Archives de
Étiquette : Dessins animés

Intégrer le jeu vidéo dans une vision plus large dites intermédiatique.

Intégrer le jeu vidéo dans une vision plus large dites intermédiatique.

Guinness World Records 2020. Gamer's edition
Guinness World Records 2020. Gamer’s edition

Je reviens un peu sur mes notes de la seconde journée de formation autour du jeu vidéo en m’arrêtant sur l’interprétation de celui-ci sous un angle intermédiatique et plus spécifiquement sur le concept d’œuvre transmédia.

Dans un premier temps, le Youtubeur Baldoc s’est penché plus en détail sur la manière de décrypter le Jeu-Vidéo en tant que média culturel en prenant comme point de départ la spécificité des traductions. Il en ressort qu’il est nécessaire de bien analyser le public principal à qui est destiné l’œuvre pour en comprendre les croyances, les pratiques et les valeurs. Il nous invite à se poser la question : Que range-t-on dans le terme “Gamer” ? Une même personne qui jouera à Call of Duty ou Journey. Il est nécessaire de ne pas exclusivement avoir un regard sur le jeu vidéo en tant que produit de consommation mais également en tant qu’œuvre artistique. L’analyse du sujet montre qu’une œuvre peut intégrer de nombreuses référence à d’autres œuvres du même univers, de la même Saga ou provenant de la littérature, histoire, cinéma, culture.

Bref, indéniablement, si j’ai du mal à me coller une étiquette de Fan de Jeux Vidéo, il m’est encore plus évidement que je ne me collerais pas une étiquette de Gamer. Je ne me sens effectivement pas concerné par les codes qui y collent. Un bon exemple est cet ouvrage “Guinness World Records Gamer’s Edition 2020” que j’ai dans ma bibliothèque et qui parle du jeu vidéo avec une approche particulièrement éloignée de mon regard sur le Jeu Vidéo, tant dans le ton que la forme.

En conclusion, il sera donc important dans un projet d’intégration du jeu vidéo au niveau culturel ou pédagogique de bien cibler le ou les publics !


Lors des échanges nous nous penchions en autre sur les relations transmedia et l’univers du jeu vidéo. Afin d’approfondir ma réflexion sur le sujet, je me suis penché sur le portage de La Petite Sirène de Disney en jeu vidéo au début des années 90 : Disney : The little mermaid – NES (Capcom, 1991)

Enter The Matrix - PS2 (Atari - Shiny Ent, 2003)
Enter The Matrix – PS2 (Atari – Shiny Ent, 2003)

Autour de cette thématique je me suis posé la question de savoir si l’on parlait de transmédia dès qu’un univers était décliné sur plusieurs supports ou s’il était nécessaire qu’une volonté soit présente dès la réflexion de ses différentes déclinaisons. Historiquement, ce serait la sortie du Film Matrix et sur différents média dont le jeu vidéo qui correspondrait à cette première pratique, que l’on retrouvera ensuite avec la sortie de Star Wars épisode 1 ou le film Harry Potter. On peut donc considérer les jeux de Capcom autour de l’univers Disney, y compris en lien très proche avec la sortie de La Petite Sirène comme une opportunité. Ce qui était déjà le cas pour des jeux issus des Gremlins, Retour vers le Futur, Rambo dans les années 80. 

Je me pose néanmoins encore la question face à l’implication de Disney Interactive dans l’arrivée de jeux estampillés Aladdin ou Le Roi Lion en 1992 et 1993. Je trouverais peut-être ses réponses dans l’ouvrage “Des Pixels à Hollywood” d’Alexis Blanchet qu’il devient définitivement impératif que j’approfondisse… d’autant qu’en cherchant la référence à ce jeu Matrix, je constate qu’il date de 2003… Voilà qui mérite de revenir sur le sujet avec Bruno Dupont !

Des Pixels à Hollywood, Alexis Blanchet - Ed. Pix'n Love, 2010
Des Pixels à Hollywood, Alexis Blanchet – Ed. Pix’n Love, 2010

A l’automne 1976, Warner Communications Inc., le conglomérat géant des médias et des industries du divertissement, rachète Atari, une petite entreprise spécialisée dans une nouvelle forme de loisir, le jeu vidéo. En quelques années, Atari représente 30% du chiffre d’affaires global de la Warner Communications…

Emblématique des relations entre Hollywood et les jeux vidéo, cet événement industriel n’est pourtant qu’une des très nombreuses manifestations de l’intérêt réciproque que se portent ces deux domaines majeurs du divertissement de masse. Adaptation, inspiration, pastiche, plagiat, critique… Les échanges entre cinéma et jeu vidéo ont pris des formes variées et parfois étonnantes.

Des années 1970 à aujourd’hui, Des Pixels à Hollywood retrace l’histoire commune du cinéma et des jeux vidéo, à la fois concurrents et partenaires dans leur conquête du public. Une histoire économique et culturelle qui montre comment ces domaines du spectacle et de l’imaginaire ont profondément modifié le fonctionnement des industries du loisir et les processus de production des fictions contemporaines. (Des Pixels à Hollywood, Alexis Blanchet – Ed. Pix’n Love, 2010)

Lire la suite Lire la suite

Wendy : Every Witch Way, prémisse de la série Shantae

Wendy : Every Witch Way, prémisse de la série Shantae

Tant qu’à être confiné, j’ai ressorti quelques cartouches Game Boy Color que je voulais approfondir…

Wendy : Every Witch Way - GBC (Wayforward Tech. - TDK, 2001)
Wendy : Every Witch Way – GBC (Wayforward Tech. – TDK, 2001)

Ces dernières années, j’ai faits quelques acquisitions pour les anciennes portables de Nintendo, ciblant avec préférence les jeux de plateforme. Le hasard m’a amené à ce petit jeu, jusque là inconnu : Wendy – Every witch Way, qui avec son style très enfantin a probablement été pris pour beaucoup comme un énième jeu tiré d’un licence de dessins animés du début des années 2000.

Shantae - GBC (Wayforward Tech - Capcom, 2002)
Shantae – GBC (Wayforward Tech – Capcom, 2002)

Mais que nenni, il s’agit en réalité d’un titre du studio Wayforward, alors peu connu, auquel nous devons la série Shantae et Mighty Switch Force. Shantae justement était initialement sorti sur la Game Boy Color en 2002. Le jeu, uniquement distribué outre Atlantique est plus que probablement l’un des plus incroyable jeu de plateforme sur la petite portable de Nintendo et il s’arrache à prix d’or sur le marché d’occasion. Mais Wendy, sorti une année plus tôt offre déjà de grandes qualités. L’histoire y est plus simpliste, les graphismes très mignons restent dans des univers fermés, là où Shantae nous offrait un festival de décors. Mais déjà la fluidité, les animations et surtout l’originalité propre aux projets de Matt Bozon sont déjà bien présent. Cela manque peut-être un peu d’énergie.

Rien que le concept et son dynamisme surprennent pour un jeu Game Boy Color, puisque notre petite Wendy peut inverser l’apesanteur afin progresser dans les niveaux. En 2001, sur Game Boy, c’est surprenant ! J’en suis arrivé assez facilement au niveau 3-1, (il y a 3 niveaux par monde). La difficulté est assez facile, mais un mode hard est disponible.

Lire la suite Lire la suite

2017 de la 4K et Netflix

2017 de la 4K et Netflix

Nous voici en 2017 et j’ai enfin testé Netflix! Avec un bouton aussi large sur la télécommande de la nouvelle télévision 4K, je me suis dit qu’il était temps d’aller jeter un œil à ce que l’on nous propose pour 10€/mois. Le concept est simple, l’accès à un catalogue de films et séries en vidéo à la demande de manière permanente. Pour l’heure, j’étais déjà abonné à BeTV qui via la box Evasion et anciennement le Voocorder propose également un accès à du contenu “premium” en vidéo à la demande. D’ailleurs rappelez-vous j’avais eu l’occasion de tester dès sa sortie la nouvelle box de Voo. Si depuis lors cette dernière a reçu quelques petites améliorations fin de cette année, il lui manque encore et toujours une ergonomie efficace et la comparaison avec l’application Netflix intégrée à ma Télévision Sony sous Androïd lui inflige par ailleurs un sacré coup de vieux !

Souple et rapide, l’accès aux contenus est simple, même pour un enfant. Dès le départ un choix de profil permettra de cibler les contenus enfants/parents. On prend plaisir à parcourir le catalogue là où il faut bien l’admettre, il faut être courageux tant la navigation dans la box Evasion est lente. Certes, je m’étais adapté à celle-ci, mais la comparaison est brutale, d’autant qu’il fallait parfois si reprendre à deux fois quand la box de Voo rencontrait “un problème”…

Ma vie en série (2016)
Ma vie en série (2016

Bon l’idée n’est pas ici de charger de défaut la box Evasion, mais je pense que chez Voo, l’arrivée de plus en plus importante de télévisions nouvelle génération impliquera, déjà, de se pencher sur l’avenir à donner à l’accès au contenu à la demande et premium de la chaine BeTV afin d’offrir une expérience agréable et moderne à leurs utilisateurs… un avenir en “rose” qui devrait passer à mon sens par l’amélioration des fonctionnalités de l’application Voomotion !

Car coté contenu, BeTV garde un certain avantage face à Netflix pour les amateurs de bons programmes tels que je le suis. Les grandes nouveautés en primeur (Le Livre de la Jungle, La 5° Vague,…), le meilleurs des séries (Games of Thrones, The Walking Dead, Modern Familly), Le cinéma français et belge,… c’est toujours sur Be que cela se passe,… Dans son catalogue Netflix, largement fourni, on retrouve pour l’heure beaucoup de productions commandées par Netflix (Outlanders, OA, Stranger Things) et des séries un poil moins récentes mais tout aussi intéressantes (Downton Abbey notamment) mais également un large panel de film américain, anglais, espagnol,… mais peu ou pas de production belge et française. Pour les enfants, le catalogue est énorme, mais ne vous attendez pas à retrouver du Disney, des mangas ou les bons dessins animés proposés par OufTivi…

 

Ah et donc la 4K, ça sert à quelque chose pour finir ?

Lire la suite Lire la suite

Chevalier MASK, un jouet au top !

Chevalier MASK, un jouet au top !

 

MASK Hurricane - Enfants - 2015 - Vintage

Petit garçon des années 80, je garde de merveilleux souvenirs de mon enfance ! Si les LEGO et Playmobil étaient indéniablement les jouets auxquels j’ai le plus joué, les véhicules M.A.S.K. ont malgré tout réussi à se faire une jolie place dans les armoires de ma chambre.

Tirés de la série de dessins animés franco-américaines éponyme diffusée dès 1986 en Europe, ces jouets étaient particulièrement réussis ! Camions, motos, voitures de sport ou jeeps pouvaient se transformer en véhicule de combat remplis de petits gadgets secrets ! Les personnages et leur masque étaient colorés et reprenaient bien entendu les différents héros de la série.

Ce ne fut probablement pas facile de convaincre mes parents de m’offrir mon tout premier MASK, la Chevrolet Hurricane qui se transforme en char d’assault. Mes parents n’aimaient pas trop les jouets “pas beau” et “de guerre”… mais petit à petit, cette dernière fut rejointe par la Corvette Raven et d’autres boites, que j’ai pour la plus part ensuite données à mes petits voisins, une fois devenu ado.

Stiletto et d'autres MASK retrouvés dans mon grenier - 2014Mais vous le savez, je suis grand amateur de “trucs rétros”. J’ai d’une part retrouvé dans le grenier de mes parents Raven et Stiletto que j’ai fait découvrir à Charly il y a 2 ans, puis petit à petit j’ai commencé à en chercher d’autres et j’ai très vite pu me rendre compte que les enfants adorent jouer avec ces vieux jouets MASK… Tant Charly que les filles, mais aussi tous les copains qui viennent à la maison… dès qu’ils découvrent l’endroit où ils sont rangés, les voilà fascinés par tous les gadgets et les transformations !

Et c’est ce qui est gaie aussi avec les véhicules MASK, moi aussi à l’époque j’adorais aller jouer avec Alain, Vivien et Gregory qui avaient chacun d’autres véhicules que les miens et nous passions des journées à inventer des histoires avec tout cela ! Sacrés souvenirs hein les gars !

Bref, pas si facile à trouver en brocante… mais petit à petit je trouve quand même de nouveaux véhicules et personnages pour continuer l’aventure !

Lire la suite Lire la suite

Avec des yeux d’enfants

Avec des yeux d’enfants

Alice & Juliette jouent à la WiiUPapa de trois enfants entre 3 et 5 ans, je dois bien avouer qu’il n’est pas si facile de trouver le juste jeu vidéo à proposer à mes enfants ! Certains parents ont choisi d’investir dans des consoles de type « V-Tech » proposant exclusivement des jeux adaptés à l’âge des petits, d’autres recyclent une veille Megadrive de quand ils étaient enfants, ou la Nintendo DS du grand frère. Certains laissent à leur progéniture l’iPad de papa ou enfin profitent de l’occasion pour faire entrer à la maison la console dernière génération : Wii U, Xbox One ou Nintendo 3DS.

Car au fond, à cet âge, qu’importe vraiment la puissance de la bécane et l’éblouissement des graphismes, non ? Ce qui compte, c’est de pouvoir jouer comme les grands, de s’amuser et de se sentir emporté dans un autre monde, celui du jeu. Mais aussi d’apprendre, de persévérer, de progresser, de réfléchir… d’être fier d’y arriver !

J’ai pour ma part fait l’impasse des V-Smile et autres Froggy, à mes yeux trop restrictives et commerciales, et j’ai tenté les diverses autres options, m’arrêtant régulièrement sur des titres liés aux dessins animés tels que Mickey (Megadrive), Cars (GBA), Les Schtroumpfs (GBA), Kirby (Wii), Swampy le crocodile (iPad).

Il est vrai que l’univers de Disney est clairement le mieux adapté pour mettre en scène des jeux vidéo dédiés aux enfants. Tout simplement parce qu’un film Disney, c’est un peu comme un contrat de confiance pour nous, parents ! D’autant qu’il faut bien avouer que des tests de jeux pour enfants – des vrais tests et pas trois lignes dans le journal de La Ligue des Familles – on en trouve très rarement ces dernières années. C’est bien simple, ce nouveau Planes 2 dont je vais vous parler, personne n’en parle, tout juste existe-t-il une petite page sur le site de Nintendo et une flopée d’images de la jaquette. Alors pour l’équipe Press Start, CJ et fils en ont fait le tour ! (Article dispo : http://www.press-start.be/2015/02/planes-2-avec-des-yeux-denfants/)

Lire la suite Lire la suite