Archives de
Étiquette : Day of the tentacle

Pang Adventures, seul dans sa bulle !

Pang Adventures, seul dans sa bulle !

Voilà quelques années que les éditeurs de jeux jouent avec notre fibre nostalgique. Pas plus tard que cette année, on nous resservait un lifting de Day of the Tentacle, une version 3D de Shadow of the Beast ou encore le retour des Buster Brothers dans un nouvel épisode de la licence Pang que j’ai eu récemment l’occasion de tester sur Press-Start !

Cannon Ball – Hudson – 1983
Cannon Ball – Hudson – 1983

Pang est à l’origine un jeu d’action et de réflexes sorti en 1989 sur borne d’arcade. Vous y contrôlez un petit personnage armé d’un « pisto-grappin » avec lequel vous allez devoir détruire une série de balles rebondissantes dans un niveau figé. Lorsque vous en explosez une, celle-ci se sépare en deux autres plus petites. Pour l’époque, il n’y avait pas vraiment de grande révolution en la matière et le concept n’était au fond pas vraiment éloigné de ce bon vieux Astéroïds où les météores se scindent en deux morceaux plus petits lorsque votre vaisseau parvient à les atteindre d’un shoot bien senti ! Les plus anciens vous diront même que Kihaji Okamoto, concepteur de Pang, n’aura au fond que remis au gout du jour un titre de Hudson sorti en 1983, Cannon Ball, où là aussi votre petit personnage devait détruire des boules rebondissantes se coupant en deux une fois atteintes !

Pang - Mitchell - 1989
Pang – Mitchell – 1989

Pour ma part, je n’ai pour ainsi dire pas connu la version arcade et ses nombreux portages. Ce n’est dans un premier temps qu’avec la version Super Nintendo que j’ai découvert le concept et c’est surtout avec l’épisode Playstation plus de dix ans tard, que j’ai vraiment touché à l’essence même du jeu : Le bon timing ! Car en fait, tout est là. Si Pang n’innove pas réellement, il offre un jeu stressant où vous devrez anticiper les rebonds des différentes boules autour de vous pour vous positionner au meilleur endroit pour réduire la taille des obstacles. Lorsque vous scindez une balle en deux, son amplitude de rebond se réduit et il vous faudra donc rapidement changer de position.

Nous voici donc, 27 ans après la sortie de Pang dans les salles enfumées et c’est le duo français Pastagames et DotEmu qui s’attelle à remettre au gout du jour les aventures des deux frangins sur Smartphones, tablettes et consoles next-gen. L’un et l’autre nous ont offert jusqu’ici de chouettes réalisations. Le premier avait su nous surprendre avec Maestro Jump in Music sur Nintendo DS, Rayman Jungle sur iPad ou encore Pix the Cat sur PS4 alors que le second est essentiellement connu pour ses portages parfaitement au point de grands classiques tels que Another World, Gobliins ou encore Little Big Planet sur supports tactiles. Vous conviendrez donc qu’avec un tel bagage, j’étais plutôt enthousiaste à l’idée de tester Pang Adventures sur mon iPad.

La petite séquence d’introduction est réussie, les musiques sympathiques… voilà nos deux frangins rappelés de vacances pour sauver le monde d’une invasion extra-terrestre particulièrement bien préparée… à base de bulles ! Le prétexte est amusant, vous en conviendrez !

Lire la suite Lire la suite

Les Chevaliers de Baphomet étaient en solde sur GOG

Les Chevaliers de Baphomet étaient en solde sur GOG

Voilà un sacré moment que je voulais découvrir le 5° épisode des Chevaliers de Baphomet. Après avoir attendu en vain une version « en boite », je me suis rabattu sur un promo -70% de la série sur GOG.com dont je vous parlais il y a quelques mois sur Press-Start.

Les Chevaliers de Baphomet en solde sur GOG
Les Chevaliers de Baphomet en solde sur GOG

Hors, voilà déjà deux ans que le dernier volet de la série est sorti après une campagne levée sur KickStarter. Il y a quelques semaines encore, les versions en boite étaient plutôt rares étaient toujours à des prix astronomiques. Je me suis donc laissé séduire par une promo diffusée sur le site GOG.com qui propose l’achat de jeux dématérialisée en « DRM Free » ! Avec une réduction de -75% vous pouviez obtenir l’ensemble des 5 titres de la série de Revolution Software au prix de 15$. Voilà l’occasion de (re)découvrir les aventures de Georges et Nicole !

Pour ma part, ce n’est qu’en l’an 2000 que j’ai découvert le premier épisode de la série sur Playstation. J’étais pourtant un grand amateur de jeux d’aventures Point & Click à la sauce Lucas Arts dans les années 90, mais les deux premiers épisodes déjà sortis à l’époque avaient su passer à travers les mailles de mes compilations de jeux. C’est qu’avec des dessins d’une telle qualité, des animations nombreuses, des cinématiques et des dialogues en français, on trouvait probablement cela difficilement en version pirate ?

Malgré des énigmes plus complexes qu’un Day of the Tentacle ou Monkey Island, j’ai plutôt bien accroché à ces deux épisodes notamment grâce à leur humour un peu british et leurs graphismes dignes d’un dessin animé et j’ai par ailleurs vraiment apprécié le 3° volet, le manuscrit de Voynich sur Playstation 2 qui a su à mes yeux réussir le passage à la 3D tant dans les environnements que dans les énigmes.

Il y a aujourd’hui 9 ans, je me lançais dans le 4° volet. Et depuis lors, seul Pendulo Software avait su me faire vivre de bons moments « Point & Click ». C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que je m’apprêtais à me plonger dans ce 5° volet : La malédiction du serpent, alors que la série fête son 25° anniversaire.

Dès le départ, on retrouve avec plaisir l’ambiance des premiers épisodes de la série. Les décors sont réussis et chatoyant, l’ambiance sonore adéquate et l’histoire colle parfaitement à la série. De ce coté c’est donc une réussite mais… Coté énigme, cela m’a paru un peu léger. Je n’ai buter qu’une seule fois, sur un parchemin à traduire. Il est vrai que le jeu propose une forme d’aide bien faite pour ne pas rester coincer dans l’aventure, mais je n’en ai pas eu tellement besoin. Assez souvent, les choses me paraissaient évidentes.. et parfois même redondantes. Chipoter dans les câbles électriques, 1x, 2x… mais 4x… cela fait beaucoup ! Bref, au final… à force de discussion, il était assez facile de progresser. Cela n’a rien enlever à mon plaisir de jeu, mais j’aurais apprécier me gratter un peu plus les méninges et me garder quelques soirées de plus sur le jeu avec madame.

Pacman Syndrome : C’était mieux avant ?

Pacman Syndrome : C’était mieux avant ?

Eternelle question de l’homme qui vieillit, était-ce mieux avant… Le site Jeux-Vidéo.com s’attaque sur un article de fond pointant les jeux consoles d’aujourd’hui et d’hier.

Mieux avant ?
Mieux avant ?

Si on a longtemps entendu dire qu’il était plus simple de jouer sur consoles que sur PC, il faut avouer que la limite entre les plates-formes paraît aujourd’hui assez floue. Diverses raisons expliquent ces changements, que ce soit l’arrivée des disques durs ou la démocratisation du jeu en ligne, mais quoi qu’il en soit, le joueur console est aujourd’hui bien souvent contraint d’installer son jeu avant de pouvoir le lancer, de télécharger des patchs, de souscrire à un abonnement payant pour jouer en ligne, etc. Et c’est sans compter sur les nombreuses erreurs, les bugs, les problèmes serveurs ou autres corruptions de sauvegardes qui peuvent ruiner l’expérience de jeu par la suite. Attardons-nous donc un instant sur ces nouveautés. Sont-elles réellement indispensables ? Vont-elles dans le sens du joueur ? (A lire sur Jeux-Vidéo.com)

Il est vrai que l’une des forces des consoles quand j’étais gamin face aux jeux sur ordinateur, c’était l’immédiat. On pluggait son Street Fighter II dans la SNES et la partie commençait, là où se refaire un Day of the Tentacle demandait de ré-installer les 5 disquettes après avoir fait de la place sur le disque dur… Même à l’époque du CD-Rom, s’il fallait parfois attendre quelques moments de chargement avant de reprendre sa partie, on était loin des plombes à patienter lorsque l’on installer Les Sims, ses addons… et qu’il fallait ensuite charger sa famille ! Ces dernières années déjà les jeux PS3 à l’achat me demande après avoir installer quelques giga sur le disque dur, de télécharger lentement des mises à jours… A l’heure du jeu en réseau connecté, qui implique de régulière mise à jour permanente, des corrections de bugs et mêmes des contenus supplémentaires… On peut se dire que jouer sur console restent bien moins “immédiat”. Toujours plus propre que sur un ordinateur, mais… pour l’heure c’est tout de même un frein à mes yeux pour sauter sur la nouvelle PS4 !

Les soldes sur Steam !
Les soldes sur Steam !

Tout en restant dans un sujet relativement similaire de “Grands Dossiers du Jeux-Vidéo”, le site Jeux-Vidéo.com à nouveau ciblait fin 2014 un article intéressant autour des “Soldes Steam”. Même si je reste personnellement très “anti-steam” et son concept de n’acheter que du “vent”, il me faut admettre que la nouvelle génération se délecte des achats à micro-prix de jeux sur Steam. Car Steam, c’est toujours la fête de quelques choses qui fait que Mighty 9, Limbo ou Braid est en promo. Alors, à quoi bon acheter ces jeux à prix plein… et les petits éditeurs peuvent-ils réellement survivre de la sorte ? Steam ne donne-t-il pas une image que le Jeu Indé n’a pas de réelle valeur, dans un marché largement surchargé…

A trop casser les prix, les soldes Steam nous ont rendus pingres. Mais si avoir des oursins dans les poches est le lot de chacun, quelle valeur accordons-nous à ces jeux achetés une misère qui gonflent nos ludothèques ? Parmi les nombreuses choses, bonnes ou mauvaises, que la dématérialisation a pu rendre possible, les ventes discounts massives et régulières trônent certainement dans le top 3. Institutionnalisées par Steam et reprises par GoG, Origin et les autres plates-formes, les vagues de promotions événementielles sont autant de rendez-vous que les joueurs attendent fiévreusement, de même que les Humble Bundles, packs qui ont l’avantage de contenir de nombreux titres et d’adoucir la conscience du joueur qui peut se faire plaisir au prix qu’il souhaite tout en donnant dans la charité. (Un article à lire sur Jeux-Vidéo.com)

 

Les coups de coeur à venir

Les coups de coeur à venir

Les vacances ont été bien remplies avec tous les travaux et consoles et ordinateurs sont plutôt restés discrets. Seule ma 3DS et Kirby m’ont accompagné durant le mois de juillet, j’en ai ensuite profité pour lire de nombreuses bande dessinées pendant mes moments de détentes. Terminant mes intégrales Spirou & Fantasio et commençant Le Ptit Spirou, poursuivant la relecture de Thorgal,… Bref tout cela pour vous dire que durant tout ce temps, je me suis contenté de mettre de coté toutes les annonces intéressantes de productions vidéo-ludiques à venir auquel nous avons eu droit lors de la E3 et plus récemment la GamCom. Je ferais l’impasse sur les titres Nintendo déjà ciblés il y a quelques mois pour la WiiU mais voici quelques titres à surveiller.

=Retro is good !=

Ori & the blind forest (Xbox, 2015)

Ori & the blind forestProbablement un jeu auquel je n’aurais jamais l’occasion de jouer puisque développé en exclusivité pour les consoles Microsoft, quoi qu’il en soit l’univers onirique d’Ori & the blind forest m’a tout de suite subjugué ! C’est d’une beauté incroyable et l’on a clairement envie d’aller s’y perdre. Le style semble dans le genre des plateformers oldskool de la nouvelle génération pimentant exploration et réflexion.

Très clairement, Ori ne bouscule pas nos habitudes de joueur, mais c’est un choix totalement assumé par Moon Studios puisque les développeurs avouent facilement avoir cherché à faire vibrer la fibre nostalgique des joueurs ayant traîné leurs manettes dans les jeux du siècle dernier. D’après la courte démo jouée (environ 15 minutes), ils sont sur la bonne voie. Du coup, si le titre parvient à maintenir le cap, nous pourrions obtenir un nouveau classique du genre. A surveiller de très, très près. (Jihem, JeuxVideo.com)

Pix the cat (PS4/PSVita, automne 2014)

Pix the Cat Pix the cat, le nouveau bébé de Pastagames (Pix ‘n Love Rush, Rayman Jungle,…) devrait débouler d’ici peu, et c’est avec regret que j’ai appris qu’il serait limité aux “nouvelles” consoles de Sony, la PS4 et la Vita. Point donc de version prévue pour ma brave PS3. Le style très rétro est à nouveau mis à l’honneur dans en genre de Pacman moderne aux niveaux encapsulés ! Clairement un titre que j’aurais apprécié découvrir et qui aurait vraiment pu mériter une version compatible avec les anciennes générations de consoles.

a-n-n-e-A.N.N.E. (WiiU, fin 2014)

Dans un style tout aussi pixelisé, le projet indie A.N.N.E. déjà disponible sur PC débarquera prochainement sur la Wii U. Il s’agit d’un mélange de jeu d’exploration, de RPG et de shoot’m up dont l’ambiance me plait assez bien ! Un titre qui se rapproche assez de Knytt Stories me semble-t-il.

Lire la suite Lire la suite

Pacman Syndrome : L’actu du printemps 2014

Pacman Syndrome : L’actu du printemps 2014

Je n’ai pas vraiment les jeux-vidéo en tête en ce moment, vous l’aurez remarqué. J’ai néanmoins mis de coté une série d’article depuis le début d’année. Il y a tout d’abord deux titres de jeu d’aventure point & clic que je garde l’oeil. Broken Age, un titre des anciens de chez Lucas Arts qui est sorti en début d’année sur PC et Deponia qui vient d’être porté sur la Playstation 3.

Broken Age
Broken Age

Pour ceux qui auraient loupé le train, commençons par un petit rappel des faits entourant Broken Age. Derrière celui qui fut d’abord connu sous le nom de Double Fine Adventures se cache l’un des maestro du point’n click de LucasArts, Tim Schafer, l’un des créateurs de titres aussi cultes que Monkey Island, Day of the Tentacle, Full Throttle ou encore Grim Fandango, bref, un maître du jeu d’aventure corsé et rigolo. C’est à Tim Schafer et à Double Fine Adventures que l’on doit l’explosion du phénomène du financement participatif via Kickstarter, lorsque ce dernier a demandé des fonds pour produire un point’n click à l’ancienne, vous savez, le genre dont soi-disant personne ne veut plus si l’on écoute certains éditeurs. Après un développement que l’on imagine un tantinet chaotique, le jeu s’est finalement vu scindé en deux actes dont le premier, déjà disponible à ceux ayant financé le projet, sera accessible à tous le 28 janvier. La suite, ce sera sans doute au printemps, livrée gratuitement bien évidemment. Donc pour l’heure, penchons-nous sur ce premier chapitre qui fait figure de prologue et plante surtout un scénario plus riche qu’il n’en a l’air. (Un test à lire sur JeuxVideo.com)

Final Fantasy
Final Fantasy

Sur Playstation 3, c’est le nouvel épisode de Final Fantasy qui fait l’actualité. FFXIII-2 est d’ailleurs passé entre les mains de l’équipe de Be-Games. Pour ma part, je n’avais absolument pas été emballé par l’ambiance du titre original et même si les mécaniques de jeu ont été revue, je n’ai guère l’envie de me replonger dans ce monde trop complexe. Je ne suis d’ailleurs pas le seul à me dire que l’esprit de Final Fantasy s’est un peu perdu…

Depuis maintenant 26 ans, la série des Final Fantasy fait incontestablement partie du panthéon du jeu vidéo. La saga est tellement ancrée dans le paysage vidéoludique que les noms “Chocobo” ou encore “Sephiroth” parlent à n’importe quel gamer aux quatre coins du globe, qu’il ait touché un FF ou qu’il l’évite comme la peste. Toutefois, on ne peut pas vraiment dire que la série vive actuellement ses plus belles heures de gloire. En mettant à part les MMO, la trilogie Final Fantasy XIII, dont la dernière partie Lightning Returns sort la semaine prochaine, est loin de faire l’unanimité. Certes, peu de gens nient que Final Fantasy XIII reste un bon jeu, mais dans l’esprit des joueurs, on est loin des critères d’excellence d’autrefois, de ces épisodes que l’on cite régulièrement comme faisant partie des meilleurs J-RPG de tous les temps. (Un article à lire sur JeuxVideo.com)

C’est d’ailleurs cet article qui m’a poussé à aller découvrir Bravely Default sur 3DS, qui il faut bien l’avouer nous replonge dans les bons moments de la série Final Fantasy…

A Default d’un nouveau Final Fantasy

Pendant que Les Numériques nous offre un amusant poisson d’avril en présentant la nouvelle console de Nintendo en test, la Super Nintendo , la toile laisse glisser quelques informations concernant la prochaine console de Big N qui pourrait s’appeler la Nintendo Fusion. (NDLR, 2018 : On est assez proche au final de ce que sera la Switch !)… Et puis il y l’annonce officiel de la sortie de Super Mario Kart 8 qui risque de faire exploser, enfin, les ventes de WiiU !

La firme de Kyoto travaillerait donc sur la relève de la 3DS et de la Wii U. Une suite plutôt logique des choses, sauf que le hardware des deux machines aurait déjà été dévoilé. Ces informations relayées par le site Nintendo News (connu comme sérieux) ne sont pas officielles. Ces consoles, nommées Fusion DS et Fusion Terminal, pourraient faire fonctionner les jeux 3DS et Wii U, ainsi que de nombreux nouveaux titres. De nombreuses interactions seraient prévues entre les deux machines. L’article indique des spécificités techniques grandement revues à la hausse par rapport aux consoles Nintendo actuelles. (A lire sur le Journal du Geek)

Sur device Mobile, Little Big Adventure vient de ressortir de son placard grâce à DotEmu alors qu’Atari tente un renouveau de la licence Roller Coaster Tycoon. Botanicula qui fut encensé sur PC et MAC débarque de son côté sur iPad, peut-être enfin l’occasion de tester ce titre ?

Enfin, je terminerais avec Child of Light, tout nouveau jeu de UbiArt exploitant le moteur graphique de Rayman Legend/Return dans une aventure plus mature semble-t-il, mais tout aussi poétique !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer