En attendant “Extraleben” en français

En attendant “Extraleben” en français

Voilà encore une belle découverte issue du MOOC “Introduction à la culture vidéoludique“. En fouinant dans les références du prochain sujet traitant des liens entre le jeu vidéo et la littérature, j’ai découvert l’existence d’une trilogie écrite par l’écrivain allemand Constantin Gillies :Extraleben, et titrée dans un article de Bruno Dupont comme Un roman pour la génération Commodore 64” !

Extraleben de Constantin Gillies
Extraleben de Constantin Gillies

(…) Kee et son meilleur ami Nick, bientôt quarante ans et fans de retrogaming, courant du jeu vidéo consistant à se replonger dans des titres anciens et obsolètes vivent dans une jeunesse qu’ils refusent de quitter. “C’était mieux avant”. (…) C’est d’ailleurs en exhumant un jeu des années 1980 qu’ils y découvrent ce qui ressemble à un message secret : “Welcome to Datacorp”. Sans hésitations, ils décident de suivre la piste et de partir à la recherche de cette mystérieuse Datacorp. (…) (Un article de Bruno Dupont à lire sur Orbi)

Il ne m’en faut pas plus pour rêver d’un nouvel ouvrage à dévorer dans la veine de Video Games de D.B. Weiss lu en 2013 et surtout Ready Player One de Ernest Cline lu en 2015.

Ces romans dits “Gamers” m’ont particulièrement plu dans leur approche de mélanger une grande aventure et recherche d’indices tout en y intégrant des éléments historiques propres à la culture vidéoludique, et plus précisément son passé.

Si l’essai “Lucky Wander Boy” de D.B. Weiss avait pris le pli de parler de jeux imaginaires, il transcrivait un monde du début des années 2000 où Internet venait nous inonder de nouveauté, au point de pouvoir se plonger chez un ID Software ou Valve du début du millénaire.

Ernest Cline frappait évidemment encore plus fort avec Ready Player One, parvenant à glisser avec beaucoup de précision toute la culture du rétrogaming américain et les titres cultes de l’Atari dans une aventure futuriste prenant place dans un monde immergé, de quoi en faire mon nouveau roman fétiche depuis la saga Harry Potter.

Mais depuis lors, j’avais dû me sustenter de nouveaux ouvrages de Playhistoire, certes agréablement pimentés, tel que le dernier “Histoire de Nintendo” de Florent Gorges, mais manquant évidemment d’aventure et d’action.

Armada - Ernest Cline
Armada d’Ernest Cline, enfin en français.

Alors que Ready Player One se retrouvait même porté sur le grand écran, j’attendais patiemment que son nouveau roman Armada ne soit traduit en français, ce qui semblerait “enfin” le cas depuis l’année dernière. Néanmoins, alors que j’avais un moment envisagé le lire en anglais le roman de celui qui était devenu l’ambassadeur de la culture pop outre-atlantique, les critiques sur ce nouveau roman semblaient de plus en plus en faire un bon scénario de film d’action plutôt qu’un bon roman… Au fond, le pitch assez proche de “La Stratégie Ender” n’avait pas vraiment non plus réussi à me convaincre totalement.

Alors qu’ici, cette trilogie Extraleben, me m’accroche bien plus avec cette sensation de pouvoir retrouver ce qui me plaisait tant dans Ready Player One que dans l’ambiance de Video Games, cette fois en s’intéressant à la culture du rétrogaming avec un regard peut-être plus européanisé…

Emballé, je surfe donc sur Amazon histoire de voir si je peux commander le premier tome et là… je m’aperçois que Extraleben, Extralife ou Vie Bonus n’existe qu’en allemand. Frustrant. Je n’ose pas trop m’aventurer plus en profondeur dans les 75 pages d’analyse de Bruno Dupont sans risquer de m’auto-spoiler, et instinctivement, je me retrouve à écrire un mail à Constantin Gillies… “Extraliebe en français” ?

Oups, quand tu titres ton email “Extraliebe” au lieu de “Extraleben”

Les germanistes auront compris, cela ne veut pas vraiment dire la même chose, et cette fois, je ne peux pas me retourner sur mon correcteur orthographique mais bien sur mes si faibles connaissances en allemand et du mot “liebe” amour/aimer. Quels étaient les chances de recevoir une réponse à ce genre de mail… Pas beaucoup, pourtant amusé, l’auteur me répond que rien n’est prévu pour l’heure du coté de sa maison d’édition. Et si….

Bruno Dupont parle de Extraleben dans le MOOC "Introduction à la culture vidéoludique"
Bruno Dupont parle de Extraleben dans le MOOC “Introduction à la culture vidéoludique”
La revue Retro éditée par CSW Verlag
La revue Retro éditée par CSW Verlag

Dans son dossier, Bruno précise en effet que le roman est paru en 2008 dans une petite maison d’édition “CSW-Verlag” et n’espérait touché qu’un rare public avant d’offrir finalement un succès commercial inattendu. Il est vrai qu’il y a 10 ans, le rétrogaming n’avait pas tant le vent en poupe, comme c’est le cas aujourd’hui avec l’arrivée de nouvelles générations, avides d’en connaitre plus sur l’histoire du jeu vidéo. Depuis lors, en France, les Editions Pix’n Love se sont montrées prospères en la matière rejointes par Omaké Books et Third Editions et proposent tous les trois de nombreux ouvrages dédiés à la culture vidéoludique. Des ouvrage originaux, des traductions d’ouvrage en anglais et même la traduction d’ouvrage originaux vers des partenaires espagnols.

Il serait bien dommage que le potentiel d’une trilogie à succès en Allemagne reste cantonnée à la barrière de la langue, pourquoi ne pas rêver que Florent Gorges, Luc Pétronille ou Mehdi El Kanafi viennent à s’intéresser au potentiel de Extraleben dans leur catalogue ! Messieurs, et si c’était vous qui offriez une Vie Bonus en français à Extraleben ?

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.