Lune de miel au sirop d’érable

Lune de miel au sirop d’érable

cyborgjeff dans un bain de soleilHé voilà… notre voyage au Québec est terminé… nous voilà revenu à la civilisation européenne, aux routes étroites, aux croustillions de la Foire de Liège, aux 612 mails en attente, à la montagne de facture dans la boîte aux Lettres, à un bon lit, à une vrai voiture qui en a dans le ventre, à la réalité, à la famille, aux amis,… Québec, je me souviens —C’est la devise locale–

Pendant plusieurs temps mort, j’ai réfléchi à comment j’allais pouvoir raconter mon voyage, et un soir où madame était devant Canal Vie (voir plus loin), je me suis lancé dans 3 pages en A4 d’écriture… et j’en étais toujours au premier jour, trop long.

Tout d’abord, pourquoi partir au Canada pour un voyage de noce ? C’est vrai que c’est fort souvent le soleil qui a la cotte, Guadeloupe, Cuba, et compagnie… de notre coté, si le soleil fut tout de même de la partie, c’était sans excès ! Nous avions choisi de partir lors de l’été indien, afin de profiter des magnifiques couleurs d’automne… et je n’ai pas été déçu du paysage. Alors que nos forêts wallonnes sont de plus en plus élaguées, et aux couleurs touffues… l’immensité des panorama canadiens offre une toison soyeuse de vert, jaune et rouge… et quand je dis toison, c’est qu’avec un soleil couchant et un peu de hauteur on pourrait presque les caresser…

toison canadienneDe gauche à droite, ne voir que nature, bois, rivière, montagnes, lacs,… sentir la sève, n’entendre rien d’autre que les oiseaux en paix, et les écureuils qui vous narguent… c’est là, encore possible… On peut essayer de se perdre ici dans nos pourtant jolis bois sérésiens, on entendra toujours les voitures et usines en arrière plan. Là bas, si tu te tais, si tu ne bouges plus, … l’homme n’existe pas.

Ceci dit, avant de pouvoir me perdre à quelques dizaines de kilomètre du monde, il aura fallu faire plus de 7h de vol, réussir à sortir de Montréal et encore plusieurs centaines de kilomètre dans les coins reculés du Québec… Allé hop tout d’abord quelques chiffres.

De Bruxelles à Montréal, nous avions choisi la compagnie Air Transat, 7h30 de vol, près de 7000km à couvrir. Décollage à 8h15 heure belge et arrivée à 10h30 heure locale, pour le retour, ce fut plus dure, avec une annonce de modification de vol, départ 2h plus tard que prévu à 21h30, une escale à Bordeaux à 10h15, heure européenne, un transit et pour finir, arrivé à Bruxelles à 13h30… Pas vraiment content sur la compagnie, d’une part, nous avions acheté un ticket très tôt pour une ligne direct, et d’autre part il faut bien avouer que la communication était quasi inexistante sur place.. (numéro de vol modifié en cours de route, avion du coup appelé Montréal-Bordeaux…) Mais bref, nous somme arrivés à bon port, et après une soute récalcitrante, les bagages aussi ! — Ceci dit, je pense que cela reste assez minime en comparaison à d’autres compagnie aérienne plus modeste —

Sur place, c’est près de 2000 kilomètre de bitume que j’ai arpenté sur nos 10 jours. Je m’attendais à plus, mais cela nous a couté moins de 200 $cnd d’essence… mais c’est vrai que sur la voiture américaine, certes compact, initialement réservée par notre agence de voyage, c’est finalement une (un peut trop) modeste coréenne Hyundai Accent qui fut notre char de voyage… pas gourmande du tout, mais moins jolie à prendre en photo…

Coté organisation, nous avions fait confiance à l’agence de voyage Authentik Canada, agence locale, madame aillant brillamment préparer avec eux, via internet, notre séjour nuptial. Nous recevions donc un roadbook (un peu trop léger peut-être), nos hôtels, auberges ou gîtes étant déjà réservés, ainsi que certaines activités… Il ne nous restait plus qu’à jouer aux aventuriers :) Trêve de blah, blah supplémentaires, vous savez les pourquoi et les comment… en avant pour l’aventure…

Delta Hotel de MontréalMontréal, première étape de notre voyage, et avec un bon gros décalage horaire sur les épaules. Une fois dans le taxi, il est encore un peu tôt pour sentir la différence… Les bretelles d’autoroute sont plutôt béton dégradé, les taximan roulent mal, et le mien était loin d’avoir l’accent canadien, j’arrive tout de même à sentir la “démesure” outre-atlantique… ptits bouts d’autoroutes dans tous les sens, haut-perchées sous de vastes zones de béton tagguée… si si, comme dans les courses voitures Tunées à la Need 4 Speed… Au loin les buildings s’approchent… Plouf et nous voilà dans la ville… j’essaie déjà de comprendre comment on y conduit, ce qui change de chez nous, car demain, c’est moi qui serait au volant… On est dimanche, les magasins sont ouverts… ça c’est chouette, car il faut bien l’admettre, Montréal n’est pas vraiment la partie la plus intéressante (pour nous) dans notre voyage, mais j’avais souvent parlé à madame des énormes centres commerciaux sous-terrain, et cela faisait partie des “merveilles locales” à voir… Pour nos 2 jours sur place, nous avions une chambre au 7° de l’Hôtel Delta. En plein centre de Montréal (au niveau de McGill). D’un confort excellent, lit moelleux, et vue sans grande prétention… De très bonne augure pour la suite… Ceci dit, à peine les valises ouvertes, j’entends des cris… “J’ai cassé mes lunettes !!!!” me dit-elles. Ha ben cà c’est malin… Évidemment, s’eu été trop simple, si elle avait la 2° paire avec. Bon, allé, “Ha ben ca c’est malin”, je me le garde… ce qu’il faut, c’est trouver une solution. Tout d’abord un sparadrap, oui c’est moche, mais au moins, on évite de faire pire, et on descend voir à la réception s’il pourrait nous indiquer un opticien dans le coin… La 5° à gauche (Saint-Laurent). On se lance à pied jusque notre lunettiste (un opticien québécois)…

Jolies maisons à MontréalBon, là 5° à gauche, à pied, ça fait déjà une sacrée trotte, et quand on tombe porte clause et que l’on continue la recherche un peu loin… ça fait pas loin d’une heure de marche, dans la ville… mais on visite, et pas sur que nous aurions été jusqu’au Piccolo italia québécois pour y manger… dans un resto grec … sans ce contre temps… Au retour, via quelques petites rues aux maisons typiques perdues entre les hauts buildings, nous avons même le plaisir de tomber sur 3 écureuils gris en plein goûté… Voilà qui redonne le sourire à ma petite femme enceinte, et puis ce n’est pas tous les jours… quand je pense qu’ici chez nous, certains n’auront jamais la chance de voir une écureuil de leur vie… Ceci dit, quand je dis goûté, c’est qu’il est un bon 16h30 heure locale (22h30 en Belgique), et une fois dans l’hôtel nous tombons tous les deux endormis, sans préavis… jusque 21h30 heure locale… Je réveille madame, que fait-on ? On se ré-endort jusque demain ? ou l’on va tenter de faire un tour dans la zone “commerçante” de la ville ? A cette, heure, on ne peut faire qu’un peu de repérage et prendre l’air… Mais les perspectives de pouvoir en voir plus demain sont plutôt maigre,.. il nous faut avant 10h retourner chez un opticien trouver une solution pour madame, à dix, prendre les cléfs de notre voiture de location, à 11h quitter l’hôtel, visiter le Bio-dôme, puis prendre la route Saint Mathieu, à 200km de Montréal…

Et cette 2° journée allait être une belle continuité de la première, pleines de surprises !!! Levés tôt, nous nous mettions en route pour résoudre le problème “lunette”, la caméra en poche cette fois, pour filmer de l’écureuil… pas d’écureuil ce matin,… et caméra capricieuse… pas jus !! Je l’avais pourtant chargée le jour avant… pas le temps de s’apitoyer sur son sort. Les lunettes sont laissées sur place, sans certitude de résultat, et me voilà en route pour prendre les cléfs de ma petite américaine… en théorie. Tout d’abord, on me demande “encore” ma carte de crédit —Je n’en avais pas parlé, mais à l’hôtel déjà, la réception voulait ma carte–, pour bloquer 350$cnd de caution… pfuuh, je dois bien admettre que nous ne sommes pas de grand voyageur, c’est tout juste si je ne serais pas partis sans carte de crédit moi… et visiblement, on a besoin de ce “visa” pour tout… futur voyageur pensez-y ! Voilà qui allait me mettre un peu de pression supplémentaire sur la gestion du porte feuille de voyage… Déjà très braqué sur “Et si ma carte ne passe pas à la pompe à essence”, “Et si je me retrouve à St Ursulle les Paumés sans essence”…. Bref rendez-vous au 8° pour prendre les cléfs… au 8° ?? Bon, sur papier, m’y attend une GM 2008… GM ? Général Motors ? je n’en saurais jamais rien, après 2 jolie Pontiac Cruiser que je vois partir, mon tour arrivant, l’employé cherche sans succès ma voiture… et c’est pour finir une Hyundai Accent, sans grand air de jolie américaine que l’on m’amène… et ce brave gars me dit : “Vous avez déjà conduit une automatique ?” … Bé non. Coté théorie, c’est évidemment rudimentaire,… en pratique, c’est tout autre… d’autant que j’ai 8 étages de parking à descendre avant de plonger dans la grande profondeur…. dans la ville…

Au coin de la rueAmis européens qui vous apprêtez à rouler au Canada, voici quelques notes que j’ai finis par comprendre sur le code de la route locale… Une automatique, c’est inévitable, elles sont toutes comme ça visiblement… quand on accélère, ça prend un bon moment avant que réellement elle ne s’y mette, et en montée, il s’agit de s’y prendre à l’avance… pour le freinage… le dosage est fort différent, à faible vitesse, il faut à peine toucher la pédale,… à grande vitesse… ça prend un temps nettement plus long… Mais hormis cela, coté code de la route… on roule à droite,.. c’est déjà ça :) … en ville à 50, sur les routes rapide, 70 ou 90 en fonction des panneaux et sur les autoroutes … 100 maximum ! Ça parait peu…

J’ai parfois poussé jusqu’à 115.. mais on s’y fait, on mange moins vite l’asphalte que chez nous, et malgré des splendides décors digne des Need 4 Speed de ma jeunesse (avant les séries nocturnes), les longues lignes droites et les montagnes russes canadiennes à parfois plus 15% de dénivelé dévoilant leur magnifiques horizons étaient un vrai plaisir… et donc, 100 km/h lorsque tout le monde s’y colle, camion compris, cela donne une circulation fluide, sans dépassement incessant…

Et vous voilà arriver à une lumière (Un feu Rouge locale)… Là cela se passe bien différemment de chez nous… Rouge, ce n’est pas vraiment rouge… ici, rouge c’est STOP. S’il n’y a personne, on passe quand même… surtout si l’on tourne à gauche. J’ai donc énervé plus d’un chauffeur de Taxi… ensuite, cela passe souvent au vert… mais parfois au vert clignotant… j’ai fini par comprendre que le vert clignotant était une étape préliminaire privilégiant les véhicules tournant à gauche… Enfin, ne soyez pas étonné si sur votre route, vous croisez peu de panneaux vous indiquant le chemin à suivre.. comme au USA, ce sont des routes 155 et 175 plus que direction Liège, Tilff ou Fléron… et des “prendre à droite après la borne 148″… C’est donc parfois un peu inquiétant de faire 50 km sans trop être sur…

Montréal vue dans hautRetour à notre 2° journée, une fois la voiture plus ou moins apprivoisée, nous prenions la direction, plutôt facile du Biodôme, un musée de science naturel très réputé, notre première activité… petit couac à ce niveau… il était fermé,… seul la tour permettant de voir la ville de haut était ouverte… ce ne fut pas simple de trouver une solution avec la dame derrière le guichet… et c’était avec quand même soulagement que je constatait que notre agence Authentik Canada nous avait d’une part prévu une carte de 15min de téléphone, et surtout un numéro gratuit pour les joindre… Une fois là haut.. on se rend compte que Montréal est nettement moins touffu que New York… même si cela reste tout de même un bel exemple pour les néophytes outre-atlantique que nous sommes… Ceci dit… Montréal… ça nous a suffit, car au fond, ce n’est pas vraiment cela que nous sommes venus chercher… on veut de l’immensité, de la nature, des animaux… il est temps de nous mettre en route… direction l’autoroute A40… et ce n’est pas gagné ! Car le roadbook s’avère bien maigre… Prendre la A40, ok… mais où la trouve-t-on… même sur la carte de la région de Québec.. impossible de voir comment y accéder, et je suis loin d’être manchot en cartographie. Au bout d’une heure à tourner dans la ville… je finis par me rendre à l’évidence, et accepter la proposition au départ farfelue de ma co-pilote… il nous faut un GPS ! Sinon, le voyage risque d’être vraiment stressant….

A l’origine, nous n’avions pas prévu de louer une voiture avec GPS.. j’avais même envisagé un moment de mettre le mien à jour, puis pour finir… non, et j’avais espéré pouvoir en louer un avec la voiture… mais il n’y en avait plus… Arrêt en plein centre ville… je laisse madame et je pars en quête de mon saint grââl salvateur… 10 minutes à gauche, rien, 10 minutes à droite, pas mieux.. je finis par poser la question chez un revendeur de portables. “Il faut aller dans les galeries” … Arf.. Ben voilà, j’allais les voir les galeries souterraines de Montréal, il s’agissait de ne pas s’y perdre… je vous passe l’épopée de la carte au trésor, je rapport à madame notre précieux sésame… et enfin, en route vers notre destination, il est 15h30, il y a plus de 200km à parcourir et on devrait en théorie y être dans moins d’une heure et avoir été visité le parc de La Mauricie… C’est au soleil tombant que nous arrivons enfin, après une première expérience “station essence locale”… Oublié les stress de la grande ville,… voilà un superbe couché de soleil sur le lac au dessus duquel se perche la jolie petite auberge où nous allons passez notre deuxième nuit, l’auberge Saint Mathieu du Lac, avec ces hôtes accueillants, et une première vrai expérience gastronomique réussie..

Pierre Cyborg Jeff Martin - CanadaNous étions donc retapés de nos émotions, et prêt à profiter. L’étape suivante s’annonçait assez longue, mais nous avions tout de même décidé de rattraper le temps perdu la veille et d’aller donc visiter le parc de la Mauricie. 80km en pleine forêt, sans pompe à essence, vous pensez bien que je m’imaginais déjà le réservoir vide…  De nombreuse haltes “point de vue” étaient à faire… pour voir une jolie cascade, de magnifiques photos à prendre de lacs et rivières découpant les montagnes Laurentides… espérant croiser un caribou, ours ou orignal… Il me fallait parfois relancer le courage de ma petite épouse fatiguée plus que jamais de sa petite grenouille dans le bidou…

Au détour des chemins, nous avons croisé quelques oiseaux, dont un Pic, que nous avons pu observer de très près en plein casse pic croute… Dans un fourré, je rencontre pour la première fois, l’écureuil cendré, nettement plus farouche et surtout beaucoup plus petit que ces camarades… le digne représentant des Tic & Tac de Disney…

Il est temps de nous mettre en route vers le village de Lac St Jean… introuvable par notre GPS… il allait donc falloir nous suffire des infos du RoadBook : sur la 155 prendre à droite au kilomètre 142, arrivés au village (sur une route fantastique), téléphoner à la cabine pour prévenir de votre arrivée, puis continuer dans le chemin forestier… Le bout du monde...Ceci fait… nous voilà au bord d’un grand lac, à des kilomètres du monde, sur un petit banc de bois, devant un nouveau superbe couché de soleil.. Pas un bruit, rien à l’horizon.. où donc allons nous ?? A La Seigneurie du Triton, certes,… mais rien de rien à l’horizon… Puis voilà un bateau qui arrive, qui se rapproche… et nous emmène, à quelques méandres, bien à l’abri des regards… une superbe construction en bois, typique et rustique, et pleine de charme nous accueille… “Vous serrez accueilli chaleureusement par vos hôtes québécois” annonçait le Roadbook… ce n’était pas peu dire… Les 2 jours passés là bas, seront pour moi mon plus beau souvenir, le plus proche de ce que je voulais vivre en partant si loin de chez moi !

Un castorAprès un bon petit repas et un gros dodo, notre journée à la pourvoirie n’allait pas être de tout repos ! .. Déjà je commençais un peu à m’inquiéter de ne pas trouver mon roadbook, mais sans plus, il devait surement être dans la voiture, donc de l’autre coté du lac. Dur d’imaginer attendre 2 jours pour en être sur, mais les 2 activités planifiées allait me laisser faire un saut à la voiture… constater que le roadbook n’y était pas… Tout d’abord une visite commentée d’une tourbière et d’un vieu pont ferroviaire en bois… C’est cocasse car des tourbière évidemment, dans nos Fagnes wallonnes, on en a et l’après midi, sur la route des Castors… Et pour tout cela, il faut de sacrés bras musclés, car tous les déplacement se font dans de longue embarcation style “Peau-Rouge”… et on pagaie, on pagaie… Coté Castor, ce fut pour moi un moment fort… oui il fallut faire du chemin dans bois boueux, mais voir ces animaux dans leur milieu naturel, nager et se promener sur la berge… On ne fait pas cela 50 fois dans sa vie !! Même si c’est vrai, pour madame, la route ne fut pas simple…

Je fais le sot dans ma cabine... et au fond, si vous regardez bien, j'oublie mon roadbookBon, et mon roadbook… il me revient que je l’aurais bien oublié sur la cabine téléphonique du village… au bout de quelques coup de fil et heures de stress, un nouveau couple de vacanciers me rapporte ma carte de route,… même si Authentik Canada avait déjà mis en place un plan B avec l’envoi du roadbook par email… Bref, je devais tout de même me rendre à l’évidence, je fais un bien piètre aventurier, pas près à faire un Koh Lantha ;(

Après une soirée au coin du feu à écouter quelques chants à l’accent typique, il nous fallait nous mettre au lit pour notre dernière nuit, afin de se lever tôt pour la longue étape suivante, mais ceci dit, avant de passer à cela, j’aimerais faire une petite méditation sur le lieu où nous étions. La Seigneurie du Triton était en son temps, une pourvoirie privée, lieu de chasse et de pêche pour les riches américains, et elle est devenue par la suite un lieu plus “touristique” où se côtoie pourtant un improbable mélange d’amoureux de la nature, écologiste, pêcheur et chasseur… Tout y est pensé pour vivre de ces ressources, recycler, créer son énergie, protéger l’environnement… et pour nous autres européens, mélanger cela à la chasse et pêche est presque “sacrilège”… pourtant, je pense qu’une très grosse partie de la population québécoise s’adonnent à cette activité,… j’ai d’ailleurs appris lors d’une autre visite, que pour 48$, on pouvait obtenir un permis de chasse à l’ours et tirer 2 bêtes….

Un écureil en libertéBagarre d'ourson au zoo de St FélicienBref, en route pour le 5° jour de notre voyage, à l’origine un bon 150 km vers la réserve naturel du Parc de la Saguenay à Rivière Éternité… mais madame m’avait parlé depuis longtemps du Zoo de Saint Félicien dont nous allions croiser la route ( à 100km près ) … Et beaucoup d’autres vacanciers revenant de la région nous l’avaient également recommandé… Nous modifions donc notre itinéraire, et effectivement cela en valait la peine. Dans ce zoo, le contact avec les animaux est très proche, que ce soit via les petits chemins de bois surplombant la faune ou dans le petit train safari. Cette étape nous a permis de nous assurer d’avoir vu tous les animaux à voir au Canada : Castors, Loutres, Orignaux, Caribou, Ours, Bisons,… et ce, dans des environnements vraiment proches de leur milieu naturel ! Le timing était un peu court ensuite pour faire un saut au village de Val Jabert — style Nouvelle France, le seul encore ouvert en cette saison d’octobre —, car il restait encore près de 2h pour rejoindre notre chalet typique… Notre joli chalet du parc SaguenayEt il ne fut pas simple à trouver… car à cette époque, la réserve est plutôt oubliée… la nuit tombait, et j’avais tourné de long et en large… pas de chalet à l’horizon… Nous avions de plus en plus l’impression d’être dans un Resident Evil 4, perdu dans les forêts obscures… au bout près d’une heure, nous avons fini par croiser un garde, qui a pu nous indiquer que les chalets n’étaient pas dans le parc, mais avant celui-ci… chalet trouvé, …. nous pouvions nous installer pour les 2 jours à venir. Bien agréable, avec un feu à allumer dans le cheminé… que demandé de plus ! Des couvertures ? Pas de problèmes nous avait-on répondu, avec Authentik Canada, vous trouverez tout ce qu’il vous faut… ca rassure quand même ;)

Bon… cela devient long déjà pour vous ? Et pourtant, je n’en suis même pas à la moitié de mon voyage… heureusement, le ryhtme allait un peu ralentir… nous laisser le temps de nous poser, peut-être un peu trop même… Une petite visite du parc bien entendu s’imposait, et les photos à faire du Fjord étaient extraordinaires, au retour, seul sur la route, je lance à madame… Un porc épic sur la routeUne vue du parc du Fjord Saguenay“Hé, là un ours sur la route” …. “Mais non, ce n’est pas possible”… j’arrête la voiture… c’est gros quand même, … ce n’est pas un ours, c’est un Porc Epic… Cela devait être l’heure, quelques mètres plus nous en croisions un deuxième… C’est quand même autre chose que d’en voir au Zoo !! Pour la suite, que faire?

C’est qu’il n’y a pas grand chose dans la région, à l’origine, nous avions pensé visiter le village Vieille France, mais il était fermé depuis mi septembre… Val Jalabert à plus de 2h de route, je finissais par proposer à madame de trouver une galerie commerciale pour faire un peu de Shopping… Super ma nouvelle veste hein !Je nous lance donc sur la route de Cicoutimi (j’adore vraiment le nom de cette ville)… J’avais choisi cette dernière, car à force d’écouter Energie FM et d’entendre les publicités, j’avais fini par me dire qu’il devait s’agir du lieu le plus approprié… Je pense que nous aurions pu trouver ce que nous cherchions, mais nous cherchions quelques choses de ressemblant à notre Belle Île liégeois… c’est pour finir, dans un petit complexe de La Baie que avons fait quelques achats… dont une veste que je ne pourrais pas quitter cet hiver !!!

Je vous parlais de radio, c’est qu’au bout d’un moment, même avec un auto-radio MP3 sur lequel j’avais connecté le baladeur de madame, 1go de musique, on fini par les connaitre, et c’est plus gaie d’écouter ce qui se passe et ce qui se joue là où l’on est… Quelques titres resterons dans nos mémoires tels que Mes Aieux – Le déni de l’évidence, Arianne Moffatt – Réverbère, Jonathan Painchaud – Pousse Pousse (vidéo) et enfin.. (je n’arrivais plus à le retrouver, je suis donc aller sur Energie FM Cicoutimi,… et justement ils l’ont passé) Alfa Rococo – La fenêtre (vidéo).


YouTube Direkt

Hotel TadoussacLe 7° jour, nous étions déjà samedi, une semaine que nous avions quitté le pays, et direction Tadoussac où se rencontre le Saguenay et le fleuve St Laurent… lieu privilégié pour observer de nombreux animaux marins : Baleines, rorquals, béluga, phoques,… Les activités prévues sur cette étapes étaient nombreuses, nous avions bien entendu annulé la balade en Quad, peu propice pour une future maman, mais il y avait une petit ferme à visiter, la croisière en mer bien sur, et un affut à l’ours noir… Même si le village de Tadoussac et son hôtel sont loin de m’avoir autant séduit que nos précédentes étapes, beaucoup trop touristique, c’est plus la “cantine” de l’hôtel que je trouvais peu adaptée au 4 étoiles. Ceci dit, ce fut notre seul étape “internet”, histoire de pouvoir savoir si tout se passait bien de l’autre coté de l’Atlantique… Le soleil chaleureux du lendemain donnait tout de même de jolies couleurs à notre hôtel.

A ce propos,… dans notre voyage, hormis quelques exceptions, le principe était que nous avions réservé les nuitées avec petit déjeuner,… nous devions donc choisir où manger le soir et midi,… à l’hôtel ou autre. Et là, il est intéressant de savoir qu’au Canada, faire des achats n’est pas simple pour les touristes que nous sommes. Les prix sont en général affichés hors-taxe… Il faut donc “mentalement” y ajouter 15% au prix affiché, alors que l’on calcule déjà un moins la moitié pour convertir en €… Mais lorsque vous vous retrouvez au resto… c’est encore plus compliqué ! Il faut ajouter à la taxe, le service… en général 15% également. du coup, si votre plat coute 20$ (par personne), il se pourrait bien qu’en réalité on vous en demande 92$ pour les 2 plats.. mais parfois en n’indiquant pas les 6$ de services… et ceci dit, si vous en payer 100$… ne vous étonnez pas que l’on remercie et vous souhaites une bonne soirée… c’est que vous avez généreusement offert à tout cela 8$ de pourboire. Du coup, une fois de plus, je vous recommande peut-être le bon compte ou votre carte de crédit… Je vous rassure au bout d’une bonne semaine, on fini par s’y faire :)

Le moulin de l'Isle aux CoudresAu départ de Tadoussac, nous étions déjà lundi, l’étape suivante étant Les Éboulements du coté de Charlevoix, une petite étape d’une centaine de kilomètre, j’avais préparé quelques rallonges afin de ne pas arriver trop tôt à l’auberge… La route était vraiment jolie, avec de nombreuses pauses pour faire quelques photos de maisons typiques, une escale sur l’Isle aux Coudres et son moulin,… et nous étions chaleureusement accueilli par nos hôtes de l’auberge La Bouclée, juste pour une nuit et un copieux déjeuner au sirop d’érable… Seul visiteur en cette saison, nous avons passé la soirée à discuter et faire mieux connaissance du pays que nous visitions, des élections en cours, des difficultés de la vie…  avant de reprendre le lendemain la route de Québec…. dernière étape, avec un petit crochet au Canyon St-Anne

la veille ville de QuébecSi jusque là le voyage était au fond, presque parfait, la suite nuptial avec jacuzzi tant attendue par madame allait s’avèré n’être qu’une chambre “deluxe” (deluxe pourquoi ??) aux allures de kot estudiantins… réveille obligatoire à 6h du matin, puisque située à coté de la chaudière de l’hôtel pour peu que le voisin du haut ne ronfle pas trop … pas gagné ! Oui, je dois bien admettre que ce fut un peu décevant… Même si notre agence nous a dédommagé pour cette erreur, ce fut tout de même dommage comme “clôture” de voyage de Noce…. Hormis cela, la veille ville de Québec est très agréable, pas trop touristique, mélange entre veille europe et amérique, pleines de petites boutiques, de bâtiments anciens, d’une histoire,… resto sur les toits,… beaucoup plus romantique que Montréal, d’ailleurs. L’hôtel était bien placé, juste une erreur de catégorie de chambre, sinon cela aurait été parfait, et son style veille France avait son charme, tout du moins dans les chambre de meilleurs standing. Du coup à défaut de Jacuzzi, nous avons encore passé nos soirées devant Canal Vie.

Canal Vie, faut que je vous en parle… Lors de notre premier nuit d’hôtel à Montréal, nous avons un peu zappé sur ce que l’on trouve à la TV, et sommes au final restés skotché sur cette chaîne complètement ciblée mère au foyer.. Ici pas de stupides feuilletons, rien que des émissions dans la ligne de “On a échangé nos mamans” qui est arrivé sur RTL l’année passée… en plus “hard” ceci dit, … à cela plein d’émissions avec un soupçon de TV réalité, sur de la déco, des transformations surprises, cuisine,… même moi j’ai franchement accroché à cette chaine… Il y avait d’ailleurs une émission qu’il nous faudrait investiguer ici, sur l’impact écologique d’une famille Quidam… qui peut recevoir un montant cash des économies réalisées en polluant moins ! .. Oh puis, rien qu’en manière publicitaire, le Québec est nettement plus croustillant que nous ! (Tiens choupette,  on peut regarder les émissions du jour sur leur WebTV !! )

Alors, avant de repartir, nous avons fait encore une “escale” emplettes aux Galeries de la Capitale, avec patinoire et roller coaster intérieur, plusieurs magasins, histoire de ramener quelques bouquins, une nouvelle valise pour les autres achats, une mallette pour ranger mes trucs informatiques et compagnie… avant de reprendre la route jusque Montréal, rendre la voiture (où j’ai ENCORE oublié mon Roadbook avec toutes les notes que je voulais garder, ainsi que la boite, le CD-Rom et le câble USB du GPS que je devais revendre), … direction aéroport, et son retour déjà pré-cité plus haut… Voilà, plus qu’à s’occuper des photos et de la vidéo… afin de rendre cet extraordinaire voyage inoubliable….

Québec… je me souviens, la devise est bien vraie, moi… tu m’as conquis !

— Très bientôt, je vous mettrais en ligne une galerie photo de nos vacances, ainsi qu’une petit vidéo reportage… —

Vous aimerez aussi...

  • Les caribous n’ont qu’à bien se tenir…2 septembre 2008 Les caribous n’ont qu’à bien se tenir… (4)
    C'est vrai que je n'en ai pas encore parlé... et pour cause, j'ai encore eu peu de temps pour réellement me mettre en tête que... dans moins d'un mois, je serais de l'autre coté de […]
  • Un éléphant, ca mange quoi ?30 août 2008 Un éléphant, ca mange quoi ? (3)
    Bon, vous l'aurez compris si vous me suivez assidument, ma Snorkys et moi aimons voir des animaux et visitez des zoos, puisque sur ce blog je vous ai déjà parlé du Burger Zoo aux Pays-Bas, […]
  • Ohoho Paradisio30 août 2007 Ohoho Paradisio (2)
    Le parc Paradisio,... un bon bout de temps que Jessica et moi pensions y aller. Déjà les années précédentes, nous aurions dû le découvrir avec mes parents... mais tant qu'à présent, ce […]

11 réactions au sujet de « Lune de miel au sirop d’érable »

  1. Hé ouip.. et pourtant je l’ai recommencé et recommencé pour faire plus court… mais bon, c’est un carnet de route pour les futurs vacanciers ;)

  2. Idem, bien que le sujet suscite amplement mon intérêt, ne fût-ce que pour comparer notre expérience, je pense y revenir une prochaine fois. Au vu de la dernière phrase, le voyage vous a plu et c’est tant mieux!

  3. enfait, le plus sympa aurait été de pouvoir l’écrire jours après jours… car effectivement du coup, cela fait “lourd”

  4. Je me doutais que ce serait trop long, je te l’avais dit … tu écris toujours des tartines beurrées lol

  5. Oufti, comme on dit à Liège!!! Sorry, je me suis arrêtée après la 10ème ligne quand j’ai vu ce qui suivait. Vivement les photos…

  6. Bonjour !

    C’est avec grand plaisir que j’ai lu votre article et regardé vos photos et vidéo car nous comptons partir un mois au canada cet été, avec notre fille de 9 ans. Je vais réserver prochainement et compte le faire auprès d’ authentik canada. Mais c’est compliqué de se décider, on veut tellement “tout faire” et ne rien rater …
    Je panique un peu pour ce qui est de la conduite en ville … et pour le repérage …
    Mais j’aimerais vous poser quelques questions, ce serait bien qu’on puisse rester temporairement en contact…
    Mon gros souci, et dont vous ne parlez vraiment pas dans votre récit, ce sont les moustiques… étant allergique aux piqures d’insecte … peut être pouvez-vous m’éclairer.
    Merci d’avance, au plaisir de vous lire

    Nathalie, 7970 Beloeil

  7. Bonjour Nathalie, vous voilà en préparation d’un super voyage alors :)

    Déjà, il est intéressant de savoir qu’Authentik Canada est vraiment à l’écoute et nous a bien aidé à choisir parmis les différentes formules… ce qui nous a permis au final de mettre en avant le dépaisement et le “romantisme”, par exemple au détriment des Chuttes du Niagara. A la base, je voulais absolument y aller, car je trouvais qu’après tant de chemin … Je ne regrette pas du tout, car, cela impliquait également d’aller à Vancouvert, … hors coté “Grande Ville” Vancouver m’a bien suffit ;)

    Si vous avez eu le courage de lire tout mon récit, vous aurez eu pas mal d’infos sur la conduite… c’est vrai que c’était un peu “stressant” au début, mais je m’y suis fait, malgré une expérience encore légère…

    Pour les moustiques,… enfait, nous avions acheté un produits spécifiques pour femme enceinte avant de partir… et nous l’avons oublié en Belgique…. Ceci dit, nous n’avons rencontré aucun Moustique durant notre séjours, et ce perdu au milieu des foret et lacs.. Par contre, en été, je pense bien qu’il soit vraiment important d’avoir un lait pour moustique.

    Pour les enfants, la visite du Biodome, doit être assez chouette, nous n’avons pas pu y aller, mais des échos de plusieurs amis d’âge différents, c’est à ne pas louper !

    N’hésitez pas à nous poser toutes les questions que vous voulez !

    Par ailleurs, madame et moi savons que nous ne repartirons pas au Canada avant un bon bout de temps, et nous avons +/- 350 dollars de “chèques cadeaux” canada, qui permettent donc de payer une partie du voyage,… on pourrait éventuellement vous les revendre à moiter prix…

  8. Bonjour !

    Finalement, nous allons réserver avec authentik canada.
    Vous me trouverez sur facebook, ce sera plus facile pour discuter au sujet de vos chèques cadeaux.
    à bientôt

    Nathalie Camberlin

  9. Déjà 9 ans … C’est en effet grâce à ce voyage commun que nous nous sommes connus. Si tu savais comme je rêve d’y retourner au Québec. Mais le prix des billets d’avion freine nos envies. J’ai relu ton article, cette seigneurie des Tritons, quel souvenir, un endroit magique, tellement reposant. Et cette virée aux castors ! Je suis nostalgique, nous y avions passé 5 semaines, dont 14 jours avec Authentik. Et à cette époque, notre fille appréciait encore les vacances avec nous, tout a bien changé depuis ses 15 ans …
    Qui sait, peut-être suis-je en attente de racheter tes prochains chèques ;)

  10. Héhé… moi cela reste un moment inoubliable… j’aimerais y retourner… Je loupe d’ailleurs de peu une opportunité d’y partir avec le boulot, mais les dates se chevauchent avec un reportage de mariage : (

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.