Archives de
Étiquette : château

Vite, évadons-nous en Charentes Maritimes

Vite, évadons-nous en Charentes Maritimes

Vite, vite, oublions la Belgique… et peut-être même un peu ce foutu covid. Après de très longs mois d’attente, nous revoici sur les routes de France à la découverte de jolis villages, de plongeons dans la piscine… Bref, un mélange de vacances adaptés à toute la famille !

Après un petit prélude digne d’un Tour de France, descendant vers Avignon pour saluer nos amis du coté d’Isle sur Sorgues, poussant plus au sud encore jusqu’à Montpellier retrouver Didier & Roseline, puis remonter  jusqu’à Carcassonne pour une ultime étape près de Toulouse, nous nous posions enfin en Charentes Maritines, une région que nous avions déjà découverte et appréciée 5 ans plus tôt !

Je m’étais tardivement préparé un RoadBook afin de pouvoir planifier nos différentes visites de jolis villages touristiques optimisés avec les activités à proposer aux enfants. Tardivement, plus que probablement, puisque que quelques grossières erreurs avaient pu s’y glisser. Sarlat entre autre qui n’avait aucun rapport avec le village du même nom proche de Bordeaux, mais j’y reviendrais.

Quoi qu’il en soit, en courant après les démarches pour la vignette Critic’Air, rassembler tous les documents de Pass Sanitaire et autres paperasse,… j’allais partir avec une vieille version imprimée de ce Roadbook, m’obligeant à utiliser sa version Evernote en ligne… dans un Camping où tant la 4G que le WiFi étaient quasi inutilisable !

Youpla, on plonge dans la super piscine du Camping Sanday - L'orée du bois
Youpla, on plonge dans la super piscine du Camping Sanday – L’orée du bois

Camping Sandaya : L’Orée du Bois

Arrivée donc au Camping Sandaya « L’Orée du Bois » à quelques kilomètre des plages de La Palmyre. Un camping annoncé 5***** d’une chaine que nous avions particulièrement apprécié deux années plus tôt un peu plus au Sud. S’il est vrai que nous avons souvent pesté sur un réseau téléphonique impossible et un WiFi payant inutilisable, nous gardons malgré tout de chouettes souvenirs de nos vacances à l’orée de Bois. La Piscine, chauffée était particulièrement chouette pour les enfants, et sécurisée pour nous parents et il faut bien admettre que l’équipe d’animation aura été au Top pour mettre l’ambiance à tout moment !

Alors, oui, c’est vrai, la météo était loin de faire l’unanimité. 21 à 23°, un soleil qui se cache souvent, des grosses pluies qui s’invitent, mais nous aurons réussi à profiter et organiser les journées.

Je garde une petite préférence malgré tout pour le 4**** du Col Vert que j’avais trouvé plus aéré, et proposant une ferme et des activités équestres à proximité. Ici, le camping propose un parc Accrobranche, mais le timing météo ne nous aura pas permis d’y gouter.

Ah, on voit où se gagne la 5° étoile, probablement dans l’espace Premium, particulièrement joli, mais… malheureusement, celui-ci était déjà complet lors de notre réservation… Bref, il est temps de faire quelques visites.

Lire la suite Lire la suite

Les Polly Pockets d’avant et celles d’aujourd’hui

Les Polly Pockets d’avant et celles d’aujourd’hui

Tiens, je m’étonne de ne vous avoir jamais parlé des jouets Polly Pocket ici. Vous le savez j’ai cette petite tendance à aimer les vieux jeux vidéo et jouets. Si bien évidemment en grand garçon que je suis, Playmobil et LEGO ont bercé ma jeunesse, j’aime aussi retrouvé d’autres jouets de cette époque dont les Micro Machines et MASK, mais du côté du rayon « filles », je suis sous le charme des Polly Pocket !

Je me souviens qu’enfant, je regardais avec beaucoup d’insistance ces « bijoux Transformers » dans lequel se cachait des petits personnages dans un leur univers, à l’image des Minipouces. Certes, c’était un jouet de fille, mais je trouvais le concept très chouette de pouvoir emporter n’importe où des petits univers à jouer dans son lit, dans la voiture, chez Mamy… Mais de ces Polly Pocket, je n’aurais l’occasion que d’en prendre en main de temps à autre dans la cours de récréation.

Lors d’un brocante il y a 4 ans, nous avons eu la chance de trouver un ensemble de Polly Pocket assez bien conservé que revendaient deux jeunes filles. C’était ce genre de brocante pas bien grande, perdue dans un petit quartier pourtant bien loin de chez nous. J’étais aussi excité à découvrir tout cela qu’Alice et Juliette, une fois rentré à la maison. On pouvait donc y retrouver deux générations de Polly Pocket. La première avec des petits personnages assez simple vivant dans des médaillons ou des petits maisons dont le toit s’ouvre. Puis la seconde génération en collaboration avec Disney qui propose de magnifiques châteaux de Princesse avec Cendrillon, La Belle au Bois Dormant, La Belle et la Bête, mais également des univers autour de Winnie L’ourson, Aladdin ou encore les 101 dalmatiens.

 

Depuis lors, je n’ai guère une l’occasion d’en trouver de nouvelles. Ce sont souvent ces grands châteaux de l’époque Disney que je retrouve sur ma route. Mais évidemment, la taille des petits personnages rend, comme pour les Micro Machines, le chinage difficile !

Il y a deux ans, la marque Polly Pocket avait fait son retour. Créée par Chris Wiggs pour sa fille dans un poudrier en 1983, le concept devient jouet en 1989 par Bluebirds Toys, très vite distribué par Mattel qui en fera l’acquisition quelques années plus tard. Les Polly Pocket tels que je les connais seront vendues jusqu’en 2002, Mattel continuant alors à vendre des personnages plus grands sous cette marque. Après plusieurs tentatives de relancer celle-ci, en 2018, le concept de petits personnages et leur univers dans une « petites boites » sera à nouveau proposé. J’ai fini par en trouvé une en promo afin de me faire idée plus précise. Sur catalogue, on pouvait clairement constaté que les nouveaux personnages étaient plus grand, que les détails étaient moins nombreux et que les couleurs étaient un peu moins poétiques. Une fois ouvert, il faut bien admettre que le personnage est bien plus grand que le petit univers… ce dernier dans un plastique assez moyen. Les normes de construction de jouets d’aujourd’hui font qu’ils seraient impossible de vendre des jouets avec d’aussi personnages de nos jours, bien évidemment…

Polly Pocket d'aujourd'hui
Polly Pocket d’aujourd’hui
Poly Pocket d'hier
Poly Pocket d’hier
Projet de vacances à la Belge.

Projet de vacances à la Belge.

Bon, ce serait mal me connaitre que de penser que je vais me laisser déprimer à l’idée de ne pas pouvoir faire quoi que ce soit en vacances cet été ! Alors oui, Oki, l’Ecosse c’est encore raté, Center Parcs ou la France probablement compliqué et même la Côte Belge un vrai nid à touriste. Mais il n’empêche que je n’ai pas attendu que notre chère première ministre tease un peu de Kayak sur la Lesse avant de me concocter un pèle-mèle de toutes les ides qui me passent par là tête pour tenter de voir autre chose que notre jardin ! Et pour ce faire >> Un petit Padlet devrait être le bon outil !

Vacances à la Belge
Vacances à la Belge

PréhistoMuseum, jolis villages, balade dans les Fagnes ou aux bords de lac, châteaux, musée et cie… Je vous partage déjà ce petit article que je complèterais de semaine en semaine.

Lire la suite Lire la suite

L’amour et moi, l’album de Jenifer

L’amour et moi, l’album de Jenifer

8eme album parmi mes préférés, celui de Jenifer qui est aujourd’hui ma chanteuse préférée. Je pourrais juste vous déposer la couverture de l’album sans rien dire et vous laissez réagir ! « Ah oui, moi aussi, elle déchire », « Nan sérieux, toi Cyborg Jeff tu écoutes JENIFER !? »… Mais vous me connaissez, j’ai toujours quelques choses à rajouter !

J’ai regardé la Star Ac’. C’était la première émission de télé réalité que je découvrais à la télévision à une époque où YouTube et Netflix n’existait pas,… Ou Internet n’était encore qu’à ses débuts. J’ai donc vécu devant le petit écran 36cm de la salle à manger la naissance de Jenifer du Château à la scène !

C’est vrai, c’était alors bien différent de mon style musical électronique, mais j’aimais vraiment la vibration de sa voix lors de chacun des « Primes ». Je m’en souviens encore « D’aventures en aventures« , « Gimme Gimme », « En Harley Davidson« …  et lorsque vinrent les premiers singles, il fallait bien admettre qu’ils étaient très sympas, jusqu’à la sortie de ceux de la génération « Ma Révolution« .

En 2013, nous voilà en route pour notre première escapade dans le sud de la France avec une étape entre Dijon et Lyon. Je me souviens parfaitement de ce moment. Alors que nous allions reprendre la route, j’attends madame qui est allé chercher des pains au chocolat dans une boulangerie. Je suis dans la Kangoo, le soleil se lève sur une jolie propriété cachée derrière un mur de vieilles pierres, cela sent bon les vacances et passe alors à la radio sa nouvelle chanson « Sur le fil » ! Wouw mais elle est génial cette chanson. Elle l’accompagnera toutes les vacances. Au retour, j’irai chercher l’album à la Mediacité que j’écoute depuis très souvent au côté de son album Ma déclaration, reprises de Chansons de France Gall.

Aujourd’hui j’écoute surtout son nouvel album Nouvelles Pages, particulièrement réussi, les textes sont encore plus parlant… Mais cela restera L’amour et Moi qui marque la prise de conscience !

Et puis, de cette génération « Star Ac' » il y aussi un ré-écoute de morceaux que je trouvais alors « ringard » qui ont pris un peu plus de sens, ce premier pas dans le constat que les textes des chansons d’avant étaient souvent plus intéressant que ceux de bons nombres d’artistes d’aujourd’hui… Bref, je vous laisse un « Sur le Fil » à écouter !

 

 

Lire la suite Lire la suite

Wolfling, Relentless et Gridpix, mes 3 albums OST sur Commodore 64

Wolfling, Relentless et Gridpix, mes 3 albums OST sur Commodore 64

Wouw, c’est avec beaucoup de fierté que je vous propose aujourd’hui de découvrir et d’écouter non pas 1, mais 3 nouveaux albums signés Cyborg Jeff ! J’ai en effet choisi de concentrer le partage des OST composées pour les jeux-vidéo Wolfling, Relentless et GridPix, tous trois programmés pour le mythique Commodore 64 ! Vous l’aurez donc compris, musicalement attendez-vous du Bliip Bilibiiip, certes, mais du Bliip Bilibiiip qui vous fera groover sur votre chaise, joystick à la main entre l’obscure donjon du Baron Baranov aux zones hostiles des confins de l’univers en passant par un cocktail acidulé vous aidant à vous remuer les méninges. Allez, ne faites pas les timides, montez le son, c’est gratuit et cela vous donnera même envie de jouer un peu !

Wolfling – C64/NES (Lazycow – RGCD, 2019)

Commençons tout d’abord par les musiques du jeu Wolfling dont j’avais déjà eu l’occasion de vous parlé il y a 1 an et demi. Il s’agit d’un jeu de plate-forme ambitieux réalisé par Matthias Bock reposant sur le moteur de son précédent titre Power Glove dont j’avais par ailleurs également composé la bande son il y a déjà 6 ans ! Retour à l’automne 2017 où Matt me propose de collaborer à ce projet initialement prévu sur la console phare des années 80, la NES/Famicom de Nintendo. L’ambiance est posée, notre petite héroïne est marquée d’une malédiction qui la transforme en loup garou sous les rayons de pleine lune, ce qui lui vaudra de se retrouver enfermée dans le donjon du Baron Baronov… c’est ici donc que le joueur commencera son aventure qui le mènera également dans quelques lieux extérieurs et sous-terrains.

Wolfing - NES (Lazycow - RGCD, 2019)
Wolfling – NES (Lazycow – RGCD, 2019)

Visuellement, les influences 8bits font évidemment rapidement penser à Castlevania et Legend of Zelda, grands classiques de l’époque. De mon côté au moment de poser l’univers sonore je tâcherais de ne pas trop me disperser cherchant essentiellement à m’approcher de la qualité de « Vampire Killer », les thèmes Overworld des Tortues Ninja et Legend of Zelda ou encore ‘Jungle‘ de Contra/Probotector plutôt qu’à en singer le style. C’est d’ailleurs tout d’abord une création à la guitare de mon frère Pype : Nightmare qui sera le point de départ à l’univers de ce que j’appellerais un bon moment le projet Wolfing Zero.

Wolfing - C64 (Lazycow - RGCD, 2019)
Wolfling – C64 (Lazycow – RGCD, 2019)

La version NES remportera la 3° place de la NESDEV début 2018 et quelques mois plus tard, Matthias se lancera dans la conversion du jeu sur notre Commodore 64 préféré ! De mon côté le défi est plus qu’intéressant. Si j’ai évidemment fait mes armes avec la bande son de Power Glove en 2013, composée sur Goat Tracker, j’aimerais techniquement pousser le processeur sonore SID du Commodore plus loin que cette première expérience.  D’autre part, initialement composée avec 5 canaux sonores simultanés, la bande son de Wolfling a été pensée en référence au monde de Nintendo et à de la musique 8bits made in Japan. Sur Commodore 64, les compositeurs européens avaient une approche musicale différente, avec des sons moins doux, plus rugueux. Je voulais donc que mes mélodies ne soient pas de simples portages mais qu’elles vivent à la sauce C64, avec ce plaisir d’écouter la musique autant que de se perdre dans les couloirs du château. Donner l’envie d’aller encore plus loin, de recommencer l’aventure…

Lire la suite Lire la suite

Posting....