Archives de
Étiquette : Nikon D610

Japon, droit devant !

Japon, droit devant !

Il y a des choses auxquels on ne s’attend pas toujours… Partir en reportage vidéo une semaine au Japon en faisait clairement partie. De retour depuis quelques jours maintenant, il ne fait aucun doute que ce voyage m’aura marqué, tant pour l’intensité du projet que nous y réalisions que pour la découverte de ce nouveau monde à l’autre bout de la planète.

Akihabara de nuit
Akihabara de nuit

Depuis bien longtemps le Japon me fascinait tant pour sa culture du Jeux-Vidéo que pour les mangas,… mais aussi son architecture, ses voitures, sa culture, sa musique, ses produits multimédia ! Le Japon m’a toujours donné l’impression d’être une destination de pèlerinage numérique !

Certes, avec des journées de travail de parfois près de 18h, je n’ai pas vraiment eu l’occasion de flâner dans la ville. Néanmoins, travailler à 200 à l’heure m’a par contre permis de vivre à la même vitesse que la ville et mon esprit n’a cessé d’analyser et ramener des souvenirs, des mémos de cet univers quasi futuriste aux côtés de notre civilisation européenne encroûtée…

J-1 Let’s flight to Tokyo

12h de vols + 7h de décalage horaire, encore un train à prendre pour arriver à la gare de Tokyo et nous étions déjà à pied d’oeuvre pour tourner les capsules MOOC de la journée dédiées à “L’esprit Kyocera“. Nous le savions, la semaine serait intense pour boucler notre planning et ce rythme intense aidait aussi à ne pas succomber à la fatigue…  Bref, il était déjà tard lorsque nous arrivions ensuite à l’hôtel, nous laissant une fin de soirée pour découvrir la cuisine locale, les galeries souterraines de magasins improbables et rapporter les premières images d’Akihabara, le quartier historique du jeux-vidéo japonais. Je pensais y “perdre” des albums de musique made in Cyborg Jeff, mais force m’est de constater qu’il est impossible de perdre quelque chose au Japon,… On viendra toujours vous le rapporter !

Dès cette première journée, le choc était impressionnant. Nous avions la grande chance d’avoir Claire à nos cotés qui parle le japonais couramment et connait parfaitement la ville. Sans cela, il aurait été impossible d’être autant efficace dans l’organisation de nos déplacements… ou tout simplement choisir notre repas ! J’espérais partir sur place avec mon “Apprends le japonais” sur Nintendo DS, mais ce dernier s’est perdu dans un bureau de poste. Je n’avais donc en poche qu’un Moshi Moshi, Konishowa et Sayonara issu de mes lectures de Yoko Tsuno…  Et ce n’est guère très utile ! Si il y une phrase à retenir, ce serait plutôt : 有難うございます。(à prononcer : Arigatougozaimaaaas) qui veut dire qqch du genre : Un tout grand merci ou Au revoir et merci beaucoup…

Lire la suite Lire la suite

MOOC in Japan

MOOC in Japan

Notre 2° saison de production de MOOC à l’Université de Liège bat son plein, avec 4x plus de projets à mettre en oeuvre que lors de la première saison ! Un défis fantastique à vivre au quotidien avec mes collègues, de nouvelles rencontres et de nouvelles expériences. Parmi tout cela s’est mis en place une semaine de tournage au Japon, à l’autre bout de la planète, aux pays du soleil levant, pays de Yoko Tsuno, des jeux-vidéo, des Animes et de la J-Pop. En quelques mots, vous l’aurez compris, le Japon est un pays, une culture, une histoire qui me fascine depuis toujours. Madame et moi avions souvent rêvé en faire la découverte, mais le manque de connaissance de la langue et du pays avaient souvent mis ce choix de destination en retrait, puis il y eu Fukushima et l’arrivée des enfants. Quelle sacrée aventure se présente donc ici que de partir accompagnés d’une spécialiste Belgique-Japon et un spécialise en culture numérique afin de réaliser une semaine intensive de tournages vidéo pour deux de nos futurs MOOC.

Le voyage se rapproche et je ne cesse de sauter entre réflexion sur le matériel et organisation à la maison…

Lire la suite Lire la suite

L’après D700

L’après D700

QuenaLove - Petite Snorkys Photography - Nikon D4Voilà déjà un bon moment que j’attends la relève du Nikon D700 qui depuis 2009 était notre appareil principal en reportage, et dès 2012 notre deuxième boitier. Entre temps Nikon a sorti pourtant 4 autres boitiers et leur déclinaison dans sa catégorie pro, le D800/D800E, le D4/D4s, D600/D610 et le DF. Néanmoins aucun de ceux-ci ne posent réellement en réel successeur du D700. L’une des raisons principales à cela est que l’excellent Nikon D700 offrait un tel rapport qualité/prix qu’il a phagocyté grandement les ventes des modèles supérieurs D3 et D3s.

J’analyse donc depuis longtemps le marché Nikon et son évolution, attendant le boitier parfait… et fin 2012, devant remplacé le D700, nous nous étions orientés sur le couteux Nikon D4 qui tant sur papier que sur le terrain s’est vraiment montré un cran au-dessus ! Reste que le D4 coute pas loin de 5000€, dispose d’un grip intégré et n’a évidemment pas la vocation d’être un boitier bis. Cependant, avoir gouté aux performances du Nikon D4 permet évidemment de mettre en avant certains points sur lesquels le D700 montre ses faiblesses : les photos réalisées en faible luminosité !

Ce genre de photo fait clairement partie de ce que j’apprécie, me passer de flash, et uniquement utiliser la lumière dont je dispose, jouer avec celle-ci et aller à sa rencontre ! Notre choix d’objectif est d’ailleurs taillé dans ce sens. Notre brave Nikon D700 offre un bon résultat jusqu’à 2000 ISO, et la qualité de ces images était déjà extraordinaire ! Cependant, le D4 grimpe sans soucis jusqu’à 6400 ISO et dans les faits offre de magnifiques photos dans toutes les situations à faible luminosité ! Autres points liés à cela, dès que la lumière manque, la mise au point automatique (AF) devient capricieuse. De ce côté, le D4 bronche très rarement !

Le Nikon D700 reste pourtant un excellent appareil auquel je lui trouve peu d’équivalents, mais il est certain qu’une fois comparé au Nikon D4, il montre ses faiblesses ! Cette année passée entre D700 et D4 aura donc rendu, je le pense, la réflexion de l’après D700 d’autant plus difficile, car vous l’aurez compris, le D4 ne joue pas dans la même catégorie.

Comparaisons techniques D700 - D800 - D610 - DF - D4

Nikon D800

Lire la suite Lire la suite

100% e-Media : les nouveautés Nikon

100% e-Media : les nouveautés Nikon

Nikon D610
Nikon D610

Cela commençait à être prévisible depuis le retrait du catalogue américain du D600, Nikon vient d’officialiser le D610 qui viendra balayer toute la problématique de particule de poussière qui plombait le démarrage du D600.

Vous attendiez l’ultime saison au Dust-gate du D600 ? Nikon vient de mettre un terme à la série avec l’officialisation du D610 qui vient remplacer le reflex 24×36 de la marque. Un modèle «mal né» qui a souffert depuis le début d’un phénomène de poussières sur le capteur. Une histoire à rebondissements que nous avons évoquée plusieurs fois dans nos colonnes ici et . (Un article à lire sur Focus Numérique)

Je reste pour ma part au taquet sur les nouveautés Nikon, toujours dans l’optique de remplacer mes Nikon D700. Je suis depuis un moment le site anglophone Nikon’s Rumors. Le D600 restait pour moi décevant et ce nouveau D610 n’apporte aucune nouveauté 1 an plus tard.

Nikon DF
Nikon DF

En octobre dernier, on apprenait également que Nikon envisageait de sortir un boitier Full Frame rapellant le mythique M2 et dont les performance serait proche du Nikon D4. Ce dernier s’appellera finalement le Nikon DF.

Il est désormais officiel. Le Nikon Df sera commercialisé en novembre (le 28 si la publication accidentelle d’Amazon est correcte). Il faudra débourser 2899 € pour se l’offrir. À ce prix, il sera livré avec une édition spéciale du 50 mm f/1.8G (le même que l’actuel avec un design plus rétro, collant mieux à l’image du boîtier). (Un article à lire sur Focus Numérique)

Les performances d’un D4, voilà qui me titille évidemment, mais ce test montre une série de lacunes vraiment dommages : pas de fonction vidéo, obturateur limité à 1/4000eme… Bref à nouveau un produit mal positionné.

Sony A7
Sony A7

Voilà qui laisse à nouveau de la place pour Sony avec son agressif modèle hybride Full Frame, les Sony A7 et A7R.

Sony a déjà prouvé qu’un capteur plein format n’était pas incompatible avec un boîtier compact (RX1 et RX1R) tout en faisant la démonstration technique que la monture E des Nex savait accepter un tel capteur (lire notre article “Sony NEX plein format : nous l’avons testé !” au sujet du caméscope VG-900). 6 mois après notre petite boutade du (presque) premier avril, nos espoirs se concrétisent à travers les A7 et A7R. Oui, vous avez bien lu : s’il s’agit bien d’appareils à monture Nex E, donc compatibles avec les objectifs déjà existants pour l’APS-C — avec recadrage —, il faudra appeler les nouveaux venus Alpha. Un peu comme l’Alpha 3000, qui dispose également d’une monture E malgré son look d’Alpha 58. À en perdre son latin et ses kanjis… (Un article à lire sur Les Numériques)