pour accéder aux leçons et de pouvoir les suivre selon leur propre rythme. Petit à petit, les vidéos publiques sur YouTube ont rencontré succès et commentaires élogieux… Tant et si bien que quelques profs ont commencé à utiliser ces cours en vidéos comme devoir du soir et à proposer des exercices en classe. Peu à peu, « Les professeurs ont utilisé la technologie pour humaniser la classe », explique Salman Khan. (Un article à lire dans Internet Actu)