Archives de
Catégorie : Ma Snorkys

Celle que j’aime depuis si longtemps…

Il est Noël moins 7

Il est Noël moins 7

 

Il reste donc 1 semaine avant Noël. Il parait que je me répète chaque année, Noël arrive trop vite ! Pourtant cette année avec le réveillon qui tombe le samedi, lendemain du dernier jour de boulot et dans la foulée d’un novembre-décembre intensif entre l’anniversaire d’Alice et Juliette, deux weekend de Saint Nicolas, l’anniversaire de Rose, le Studio de Noël Petite Snorkys et la finalisation intensive de nos productions MOOC à l’ULg… J’ai à peine eu le temps de regarder briller mon sapin !

Voilà pourtant 1 grosse semaine que nous avons monté le sapin en famille, les cadeaux s’empilent sous celui-ci, et nous avons été nous promené sur quelques marchés de Noël et puis… cette année, les plus grands se retrouveront dans la petite scène animée de la messe de veillée de Noël.

La traditionnelle photo fut un peu mouvementée, pas facile de faire poser toute la troupe, merci à Barballo pour sa patiente.

Il n’est pas encore l’heure de vous souhaitez un Joyeux Noël, mais que tout se passe bien pour vous d’ici là !

Dépêche-toi !

Dépêche-toi !

Dépêche-toi - Charly

Oh, je parie qu’un jour ou l’autre, vous avez bien dû tomber sur un article Le jour où j’ai cessé de dire « Dépêche-toi » ?

Je n’ai jamais réussi à approfondir le sujet pour la bonne et simple raison que je ne me reconnais pas dans les différents témoignages…. Pourtant, le « Dépêche-toi » je n’ai pas trop guère le choix de l’employer tous les matins ! Non pas que mon petit garçon traîne à fermer son manteau, non pas qu’il rêvasse avant d’aller se ranger dans son rang, non pas que je sois pressé d’arriver à l’heure à mon travail… Tout simplement parce que je suis le papa de 4 enfants, et que si je ne remets pas les pendules à l’heure. Quand j’aurais terminé de faire les tartines et apprêter Rose, notre petite dernière… Le reste de la bande sera à moitié habillée, en train de manger un p’tit déj minute devant la télévision…

Chaque minute compte dans nos vies modernes et effrénées. On a constamment l’impression qu’on doit cocher quelque chose de notre to do list (choses à faire), qu’on doit vérifier un écran ou un autre ou se presser pour se rendre à notre prochaine destination. Et peu importe comment on divise notre temps et notre attention, peu importe combien de tâches on tente d’accomplir simultanément, on finit toujours par avoir l’impression qu’il n’y a pas assez d’heures dans une journée pour arriver à tout faire. (Rachel Macy)

Dépêche-toi - cuisineFacebook et Internet, ce merveilleux outil qui vous fait croire que chez nous, c’est magique. Que tout y est beau, coloré, rempli de sourire et bien rangé… Croyez-moi, c’est tout un art de faire des photos dans notre univers et je ne vous parle même pas de Madame qui s’applique à tout ranger continuellement.

Le matin, il faut courir ! 1 bibi, 3 déjeuners rapides, vérifier que chacun s’habille sans traîner, rappeler à Charly de mettre des chaussettes, vérifier que les filles ne mettent pas n’importe qu’elle chaussure, faire un check up « cheveux bien coiffés », vérifier par 3x que chacun à pris sa mallette et que les repas et dix-heures soient bien présents, refaire le tour pour ne pas laisser les lumières allumées, empêcher le chat de rentrer, penser à prendre mon smartphone, mes clés, mon casse-croute… vérifier que les manteaux sont bien fermés, rappeler pour la cinquantième fois que les voisins préféreraient dormir que d’entendre des chamailleries… A tien, j’ai oublié de reprendre des dosettes de café… tant pis !

Lire la suite Lire la suite

Lectures en cours…

Lectures en cours…

Pile de livre sur ma table de nuit

Je parle de beaucoup de chose sur mon blog, mais il est vrai que les bouquins y trouvent assez peu leur place. Pourtant, ma vie est à l’image de ma table de nuit. Remplie de belles choses, de découvertes, d’envie d’aller plus loin, de choses que je mets de coté et d’autres qui m’oblige à faire du ping pong…

J’ai entamé Le livre perdu des sortilèges durant l’été 2013 sous le soleil d’Italie. J’ai été transporté intensément par l’histoire de Diana Bishop chercheuse dans une prestigieuse université anglaise se découvrant d’une grande lignée de sorcière et tombant amoureuse d’un vampire. Un livre bien différent des histoires à la Twilight qui ne m’ont jamais intéressées et pourtant je suis resté à l’arrêt dans l’histoire… espérant un jour m’y remettre et surtout une adaptation cinématographique !

Un livre, c’est beau ! Oh grand jamais je ne pourrais me résoudre à ne pas avoir l’objet en main et j’apprécie beaucoup être séduit par les couvertures des jolies éditions de romans modernes que je découvre régulièrement sur le compte instagram de Sophie Lvrdr. Il y a tout juste un an j’avais été plus qu’intrigué par le roman La 5° Vague. Entre La Guerre des Mondes et Walking Dead, j’avais bien accroché le rythme effréné du roman entamé en janvier dernier. Mais ce dernier se retrouvait déjà sur le petit écran, ne me laissant pas vraiment le plaisir d’en savourer le dénouement… Puis, il y a la trilogie du Passe Mirroir et son 1° tome Les fianciés de l’hiver que je viens de commencer. J’avais offert ce roman il y a quelques temps déjà à madame qui l’avait adoré, comme toutes les personnes à qui nous l’avions recommandé. Mon boulot devrait me permettre de rencontrer son auteur Christelle Dabos dans les semaines à venir et il me tenait à coeur de me plonger dans cette univers avant cela !

A coté de tous ces romans, il y a mes divers ouvrages sur la culture « Playhistoire » signés Pix’n Love que je continue à enrichir… La biographie d’Eric Chahi par Daniel Ichbiah toujours en standbye. J’alterne pour l’instant les chapitres de l’excellent bouquin « la révolution PlayStation » avec mon livre de l’été « la guerre des mascottes » dont mon frangin vient tout juste de publier une excellente critique !

Enfin, j’ai parfois besoin de moments simples, je (re)découvre depuis un bon moment déjà l’univers de Jojo de Geerts à mesure de mes achats sur brocante. Trop ignoré étant enfant, j’y trouve une magie de simplicité, de nature et de poésie de l’enfance incroyable. La série débutée à la fin des années 80 a vraiment su vivre avec son temps et apporter des petites références à l’évolution de l’enfance dans les années 90 puis 2000. Et pour clôturer, c’est également au coté de Yoko Tsuno, idole de ma jeunesse que j’aime à voyager. L’été dernier, j’avais commencé à relire l’ensemble de la série qui n’a pas perdu une ride pour enfin me plonger dans les aventures électroniques jusqu’ici inédites pour moi avec un excellent le tome 24 : Le 7° code.

Au près de mon arbre…

Au près de mon arbre…

Cerisier du japon - séance photo vintage - esneux - petite snorkys photography

Notre maison, c’était aussi un sacré coup de cœur pour ce cerisier du japon tout rose au milieu du jardin ! Nous avions déjà pu en profiter en famille l’année dernière après une attente un peu longue. Cette fois, les première fleurs sont apparues le 17 avril pour proposer une belle masse de couleur la semaine suivante, le 24 avril. Malheureusement, les caprices de notre météo belges nous ont alors offerts grêle, neige et gelée pendant plus d’une semaine suivi de fortes chaleurs de plus de 25°. Dès le 1° mai, les premières fleurs ont commencé à tomber offrant encore la possibilité de faire de jolies photos jusqu’au 7 mai. A ce moment, le vert des feuilles a commencé à prendre le pli sur le rose des fleurs.

Lire la suite Lire la suite

SimCity : Build in your mind

SimCity : Build in your mind

Charly joue à Simcity Build it (iPad)Bon, vu que Charly commençait à la fin des vacances réclamer non-stop la tablette pour jouer à Simcity, j’ai fini par ne l’autoriser que les weekend et le mercredi… puis même encore moins… Résultat ?

Il s’enferme dans sa chambre, dans la cours de récré… et il construit des villes dans sa tête… Il peut passer 1h dans sa chambre à marmonner qu’il construit des casernes de pompiers, des éolienne en LEGO et des routes avec des feuilles d’arbre que l’on aurait peint…

Ce matin, je lui ai demandé comment allait sa ville… Il a tenu le parloir pendant 30 minutes sur le fait qu’il fallait qu’il trouve des travailleurs car le ciment de l’hôpital commençait à s’abimer, mais qu’ils voulaient quand-même vivre dedans pcq ils aimaient bien leur travail, qu’il fallait plus d’eau car l’usine du fond de la rue avait tout pris et que là il fallait du bois pour fabriquer une maison car les fermiers avaient coupé beaucoup de blé,….

C’est bon… il a créé SimCity : Build in your mind !

C’est certain, c’est bien le fils de sa mère !

Lire la suite Lire la suite