Archives de
Étiquette : Capcom

Ma collection Super Nintendo

Ma collection Super Nintendo

Hardware :

2x Console SNES (PAL) dont une sans alimentation ni manette.
Super Gameboy

Jeux :

Ardy Lightfoot (Titus – Ascii, 1994)
Aero the Acrobat (Sunsoft – Iguana Ent. 1993)
Aguri Suzuki : F1 Super Driving (Genki Co. 1993)
Astérix (Infogrames, 1993)
Bubsy in Claws Encounters of the Furred Kind (Accolade, 1993)
B.O.B. (Gray Matter Inc. 1993)
Chuck Rock (Core Design, 1992)
Cool Spot (Virgin Games, 1993)
Donkey Kong Country (Rare, 1994)
Eek! the cat (Ocean, 1994)
F1 Pole Position 2 (Human Ent, 1993)

Flashback (Delphine Software, 1993)
F-Zero (Nintendo, 1991)
Goof Troop (Capcom, 1993)
Indiana Jone’s greatest adventure (JVC, Lucas Arts, 1994)
Killer Instinct (Rare, 1995)
Looney Tunes : Road Runner’s Death Valley Rally (Icom Simulations, 1992)
Mario Paint (cartouche seule, sans la souris) (Nintendo, 1992)
Mickey Mania (Sony, Travellers Tales, 1994)
Mr Nutz (Boite) (Ocean, 1994)
Nigel Mansell’s world championship racing (Gametek, Gremlin Graphics, 1993) + (version US en boite)

Pac in time (Altreid Concept, 1995)
Pitfall : the mayan adventure (Activision, 1994)
Populous (Bullfrog, 1991)
Prehistorik Man (Titus, 1995)
Schtroumpfs (Infogrames, 1994)
Starwing
(Argnonaut Sofware – Nintendo, 1993)
Street Fighter II (Capcom, 1992)
Super Aleste (Compile, 1992)
Super James Pond (Ocean Software, 1993)
Super Mario All Stars (Nintendo, 1993)
Super Mario Kart (Nintendo, 1992)
Super Mario World (Nintendo, 1990)
Super Pang (Capcom, 1992)
Tiny Toons Adventures : Buster Buts loose! (Konami, 1992)
The Addams Family : Pugsley’s scavenger hunt (Ocean Software, 1992)
The Magical Quest starring Mickey Mouse (Capcom, 1992)
The Simpsons : Bart’s nightmare (Sculptured Software, Acclaim, 1992)
Tiny Toons : Buster Busts Loose (Konami, 1993)
Top Gear (Kemco, Gremlin Graphics, 1992)
Young Merlin (Westwood Studio, Virgin, 1993)
Zool (Gremlin Graphics, 1993)

Jeux Super Famicom :

PGA Tour Golf (Electronic Arts, Sterling Silver Software, 1992) (Boite)
Romancing Saga II (Squaresoft, 1993) (Boite)
Stress Fighter II (Capcom, 1992) (Boite)

Remerciements à Kingstef pour la première console et les jeux DCK, Killer Instinct, Starwing, Mario Kart et Mario World ainsi qu’à Santo Dolce pour la deuxième console et les jeux Road Runner et Street Fighter II et PGA Tour Golf.

Retour à l’ensemble de la collection

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Les coups de coeur à venir

Les coups de coeur à venir

Les vacances ont été bien remplies avec tous les travaux et consoles et ordinateurs sont plutôt restés discrets. Seule ma 3DS et Kirby m’ont accompagné durant le mois de juillet, j’en ai ensuite profité pour lire de nombreuses bande dessinées pendant mes moments de détentes. Terminant mes intégrales Spirou & Fantasio et commençant Le Ptit Spirou, poursuivant la relecture de Thorgal,… Bref tout cela pour vous dire que durant tout ce temps, je me suis contenté de mettre de coté toutes les annonces intéressantes de productions vidéo-ludiques à venir auquel nous avons eu droit lors de la E3 et plus récemment la GamCom. Je ferais l’impasse sur les titres Nintendo déjà ciblés il y a quelques mois pour la WiiU mais voici quelques titres à surveiller.

=Retro is good !=

Ori & the blind forest (Xbox, 2015)

Ori & the blind forestProbablement un jeu auquel je n’aurais jamais l’occasion de jouer puisque développé en exclusivité pour les consoles Microsoft, quoi qu’il en soit l’univers onirique d’Ori & the blind forest m’a tout de suite subjugué ! C’est d’une beauté incroyable et l’on a clairement envie d’aller s’y perdre. Le style semble dans le genre des plateformers oldskool de la nouvelle génération pimentant exploration et réflexion.

Très clairement, Ori ne bouscule pas nos habitudes de joueur, mais c’est un choix totalement assumé par Moon Studios puisque les développeurs avouent facilement avoir cherché à faire vibrer la fibre nostalgique des joueurs ayant traîné leurs manettes dans les jeux du siècle dernier. D’après la courte démo jouée (environ 15 minutes), ils sont sur la bonne voie. Du coup, si le titre parvient à maintenir le cap, nous pourrions obtenir un nouveau classique du genre. A surveiller de très, très près. (Jihem, JeuxVideo.com)

Pix the cat (PS4/PSVita, automne 2014)

Pix the Cat Pix the cat, le nouveau bébé de Pastagames (Pix ‘n Love Rush, Rayman Jungle,…) devrait débouler d’ici peu, et c’est avec regret que j’ai appris qu’il serait limité aux “nouvelles” consoles de Sony, la PS4 et la Vita. Point donc de version prévue pour ma brave PS3. Le style très rétro est à nouveau mis à l’honneur dans en genre de Pacman moderne aux niveaux encapsulés ! Clairement un titre que j’aurais apprécié découvrir et qui aurait vraiment pu mériter une version compatible avec les anciennes générations de consoles.

a-n-n-e-A.N.N.E. (WiiU, fin 2014)

Dans un style tout aussi pixelisé, le projet indie A.N.N.E. déjà disponible sur PC débarquera prochainement sur la Wii U. Il s’agit d’un mélange de jeu d’exploration, de RPG et de shoot’m up dont l’ambiance me plait assez bien ! Un titre qui se rapproche assez de Knytt Stories me semble-t-il.

Lire la suite Lire la suite

Ripple Dot Zero, un mega pingouin.

Ripple Dot Zero, un mega pingouin.

Je n’ai pas pour habitude de me laisser aller à jouer à des jeux sur PC, encore moins des jeux “online”. Pourtant à peine avais-je cliqué sur le lien menant à la page de Ripple Dot Zero, que mon frangin m’avait laissé sur Facebook, que j’étais déjà séduit.

Dans un style graphique très Megadrive / Amiga, les aventures de ce super pingouin de laboratoire vont tout de suite me rappeler de nombreux souvenirs de la génération 16 bits. Avec des musiques endiablées dignes des bandes son de Sonic the Hedgehog, c’est évidemment au hérisson de Sega que l’on pense en premier lieu. Il est vrai que les niveaux de Ripple renvoient immanquablement aux mondes mécaniques que doit parcourir Sonic. Les ennemis et leurs méthodes d’attaque rappellent également l’univers du hérisson. Ceci dit, n’ayant pas eu ma propre Megadrive à l’époque, Ripple Dot Zero me fait penser à d’autres jeux également

Par exemple, l’une des grandes différences avec Sonic est que notre Super Pingouin point Zero n’a pas trop intérêt à sauter sur ses ennemis pour les éliminer, car ça fait mal ! Il peut donner un coup d’aile bien placé, tel un ninja de banquise, pour détruire l’adversaire. Ripple est également plus lent que le hérisson supersonique, mais il pourra se procurer en cours de partie quelques bonus intéressants. Un genre de boomerang électrique qui permet d’atteindre ses ennemis à distance ou un jetpack pour allonger ses sauts.

Lire la suite Lire la suite

Resident Evil 6, premières sensations.

Resident Evil 6, premières sensations.

Et oui, bienvenue en 2013, papa de trois jeunes enfants, bientôt 35 ans, encore l’âge pour combattre du Zombie et sauver le monde des bêtises d’Umbrella corporation ?

Et bien, c’est clairement la question que je me suis posée après avoir attendu si longtemps l’arrivée du 6° volet de la série Resident Evil disponible sur Playstation 3. Dire qu’il y a 13 ans, je parcourais pour la première fois les rues de Racoon City afin d’échapper au Nemesis !

Resident Evil fait partie des titres qui ont marqué mon retour aux jeux consoles au début de ce siècle avec en apogée les épisodes Rebirth (le remake du premier) et Resident Evil 4, tous deux sur Nintendo GameCube. Depuis lors, la série a tenté de s’adapter aux nouvelles générations de joueurs. Beaucoup n’avaient pas vraiment été enthousiasmés par Resident Evil 5, premier titre de la série sur console “Next-Gen”. De mon coté, j’avais trouvé le résultat plutôt convaincant et poursuivant l’évolution déjà apportée par le 4° volet à savoir quitter les rues de Racoon City remplies de zombie et les Manoirs aux nombreux secrets. L’action prenant petit, un peu plus de place que l’aspect Survival pourtant lié aux origine de la série.

Depuis lors, Resident Evil s’est tenté un peu partout. Sur console portable, avec dit-on une certaines réussites, au cinéma avec de trop médiocres aventures, en jeu 100% orienté online et en épisodes rétro HD reboostés pas des plus réussis. Il est claire que pour beaucoup, Resident Evil 6 était attendu au tournant, d’autant que Capcom le présentait comme un retour aux sources.

Déjà pas mal de critiques fusent à son sujet sur le net ! A titre personnel j’avais trouvé la démo assez intéressante, et j’étais assez content de le recevoir sous le sapin… Ce n’est pourtant que ce Weekend que j’ai pu m’y essayer… et oui, 3 enfants et des semaines de fou, cela ne laisse pas vraiment l’occasion de jouer à la console !

Je n’y ai joué ici que 44 minutes, incluant peut-être une pause pour remonter voir si tout va bien. De quoi parcourir ce que j’appellerais le prologue, puis le début de l’aventure avec Leon. Suffisamment pour me donner l’impression d’avoir jouer à deux jeux différents !

Plus dynamique face à l’habituel rigidité de la série, le prologue se rapproche très fort de titres tels que Uncharted 3 et Heavy Rain. Si dans un premier temps je me suis dit, bon cela ne fait plus tant Resident Evil, j’ai été assez vite pris dans le bain de l’action, à protéger ma partenaire d’une menace inconnue. Car coté scénario, cette mise en bouche manque de clarté, j’imagine que l’on se retrouve plutôt vers la fin de l’aventure, et que l’on retrouvera ce dénouement par la suite… Je n’aime pas vraiment aimé ette manière de raconter une histoire, mais pour se faire au gameplay, c’est plutôt réussi.

Alors que j’étais bien dans l’ambiance… Poum, un gros logo Resident Evil 6, veuillez choisir votre campagne, si vous souhaitez jouer en réseau, munition illimité et compagnie… Ah là franchement, ça casse tout ! Et zoup, me revoilà dans le bureau du président se transformant en zombie, comme dans la démo d’octobre dernier.

Et là, quelle surprise, je me retrouve avec un personnage bien plus rigide dans sa démarche, sans pouvoir donner du coup pied aux zombies, beaucoup plus lent,… bref, du bien plus classique pour un Resident Evil, si ce n’est qu’en quelques minutes, je m’étais tout à fait adapté à ce que l’on venait de me proposer !

Que me réserve donc la suite de ce Resident Evil 6 ? Je vous en dirais plus lorsque j’aurais fini de m’arracher les cheveux avec mon Pinnacle Studio !

En attendant le retour du roi….

En attendant le retour du roi….

Bref, les vacances approchent et je me prépare à l’arrivée d’une jolie NES à la maison… voici déjà quelques titres venus commencer ma collection sur la NES de Nintendo !

Bien entendu, le grands classiques des grands classiques : Super Mario Bros 3 ! Vous constaterez que j’ai déjà une jolie manette NES pour agrémenter mes photos, merci Dragonus :)

Et puis d’autres titres sont venus rejoindre les rangs : Les aventures de Picsou (Ducktales) dans sa jolie boite en carton (merci Vega), ainsi que le deuxième épisode de Super Mario, l’excellent premier hit de Luca’s Arts : Maniac Mansion que j’avais découvert à l’époque sur mon Commodore 64,… ainsi que les Tortues Ninja, Tic & Tac,..