Archives de
Catégorie : Jeux Vidéos

je suis fan de jeux vidéo.. essentiellement les bon vieux d’ailleurs !

Une fois les enfants au lit…

Une fois les enfants au lit…

Bref, vendredi soir, nous avons mis les enfants tôt au lit ! Ah ben, elle est pas bien grande la nouvelle PS4 en fait, et où ont-ils cachés le bouton Power ? Bon allé, laissons ces constations de vieux croutons et le temps d’emballer un colis pour mondial relay, bref, 2 heures plus tard, c’était le moment pour la première impression avec Resident Evil 7,.. sans les lunettes VR, merci bien !

Mais où est l’effet « Wouaw » !? Ah je dois quand même bien avouer que je reste encore un peu sur ma faim quand à ce que le nouvelle console de Sony a dans le ventre. Autant je me souviens avoir été époustouflé par la Playstation 2 et Devil May Cry (Capcom) ainsi que la Playstation 3 avec Ratchet & Clang (Insomniak) et Uncharted (Naught Dog), ici je n’ai pas vraiment l’impression d’être tellement plus ébloui qu’avec Skyrim, The Last of Us ou Beyond : Two Souls les récents grosses claques vidéo-ludiques auxquels j’ai joué. Certes, je vois bien que les textures sont bien plus réalistes, les vielles pierres, de nombreux détails dans la maison,… mais en même temps tout cela est diablement statique ! Et c’est d’autant plus frappant lorsque l’on se fraie son chemin dans les bois…

Mais peut-être bien, que trop concentré à ne pas faire une mauvaise rencontre, j’ai probablement moins profité du paysage que lorsque je parcourais les larges contrées du monde de Skyrim…

Resident Evil 7 - Beaucoup de détails, mais statiques
Resident Evil 7 – Beaucoup de détails, mais statiques

Car, coté ambiance, pas de problème, ça fout les chochottes ! Sur ce coup, là c’est plutôt réussi. Bien sur, je n’en suis pas loin du tout, 1 grosse heure de jeu. On sent pour l’heure une franche rupture avec les précédents volets de Résident Evil, c’était osé de mettre de coté les manigances de la multinational Umbrella toujours prête à tester de nouveau virus et mutations génétiques…, cela offre de fait moins ce sentiment « allé hop, on va dégommer du zombie, no panic« . Manette à la main, je ressent nettement plus les mêmes sensations qu’à Silent Hill, le concurrent historique dont l’épisode mort-né a clairement inspiré l’équipe de Capcom…

Bref, c’est l’inconnu à chaque détour de couloir… même si jusqu’ici, je me sens encore dans un labyrinthe très dirigiste.

Hier encore, on m’avait dit « Le scénario tient sur un timbre poste ! » (Je sais, BLow, j’ai un peu édulcoré tes dires). Ma fois, est-ce que l’excellent film « Détour Mortelle » dispose d’un scénario plus complexe ? Non, par contre, notre gaillard, Ethan, n’est franchement pas bavard. Il trouve des trucs, des infos, et ne dit mot ! Donc, en gros, sa femme a disparu depuis 3 ans, il reçoit un mail qui l’envoie à l’autre bout du pays, dans une maison abandonnée dans le bayou, il entre, il tombe sur une K7 vidéo plutôt glauque, suit le passage secret… et trouve son épouse, enfermée et complètement déboussolée… prisonnière de « gens » visiblement pas net du tout. Et il te sort 2 répliques… Bon, je veux bien, c’est le début du jeu, mais réduire le tout à : Cherche Mia, Trouve Mia, Tue Mia (ah zut, ça c’est un spoiler)… Ca casse pas mal tout le travail fait autour d’un beau nouveau moteur de jeu…

Lire la suite Lire la suite

Le monolithe noir et moi

Le monolithe noir et moi

Débarquée en Europe au printemps 2007, la Playstation 3 de Sony aura bientôt 10 ans. A l’époque, je me décidais à racheter une Playstation 2 avec la sortie tardive de la version européenne de Final Fantasy XII. Les choses auraient peut-être été différentes si le dernier né des studios Square Enix avait été disponible sur la nouvelle génération de console, mais à son lancement, le monolithe noir n’avait que peu de titres pour nous convaincre ! Certes, la petite versions rose de la Playstation 2 ne restera pas très longtemps à la maison cédant sa place à la Nintendo DS puis la Nintendo Wii.

Uncharted 1 - PS3
Uncharted, une jungle réussie !

Tout commencera donc un weekend d’octobre 2008, alors que madame, enceinte, m’interpelle d’un « Et si tu allais acheté une Playstation 3 ! » Diable, nous sommes samedi, il est presque 18h, et il est évidemment hors de question de contrarier une femme enceinte ! Ni une, ni deux j’avais couru chez Broze lui ramener cet énorme bloc noir de 80go. Le choix des premiers jeux fut plus difficile, je n’avais guère eu le temps de préparer mon achat. Si Ratchet & Clang était assez chouette pour se faire une idée de l’éblouissante qualité d’image de la bête, Assassin Creed se montra comme une grosse déception, complexe à prendre en main et trop saccadé. Ceux-ci furent rapidement rejoint par Bioshock, Dead Space, Little Big Planet et Motorstorm Pacific Rift avant a fin de l’année.

29. Little Big Planet
Little Big Planet, un concept de gameplay novateur !

Nous voici en 2017, et ma Playstation 3 s’apprête à tirer sa révérence pour terminer sa vie dans mon petit musée, alors que mon filleul Rémi, lui va pouvoir en découvrir les plaisir sur une édition plus compacte… Les années PS3 resteront figeront donc une longue période de fidélité au catalogue de Sony. En huit an plus de 100 titres sont passés sur ma console, qu’il s’agisse de jeux originaux, des nombreux échanges faits sur Gamerz et JeuContreJeu, de titres téléchargés sur le Playstation Store ou de rétrogaming issu du catalogue de la PS1. En effet, si rapidement Sony avait supprimé la possibilité de lire des jeux PS2 sur sa nouvelle console cette dernière était capable de lire les jeux de la toute première génération. La PS3 a également initié mes achats de jeux dématérialisée. Bien sur, je n’ai jamais cédé à acheter un gros titres disponibles en boite, mais c’était enfin la possibilité de gouté à de nombreux titres dit « Indies » vendu à des prix très démocratiques !

Cerise sur le gâteau, si la PS2 nous avait fait basculer à l’air du DVD, la PS3 allait nous offrir l’accès à de nombreux films en Haute Définition grâce à son lecteur BluRay…

Bref il est tant de rendre hommage à cette console portée par de tellement bons jeux que la plupart de ceux-ci se sont rapidement retrouvés portés en ré-éditions « HD » sur la nouvelle génération. J’ai donc profité de l’occasion pour réaliser un shooting « rétro » en studio avant de vous en raconter un peu plus…

Lire la suite Lire la suite

Nintendo se coupe une jambe,… pour mieux rebondir ?

Nintendo se coupe une jambe,… pour mieux rebondir ?

 

Il y a une semaine, un mois, un moment,  Nintendo présentait enfin son projet « NX » maintenant connu sous le nom de Nintendo Switch ! Après plus d’un an d’attente et de secret, l’effet de surprise était plutôt moyen. Personnellement, j’avais déjà entendu tant de chose s’ébruiter qu’il m’en aurait fallut pour beaucoup pour l’être et je me dis par ailleurs qu’avoir fait tant de mystère si longtemps sera peut-être dès le départ un coup dans l’eau pour Nintendo !

Le concept, allier la puissance et l’aisance de la console de salon avec les aspects nomades de la console portable. En gros Nintendo réuni donc la WiiU et la 3DS en un seul appareil. Si pour le joueur l’idée est plutôt intéressante il me semble que le concept risque surtout d’affaiblir Nintendo qui a fortement perdu en présence sur le tableau « console de salon » face aux Playstation et Xbox et qui n’a plus autant de poids sur le marché des consoles portables grignoté par les Smartphones, la Switch risquant immanquablement de réduire les ventes de 3DS.

Personnellement, je ne suis pas vraiment emballé par l’idée pour de multiple raison… Tout d’abord, j’ai clairement le sentiment que la WiiU a été sous-exploitée. Voilà plus d’un an que Nintendo n’a plus rien sorti de fort cette console qu’il a clairement mis au placard en annonçant tellement tôt son projet « NX ». J’avais pourtant pris plaisir à ce mode jeu où je pouvais switcher de TV à portable… Ah ben oui c’est le concept « révolutionnaire » de la Switch ? La 3DS avait elle aussi un nombre intéressant de titres, mais que j’aurais apprécié pouvoir partager sur grand écran… Je ne me sens donc pas l’âme à abandonner ma gameothèque WiiU… La Switch ne disposant pas de lecteur optique !

Comme un vieux raleur, je suis déjà peu emballer à savoir qu’il faudra à nouveau repayer les titres acheter sur le store en ligne de la WiiU et la 3DS pour pouvoir en bénéficier sur la nouvelle génération. Il y a fort à parier que Nintendo aura une politique un peu moins rustre que Sony avec sa PS4, mais en sachant que j’ai déjà dû repasser par la case porte-feuille pour transférer mes quelques Super Mario World et autres Castlevania de la Wii à la WiiU… ça devient un peu énervant !

La pub annonce des parties à plusieurs, fédérant les joueurs autour d’une même Switch ou en les associant… L’idée est géniale mais pas révolutionnaire. Mais à l’heure où les gens jouentà distance, je suis assez positif à ce « retour en arrière »… Mais je ne rêve pas, il faudra bien sur s’assurer que chacun aie acheter son exemplaire.

Rien à faire, les années passent, et le monde du jeu vidéo prend une direction hypercommerciale qui me met en rogne… J’ai toujours le sentiment que les Nouvelles générations ont bien moins « Waouw » que de fonctionnalité en moins… Il faudra probablement un bon moment avant que la Switch ne me fasse envie…. là de toute manière, avec toutes les chouettes sorties débarquées sur PS4, c’est plutôt la console de Sony qui arrive enfin à me faire de l’oeil !

A Nintendo de nous sortir du Waouw et du révolutionnaire avec sa palette de héros !

Grandir…

Grandir…

Grandir, ce n’est pas oublier… Même lorsque l’on a plus le temps de mettre de l’ordre dans tous ses souvenirs ou même simplement d’allumer la lumière… Grandir c’est jongler avec le temps et le désordre des souvenirs… Reste à l’artiste la chance de pouvoir faire le spectacle et faire rêver ceux qui l’entourent….

Lire la suite Lire la suite

Lectures en cours…

Lectures en cours…

Pile de livre sur ma table de nuit

Je parle de beaucoup de chose sur mon blog, mais il est vrai que les bouquins y trouvent assez peu leur place. Pourtant, ma vie est à l’image de ma table de nuit. Remplie de belles choses, de découvertes, d’envie d’aller plus loin, de choses que je mets de coté et d’autres qui m’oblige à faire du ping pong…

J’ai entamé Le livre perdu des sortilèges durant l’été 2013 sous le soleil d’Italie. J’ai été transporté intensément par l’histoire de Diana Bishop chercheuse dans une prestigieuse université anglaise se découvrant d’une grande lignée de sorcière et tombant amoureuse d’un vampire. Un livre bien différent des histoires à la Twilight qui ne m’ont jamais intéressées et pourtant je suis resté à l’arrêt dans l’histoire… espérant un jour m’y remettre et surtout une adaptation cinématographique !

Un livre, c’est beau ! Oh grand jamais je ne pourrais me résoudre à ne pas avoir l’objet en main et j’apprécie beaucoup être séduit par les couvertures des jolies éditions de romans modernes que je découvre régulièrement sur le compte instagram de Sophie Lvrdr. Il y a tout juste un an j’avais été plus qu’intrigué par le roman La 5° Vague. Entre La Guerre des Mondes et Walking Dead, j’avais bien accroché le rythme effréné du roman entamé en janvier dernier. Mais ce dernier se retrouvait déjà sur le petit écran, ne me laissant pas vraiment le plaisir d’en savourer le dénouement… Puis, il y a la trilogie du Passe Mirroir et son 1° tome Les fianciés de l’hiver que je viens de commencer. J’avais offert ce roman il y a quelques temps déjà à madame qui l’avait adoré, comme toutes les personnes à qui nous l’avions recommandé. Mon boulot devrait me permettre de rencontrer son auteur Christelle Dabos dans les semaines à venir et il me tenait à coeur de me plonger dans cette univers avant cela !

A coté de tous ces romans, il y a mes divers ouvrages sur la culture « Playhistoire » signés Pix’n Love que je continue à enrichir… La biographie d’Eric Chahi par Daniel Ichbiah toujours en standbye. J’alterne pour l’instant les chapitres de l’excellent bouquin « la révolution PlayStation » avec mon livre de l’été « la guerre des mascottes » dont mon frangin vient tout juste de publier une excellente critique !

Enfin, j’ai parfois besoin de moments simples, je (re)découvre depuis un bon moment déjà l’univers de Jojo de Geerts à mesure de mes achats sur brocante. Trop ignoré étant enfant, j’y trouve une magie de simplicité, de nature et de poésie de l’enfance incroyable. La série débutée à la fin des années 80 a vraiment su vivre avec son temps et apporter des petites références à l’évolution de l’enfance dans les années 90 puis 2000. Et pour clôturer, c’est également au coté de Yoko Tsuno, idole de ma jeunesse que j’aime à voyager. L’été dernier, j’avais commencé à relire l’ensemble de la série qui n’a pas perdu une ride pour enfin me plonger dans les aventures électroniques jusqu’ici inédites pour moi avec un excellent le tome 24 : Le 7° code.